AMONT Marcel

Marcel Amont en 2010

Le chanteur et fantaisiste français Marcel AMONT, de son vrai nom Marcel Miramon, naît le 1er avril 1929 à Bordeaux. Alors qu’il se prépare pour des études de professeur d’éducation physique, il chante dans les bals de la région et il apprend aussi le saxophone. A 22 ans, il « monte » à Paris, décidé à se tourner vers l’artistique plutôt que vers la gymnastique. De passage dans les cabarets de la « ville lumière », il est d’abord boudé par le public mais il se fait remarquer par les professionnels. Et, en 1956, il est engagé pour chanter en première partie de la grande Edith Piaf. Le succès public est cette fois au rendez-vous et il se voit obligé de sortir un premier disque. Celui-ci est enregistré en public et il est d’emblée récompensé par le Prix de l’Académie Charles-Cros. En 1962, tout auréolé de la popularité de son disque le plus récent où il interprète, notamment, des chansons de Claude Nougaro, Marcel Amont se retrouve sur la scène de Bobino à Paris en vedette. Désormais, le répertoire du chanteur va régulièrement osciller entre chansons drôles et mélodies douces: « Le Mexicain » et « Bleu blanc blond » par exemple.
.

.

.
Après avoir laissé passer la vague des « yé-yés », Amont revient au premier plan du show business français au début des années 1970 en s’entourant des auteurs et compositeurs qui font alors les succès de Michel Delpech: Roland Vincent, Jean-Michel Rivat et Frank Thomas. Et il connaît ainsi un nouveau « tube »: « L’amour ça fait passer le temps » en 1971.
.

.
Ce retour gagnant lui vaut de nouveaux spectacles à l’Olympia de Paris et, aussi, d’enregistrer quelques autres grands succès comme « C’est aujourd’hui dimanche » (1971), « Y’a toujours un peintre » (1973), « Le chapeau de Mireille » (que Georges Brassens lui « donne » en 1975), « La musique est de retour » (1976) ou « Les chansons d’Italie » (1977).
.

.
En 1974, une émission de la télé française lui est consacrée: « ToutankhAmont ». Et il participe à de nombreux shows télévisés de Guy Lux et des Carpentier. En 1979, le chanteur enregistre tout un album où d’autres artistes connus ont écrit et composé les chansons : « Un autre Amont ». Parmi les crédits, on retrouve les noms de Georges Brassens (« Le vieux fossile ») mais aussi celui d’Alain Souchon (« Viennois »), Georges Moustaki (« Don Juan »), Marie-Paule Belle (« Le garçon de café »), Gilles Vigneault (« Pour traverser la rivière »), Maxime Le Forestier et Julien Clerc) (« La galère »).
.

.
La même année, il commercialise un 33-tours avec ses succès et d’autres titres traduits en béarnais.
.

.
En 1980, avec le titre « Camarade vigneron » (dont le refrain est interprété en occitan), il se présente à la présélection française du concours Eurovision de la Chanson mais il n’est pas retenu et c’est le groupe « Profil » qui sera désigné. Dans les années 1980 et 1990, même s’il continue à enregistrer des 45 tours, il écrit aussi des livres sur la chanson.
.

.
Au début des années 2000, un double CD de compilation publié par Universal permet de retrouver les succès de sa carrière dans leur version originale. Fièrement, Marcel Amont sort enfin un nouvel album en 2006: « Décalage horaire », dont le titre « Démodé » profite de quelques passages en radio et en télé.
.

.
Par la suite, il participe à de nombreuses éditions de la tournée des idoles « Age tendre et tête de bois ».
.

.
En 2010, il figure sur « Les larmes de crocodile », l’album pour enfants d’Emma Daumas. Il lui écrit plusieurs textes et interprète un duo avec la chanteuse. Quelques musiques sont signées par son fils Mathias Miramon.
.

.
Deux ans plus tard, il publie un livre de souvenirs: « Il a neigé ». Et il effectue un nouveau retour sur scène à l’Alhambra de Paris le 25 novembre 2012 pour fêter ses 60 ans de carrière. En 2014, Marcel Amont fait une apparition courte mais très remarquée dans la série télévisée française « Le sang de la vigne » aux côtés de Pierre Arditi au cours de l’épisode « Chaos dans le vin noir ». En novembre 2016, l’infatigable artiste repart sur les scènes de France avec la tournée « Age tendre ». En octobre 2018, l’actualité de Marcel Amont est dense : il propose un nouveau spectacle chaque dimanche à l’Alhambra de Paris et il commercialise un nouvel album. Le spectacle a pour titre « Marcel raconte et chante Amont » et mêle chansons et anecdotes de sa vie artistique. L’opus a pour titre « Par dessus l’épaule » et contient des nouvelles chansons ainsi que des duos signés par des auteurs célèbres comme Charles Aznavour, Francis Cabrel, Maxime Le Forestier ou Alain Souchon notamment.
.

https://www.youtube.com/watch?v=9TrzY7Ji0eY

.
Le 2 avril 2019, c’est encore sur la scène parisienne de l’Alhambra qu’il fête ses 90 ans en livrant un concert où ses invités ont pour nom Serge Lama, Gérard Lenorman, Nicoletta, Maxime Le Forestier, Michel Jonasz, Michèle Torr, Georges Chelon, Christophe, Laurent Baffie, Bernard Montiel, Gérard Darmon, Igit, Ivan Levaï, Raphaël Mezrahi, Alex Vizorek, François Morel et André Bercoff. Il écrit alors deux nouveaux livres : « Les coulisses de ma vie » et « Mirlitontaines et chansons oubliées ». Le 20 février 2020, Marcel Amont préside le jury du Prix Georges Moustaki qui récompense de jeunes talents autoproduits et qui est remporté ce jour-là par Matéo Langlois.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

