SALVADOR Henri

Le chanteur compositeur et guitariste français Henri SALVADOR. naît à Cayenne en Guyane le 18 juillet 1917. Il débarque en France, au Havre, à l’âge de douze ans. Très vite, bon musicien, il joue de la guitare dans des orchestres de jazz français comme celui de Ray Ventura. Sa carrière commence donc dans les années 1930 mais il faut attendre 1948 pour qu’il devienne populaire en tant que chanteur. Dans des registres allant de la tendresse à l’humour, ses succès sont devenus des incontournables de la chanson française: Syracuse », « Maladie d’amour », « Zorro est arrivé », « Count Basie », « Faut rigoler », « Le lion est mort ce soir », « Blouse du dentiste », « Le travail c’est la santé », « Minnie petite souris », « J’étais une bonne chanson », « C’est pas la joie » ou encore « Le Loup, la biche et le chevalier » (« Une chanson douce »). Ce dernier titre est visible dans la vidéo ci-dessous qui en propose une version particulière : Henri Salvador y est effectivement accompagné par les Soeurs Kessler au cours d’une émission de la télévision italienne en 1961. Mais ce qui est troublant, c’est que le titre du programme est « Giardino d’inverno », ce qui, en italien, veut dire « Jardin d’hiver ».
.

.

.
En 1949, il obtient le grand prix du disque de l’Académie Charles-Cros, et passe à l’ABC dans la revue de Mistinguett « Paris s’amuse ». En 1956, sous le pseudonyme d’Henry Cording, il est l’un des premiers à interpréter des airs de rock’n’roll en français qui sont, en fait, des parodies signées par Boris Vian.
.

.
Dans les années 1960, sa carrière va évoluer avec l’apparition dans les foyers de la télévision et des émissions de variétés. Maritie et Gilbert Carpentier vont mettre en scène ses chansons les plus drôles comme « Juanita Banana » en 1965.
.

.
Et la consécration suprême vient avec la création de son propre show télévisé: « Salves d’or » en 1968 et 1969.
.

.
Les années 1970 sont encore jalonnées de succès pour Henri Salvador. Il y a « Ah c’qu’on est bien quand on est dans son bain » ou encore quelques reprises comme « Mais non mais non », « J’aime tes genoux » (« Shame shame shame » de Shirley & Co en 1975) ou « Tiens te voilà » (« A melody you never will forget » de Hurricane Smith en 1977).
.

.
En 1979, il est le conteur d' »Emilie Jolie » écrit par Philippe Chatel et il y interprète aussi trois chansons. Il n’y aura pas de version sur disque de ce conte musical pour jeune public mais une émission spéciale sera réalisée pour la télévision française par Jean-Christophe Averty.
.

.
Ce n’est pas la première fois qu’Henri Salvador enregistre des chansons pour le jeune public. Dans les années 1960, il chante ainsi la plupart des airs connus des dessins animés de Walt Disney. Dans les décennies 1980 et 1990, à part la chanson d’origine mauricienne « Ami-oh » (en 1982), le succès de l’artiste s’estompe mais il continue à enregistrer des albums qui ne se vendent pas.
.

.
Toutefois, en 2000, Keren Ann et Benjamin Biolay lui signent des chansons pour un retour triomphal. Le tube « Jardin d’hiver » est extrait de l’album « Chambre avec vue » qui cartonne dans les ventes et amasse les récompenses.
.

.
Sa carrière est véritablement relancée alors qu’il a plus de 80 ans et les albums suivants marcheront encore très bien sans toutefois atteindre le résultat de « Chambre avec vue ». Son dernier album, intitulé « Révérence », est commercialisé en 2006. Et, le 21 décembre 2007, il donne un ultime spectacle au Palais des Congrès de Paris. Henri Salvador meurt le 13 février 2008 d’une rupture d’anévrisme.
.

.
Il est inhumé au cimetière parisien du Père Lachaise le 16 février 2008.
.

.
En 2012, le 18 juin, sort un album posthume avec des titres inédits datant de 1999 finalisés par Benjamin Biolay: « Tant de temps ».
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

BOY Danny (Claude Piron)

Danny Boy et les Pénitents en 1962 (c) Studio Legrand

Le chanteur français Danny BOY, de son vrai nom Claude Piron, est né le 25 janvier 1936 à Saint-Pierre-de-Cormeilles dans l’Eure. Claude Piron commence sa carrière en 1958 avec une reprise du succès des Kalin Twins « When » devenu « Viens » en français (également interprété par Richard Anthony).

