ALPHA Jenny

La chanteuse et comédienne française Jenny ALPHA naît le 22 avril 1910 à Fort-de-France (Martinique). Elle y vit dans un milieu aisé jusqu’à ses 19 ans. Puis, elle part à Paris où elle suit des études pour devenir institutrice. Mais elle délaisse bien vite l’école car elle se passionne pour le théâtre. La France est alors en pleine période coloniale et cette situation l’empêche de réaliser son rêve de comédienne. Elle se tourne donc vers le music-hall, domaine où Josephine Baker occupe déjà une place importante. Elle épouse le poète Noël Villard et, domicilié à Nice lors de la seconde guerre mondiale, le couple cache une famille juive. A la libération, Jenny milite pour la reconnaissance de la culture créole. Puis, elle s’adonne enfin à sa véritable passion pour la musique en enregistrant quelques disques en langue créole dont la fameuse « Sérénade du muguet » en 1953.

Mais elle délaisse finalement assez vite cette nouvelle activité pour devenir actrice. En 2008, un documentaire télévisé de 52 minutes lui est consacré par Laurent Champonnois et Federico Nicotra. Diffusé en France sur France Ô et en Martinique sur Réseau France Outre-mer, le reportage connaît un succès étonnant. A l’occasion de cette diffusion, à 98 ans, Jenny Alpha retrouve les studios d’enregistrement pour réaliser un album où elle reprend ses grands succès en compagnie d’invités comme le Français Thomas Dutronc ou le Mauricien Alain Ramanisum. Le CD contient aussi les versions originales de la « Sérénade du muguet » et de « Douvan Pote Doudou ».

Le 8 septembre 2010, la centenaire Jenny Alpha s’éteint à Paris. Le 15 juin 2013, une petite place du 15e arrondissement de Paris est baptisée du nom de l’artiste martiniquaise. Une plaque commémorative est aussi visible sur la façade parisienne du 39 rue de l’Abbé Groult où l’artiste a vécu plus de 37 ans.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

10 SEPTEMBRE

André Dassary en 1961 – Photo (c) Vallois

10 septembre 1912 : Naissance, à Biarritz, du chanteur français André DASSARY, de son véritable nom André Deyhérassary. Très tôt son père le destine aux métiers de l’hôtellerie et, après un stage dans sa ville natale et touristique de Biarritz, il poursuit son apprentissage à Londres et à San Sebastian. Rappelé à Bordeaux pour y effectuer un long service militaire en 1932, il s’inscrit au conservatoire de la ville afin d’obtenir des sorties autorisées pour fréquenter les cours. Il y suit des cours de chant et décroche un premier prix de chant mais aussi d’opérette, d’opéra comique et d’opéra. Son séjour sous les drapeaux lui procure aussi l’opportunité de pratiquer assidûment le sport: il devient champion d’athlétisme et pratique le rugby avant de devenir professeur d’éducation physique. Il entreprend des études de kinésithérapeute mais participe aussi de temps en temps à des concours de chant pour satisfaire une autre de ses passions. C’est au cours de l’un de ces crochets radiophoniques qu’il se fait remarquer, en 1938, par les artistes Danielle Darrieux, Pascali et Ray Ventura. Et c’est finalement au sein de l’orchestre réputé de ce dernier qu’André va faire ses premiers pas de chanteur sous le pseudonyme de Dassary. Avec la formation de Ray Ventura et ses Collégiens, il devient populaire en tournant deux films pour le cinéma: « Feux de Joie » en 1938 et « Tourbillons de Paris » en 1939. Au début de la seconde guerre mondiale, il est prisonnier en Allemagne jusqu’en 1941. A sa libération, de retour à Paris, il entame une carrière de chanteur soliste en participant à l’opérette « L’auberge qui chante ». Il interprète aussi une chanson à la gloire du maréchal Pétain et du régime pro-allemand de Vichy. Le titre « Maréchal, nous voilà » lui vaut d’ailleurs quelques ennuis après la guerre. Mais, malgré cela, ce sont sa capacité et sa technique vocales qui vont lui valoir de bien vite gravir les échelons de la célébrité. Il diversifie alors son répertoire en passant de l’opérette à la chanson traditionnelle pour se produire en récital à l’ABC de Paris après la guerre. Le succès est désormais son quotidien et, en 1952, il reçoit un disque d’or pour certifier la vente d’un million de microsillons. L’année suivante, André Dassary est à l’affiche, en province, de l’opérette « Chanson Gitane ». La tournée l’emmène en Belgique où il est victime d’un terrible accident de la route au carrefour de Noirchain à Frameries près de Mons. Il est transporté dans un état grave à la clinique locale où il reste hospitalisé de nombreuses semaines. En remerciement pour les bons soins reçus, il revient à Frameries pour y chanter lors de la messe de minuit à Noël. Dans la localité, le croisement des routes où a eu lieu l’accident porte désormais le nom de « carrefour Dassary ». Ensuite, les tournées se succèdent pour le chanteur dans tous les pays francophones et sur le continent africain. Il nous quitte le 7 juillet 1987 à Biarritz. Parmi ses grands succès, on retiendra particulièrement « Ramuntcho » enregistré en 1944 dont une video amusante en noir et blanc, malheureusement incomplète, se trouve ci-dessous.

