WILLEMETZ Albert

Albert Willemetz en 1937 (c) Fonds Albert Willemetz

Le librettiste, auteur, parolier et scénariste français Albert WILLEMETZ naît le 14 février 1887 à Paris. Il voit le jour dans un milieu plutôt bourgeois avec un père cadre dans une société d’assurances. Dès son enfance, il a la possibilité d’apprendre la musique et, adolescent, il étudie la littérature puis le droit avant de devenir fonctionnaire. En 1911, il épouse une artiste peintre dont il a un premier fils en 1915 mais les fins de mois sont difficiles. Il se décide alors à mettre ses talents d’auteur au profit de la presse et il écrit ainsi des articles pour des journaux. Parallèlement à cette activité, il est attiré par la poésie et il publie un premier recueil de poèmes en 1914 sous le titre « Au pays d’amour ». Le jeune Sacha Guitry remarque Albert Willemetz et lui demande de collaborer à l’écriture de sa première revue : « ‘Il faut l’avoir » présentée à Paris, au théâtre du Palais Royal en 1915. Trois ans plus tard, et après une première expérience un peu ratée quelques années plus tôt, Willemetz écrit le livret de l’opérette « Phi-Phi » sur une musique composée par Henri Christiné. C’est d’emblée un énorme succès qui est toutefois terni par la mort de son épouse victime de la tuberculose. Désormais, Albert Willemetz va se consacrer à l’écriture d’opérettes, de revues et de chansons comme « Mon homme » interprétée par Mistinguett dans « Paris qui jazz » au Casino de Paris.
.

.
Après son remariage en 1921, il connaît à nouveau un grand succès avec l’opérette « Dédé » qui est proposée au Théâtre des Bouffes-Parisiens et où figurent Urban et Maurice Chevalier qui interprète « Dans la vie faut pas s’en faire ».
.

.
Le chanteur au canotier épinglera d’ailleurs quelques succès de Willemetz à son répertoire : « Valentine » (1925), « Quand on revient » (1927), « Ça m’est égal » (1928) ou « L’amour m’a transformé » (1931).
.

.
D’autres interprètes en vue chanteront aussi d’autres titres de l’auteur par la suite : Dranem, Saint-Granier, Urban, Jean Gabin, Alibert, André Baugé, Marie Dubas, Fernandel, Georges Milton, Bach, Henri Garat et Michel Simon. Après la seconde guerre mondiale, Albert Willemetz devient président de la SACEM, la Société des Auteurs Compositeurs et Editeurs Musicaux français, et le reste jusqu’en 1956. Il écrit moins de chansons mais il accroche à son palmarès les interprètes qui ont pour nom Luis Mariano, Marie Bizet, Andrex, Lucienne Delyle, Jean Sablon, Patrice et Mario, Bourvil, Léo Ferré, Mathé Altéry et les Frères Jacques. Willemetz décède le 7 octobre 1964 d’une rupture d’anévrisme à Marne-la-Coquette. Son oeuvre comprend une centaine d’opérettes et près de 2.000 chansons.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

SALVADOR Henri

Le chanteur compositeur et guitariste français Henri SALVADOR. naît à Cayenne en Guyane le 18 juillet 1917. Il débarque en France, au Havre, à l’âge de douze ans. Très vite, bon musicien, il joue de la guitare dans des orchestres de jazz français comme celui de Ray Ventura. Sa carrière commence donc dans les années 1930 mais il faut attendre 1948 pour qu’il devienne populaire en tant que chanteur. Dans des registres allant de la tendresse à l’humour, ses succès sont devenus des incontournables de la chanson française: Syracuse », « Maladie d’amour », « Zorro est arrivé », « Count Basie », « Faut rigoler », « Le lion est mort ce soir », « Blouse du dentiste », « Le travail c’est la santé », « Minnie petite souris », « J’étais une bonne chanson », « C’est pas la joie » ou encore « Le Loup, la biche et le chevalier » (« Une chanson douce »). Ce dernier titre est visible dans la vidéo ci-dessous qui en propose une version particulière : Henri Salvador y est effectivement accompagné par les Soeurs Kessler au cours d’une émission de la télévision italienne en 1961. Mais ce qui est troublant, c’est que le titre du programme est « Giardino d’inverno », ce qui, en italien, veut dire « Jardin d’hiver ».
.