CAUSSIMON Jean-Roger

Jean-Roger Caussimon – Photo (c) Raphaël Caussimon

L’acteur, auteur, compositeur et interprète français Jean-Roger CAUSSIMON naît le 24 juillet 1918 à Montrouge. Son père, médecin, s’installe à Bordeaux et c’est là que Jean-Roger fait ses études pendant lesquelles il se passionne pour les poètes. Vivement intéressé par la poésie qu’il désire réciter publiquement, il suit des cours de diction à l’âge de douze ans. Ayant obtenu son baccalauréat, il décroche un premier prix au Conservatoire d’art dramatique. Mais, alors qu’il a 18 ans, sa mère se suicide et cet événement va le marquer à vie. Un an plus tard, il fait ses débuts de comédien professionnel au Trianon de Bordeaux. On lui conseille alors de gagner Paris où il devient auditeur dans la classe de Louis Jouvet au Conservatoire. Il effectue son service militaire au moment où la seconde guerre mondiale éclate. Il est fait prisonnier en 1940 et est envoyé dans un camp en Silésie. Il profite de sa captivité pour écrire des poèmes. Rapatrié ensuite pour raisons de santé, il est de retour à Paris à la fin de l’année 1942. Sans travail, il profite de ses compétences pour proposer un spectacle de poésie dans divers cabarets parisiens où, finalement, il chante beaucoup. Parallèlement à ces activités-là, il se tourne aussi vers le théâtre, la radio, le cinéma et réalise des essais expérimentaux pour la télévision. C’est à ce moment qu’il rencontre, lors de ses prestations au « Lapin à Gil » en 1947, un artiste débutant nommé Léo Ferré. Ce dernier décide de mettre en musique toute une série de textes de Jean-Roger comme « Monsieur William » en 1950.
.

.
Malgré ses occupations théâtrales et cinématographiques de plus en plus nombreuses, il poursuit sa collaboration avec Léo Ferré au service d’interprètes comme Catherine Sauvage, les Frères Jacques ou Serge Gainsbourg.
.

.
Se consacrant essentiellement à l’écriture, au théâtre, au cinéma et à la télévision, Jean-Roger Caussimon ne chante plus depuis la fin des années 1940. En 1967, le journaliste français José Artur apprend au producteur et éditeur discographique Pierre Barouh que Caussimon a, jadis, chanté. Barouh se propose de le rencontrer pour lui faire enregistrer un disque de ses chansons. Un peu réticent au départ, il finit par accepter et enregistre plusieurs albums à partir de 1970. Quelques-unes de ses chansons sont parfois composées par lui-même mais il faut bien reconnaître qu’elles n’atteignent jamais le niveau des musiques signées Léo Ferré bien sûr mais aussi Eric Robrecht, Jacques Datin, Maurice Jarre, Francis Lai, Philippe Sarde ou Gaby Verlor entre autres.
.

.
Si le premier album de Caussimon récolte un succès d’estime en 1970, le second, qui sort un an plus tard, est plus médiatisé. Un show télévisé lui est consacré en France par le célèbre Jean-Christophe Averty et Jean-Roger Caussimon est à l’affiche, pour la première fois, du Théâtre du Vieux Colombier à Paris pour un récital complet de ses chansons. Après ces représentations parisiennes, il se met à sillonner la France dans une caravane qu’il partage avec son épouse Paulette pour aller proposer ses chansons dans les salles de province. Ils le font pendant quinze ans.
.

.
Parmi les dates importantes de la carrière de chanteur de Caussimon, il y a le spectacle de Bobino à Paris en 1973 où il est à la même affiche que Nicole Croisille et les Frères Ennemis. D’année en année, diverses salles de concert parisiennes vont l’accueillir: l’Olympia (1974), le théâtre de la Renaissance (1977), le théâtre de la Ville (1978) et la Gaîté-Montparnasse (1979). En 1980, il chante pendant douze jours au théâtre du Petit Champlain à Québec. Un an plus tard, des problèmes de santé le contraignent à être hospitalisé à deux reprises. Mais il reprend à chaque fois les tournées qu’il a dû interrompre. En 1983, il repart à Québec chanter au Petit Champlain pendant quinze jours. Deux ans plus tard, Léo Ferré sort l’album « Ferré chante Caussimon » qui contient neuf inédits et sur lequel les deux hommes ont travaillé chez Léo en Italie. Mais, en juin de cette année-là, il doit à nouveau être hospitalisé car son cancer du poumon s’est aggravé. Le 20 octobre 1985, Jean-Roger Caussimon est vaincu par la maladie et il décède à l’Hôpital de la Pitié Salpetrière à Paris.
.

.
Il est ensuite incinéré au columbarium du cimetière du Père Lachaise et ses cendres sont répandues dans l’océan à la Pointe-des-Poulains, à Belle-Île-en-Mer le 2 novembre 1985.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

BOURGEOIS Gérard

Gérard Bourgeois en 1964 – Photo (c) Jean Distinghin

Le compositeur français Gérard BOURGEOIS, dont le vrai prénom est Robert, naît le 17 juin 1936 à Paris. Il apprend à jouer du piano assez tôt. Il fréquente aussi le cabaret parisien « Chez Patachou » et y découvre Georges Brassens au moment où son père lui offre une guitare. Mais c’est en 1961 qu’il se dévoile comme compositeur sur des textes de Jean-Max Rivière qu’il a contacté pour lui proposer ses services. La collaboration des deux hommes va leur permettre de signer, dans les années 1960 et 1970, toute une série de succès pour Françoise Hardy (« L’amitié » en 1965), Serge Reggiani (« Il suffirait de presque rien » en 1968), France Gall ou les Compagnons de la Chanson.
.

 

.

.
Pour Juliette Gréco, Bourgeois est le compositeur de « Un petit poisson un petit oiseau » en 1966.
.

.
Et pour Brigitte Bardot, il signe les musiques de « La Madrague » ou encore de « C’est rigolo ».
.

.
Enfin, la chanteuse Barbara interprète, en 1974, « L’homme en habit rouge » composée par Gérard Bourgeois.
.

.
La liste de ses interprètes est extraordinaire: Richard Anthony, Michèle Arnaud, Eric Charden, Frida Boccara, Michel Delpech, Nicole Croisille, Daniel Guichard, Gribouille, Jean Guidoni, Nicoletta, Enrico Macias, Sylvie Vartan, Thierry Le Luron, Ria Bartok, Vic Laurens, Sandie Shaw (en français), Jean-Pierre Ferland, Michèle Torr, Dario Moreno, Anne-Marie Peysson (animatrice de radio et télé française avec qui il enregistre une chanson en duo dans les années 1970: « On est bien quand on est deux »), Antoine, Georgette Lemaire, Frank Alamo, Rika Zaraï ou Tino Rossi entre autres.
.

.
Dans les années 1960 et 1970, on peut entendre sa voix grâce à quelques chansons enregistrées sur quelques 45 tours. En 1963, il sort un disque de quatre chansons: « A la fin de l’été », « Tant pis », « Ceux » et « Jamais trois sans quatre ». Puis un autre, quelques mois plus tard avec « Trois fois rien », « Je t’aime encore », « Viens encore une fois » et « Pour de vrai ».
.