Il enregistre ses premiers disques sous son vrai nom. Puis, en 1960, il forme le groupe Danny Boy et ses Pénitents en s’entourant de trois musiciens spécialisés dans le jazz qui, pour ne pas être reconnus derrière un jeune rocker, décident de porter une cagoule. Peu de temps après, ce sont quatre autres musiciens qui les remplacent pour offrir les grands succès du groupe qui ont pour titres « Un collier de tes bras », « Un coup au cœur », « C’est encore une souris » ou « Je ne veux plus être un dragueur ».

Deux ans plus tard, le groupe se produit pendant huit mois avec le cirque Pinder mais il ne finit pas la tournée, rongé par des querelles intestines. Claude Piron poursuit alors sa carrière artistique au sein d’autres groupes comme Les Pingouins ou Les Schtroumpfs.

En 1967, il reforme le groupe des Pénitents qui, sans cagoules cette fois, participe à la tournée « L’Épopée du rock » avec Vince Taylor. C’est véritablement la fin d’une époque et une page se tourne pour Claude Piron qui promène désormais son étal de poissonnier sur les marchés de Normandie. Parmi les succès enregistrés par Danny Boy entre 1961 et 1967, il y a aussi « Croque la pomme » ou encore la reprise du fameux « Locomotion » de Little Eva chanté aussi par Sylvie Vartan (en 1962). Accompagné par un groupe appelé « Les Vinyls », Danny Boy fait un retour sur scène en 2004, notamment à l’Olympia de Paris.

Puis, deux ans plus tard, il se produit régulièrement sur la scène parisienne du Petit Journal (Montparnasse) en compagnie des « Guitar Express ».

Enfin, il rejoint un moment la tournée nostalgique « Rock’n’Roll Legend », aux côtés de Vic Laurens et de Mike Shannon notamment. L’artiste meurt le 7 août 2020 au Havre à l’âge de 84 ans.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