.

.
En 1949, il obtient le grand prix du disque de l’Académie Charles-Cros, et passe à l’ABC dans la revue de Mistinguett « Paris s’amuse ». En 1956, sous le pseudonyme d’Henry Cording, il est l’un des premiers à interpréter des airs de rock’n’roll en français qui sont, en fait, des parodies signées par Boris Vian.
.

.
Dans les années 1960, sa carrière va évoluer avec l’apparition dans les foyers de la télévision et des émissions de variétés. Maritie et Gilbert Carpentier vont mettre en scène ses chansons les plus drôles comme « Juanita Banana » en 1965.
.

.
Et la consécration suprême vient avec la création de son propre show télévisé: « Salves d’or » en 1968 et 1969.
.

.
Les années 1970 sont encore jalonnées de succès pour Henri Salvador. Il y a « Ah c’qu’on est bien quand on est dans son bain » ou encore quelques reprises comme « Mais non mais non », « J’aime tes genoux » (« Shame shame shame » de Shirley & Co en 1975) ou « Tiens te voilà » (« A melody you never will forget » de Hurricane Smith en 1977).
.

.
En 1979, il est le conteur d' »Emilie Jolie » écrit par Philippe Chatel et il y interprète aussi trois chansons. Il n’y aura pas de version sur disque de ce conte musical pour jeune public mais une émission spéciale sera réalisée pour la télévision française par Jean-Christophe Averty.
.

.
Ce n’est pas la première fois qu’Henri Salvador enregistre des chansons pour le jeune public. Dans les années 1960, il chante ainsi la plupart des airs connus des dessins animés de Walt Disney. Dans les décennies 1980 et 1990, à part la chanson d’origine mauricienne « Ami-oh » (en 1982), le succès de l’artiste s’estompe mais il continue à enregistrer des albums qui ne se vendent pas.
.

.
Toutefois, en 2000, Keren Ann et Benjamin Biolay lui signent des chansons pour un retour triomphal. Le tube « Jardin d’hiver » est extrait de l’album « Chambre avec vue » qui cartonne dans les ventes et amasse les récompenses.
.

.
Sa carrière est véritablement relancée alors qu’il a plus de 80 ans et les albums suivants marcheront encore très bien sans toutefois atteindre le résultat de « Chambre avec vue ». Son dernier album, intitulé « Révérence », est commercialisé en 2006. Et, le 21 décembre 2007, il donne un ultime spectacle au Palais des Congrès de Paris. Henri Salvador meurt le 13 février 2008 d’une rupture d’anévrisme.
.

.
Il est inhumé au cimetière parisien du Père Lachaise le 16 février 2008.
.

.
En 2012, le 18 juin, sort un album posthume avec des titres inédits datant de 1999 finalisés par Benjamin Biolay: « Tant de temps ».
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

JOËLLE (Il était une fois)

La chanteuse américaine JOELLE (Mogensen) naît le 3 février 1953 à New York. Elle vit aux États-Unis jusqu’à l’âge de sept ans, puis au Danemark jusqu’à l’âge de seize ans. Elle suit alors ses parents en France, à Grimaud. C’est en 1969, à Saint-Tropez, qu’elle fait la connaissance de Serge Koolenn et Richard Dewitte, alors musiciens de Michel Polnareff. Ensemble ils créent le groupe « Il était une fois » dont Joëlle est la chanteuse.
.

.
Cette jolie blonde connaît de nombreux succès avec cette formation dans les années 1970: « Rien qu’un ciel », « Les filles du mercredi », « Que fais-tu ce soir après dîner ? », « C’était l’année dernière », « Viens faire un tour sous la pluie » ou « Pomme ».
.

.
Le sommet des ventes est atteint avec le tube de l’été 1975: « J’ai encore rêvé d’elle » que Joëlle interprète en duo avec le batteur du groupe Richard Dewitte.
.

.
Au début des années 1980, à la dissolution du groupe, Joëlle tente une carrière en solo sous son simple prénom. La chanson « Tu sonnes » marche très bien et lui permet d’enregistrer un album.
.