.
Au début des années 1990, Gérard Bourgeois devient le directeur artistique du cabaret « Salut l’Artiste » sur le site du Futuroscope près de Poitiers. Le 8 juillet 2016, il décède à Bordeaux (F) à l’âge de 80 ans. Selon Jean-Max Rivière, le compositeur était malade depuis un certain temps.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

DASSARY André

André Dassary en 1961 – Photo (c) Vallois

Le chanteur français André DASSARY naît le 10 septembre 1912 à Biarritz sous le véritable nom d’André Deyhérassary. Très tôt son père le destine aux métiers de l’hôtellerie et, après un stage dans sa ville natale et touristique de Biarritz, il poursuit son apprentissage à Londres et à San Sebastian. Rappelé à Bordeaux pour y effectuer un long service militaire en 1932, il s’inscrit au conservatoire de la ville afin d’obtenir des sorties autorisées pour fréquenter les cours. Il y suit des cours de chant et décroche un premier prix de chant mais aussi d’opérette, d’opéra comique et d’opéra. Son séjour sous les drapeaux lui procure aussi l’opportunité de pratiquer assidûment le sport: il devient champion d’athlétisme et pratique le rugby avant de devenir professeur d’éducation physique. Il entreprend des études de kinésithérapeute mais participe aussi de temps en temps à des concours de chant pour satisfaire une autre de ses passions. C’est au cours de l’un de ces crochets radiophoniques qu’il se fait remarquer, en 1938, par les artistes Danielle Darrieux, Pascali et Ray Ventura. Et c’est finalement au sein de l’orchestre réputé de ce dernier qu’André va faire ses premiers pas de chanteur sous le pseudonyme de Dassary. Avec la formation de Ray Ventura et ses Collégiens, il devient populaire en tournant deux films pour le cinéma: « Feux de Joie » en 1938 et « Tourbillons de Paris » en 1939.
.

.
Au début de la seconde guerre mondiale, il est prisonnier en Allemagne jusqu’en 1941. A sa libération, de retour à Paris, il entame une carrière de chanteur soliste en participant à l’opérette « L’auberge qui chante ».
.

.
Apparemment peu rancunier envers ceux qui l’ont emprisonné, il interprète aussi une chanson à la gloire du maréchal Pétain et du régime pro-allemand de Vichy. Le titre « Maréchal, nous voilà » lui vaut d’ailleurs quelques ennuis après la guerre et reste un témoignage historique flamboyant d’une époque sombre, trouble et perturbée en France et au-delà.
.

.
Mais, malgré cela, ce sont sa capacité et sa technique vocales qui vont lui valoir de bien vite gravir les échelons de la célébrité. Il diversifie alors son répertoire en passant de l’opérette à la chanson traditionnelle pour se produire en récital à l’ABC de Paris après la guerre. Le succès est désormais son quotidien et, en 1952, il reçoit un disque d’or pour certifier la vente d’un million de microsillons. L’année suivante, André Dassary est à l’affiche, en province, de l’opérette « Chanson Gitane ».
.

.
La tournée l’emmène en Belgique où il est victime d’un terrible accident de la route au carrefour de Noirchain à Frameries près de Mons. Il est transporté dans un état grave à la clinique locale où il reste hospitalisé de nombreuses semaines. En remerciement pour les bons soins reçus, il revient à Frameries pour y chanter lors de la messe de minuit à Noël. Dans la localité, le croisement des routes où a eu lieu l’accident porte désormais le nom de « carrefour Dassary ». Ensuite, les tournées se succèdent pour le chanteur dans tous les pays francophones et sur le continent africain. Il nous quitte le 7 juillet 1987 à Biarritz. Parmi ses grands succès, on retiendra particulièrement « Ramuntcho » enregistré en 1944 dont une vidéo amusante en noir et blanc, malheureusement incomplète, se trouve ci-dessous.
.

.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Les concerts de Patrick BRUEL reportés en mai et juin 2021 sont finalement annulés

La tournée « Ce soir on sort » de Patrick BRUEL devait battre son plein en février et mars 2020 lorsqu’elle fut frappée de plein fouet par les mesures sanitaires imposées par la lutte contre la propagation du coronavirus covid-19. Un report très optimiste fut envisagé pour les mois de mai et juin 2020 mais ces nouvelles dates furent à leur tour balayées par l’impitoyable bilan de la pandémie galopante. Les concerts furent à nouveau reportés à septembre et octobre 2020 sans imaginer que, cette fois, ce serait la deuxième vague de contaminations qui allait obliger le chanteur à postposer ses rendez-vous avec son public. De manière tout à fait imaginable, il fut alors décidé de redémarrer la tournée interrompue en mai et juin 2021.
Malheureusement, l’optimisme était de nouveau trop fort face à la crainte d’une troisième vague et à la lente mise en place de la vaccination contre la covid-19.
.
En conséquence et en désespoir de cause, c’est finalement l’annulation pure et simple des concerts de mai et juin 2021 qui a été décidée.
.
Les villes concernées par ces annulations sont celles de CLERMONT-FERRAND, BORDEAUX,BOULAZAC, DIJON, AMNEVILLE, LYON, ALBERTVILLE, GENEVE, NICE, MARSEILLE, ORLEANS, AMIENS, BRUXELLES, LILLE, ROUEN, CAEN, RENNES et NANTES.
.
Pour l’heure, en ce mois d’avril, les rendez-vous prévus à partir de juillet 2021, dans les festivals notamment, sont maintenus… mais on peut toutefois légitimement douter du déroulement normal de ces manifestations estivales au vu de l’évolution de la pandémie en Europe et des mesures gouvernementales décidées en fonction de la situation.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

POTHIER Charles-Louis

L’auteur, parolier et librettiste français Charles-Louis POTHIER naît le 18 avril 1881 à Bordeaux. Il apprend le métier d’électricien et décide de le pratiquer à Paris où il s’installe au début du 20e siècle. Il est engagé dans un atelier situé en banlieue, à Saint-Ouen, où la musique est omniprésente sur le lieu de travail. Tout les ouvriers chantent chacun à leur tour les grands succès de l’époque. Charles-Louis Pothier, lui, se découvre un talent d’auteur en se permettant de remplacer le texte existant de ces chansons par des paroles qui s’inspirent du quotidien de l’usine. Il lui est alors demandé d’écrire pour des petits spectacles et revues destinés au personnel de l’entreprise, ce qu’il fait avec plaisir. Le hasard des rencontres lui permet de faire la connaissance d’Albert Willemetz, musicien en vogue, qui l’initie à la manière d’écrire des chansons. Avec un autre auteur originaire de Bordeaux, René Pujol, il devient l’assistant de Willemetz et travaille avec eux à l’écriture de diverses opérettes comme « Flossie », « Nina Rosa », « Les aventures du roi Pausole » ou « Trois valses ». Prenant ensuite de l’assurance, c’est seul qu’il signe plusieurs livrets de spectacles et, aussi, un grand nombre de chansons dont certaines deviennent de grands succès de la chanson française : « Les roses blanches » (pour Berthe Sylva), « Félicie aussi » (pour Fernandel), « C’est pour mon papa » (pour Georges Milton) ou « L’hôtel des trois canards » (pour Marie Bizet).
.