OCTOBRE 2016

YVES JAMAIT
CHENOVE (F – 21 300), Le Cèdre, à 20 heures le samedi 1er.
**
NICOLAS MICHAUX
BASTOGNE (B – 6600), Centre Culturel, à 20 heures le samedi 1er.
**
RENAUD
EVRY (F – 91 054), Arènes de l’Agora, à 2O heures le samedi 1er.
**
CATHERINE MAJOR
RICHMOND (QC – J0B 2H0), Centre d’Art, à 20 heures le samedi 1er.
**
YVES JAMAIT
CHENOVE (F – 21 300), Le Cèdre, à 17 heures le dimanche 2.
**
TRYO
PARIS (F – 75 019), Cabaret Sauvage, à 20 heures le mercredi 5.
**
LOUISE ATTAQUE
GRENOBLE (F – 38 100), Summum, à 20 heures le jeudi 6.
**
TRYO
PARIS (F – 75 019), Cabaret Sauvage, à 20 heures le jeudi 6.
**
LISA LEBLANC
RIMOUSKI (QC – G5L 4B4), Salle Desjardins-Telus, à 20 heures le jeudi 6.
**
iNA-iCH + LA PIETA + ARMAN MELIES
IVRY-SUR-SEINE (F – 94 200), Théâtre Antoine Vitez, à 19 heures le vendredi 7.
**
FRANCE D’AMOUR
SAINT-EUSTACHE (QC – J7R 2L9), La petite église, à 20 heures le vendredi 7.
**
PASCAL OBISPO
BOURG-EN-BRESSE (F – 01 000), Ainterexpo, à 20 heures le vendredi 7.
**
TRYO
PARIS (F – 75 019), Cabaret Sauvage, à 20 heures le vendredi 7.
**
KASSAV
TOULOUSE (F – 31 300), Le Zénith, à 20 heures le vendredi 7.
**
DALTON TELEGRAMME
NANDRIN (B – 4550), Aux deux ours, à 20 heures le vendredi 7.
**
DARAN
LIEGE (B – 4000), Le Réflektor, à 20 h. 30 le vendredi 7.
**
LAURENT VIEL
MARCINELLE (B – 6001), Centre communautaire, à 20 heures le samedi 8.
**
MICHAEL GREGORIO
MARSEILLE (F – 13 004), Le Dôme, à 20 heures le samedi 8.
**
PASCAL OBISPO
AMNEVILLE (F – 57 360), Le Galaxie, à 20 heures le samedi 8.
**
TRYO
PARIS (F – 75 019), Cabaret Sauvage, à 20 heures le samedi 8.
**
LA BRONZE
BRUXELLES (B – 1000), Espace Magh, à 20 heures le samedi 8.
**
YVES JAMAIT
BOURGOIN JALLIEU (F – 38 300), Abattoirs, à 20 h. 30 le samedi 8.
**
DARAN + MATHILDE FERNANDEZ
BRUXELLES (B – 1030), Théâtre 140, à 20 h. 30 le samedi 8.
**
THIERRY DELL
WATERMAEL-BOISFORT (B – 1170), Salle Saint-Clément, à 15 h. 30 le dimanche 9.
**
KIDS UNITED
LILLE (F – 59 000), Zénith Arena, à 16 heures le dimanche 9.
**
SIMON FERRANTE + MARCIE + FACTEURS CHEVAUX
PARIS (F – 75 018), Les Trois Baudets, à 20 heures le lundi 10.
**
PASCAL OBISPO
ORLEANS (F – 45 000), Zénith, à 20 heures le mardi 11.
**
RENAUD
PARIS (F – 75 019), Zénith, à 20 heures le mardi 11.
**
MICHAEL GREGORIO
LILLE (F – 59 000), Zénith Arena, à 20 heures le mercredi 12.
**
PASCAL OBISPO
ROUEN (F – 76 000), Le Zénith, à 20 heures le mercredi 12.
**
FRANCOIZ BREUT + FOU DETECTIVE
BRUXELLES (B – 1040), Atelier 210, à 20 heures le mercredi 12.
**
RENAUD
PARIS (F – 75 019), Zénith, à 20 heures le mercredi 12.
**
CHRISTOPHE
NIMES (F – 30 000), Paloma, à 20 heures le mercredi 12.
**
NICOLAS JULES + ANTOINE HENAUT
BRUXELLES (B – 1000), Le Jardin de ma soeur, à 20 heures le jeudi 13.
**
ARNO
BRUXELLES (B – 1000), Ancienne Belgique, à 20 heures le jeudi 13.
**
OLIVIER JUPRELLE
NANDRIN (B – 4550), Aux deux ours, à 20 heures le jeudi 13.
**
RENAUD
PARIS (F – 75 019), Zénith, à 20 heures le jeudi 13.
**
PAULE-ANDREE CASSIDY
LUTRY (CH – 1095), L’Esprit Frappeur, à 20 heures le jeudi 13.
**
LES INSUS
BRUXELLES (B – 1190), Forest-National, à 20 heures le jeudi 13.
**
FRANCE D’AMOUR
GRANBY (QC – J2G 2V1), Palace, à 20 heures le vendredi 14.
**
CATHERINE MAJOR
TERREBONNE (QC – J6W 1E5), Théâtre du Vieux Terrebonne, à 20 heures le vendredi 14.
**
PASCAL OBISPO
STRASBOURG (F – 67 000), Zénith, à 20 heures le vendredi 14.
**
DELTA
BRUXELLES (B – 1000), La Madeleine, à 20 heures le vendredi 14.
**
RENAUD
PARIS (F – 75 019), Zénith, à 20 heures le vendredi 14.
**
PAULE-ANDREE CASSIDY
LUTRY (CH – 1095), L’Esprit Frappeur, à 20 heures le vendredi 14.
**
SEBASTIEN COOLS chante JACQUES BREL
BINCHE (B – 7130), Théâtre communal, à 20 heures le vendredi 14.
**
CLEMENT
BRUXELLES (B – 1050), La Soupape, à 21 heures le vendredi 14.
**
SIDI WACHO
PONT PEAN (F – 35 131), Espace Beausoleil, à 21 heures le vendredi 14.
**
KIDS UNITED
MARSEILLE (F – 13 004), Le Dôme, à 17 heures le samedi 15.
**
HENRI DES
MONS (B – 7000), Théâtre Royal, à 17 heures le samedi 15.
**
PASCAL OBISPO
DIJON (F – 21 000), Zénith, à 20 heures le samedi 15.
**
THOMAS FERSEN
ATH (B – 7800), Le Palace, à 20 heures le samedi 15.
**
CATHERINE MAJOR
SHAWINIGAN (QC – G9T 2G1), Maison de la culture Francis Brisson, à 20 heures le samedi 15.