.
Le 15 mai 1982, elle est retrouvée sans vie dans son appartement parisien. Selon la première version officielle, elle est décédée, à 29 ans, d’une rupture d’anévrisme mais ensuite on a parlé d’oedème pulmonaire et d’une éventuelle consommation de stupéfiants. Une autopsie est pratiquée et ne révèle toutefois rien d’anormal.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

PIAF Edith

Edith Piaf en 1961 – Photo (c) Sam Lévin

La chanteuse, compositrice, auteure et comédienne française Edith PIAF naît sous le nom d’Edith Giovanna Gassion le 19 décembre 1915 à Paris dans la misère d’un milieu d’artistes circassiens. La petite est dès lors très vite confiée à sa grand-mère maternelle quelques mois avant d’être prise en charge par sa grand-mère paternelle, patronne d’une maison close. Les pensionnaires de l’établissement trouvent en Edith une mascotte qu’elles vont choyer. Alors qu’elle a sept ans, son père vient la chercher pour mener avec elle la vie d’artiste itinérant. Elle chante dans les rues et tout le monde s’aperçoit bien vite qu’elle possède une voix peu commune. En 1930, elle décide de quitter son père et part avec une amie, Simone, qui chante en duo avec elle. A 17 ans, elle rencontre un certain Louis Dupont qui lui donne une fille, Marcelle, qui naît le 11 février 1933 et qui meurt d’une méningite à l’âge de deux ans. Edith continue à chanter dans les rues de Paris malgré ses soucis et, à la fin de l’année 1935, Louis Leplée, le gérant d’un cabaret situé sur les Champs-Elysées, lui demande de venir chanter chez lui. Il estime qu’elle doit avoir un pseudonyme et, comme elle chante comme un moineau, il la surnomme « la môme Piaf ». Ses prestations au cabaret « Le Gerny’s » attirent du monde et des professionnels de la musique qui lui proposent d’enregistrer un disque. En 1936, la firme Polydor édite « Les mômes de la cloche ».

Quelques semaines plus tard, Louis Leplée est assassiné par le milieu du banditisme qu’il fréquente et Edith Piaf est d’abord soupçonnée puis mise en cause par la presse. Cela complique ses débuts qui pourtant s’annonçaient plutôt bien. Malgré cela, elle parvient à se produire dans les théâtres parisiens de Bobino et de l’Européen. Le compositeur Raymond Asso, qui est l’un des professionnels à l’avoir remarquée au Gerny’s, lui propose de travailler avec elle et, mieux que ça, de devenir son mentor. Il va faire d’Edith Gassion Edith Piaf, la chanteuse professionnelle des music-halls. Et ça marche puisqu’elle chante très vite à l’Alhambra puis à nouveau à Bobino et, enfin, à l’ABC où elle est consacrée vedette de la chanson. Ses enregistrements et disques sont alors diffusés par toutes les radios à la fin des années 1930. En 1940, elle tente l’aventure du théâtre en donnant la réplique à son amant du moment, Paul Meurisse, dans une pièce écrite pour elle par Jean Cocteau: « Le bel indifférent ». Du théâtre, elle passe au cinéma, toujours en compagnie de Paul Meurisse, et elle joue dans « Montmartre-sur-Seine » de Georges Lacombe en 1941. C’est alors la guerre et, parallèlement à ses activités de comédienne, Edith continue à chanter dans la France occupée par les nazis. En 1943, elle va à Berlin « promouvoir la chanson française » en compagnie d’autres artistes comme Loulou Gasté, Viviane Romance ou Albert Préjean. Elle mène alors une sorte de double jeu qui lui permet, selon certains témoignages, de protéger des artistes juifs, de faire évader certains prisonniers français et de poser quelques actes de résistance. Au début de l’année 1944, Edith Piaf chante au Moulin Rouge à Paris et elle tombe amoureuse du jeune premier qui chante en lever de rideau: Yves Montand. La même année, elle perd son père. Et sa mère décède l’année suivante. Après avoir bénéficié de textes et de mélodies écrits et composées par d’autres, Edith Piaf se lance dans l’écriture en 1945 et il faut bien reconnaître que ce coup d’essai est un coup de maître: la chanson s’appelle « La vie en rose ».

Avec Yves Montand, désormais célèbre à son tour, elle joue dans le film « Etoile sans lumière » où ils entonnent ensemble « C’est merveilleux ». Le couple se sépare toutefois en 1946.