.
Tout au long de sa vie, Charles-Louis Pothier séjourne fréquemment en Bourgogne, à Noyers sur Serein, dans une maison devenue l’hôtel de la Vieille Tour. Cette commune possède désormais une promenade située le long de la rivière Serein portant le nom de Charles-Louis-Pothier. L’artiste décède le 3 novembre 1962 à Clichy et il est inhumé à Paris dans le cimetière des Batignolles (31e division).
.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

PLANA Georgette

Georgette Plana en 1978 – Photo (c) Vogue Pascal Carqueville

La chanteuse française Georgette Plana naît le 4 juillet 1917 à Agen dans le Sud-Ouest. C’est à Bordeaux, où ses parents tiennent un restaurant, qu’elle effectue ses premiers pas de danseuse de music-hall avant de rejoindre Paris en 1941. Elle chante à l’Alhambra de Paris avec Bourvil en 1942 puis à l’ABC et l’Européen. Elle enregistre alors bon nombre de chansons avant de se retirer du show business à la fin des années 1940. Elle mène alors une vie de famille tranquille et s’occupe de ses deux enfants. Dans la seconde moitié des années 1950, quelques succès des années 1920 et 1930 sont enregistrés et commercialisés. Mais la passion de la chanson refait vraiment surface pour Georgette Plana lorsqu’elle sort, en 1967, un 33 tours de classiques de la chanson réaliste française. A 50 ans, elle atteint les sommets des ventes de disques en France avec « Riquita ».
.

 

.

Il s’agit d’une chanson du répertoire francophone écrite et composée par Ernest Dumont et Louis Bénech en 1926. Parmi les autres chansons de cet album de reprises, il y a aussi « La femme aux bijoux », « Le dénicheur », « Du gris » ou « Les nocturnes ». C’est elle qui « déclenche », à l’époque, la mode des anciennes chansons remises au goût du jour. Des groupes comme les Sunlights enregistrent ainsi avec succès « Les roses blanches », les Charlots reprennent, entre autres, « Sur la commode », « Cach’ton piano » ou « Pétronille tu sens la menthe » et Antoine livre une nouvelle version de « Dites-moi ma mère » de Maurice Chevalier. Quelques mois avant mai 1968, les jeunes artistes essaient ainsi de séduire encore parents et grands parents en leur proposant une nouvelle lecture des chansons de leur jeunesse.
.

 

.
Les qualités vocales de Georgette Plana ne sont pas irréprochables mais elle possède ce grain de gouaille qui convient parfaitement au répertoire qu’elle interprète. Elle connaît ainsi encore le succès avec « La fille du bédouin », « La valse brune » ou encore « E Viva Espana » composée par le Belge Léo Caerts. Sur ses enregistrements, Georgette est parfois accompagnée par le célèbre accordéoniste français Aimable. En 1969, elle enregistre aussi un duo avec Antoine: « Je t’offre un verre » et, cinq ans plus tard, elle fait partie de la tournée française du podium de la radio Europe 1 aux côtés du groupe Martin Circus. Le 10 mars 2013, à l’âge de 95 ans, Georgette Plana décède à L’Isle-Adam, au nord-ouest de Paris. A la fin des années 1980 et dans les années 1990, elle participe régulièrement aux émissions télévisées françaises nostalgiques de Pascal Sevran comme « La chance aux chansons ».
.

 

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

DARRIEUX Danielle

 

 

Danielle Darrieux en 1961 – Photo (c) Sam Lévin

L’actrice et chanteuse française Danielle DARRIEUX  naît le 1er mai 1917 à Bordeaux. Après une enfance passée dans sa ville natale, Danielle Darrieux déménage à Paris. A la mort inattendue de son père, sa mère donne des leçons de chant pour subvenir aux besoins familiaux. Danielle assiste à ces séances et elle prend goût pour la musique. Tout en commençant une belle carrière cinématographique où les bons rôles se multiplient, elle décide de suivre des cours de violoncelle et de piano et s’inscrit au Conservatoire de musique. Mais elle est aussi très intéressée par la chanson et sa voix est douce et fluette. Dans son premier film déjà, « Le bal » de Wilhelm Thiele en 1931, elle met à profit ses qualités vocales pour chanter. Par la suite, elle interprète souvent des chansons dans quantité de films. En pleine crise économique des années 1930, ses chansonnettes guillerettes sont des plus appréciées par un public qui en a besoin: « Premier rendez-vous » est un gros succès par exemple.
.

.
En 1935, alors que les bruits de bottes sont de plus en plus présents en Europe, Danielle Darrieux s’en éloigne en signant un contrat cinématographique de sept ans avec les studios Universal à Hollywood. Mais le séjour aux Etats-Unis est difficile pour elle et elle rompt son contrat pour revenir en France où la guerre est déclarée. Ayant obtenu des rôles en Allemagne avant le conflit, l’actrice française accepte alors, un peu dans l’ignorance, de tourner plusieurs film pour la société allemande Continental afin de pouvoir faire libérer son mari interné outre-Rhin. Ayant obtenu la remise en liberté de celui-ci, Danielle Darrieux casse aussitôt son contrat. Elle prend alors une fausse identité et vit dans la clandestinité en France jusqu’à la fin de la guerre. Au début des années 1950, elle reprend ses activités d’actrice et entame une seconde carrière plus prolifique que jamais. C’est aussi durant cette décennie qu’elle va confirmer ses talents de chanteuse en enregistrant quantité de disques à succès et en se produisant régulièrement sur scène. Ajoutant les pièces de théâtre, ce sont finalement trois carrières que va ainsi mener de front Danielle Darrieux avec beaucoup de talent. En 1967, le réalisateur français Jacques Demy lui demande de jouer un rôle dans « Les demoiselles de Rochefort ». Elle est la seule comédienne de ce film musical à chanter avec sa propre voix ! En 1968, elle décide de se présenter comme chanteuse sur la scène parisienne du cabaret « La tête de l’art ». Ce rendez-vous avec le public fait l’objet d’une séquence à la télévision française.
.