**
DENIS K
BRUXELLES (B – 1000), Le Jardin de ma soeur, à 20 heures le samedi 15.
**
NICOLAS MICHAUX + ANTOINE HENAUT
BRAINE-LE-COMTE (B – 7090), Salle Baudouin IV, à 20 heures le samedi 15.
**
RENAUD
PARIS (F – 75 019), Zénith, à 20 heures le samedi 15.
**
OLIVIER JUPRELLE + RECITAL BOXON
BRUXELLES (B – 1060), Centre Culturel Jacques Franck, à 20 h. 30 le samedi 15.
**
SIDI WACHO
CHATEAULIN (F – 29 150), Run ar puns, à 22 heures le samedi 15.
**
SALOME LECLERC + LOUIS-JEAN CORMIER
BRUXELLES (B – 1210), Botanique, à 20 heures le dimanche 16.
**
MICHELE BERNARD + ELSA GELLY
PARIS (F – 75 011), Café de la Danse, à 19 h. 30 le lundi 17.
**
LES INSUS
LILLE (F – 59 000), Zénith Arena, à 20 heures le lundi 17.
**
CHIMENE BADI
BRUXELLES (B – 1000), Cirque Royal, à 20 heures le mardi 18.
**
LOUIS-JEAN CORMIER + NICOLAS MICHAUX
CEBAZAT (F – 63 118), Le Sémaphore, à 20 h. 30 le mardi 18.
**
NICOLAS JULES
FIGEAC (F – 46 100), La Chapelle, à 20 h 45 le mardi 18.
**
ARTHUR H
NANTES (F – 44 000), L’or d’Eros, à 21 heures le mardi 18.
**
RENE SIMARD
AMOS (QC – J9T 2G1), Théâtre des Eskers, à 19 h. 30 le jeudi 20.
**
BERTRAND BELIN + ANTOINE HENAUT
TOURNAI (B – 7500), Maison de la Culture, à 20 heures le jeudi 20.
**
LOUIS-JEAN CORMIER
PORTES-LES-VALENCE (F – 26 800), Train théâtre, à 20 heures le jeudi 20.
**
ARNO
ANVERS (B – 2140), De Roma, à 20 heures le jeudi 20.
**
CHLOE LACAN + ZAZA FOURNIER
ROUBAIX (F – 59 100), Magic Mirror, Grand-Place, à 20 h. 30 le jeudi 20.
**
BENOIT PARADIS TRIO
LILLE (F – 59 000), Le Biplan, à 20 h. 30 le jeudi 20.
**
DAVID SIRE
FOUGERES (F – 35 300), Le Coquelicot, à 21 heures le jeudi 20.
**
PAULE-ANDREE CASSIDY
GRENOBLE (F – 38 000), Café des Arts, à 19 h. 30 le vendredi 21.
**
VERONIC DICAIRE
COLFONTAINE (B – 7340), Espace Magnum, à 20 heures le vendredi 21.
**
ALDEBERT
LE HAVRE (F – 76 600), Théâtre de l’Hôtel de ville, à 20 heures le vendredi 21.
**
PLUME LATRAVERSE
DRUMMONDVILLE (QC – J2C 2P7), Maison des Arts, à 20 heures le vendredi 21.
**
CATHERINE MAJOR
QUEBEC (QC – G1R 2B3), Grand théâtre, à 20 heures le vendredi 21.
**
ARNO
OSTENDE (B – 8400), Casino-Kursaal, à 20 heures le vendredi 21.
**
OLDELAF & ALAIN BERTHIER
LIEGE (B – 4000), Théâtre Universitaire Royal, à 20 heures le vendredi 21.
**
COLLECTIF 13 + BOULEVARD DES AIRS
BRUXELLES (B – 1000), Théâtre National, à 20 h. 30 le vendredi 21.
**
GAUVAIN SERS + DALTON TELEGRAMME
STAVELOT (B – 4970), Salle Prume de l’Abbaye, à 20 h. 30 le vendredi 21.
**
CEDRIC GERVY + BENOIT PARADIS TRIO
STAVELOT (B – 4970), Salle Prume de l’Abbaye, à 20 heures le samedi 22.
**
DENIS K + LA GRANDE SOPHIE
BASTOGNE (B – 6600), Espace 23, à 20 heures le samedi 22.
**
YVES JAMAIT
LE HAVRE (F – 76 600), Théâtre de l’Hôtel de ville, à 20 heures le samedi 22.
**
GERARD LENORMAN
SAINT MARTIN DE CRAU (F – 13 310), Le Galet, à 21 heures le samedi 22.
**
PAULE-ANDREE CASSIDY
IVRY-SUR-SEINE (F – 94 200), L’Annexe, à 21 h. 30 le samedi 22.
**
ARNO
GENT (B – 9000), Vooruit, à 20 heures le dimanche 23.
**
RENAUD
PARIS (F – 75 019), Zénith, à 20 heures le mardi 25.
**
MIOSSEC
PARIS (F – 75 010), Théâtre des Bouffes du Nord, à 20 heures le mardi 25.
**
PASCAL OBISPO
TROYES (F – 10 000), Expo Cube, à 20 h. 30 le mardi 25.
**
RENAUD
PARIS (F – 75 019), Zénith, à 20 heures le mercredi 26.
**
VERONIC DICAIRE
ANVERS (B – 2000), Stadsschouwburg, à 20 heures le mercredi 26.
**
VIANNEY
MONTREAL (QC – H2X 2A3), L’Astral, à 20 heures le jeudi 27.
**
NICOLAS MICHAUX
BRUXELLES (B – 1000), La Madeleine, à 20 heures le jeudi 27.
**
LISA LEBLANC
SHERBROOKE (QC – J1H 5A9), Théâtre Granada, à 20 heures le vendredi 28.
**
TOUT FINIRA BIEN + VERONIQUE PESTEL
STAVELOT (B – 4970), Salle Prume de l’Abbaye, à 20 heures le vendredi 28.
**
ARNO
LIEGE (B – 4000), Forum, à 20 heures le vendredi 28.
**
MANU LOUIS + DIMONE
STAVELOT (B – 4970), Salle Prume de l’Abbaye, à 20 heures le samedi 29.
**
PATRICK SEBASTIEN
GRENOBLE (F – 38 100), Summum, à 20 heures le samedi 29.
**
FLORENT VOLLANT
MONTREAL (QC – H2V 1V6), Théâtre Outremont, à 20 heures le samedi 29.
**
ZAZIE
CANNES (F – 06 400), Palais des Festivals, à 20 h. 30 le samedi 29.
**
KIDS UNITED
TOULOUSE (F – 31 300), Le Zénith, à 15 heures le dimanche 30.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , ,