A ce moment, la chanteuse rencontre un groupe vocal qui répond au nom des « Compagnons de la Chanson ». Avec eux, elle va connaître un succès fulgurant en interprétant « Les trois cloches » et elle va ainsi leur permettre d’entamer une longue et grande carrière internationale. De 1946 à 1948, elle vit aussi une histoire d’amour avec Jean-Louis Jaubert, le chef des Compagnons.

Mais en 1948, alors qu’elle chante à New York, elle croise le boxeur français Marcel Cerdan et en tombe éperdument amoureuse. Elle voit en lui l’homme qu’elle croit avoir toujours cherché et le couple échafaude de nombreux projets malgré que Cerdan soit marié. Pour cette idylle, elle compose en septembre 1949 le fameux « Hymne à l’amour ».

Mais, le 28 octobre, le boxeur meurt dans un accident d’avion la laissant dans un état psychologique désastreux. En 1951, elle fait la connaissance du chanteur Charles Aznavour qui va lui écrire quelques chansons inoubliables comme « Plus bleu que tes yeux » et « Jezebel ».

Après une passion aussi forte qu’éphémère avec le coureur cycliste Louis Gérardin, Edith Piaf épouse le chanteur Jacques Pills en 1952. Une cure de désintoxication s’avère alors nécessaire avant que l’artiste ne se reconcentre sur sa carrière pour devenir une très grande vedette aux Etats-Unis. En 1956, elle se produit au Carnegie Hall de New York. Elle découvre alors le jeune Georges Moustaki qu’elle va aider pour ses débuts dans la chanson. Ils deviennent amants et Georges lui écrit un « tube »: « Milord ».

En 1959, Edith Piaf s’effondre lors d’un concert à New York: son état de santé ne fait qu’empirer et elle devient dépendante de la morphine. En 1961, apprenant que le music-hall parisien de l’Olympia est menacé de fermeture, Edith décide d’y donner une série de concerts. Elle sauve ainsi l’Olympia et son directeur, Bruno Coquatrix, de la faillite en y chantant « Non je ne regrette rien », une nouvelle mélodie signée Charles Dumont.

Epuisée et de plus en plus souffrante, Edith Piaf épouse un jeune homme de 20 ans son cadet le 9 octobre 1962: Théo Sarapo. Avec lui, elle enregistre un duo: « A quoi ça sert l’amour ».

Au début de l’année 1963, elle enregistre ce qui s’avère être son dernier disque avec une chanson de Francis Lai: « L’homme de Berlin ».

La chanteuse entreprend alors une longue période de repos aux côtés de celui qu’elle vient d’épouser. Pour ce faire, ils emménagent dans une propriété de Grasse sur la Côte d’Azur où Piaf fuit les mondanités et les medias. Malheureusement, rien n’y fait et, le 10 octobre 1963, à 13 h 10, une rupture d’anévrisme emporte la chanteuse. Ayant manifesté la volonté d’être inhumée à Paris, au cimetière du Père Lachaise, le transport de son corps est effectué en cachette, afin semble-t-il d’éviter un certain nombre de formalités administratives, et l’annonce de son décès est officiellement faite le 11 octobre. Les obsèques ont lieu en présence de 200.000 personnes et Piaf est enterrée aux côtés de son père et de sa fille.

.

 

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

7 OCTOBRE

Raymond Lévesque en 2007

7 octobre 1928 : Naissance, à Montréal, du comédien, romancier, auteur, compositeur et interprète canadien Raymond LEVESQUE. Très jeune, Raymond étudie le piano et l’art dramatique. Mais ce sont ses compositions qui vont lui permettre de se faire connaître après avoir reçu une invitation à se présenter à une émission de radio animée par Fernand Robidoux en 1947 au Canada. Peu après, Raymond Lévesque commence à se produire, à Montréal, dans des endroits comme « Au Faisan Doré » ou au « Saint-Germain-des-Prés ». Il prend ensuite les commandes d’une émission de variétés à la télévision canadienne SRC aux côtés de Colette Bonheur: « Mes jeunes années » entre 1952 et 1954. Il part alors pour la France où il enregistre quelques disques chez Barclay: « Les vieilles chansons » (1954), « La famille » (1955), etc. Plusieurs vedettes enregistrent ses chansons: Jean Sablon, Cora Vaucaire ou Bourvil par exemple. Il enregistre d’ailleurs avec ce dernier un hommage à Honoré de Balzac en 1956: « Monsieur Balzac ». Raymond Lévesque interprète également ses chansons dans les petits lieux artistiques que sont « Le Port du Salut » ou « La Colombe » par exemple. Avant de retourner vers son Québec natal, l’artiste écrit une chanson sur la guerre d’Algérie qui va devenir, quelque vingt ans plus tard et dans d’autres circonstances, l’oeuvre majeure de sa carrière: « Quand les hommes vivront d’amour ». A ce moment, la chanson est gravée sur disque par Eddie Constantine.
.