.
**********
.

Mireille Dumas – Photo (c) Charlotte Schousboe – France 3

10 septembre 1953 : Naissance, à Chartres, de la productrice et animatrice de télévision française Mireille DUMAS. Son enfance se déroule en province où elle est élévée par sa mère suite au décès de son père alors qu’elle a trois ans. Professionnellement, elle commence par faire du théâtre avant de réaliser des documentaires pour la télévision dans les années 1980. En 1991, elle crée sa société de production, « MD productions ». Cette dernière se spécialise dans les documentaires télévisés sociétaux. Puis, un an plus tard, Mireille Dumas se tourne vers un projet d’émissions de rencontres plus intimistes où les invités se révèlent au plus profond d’eux-mêmes: « Bas les masques ». A partir de cette date, la productrice va accueillir un nombre impressionnant de personnalités venant se confier sur des sujets parfois très personnels. C’est ainsi que de nombreux artistes et chanteurs francophones de renom seront au programme de ses émissions: Michel Sardou, Enrico Macias, Gilbert Montagné, etc. En 2000, elle lance un nouveau concept du même type: « Vie privée vie publique » sur France 3. Le 12 mars 2012, confirmant une certaine affection pour la chanson et les chanteurs, c’est elle qui est choisie pour présenter sur France 3, en compagnie de Cyril Féraud, le 57e Concours Eurovision de la chanson en direct de Bakou en Azerbaïdjan. Cette opération a d’ailleurs été reconduite en 2013 à Malmö en Suède. A partir de ce moment, la chaîne de télévision publique France 3 diffuse régulièrement les émissions de Mireille Dumas consacrée à des stars de la chanson francophone comme Michel Jonasz et Salvatore Adamo ou des documentaires sur des carrières croisées comme celles de Françoise Hardy, Sheila et Sylvie Vartan par exemple.

.
**********
.

Pochette du single de 1997 « Bye bye »

10 septembre 1970 : Naissance, à Yaoundé au Cameroun, du rappeur français MENELIK aussi appelé MNLK et dont le vrai nom est Albert Tjamag. A l’âge de neuf ans, le petit Albert immigre en France où il est scolarisé à Paris. Il s’intéresse à la littérature et à la musique et, au cours de ses études à l’université en 1990, il rencontre Claude M’Barali, le futur MC Solaar, qui partage ses passions. Ce dernier s’apprête à enregistrer son premier disque, « Bouge de là », et Ménélik le suit dans cette nouvelle aventure musicale. Il enregistre alors un morceau qui figure sur une compilation rap: « Un petit rien de jazz ». Cela lui permet de se faire connaître sur le devant de la scène rap-jazz qui est très prisée, notamment, par les Britanniques. Sa popularité lui permet ainsi de sortir un premier album en 1995: « Phénoménélik ». On y trouve des chansons qui vont devenir des succès: « Tout baigne » et « Quelle aventure ».