.
Elle recommence ce genre d’expérience musicale et cinématographique avec Jacques Demy encore quelques années plus tard en tournant « Une chambre en ville ». En 1976, elle chante « Matelot » dans une émission de variétés de la télé française.
.

.
A plus de 80 ans, l’actrice et chanteuse multiplie les apparitions au cinéma et à la télévision dans les années 2000. Au théâtre, elle est bouleversante dans « Oscar et la dame rose » d’Eric-Emmanuel Schmitt. François Ozon l’engage pour être l’une de ses « Huit femmes » dans le film qu’il réalise en 2002 : elle y chante « Il n’y a pas d’amour heureux », texte de Louis Aragon mis en musique par Georges Brassens. La même année, Patrick Bruel la convie à participer à son album de reprises de succès de l’entre-deux guerres : ensemble, ils interprètent « A Paris dans chaque faubourg ».
.

.
Le 17 octobre 2017, à l’âge de 100 ans, elle s’éteint de manière paisible dans son sommeil à Bois Le Roy, dans l’Eure (F), suite à une légère chute qui l’avait affaiblie.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

MARIANO Luis

Luis Mariano en 1969 – Photo (c) Sam Lévin

Le ténor et chanteur espagnol Luis MARIANO naît le 13 août 1914 à Irun sous le nom de Mariano Eusebio González y García. Fils d’un mécanicien, le petit Mariano s’intéresse très vite au chant et s’inscrit à l’Orphéon Donostiarra de San-Sébastian où, vu ses capacités vocales, il est le ténor soliste. En 1937, il rejoint le groupe vocal basque « Eresoinka » et chante un peu partout en Europe. La guerre civile qui fait alors rage en Espagne oblige la famille à se réfugier en France, à Bordeaux. Alors qu’il se tourne vers le dessin et qu’il s’inscrit à l’Ecole des Beaux-Arts de la ville, il entre également au conservatoire bordelais en 1939. Pour subvenir à ses besoins, Mariano se fait engager comme plongeur au « Caveau des Chartrons ». Alors qu’il nettoie la vaisselle en chantant, le chef d’orchestre du cabaret, le célèbre Fred Adison, remarque qu’il possède une voix exceptionnelle. Il lui demande de délaisser la cuisine pour venir sur scène où ses prestations enchantent le public. Avec une lettre de recommandation en poche, Mariano part pour Paris en 1942 et s’adresse au professeur de chant lyrique Miguel Fontecha, grand ténor basque. Un an plus tard, il passe une audition à l’opéra comique et, en attendant le verdict, il chante des chansons de variétés à la radio où il est de plus en plus apprécié. La même année, en 1943 toujours, il décroche un rôle dans le film « L’escalier sans fin » où il interprète, sous le nom de Luis Gonzales, une chanson signée Loulou Gasté: « Seul avec toi ».

En 1944, Luis Gonzales devient Luis Mariano et, un an plus tard, il enregistre ses premiers disques où il grave les standards « Amor amor » et « Besame mucho ». En novembre, il se produit au Théâtre de Chaillot à Paris au même programme qu’Édith Piaf et Yves Montand. Il fait alors la connaissance du compositeur Francis Lopez et de l’auteur Raymond Vincy qui vont lui permettre d’être à l’affiche de leur première opérette à la fin 1945: « La Belle de Cadix ».

Le succès est tel que le spectacle va être présenté pendant plus de cinq ans. Le disque de l’opérette se vend à plus de 1.250.000 exemplaires. A partir de ce moment, Luis Mariano devient un chanteur très populaire qui ne va pas se cantonner à l’opérette même si cela restera toujours son « fond de commerce ». En 1951, il est à l’apogée de sa carrière lorsqu’il joue « Le chanteur de Mexico » dont le thème principal est devenu un « tube » intemporel.

Le cinéma va alors s’intéresser à notre homme et il va figurer dans une bonne vingtaine de films. De ce fait, sa réputation va devenir internationale et il va chanter dans le monde entier et, notamment, à Mexico. En 1959, Luis Mariano se retrouve sur la scène de l’Olympia où il interprète les airs célèbres de ses opérettes mais aussi des chansons. Avec l’arrivée de la vague des chanteurs « yé-yé » au début des années 1960, le chanteur Mariano va s’effacer au profit de la star de l’opérette qui va poursuivre sa carrière pour un public bien spécifique. Il se trouve notamment ainsi à l’affiche de « Visa pour l’amour » avec Annie Cordy en 1961 et du « Prince de Madrid » en 1967.

En décembre 1969, il crée « La Caravelle d’Or » au théâtre parisien du Châtelet. Mais, après quelques mois, il doit abandonner son rôle à cause d’une maladie qui semble être une hépatite.

Le 14 juillet 1970, il finit par être emporté par une hémorragie cérébrale consécutive au mal qui le rongeait. Il décède à 55 ans dans une chambre de l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. Sa tombe se trouve à Arcangues, en pays basque.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