.
En 1959, Raymond Lévesque revient à Montréal où il crée la première boîte à chansons à laquelle il donne le nom « les Bozos ». Jusqu’en 1964, il va aussi travailler pour la télévision puis il tente l’écriture poétique, le théâtre et le roman. En 1974, réunis sur les plaines d’Abraham à Québec pour fêter la francophonie, Félix Leclerc, Gilles Vigneault et Robert Charlebois vont livrer une version publique désormais mythique de sa chanson « Quand les hommes vivront d’amour ». L’artiste québécois continue à enregistrer des chansons comme en 1977 « Le barrage ». En 1980, Raymond Lévesque est récompensé par les professionnels québécois qui lui décernent un Félix. Mais, en 1986, il doit arrêter la chanson à cause d’une surdité profonde. Sa fille, Marie-Marine Lévesque, a repris le flambeau de la chanson et perpétue l’oeuvre de son père en incluant un grand nombre de ses chansons dans son répertoire.
.
**********
.

Bernard Lavilliers en 1983 – Photo (c) Bettina Rheims

7 octobre 1946 : Naissance, à Saint-Etienne, du chanteur français Bernard LAVILLIERS sous le vrai nom de Bernard Oulion. Il naît dans un milieu modeste entre un père syndicaliste qui travaille à la manufacture d’armes et une mère assistante sociale. Et, très vite, ses parents lui transmettent le goût pour la musique classique et la musique tropicale des îles. Le jeune Bernard souffre d’une maladie pulmonaire que la pollution citadine affecte et ses parents emménagent en banlieue. A seize ans, il apprend le métier de tourneur sur métaux et se passionne pour la boxe. Il commet aussi quelques délits qui l’amènent en maison de correction. Il commence ensuite à travailler et s’inscrit au parti communiste. En 1964, il intègre une troupe artistique, « Duk », et, avec elle, il participe à un spectacle de textes et chansons qui a pour nom « Nocturne ». Un an plus tard, Bernard part pour le Brésil où il reste un an. A son retour en France, il est interné à la forteresse de Metz comme insoumis. Une fois libéré, il compte bien faire connaître les chansons qu’il a composées au Brésil et en captivité. Il les présente dans des cabarets parisiens de la rive gauche ainsi qu’à Bordeaux. En 1967, il sort son premier 45 tours avec quatre titres dont « Rose-rêve ».
.

.
Le jeune chanteur se présente au concours de la Rose d’or de Montreux où il décroche un prix avec « La Frime ». Il lui est alors proposé d’enregistrer un premier album en 1968. En mai de cette année-là, il part chanter dans les usines en grève de la région de Lyon. Il sillonne ensuite la France en faisant la manche à l’aide de ses chansons et exerce plusieurs petits boulots pour vivre. Il entre à nouveau en studio en 1969 pour y enregistrer un 45 tours sous le subtil pseudonyme de Edgar De Lyon. Trois ans plus tard, alors qu’il commence à se faire connaître des professionnels de la musique, il sort un deuxième 33 tours: « Les poètes ». Il continue sa lente mais certaine progression avec, en 1975, l’opus intitulé « Le Stéphanois » où l’on découvre notamment « San Salvador ». Un an plus tard, avec la sortie de l’album « Les barbares », Lavilliers franchit un cap supplémentaire en offrant des chansons à tendance rock et funk enrobées de percussions. Il est désormais possible pour le chanteur de se présenter au public dans une grande salle parisienne comme l’Olympia et cela se réalise en octobre 1977. La même année, il part en tournée avec Léo Ferré. Il se lie d’amitié avec celui qui, bien plus qu’une idole, est une référence absolue pour Bernard. En 1979, alors qu’il vit à Saint-Malo, l’artiste décide d’acheter un bateau et de partir pour la Jamaïque, New York et le Brésil. Il en revient pour enregistrer l’album « O Gringo » qui est bourré d’images de voyage et d’exotisme où les succès sont nombreux: « La salsa », « Traffic », « Sertao », « Stand the ghetto », « Kingston » et la reprise de Ferré-Aragon « Est-ce ainsi que les hommes vivent ? ».
.