Et l’artiste assure la première partie des concerts de MC Solaar qui, entretemps, est devenu une vedette. En 1996, Ménélik reçoit une Victoire de la Musique comme révélation masculine de l’année. Fort de ses premiers succès le rappeur enregistre un deuxième album disponible en 1997. Les deux premiers morceaux qui en sont extraits ne sont pas de nature à confirmer la popularité de Ménélik: « Faut se lâcher » et « Je me souviens » ne sont pas des tubes. Il faut donc attendre un troisième extrait remixé pour revoir Ménélik bien classé dans les ventes de disques avec « Bye bye ». 750.000 exemplaires du single sont vendus en l’espace de six mois. La préparation de l’album suivant avec ses différents voyages entre l’Europe et les Etats-Unis est très difficile et se termine par une grande dispute au sein de l’équipe. L’opus intitulé « OQP » sort toutefois mais il passe plutôt inaperçu tout comme l’album suivant qui est commercialisé un an plus tard: « E-Pop ». Petit à petit, Ménélik se désintéresse un peu de la musique au profit d’autres passions comme la création graphique, le lancement d’une ligne de vêtements, la photographie et le design. Toutefois, en 2008, Ménélik revient à la musique avec un nouvel album intitulé MNLK Project. Deux ans avant de déclarer qu’il arrête ses activités musicales. Pourtant, en 2017, il est de retour avec un morceau intitulé « Liquide » qui est extrait d’un nouvel album appelé « Qlassiks ». En 2018, il fait partie de la tournée « L’âge d’or du rap français » qui fait notamment escale, de façon exceptionnelle en Belgique, à La Louvière le 23 juin pour la finale du concours de jeunes talents « L’Envol des Cités ».
.
**********
.

Bernard Degavre en 2006

Bernard Degavre en 2006

10 septembre 2006 : l’auteur, compositeur et interprète belge Bernard DEGAVRE se produit à 18h00 sur la scène de La Samaritaine à Bruxelles. S’accompagnant à l’harmonica et à la guitare, il est entouré de Guy Stroobant (guitare acoustique et banjo), Pierrot Debiesme (guitare acoustique, électrique et guitare-synthé), Barry Mc Neese (basse) et Philippe Mobers (batterie et percussions).
.
.
**********
.
.
10 septembre 2012 : Sur la chaîne de télé publique France 3, à 20 h. 45, Mireille Dumas propose le programme « Qui êtes-vous Michel Sardou ? ». Au cours de la soirée, Michel SARDOU revient sur les moments forts de sa carrière sans langue de bois et avec franchise. Il évoque aussi ses grands succès et parle aussi de son goût pour l’écriture de textes engagés dans ses chansons.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

28 JUILLET

Christian Delagrange en 1989

28 juillet 1947 : Naissance, à Rabat au Maroc, de Gérard Lepoivre, auteur et interprète français mieux connu sous le pseudonyme de Christian DELAGRANGE. C’est au milieu des années 1960 que ce chanteur à la voix puissante enregistre ses premiers 45 tours sous le pseudonyme de Chris Gallbert. A Lyon, il assure alors la première partie d’un concert des Beatles et d’un récital de Jacques Brel. Au début des années 1970, il se fait remarquer par le producteur Léo Missir qui lui propose de changer de pseudo pour Christian Delagrange. Le succès est immédiatement au rendez-vous de cet interprète classé très vite dans la catégorie des chanteurs de charme. Dès 1972, ses « tubes » ont pour titre « Rosetta », « Sans toi je suis seul », « Petite fille » et « Ne t’en vas pas ».

Sa popularité va connaître un pic durant environ cinq ans: le temps de vendre près de douze millions de disques. Après 1977, il se tourne vers le cinéma, le documentaire et la publicité. Il s’investit également dans le domaine de l’aide humanitaire. En 1992, surfant sur la vague nostalgique des succès d’il y a vingt ans, Francis Derouf, alors directeur artistique de BMG Belgique, lui propose de sortir un album best of à petit prix dans la série « Ariola Express ». Cette occasion de retrouver les chansons de Christian Delagrange sur CD va propulser l’album comme meilleure vente en Belgique durant des mois. Dans la foulée, il est appelé à enregistrer un medley de promotion de l’album avec ses principaux succès. Et il est aussi régulièrement invité de l’émission populaire de variétés de la télé privée belge RTL-TVI: « Dix qu’on aime ». Ce succès faramineux dépasse les frontières de la Belgique où un « best of volume 2 » est commercialisé. En France, un album compilation reprend le meilleur des deux compacts belges. En 1993, Christian enregistre en Belgique un nouvel album fait de chansons originales et d’adaptations françaises de standards anglo-saxons. Le succès est correct et va lui permettre de régulièrement commercialiser de nouveaux opus depuis. Il multiplie aussi les prestations scéniques comme les trois soirées au Casino de Paris en 1999. Dans les années 2000, il participe à quelques éditions de la tournée des idoles « Age tendre et tête de bois ». En 2013, l’album « D’origines italiennes » est commercialisé et, deux ans plus tard, il enregistre l’opus « Ballades en France » qui reprend une série de standards de la chanson française. En 2016, sort un coffret de quatre disques, « Entre vous et moi », dans lequel figurent 50 chansons qui sont des reprises de grands succès français (« C’est extra » ou « L’été indien » par exemple), mais aussi des mélodies italiennes très connues adaptées en français (« Ti amo » ou « Come prima » notamment) ou encore des titres originaux mais aucun des « tubes » des années 1970. En 2020, il est candidat aux élections municipales de Mèze, ville où il réside dans l’Hérault, sur la « Agir pour Mèze autour de Thierry Baëza ». La liste termine deuxième du scrutin et Christian Delagrange n’est pas élu.