DECEMBRE 2016

PASCAL OBISPO
BORDEAUX (F – 33 000), Patinoire Mériadeck, à 20 heures le jeudi 1er.
**
NICOLAS MICHAUX
LIEGE (B – 4000), Reflektor, à 20 heures le jeudi 1er.
**
PASCAL OBISPO
PAU (F – 64 000), Zénith, à 20 heures le vendredi 2.
**
CHRISTOPHE MAE
BRUXELLES (B – 1000), La Madeleine, à 20 heures le vendredi 2.
**
JOFROI
HUY (B – 4500), Galerie CaD, à 20 heures le vendredi 2.
**
SERGE UTGE-ROYO
SERAING (B – 4100), Centre Culturel, à 20 heures le vendredi 2.
**
MIOSSEC + BAPTISTE W HAMON
BOBIGNY (F – 93 000), Canal 93, à 20 h. 30 le vendredi 2.
**
PASCAL OBISPO
TOULOUSE (F – 31 300), Le Zénith, à 20 heures le samedi 3.
**
ZAZ
LILLE (F – 59 000), Zénith Arena, à 20 heures le samedi 3.
**
JOFROI
SAINT-SERVAIS (B – 5002), Maison Champagne, à 20 heures le samedi 3.
**
WILLIAM SHELLER
BINCHE (B – 7130), Théâtre Communal, à 20 heures le samedi 3.
**
CHANTAL EDEN
AYWAILLE (B – 4920), Eglise Notre-Dame de Dieupart, à 20 h. 30 le samedi 3.
**
COEUR DE PIRATE
NAMUR (B – 5000), Théâtre Royal, à 20 heures le dimanche 4.
**
MAITRE GIMS
MARSEILLE (F – 13 004), Le Dôme, à 20 heures le lundi 5.
**
PASCAL OBISPO
LILLE (F – 59 000), Zénith Arena, à 20 heures le mardi 6.
**
STARS 80 – 10 ANS DEJA
LILLE (F – 59 000), Zénith Arena, à 20 heures le jeudi 8.
**
PASCAL OBISPO
AMIENS (F – 80 000), Le Zénith, à 20 heures le jeudi 8.
**
ZAZIE
STRASBOURG (F – 67 082), Palais des Congrès, à 20 heures le jeudi 8.
**
CALI
BRUXELLES (B – 1200), Wolubilis, à 20 heures le jeudi 8.
**
AGE TENDRE (LINDA DE SUZA + GERARD LENORMAN + SHEILA + MARCEL AMONT + ISABELLE AUBRET + HUGUES AUFRAY + PASCAL DANEL + CHRISTIAN DELAGRANGE, etc.)
GRENOBLE (F – 38 100), Summum, à 15 heures et 20 heures le vendredi 9.
**
STARS 80 – 10 ANS DEJA
LILLE (F – 59 000), Zénith Arena, à 20 heures le vendredi 9.
**
MICHAËL GREGORIO
BRUXELLES (B – 1020), Palais 12, à 20 heures le vendredi 9.
**
PASCAL OBISPO
CLERMONT-FERRAND (F – 63 800), Zénith, à 20 heures le vendredi 9.
**
L.E.J
STRASBOURG (F – 67 082), Palais des Congrès, à 20 heures le vendredi 9.
**
LES CHORISTES
BRUXELLES (B – 1190), Forest-National, à 20 heures le vendredi 9.
**
NICOLAS MICHAUX
QUAREGNON (B – 7300), Maison culturelle, à 20 heures le vendredi 9.
**
CALI
SERAING (B – 4100), Centre Culturel, à 20 heures le vendredi 9.
**
PASCAL OBISPO
LIMOGES (F – 87 100), Zénith, à 20 heures le samedi 10.
**
MAITRE GIMS
BRUXELLES (B – 1190), Forest-National, à 20 heures le samedi 10.
**
ZAZIE
LIEGE (B – 4000), Forum, à 20 heures le samedi 10.
**
THOMAS DUTRONC
NAMUR (B – 5000), Théâtre Royal, à 20 h. 30 le samedi 10.
**
CALI
TOURNAI (B – 7500), Maison de la Culture, à 20 heures le dimanche 11.
**
LISA LEBLANC + ROSIE VALLAND
LIEGE (B – 4000), Reflektor, à 20 heures le mardi 13.
**
LISA LEBLANC + ROSIE VALLAND
BRUXELLES (B – 1210), Rotonde du Botanique, à 20 heures le mercredi 14.
**
LES INNOCENTS + SACHA TOOROP
MOUSCRON (B – 7700), Centre Culturel, à 20 h. 30 le mercredi 14.
**
STARS 80 – 10 ANS DEJA
TOULOUSE (F – 31 300), Le Zénith, à 20 heures le jeudi 15.
**
LES INNOCENTS
BINCHE (B – 7130), Salle St-Ursmer, à 20 heures le jeudi 15.
**
PASCAL OBISPO
BRUXELLES (B – 1190), Forest-National, à 20 heures le jeudi 15.
**
AMIR
BRUXELLES (B – 1000), La Madeleine, à 20 heures le vendredi 16.
**
LES INNOCENTS + SACHA TOOROP
LOUVAIN-LA-NEUVE (B – 1348), Ferme du Biéreau, à 20 h. 30 le vendredi 16.
**
CHANTAL GOYA
LYON (F – 69 003), Bourse du Travail, à 14 h. 30 le samedi 17.
**
LARA FABIAN
BRUXELLES (B – 1190), Forest-National, à 20 heures le samedi 17.
**
LES INNOCENTS
MARCHE-EN-FAMENNE (B – 6900), Maison de la Culture, à 20 heures le samedi 17.
**
PASCAL OBISPO
PARIS (F – 75 012), AccorHotels Arena Bercy, à 20 h. 30 le samedi 17.
**
CHANTAL GOYA
LYON (F – 69 003), Bourse du Travail, à 14 h. 30 le dimanche 18.
**
AGNES COLLET
PARIS (F – 75 020), Théâtre de Ménilmontant, à 15 h. 30 le dimanche 18.
**
KENDJI GIRAC
TOULOUSE (F – 31 300), Le Zénith, à 17 heures le dimanche 18.
**
LARA FABIAN
STRASBOURG (F – 67 082), Palais des Congrès, à 18 heures le dimanche 18.
**
ZOE l’aspiratrice
BINCHE (B – 7130), Théâtre Communal, à 18 heures le dimanche 18.
**
RENAUD
MARSEILLE (F – 13 004), Le Dôme, à 20 heures le lundi 19.
**
LAURENT VIEL
PARIS (F – 75 008), Théâtre des Maturins, à 21 heures le lundi 19.
**
RENAUD
MARSEILLE (F – 13 004), Le Dôme, à 20 heures le mardi 20.
**
CHANSON PLUS BIFLUOREE
PARIS (F – 75 009), Théâtre La Bruyère, à 20 h. 45 le mardi 20.
**
RESISTE
LILLE (F – 59 000), Zénith Arena, à 20 heures le mercredi 21.
**
DAMIEN SAEZ
PARIS (F – 75 011), Bataclan, à 20 heures le mercredi 21.
**
CHANSON PLUS BIFLUOREE
PARIS (F – 75 009), Théâtre La Bruyère, à 20 h. 45 le mercredi 21.
**
DAMIEN SAEZ
PARIS (F – 75 011), Bataclan, à 20 heures le jeudi 22.
**
TOP 50 PARTEZ EN LIVE
BRUXELLES (B – 1190), Forest-National, à 20 heures le jeudi 22.
**
RESISTE
LILLE (F – 59 000), Zénith Arena, à 20 heures le jeudi 22.
**
CHANSON PLUS BIFLUOREE
PARIS (F – 75 009), Théâtre La Bruyère, à 20 h. 45 le jeudi 22.
**
DAMIEN SAEZ
PARIS (F – 75 011), Bataclan, à 20 heures le vendredi 23.
**
RESISTE
LILLE (F – 59 000), Zénith Arena, à 20 heures le vendredi 23.
**
CHANSON PLUS BIFLUOREE
PARIS (F – 75 009), Théâtre La Bruyère, à 20 h. 45 le vendredi 23.
**
CHANSON PLUS BIFLUOREE
PARIS (F – 75 009), Théâtre La Bruyère, à 16 et 19 heures le samedi 24.
**
CHANSON PLUS BIFLUOREE
PARIS (F – 75 009), Théâtre La Bruyère, à 16 heures le dimanche 25.
**
CHANSON PLUS BIFLUOREE
PARIS (F – 75 009), Théâtre La Bruyère, à 20 h. 45 le mardi 27.
**
CHANSON PLUS BIFLUOREE
PARIS (F – 75 009), Théâtre La Bruyère, à 20 h. 45 le mercredi 28.
**
CHANSON PLUS BIFLUOREE
PARIS (F – 75 009), Théâtre La Bruyère, à 20 h. 45 le jeudi 29.
**
NICOLAS BACCHUS
TOULOUSE (F – 31 300), Le Bijou, à 21 h. 30 le jeudi 29.
**
MONONC’ SERGE
MONTREAL (QC – H2X 2S6), Club Soda, à 20 h. 30 le vendredi 30.
**
CHANSON PLUS BIFLUOREE
PARIS (F – 75 009), Théâtre La Bruyère, à 20 h. 45 le vendredi 30.
**
NICOLAS BACCHUS
TOULOUSE (F – 31 300), Le Bijou, à 21 h. 30 le vendredi 30.
**
CHANSON PLUS BIFLUOREE
PARIS (F – 75 009), Théâtre La Bruyère, à 16 heures et 20 h. 30 le samedi 31.
**
ERIC TOULIS + LOU VOLT
AIX-EN-PROVENCE (F – 13 100), Théâtre, à 20 h. 30 le samedi 31.
**
NICOLAS BACCHUS
TOULOUSE (F – 31 300), Le Bijou, à 21 h. 30 le samedi 31.
.
.
.