.
Bernard Lavilliers va définitivement s’imposer dans les années 1980 avec des chansons comme « Pigalle-la-Blanche » (1981), « Betty » (1981), « Idées Noires » (avec Nicoletta en 1983), « Noir et blanc » (1986) et « On the road again » (1988). La décennie 1990 sera marquée par une certaine continuité musicale avec le reggae et l’enregistrement en 1994 d’un duo avec Jimmy Cliff: « Melody tempo harmony ». En 2001, le titre le plus radiodiffusé de Bernard Lavilliers est « Les mains d’or », une chanson ouvrière qui se trouve sur l’album « Arrêt sur image ». Et les disques suivants invitent à nouveau au voyage: « Carnets de bord » en 2004, « Beyrouth » en 2008, « Causes perdues et musiques tropicales » en 2010. Fin 2013, l’artiste revient à l’avant-plan avec un nouvel opus intitulé « Baron samedi » et une chanson : « Y’a pas qu’à New York ». Il entame, quelques mois après la sortie de cet album, une grande tournée qui l’emmène dans les grands festivals d’été comme les Francofolies et la Fête de l’Huma à Paris avant de retrouver les salles de spectacle à l’automne 2014. Au même moment, l’artiste se fait aussi plaisir en sortant un 20e album studio « Acoustique » où il réenregistre ses grandes chansons de manière plus dépouillée et/ou en duo avec d’autres chanteurs et chanteuse comme Jean-Louis Aubert, Oxmo Puccino ou Catherine Ringer. A la rentrée 2017, le nouvel album de Lavilliers, « Cinq minutes au paradis », est lancé par la chanson qui porte le nom d’une ville belge: « Charleroi ». Ce sont les conversations avec son bassiste, Daniel Romeo, de Charleroi, qui lui inspirent cette chanson où le chanteur trouve des similitudes entre Charleroi et sa ville natale de Saint-Etienne: un passé sidérurgique et minier, un présent en activité économique très réduite, et un futur pour espérer.
.
**********
.

Albert Willemetz en 1937 (c) Fonds Albert Willemetz

7 octobre 1964 : Décès d’une rupture d’anévrisme à Marne-la-Coquette du librettiste, auteur, parolier et scénariste français Albert WILLEMETZ à l’âge de 77 ans. Pour en savoir plus sur la vie et la carrière artistique de cette personnalité, veuillez CLIQUER ICI.
.
.
.
.
**********
.
.
.
.
7 octobre 1992 : Présentation à la presse et aux professionnels de la musique, dans le cadre du chalet des Jeux d’Hiver dans le Bois de la Cambre à Bruxelles, du nouvel album de l’artiste belge David JANSSEN : « Croiser les doigts«  qui recèle de « tubes » comme « Tous les garçons se cachent pour pleurer » ou « Besoin d’amour« .
.

Georges Brassens

.
**********
.
7 octobre 2001 : A l’occasion des 20 ans de la disparition de Georges Brassens, une flopée d’artistes se succèdent le 7 octobre sur la scène du Théâtre Gérard-Philippe à Saint-Nazaire (F) pour interpréter l’intégrale de l’oeuvre du poète français. Soit 144 chansons. Anne SYLVESTRE, Julos BEAUCARNE, Michèle BERNARD, François BERANGER, Michel BUHLER, Romain DIDIER, Joël FAVREAU, Paco IBANEZ, Xavier LACOUTURE, Isabelle MAYEREAU, Ricet BARRIER, Gilles SERVAT et Francesca SOLLEVILLE sont présents. Ce copieux spectacle se déroule en deux sessions de 10h00 à 13h00 et de 15h00 à 17h00 pour la première; de 18h00 à 20h00 et de 21h00 à minuit pour la seconde.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,