.
**********
.

28 juillet 1955 : Naissance de l’animateur et producteur belge de radio et télévision Philippe LUTHERS. Dès le milieu des années 1970, il s’adresse, dans sa ville natale, à la station régionale de la RTBF, radio télévision publique francophone belge, pour y réaliser des petits boulots à côté de ses études de logopédie. Et en fait de petit travail, il se retrouve rapidement à remplacer de temps à autre le titulaire de l’émission de radio phare: « Liège-Matin ». Comme le site de production de Liège est aussi un centre de télévision, il propose des projets d’émission télé. C’est ainsi qu’il devient le présentateur d’un programme de variétés en prime time dans les années 1980: « Coeur et pique ». Il y accueille notamment Julien Clerc, Françoise Hardy, Jacques Higelin, Serge Gainsbourg, Jean-Jacques Goldman, Pierre Rapsat et Renaud.

Il devient ensuite le co-présentateur, avec le regretté Jean-Pierre Hautier, de l’émission « Videogam » qui est la premier rendez-vous diffusant des clips video en Belgique. Dans les années 1980 toujours, il est l’un des artisans du succès du Festival International de la Chanson Française de Spa qui vit ses dernières éditions. Puis, dans les années 1990, il devient le producteur d’émissions comme « Tour de Chance » et « La chanson du siècle ». Ce dernier programme permet de revivre un siècle de chanson française à travers l’interprétation que divers artistes réalisent en direct. Philippe Luthers est aussi à la base d’un des rendez-vous humoristiques les plus suivis de la télé belge: « Signé Taloche » avec les frères Taloche. En 2003, après l’avoir occupé pendant quelques années, il quitte le poste de chef d’antenne de la radio « Fréquence Wallonie » pour devenir l’un des responsables du divertissement télé à la RTBF. En 2006, il apprend qu’il est atteint d’un cancer: le mélanome malin. Il décide de se battre contre le mal mais le combat est rude et difficile. Il continue toutefois à suivre l’actualité musicale et se déplace notamment à Huy le 20 août 2007 pour y applaudir le chanteur cubain Raul Paz au Festival d’Art. Le 30 novembre 2007, Philippe Luthers décède à l’hôpital de la Citadelle de Liège à l’âge de 52 ans.

.
**********
.

LOUPHI en 2007

28 juillet 1969 : Naissance, à Cornwall au Canada, de l’auteur-compositeur-interprète québécois LOUPHI, Louis-Philippe Hébert de son vrai nom. Dès ses premiers mois, ses parents s’installent au Québec à Ville St-Laurent puis à Pierrefonds en banlieue de Montréal. Après ses études collégiale et universitaire en théâtre et communications, il bifurque vers la musique et la chanson. En 1997, il remporte le prix Jacques-Cossette, remis par les membres de la presse, et le prix Chicoutai pour la meilleure présence sur scène, au Festival international de la chanson de Granby. Depuis, il a participé à plusieurs autres festivals de chansons en se baladant entre le Québec, la France, la Belgique, le Brésil et l’Inde. À travers ses chansons, il fait vivre son art chaudement métissé entre la poésie des mots et des gestes. Il a ainsi enregistré deux albums très originaux à ce jour. Le premier sorti en 2002 est une sorte de compilation de chansons écrites depuis 1998 avec, notamment, « Conquistador » et « Le monde est un caillou ». Le second a été commercialisé en 2005 et propose de nouvelles versions de « Conquistador », « Mayday », « A quatre pieds à ma droite » mais aussi de très belles nouvelles chansons comme « Chacun sur son trapèze ». En 2008, l’artiste propose un nouveau spectacle intitulé « Chaman » au Sentier des Halles à Paris ainsi qu’à Charleroi en Belgique.

Louphi vit actuellement dans la région des Cantons de l’Est au Québec. Il est également le chanteur d’un nouveau projet né en 2011: le quartet de jazz « The Colporters ». Il s’est aussi occupé, un temps, du Centre d’art de Richmond où il a eu la chance d’accueillir de nombreux spectacles musicaux dont, notamment, le tour de chant de la Belge Maurane le 18 avril 2012.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,