Tags: , , , , , ,

Le duo Frero Delavega se séparera par un dernier concert à Bordeaux

frero-delavega-2016Même si leur séparation ne bouleversera pas le paysage de la bonne chanson francophone, le duo Fréro Delavega a décidé de mettre un terme à ses activités. C’est Florian Delavega qui désire prendre du recul après quelques années vécues d’une manière trop rapide. Mais cela n’empêchera pas son compère, Jérémy Frérot, de poursuivre son chemin musical seul. Quoi qu’il en soit, tout en n’étant que les interprètes d’un répertoire qui ne laissera pas des traces éternelles, les deux artistes interpellent par leur parcours et, surtout, par la médiatisation qu’ils ont d’abord cherchée avant d’en subir les conséquences parfois fâcheuses. Car, emporté par la frénésie d’un succès qui en demande toujours plus, notre duo n’a finalement fait que reproduire, chanson après chanson et album après album, le même type de mélodie débitée au mètre. Et on peut comprendre que pour l’un de ces deux musiciens, la vie artistique ne soit pas celle qu’il était sans doute en droit d’attendre. La décision de se séparer professionnellement est donc honnête et, sans doute, sincère. Même si elle est d’emblée assortie d’une grosse opération commerciale visant à vendre de nouveaux albums réunissant les chansons déjà connues et, aussi, à réaliser une dernière grande tournée où les salles de spectacles seront, à coup sûr, remplies au plus vite. Et bien entendu, déjà annoncé comme étant l’ultime retour aux sources de Fréro Delavega, leur tout dernier concert est prévu à Bordeaux, la ville dont ils sont originaires, le 10 juin 2017.
.
.
.

Tags: , , , , , , , ,

11 FEVRIER

 

Pochette de l’album de 2009

11 février 1943 : Naissance, à Bordeaux, de l’auteur et interprète français Serge LAMA. Son papa, Georges Chauvier, est chanteur d’opérette et premier prix du conservatoire de Bordeaux. L’enfance se passe dans la cité bordelaise puis à Paris où son père décide de tenter sa chance au début des années 1950. Mais le succès n’est pas au rendez-vous pour le paternel et le jeune Serge est bientôt contraint de suivre ses parents loin des feux de la rampe. Il finit par fuguer du domicile familial d’Issy-les-Moulineaux pour vivre de petits jobs. En 1962, il effectue son service militaire en Algérie. Il y écrit des chansons qui feront l’objet, plus tard, de ses premiers enregistrements. De retour à Paris, il passe quelques auditions et se retrouve, le jour de ses 21 ans, au cabaret « L’Ecluse » où il chante avant Barbara. Une idylle se noue entre Serge et la pianiste de Barbara: Liliane Benelli. La chanteuse Renée Lebas remarque l’artiste et l’aide à enregistrer un premier super 45 tours en 1964 qui reprend, entre autres, la chanson « A quinze ans ». Dans la foulée, il passe en lever de rideau de Brassens et de Barbara à Bobino. Le 21 novembre 1964, il effectue son premier passage à la télévision française dans l’émission « Jeunesse oblige ». Alors qu’il assure la première partie de la tournée d’été de Marcel Amont, Serge Lama est victime d’un grave accident de la route en Provence le 12 août 1965. Deux personnes sont retirées sans vie de la carcasse du véhicule écrasé contre un arbre. Il s’agit du conducteur Jean-Claude Ghrenassia, frère d’Enrico Macias, et de Liliane Benelli, la fiancée de Serge qui, lui, est hospitalisé très grièvement blessé. Le 7 décembre 1965, une soirée de soutien est organisée pour lui à l’Olympia. Les participants ont pour nom Georges Brassens, Marcel Amont, Régine, Pierre Perret, Barbara, Enrico Macias, Jean-Jacques Debout et Sacha Distel. En mai 1966, alors que les séjours à l’hôpital se multiplient, il rencontre un jeune pianiste envoyé par Régine: Yves Gilbert. C’est lui qui compose bientôt la majeure partie des grands succès de Lama. Les enregistrements de disques reprennent pour Serge Lama: « Les ballons rouges » en 1967 ou encore « D’aventures en aventures » qui est un véritable succès en 1968.
.

.
Le chanteur convalescent reprend aussi le chemin de la scène: il y a celle de l’Ecluse, de l’Olympia (en première partie de Nana Mouskouri), d’une tournée avec Enrico Macias et de Bobino en lever de rideau de Georges Chelon. Ce n’est toutefois qu’en 1970, du 24 février au 16 mars, qu’il chante en vedette à Bobino. Il y interprète notamment « C’est toujours comme ça la première fois » et « Une île ». En avril 1972, Serge Lama se classe 10e pour la France au concours de l’Eurovision, à Dublin. Sa chanson est composée par Alice Dona et a pour titre « Un jardin sur la terre ». Avec cette musicienne, il va alors composer ce qui est sans doute son plus grand succès: « Je suis malade ». Cette chanson figure sur ce qu’on peut appeler un album mythique qui marque le début d’une longue carrière jalonnée de succès: « Chez moi », « Les petites femmes de Pigalle », « La vie lilas », « Mon ami mon maître », « L’Algérie », « Femmes femmes femmes », « Mon enfance m’appelle » ou « Souvenirs attention danger ». Le 23 septembre 1981, il devient le papa d’un petit Frédéric. En 1981 aussi, il réalise son rêve d’enfant: faire reconnaître son père comme un chanteur à part entière. Ils enregistrent ainsi ensemble l’album « Lama père et fils ». Un an plus tard, Serge Lama s’attaque à un projet extraordinaire: écrire avec Yves Gilbert une comédie musicale sur Napoléon. Le spectacle, précédé par l’album reprenant les chansons, reste à l’affiche du théâtre Marigny à Paris pendant près de deux ans. Avant l’une des représentations, l’artiste apprend le décès de son père dans un accident de voiture le 14 décembre 1984. Sa mère, gravement blessée, décède trois mois plus tard. La suite de la carrière de Serge Lama va prendre une tournure plus calme. Les albums vont se succéder mais les nouveaux artistes apparus dans les années 1980 effacent un peu ceux issus de la génération précédente. Serge Lama diversifie alors ses activités. En 1991, il joue au théâtre dans « La facture » de Françoise Dorin aux côtés d’Agnès Soral puis, en 1993, dans « Toâ » de Sacha Guitry. En novembre 1998, un orchestre symphonique est derrière lui sur la scène de l’Olympia de Paris. Pour ses 60 ans et ses 40 ans de carrière en 2003, Serge se produit pour un concert unique à Bercy où le rejoignent de nombreux invités devant 12.000 spectateurs. La même année, bien avant les autres et la mode du genre, Serge enregistre un album de duos avec, notamment, Lara Fabian, Lynda Lemay et Anggun. L’opus intitulé « Pluri’elles » contient aussi un duo virtuel avec Dalida: « Je suis malade ». Quatre ans plus tard, le chanteur effectue une tournée de 200 dates seul en scène accompagné par Sergio Tomassi à l’accordéon multiple: « Accordéonissi’mots ». Le 18e album original de Serge Lama, « L’âge d’horizon », sort fin 2009. En 2012, l’artiste fait une pause pour subir une opération de la hanche. En décembre, il sort un double album: « La balade du poète ». Ce dernier reprend des anciennes chansons réorchestrées et trois titres inédits écrits à l’adolescence. Le 11 février 2013, Serge Lama fête ses 70 ans et ses 50 ans de carrière sur la scène de l’Olympia de Paris. Et, en septembre de la même année, il se produit aussi au Grand Rex à Paris pour un concert télévisé. Il entame alors une longue tournée anniversaire dans tous les pays de la francophonie. Au début de l’année 2015, on apprend, au cours de l’émission télévisée française dominicale « Du côté de chez Dave » sur France 3, qu’il vient d’écrire la totalité des textes d’un nouvel album à paraître de Gérard Lenorman. Mais, bien avant cet album qui tarde à sortir, c’est Serge Lama qui demande une musique à Lenorman (« Hop tempo ») pour un disque commercialisé à la fin 2016. Il faut dire que l’opus « Où sont passés nos rêves » réunit toute une série de compositions élaborées sur des textes de Lama par Adamo, Bénabar, Carla Bruni, Francis Cabrel ou encore Pascal Obispo qui, ayant les mêmes origines que Serge, lui fournit la superbe mélodie de « Bordeaux ».
.

.
Fin 2019, l’artiste déclare que l’état de ses jambes est, de plus en plus, une source de tracas et qu’il renonce désormais aux tournées de concerts très fatigantes. Selon ses propos, il fera encore bien quelques apparitions très épisodiques en province mais il se produira surtout à Paris. Et, de fait, il programme toute une série de concerts qui s’annoncent comme les derniers dans certaines villes de France mais aussi de Belgique, de Suisse et du Québec. Mais, en 2020, la crise sanitaire due à la pandémie du coronavirus covid-19 mettent à mal ses rendez-vous ultimes avec le public qui doivent être reportés plusieurs fois.
.
**********
.

Edmond Lefèvre en 1982

11 février 1995 : Décès, à Mons, du producteur et animateur de radio belge Edmond LEFEVRE. des suites d’un cancer à l’âge de 66 ans. Pour en savoir plus sur le parcours de cette personnalité des médias, veuillez CLIQUER ICI.
.
.
.
.
**********
.
.
.
.
11 février 2002 : Le journaliste belge Eddy PRZYBYLSKI présente, à l’Os à Moëlle à Bruxelles, le livre qu’il vient de publier aux Editions du Roseau Vert sur « Brel à Bruxelles« . Il s’agit d’une façon originale de suivre les pas de l’auteur-compositeur-interprète Jacques BREL à travers les maisons où il a habité et les lieux qu’il a fréquentés dans la capitale belge.
.
.
**********
.
.
HANIN Roger - 45 tours des années 197011 février 2015 : Décès, à Paris, à la suite d’une détresse respiratoire, de l’acteur Roger HANIN. à l’âge de 89 ans. Pour en savoir plus sur la vie et les activités de chanteur de cette personnalité artistique, veuillez CLIQUER ICI.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

 Page 1 of 3  1  2  3 »