24 FEVRIER

 

Michel Legrand dans les années 1970 – Photo (c) P. Bertrand

24 février 1932 : Naissance, à Bécon-les-Bruyères, du compositeur, chanteur et musicien français Michel LEGRAND. Pour en savoir plus sur sa carrière d’artiste et, plus particulièrement, sur ses activités de compositeur de chansons ainsi que de chanteur, veuillez CLIQUER ICI.
.
.
.
.
**********
.
.
.
.

Plastic Bertrand en 1981

24 février 1954 : Naissance, à Bruxelles, du chanteur belge Plastic BERTRAND sous le nom de Roger Jouret. Après quelques expériences musicales avec des groupes punk amateurs de la région de Bruxelles, Roger est choisi pour interpréter une chanson qui est plutôt une parodie du genre: « Ca plane pour moi ».
.

.

Pour être totalement dans la démarche, un pseudonyme surprenant lui est attribué: Plastic Bertrand. Pourquoi pas? Il existe bien Edith Nylon! Dès le lancement du 45 tours en septembre 1977, c’est un véritable ras de marée chez les disquaires. Les ventes atteignent rapidement les sommets et le titre se classe même en tête du classement des ventes Billboard américain. Cela n’est plus arrivé à un artiste belge depuis le fameux « Dominique » de Soeur Sourire (« The Singing Nun »). Après un tel « carton », on peut s’attendre à ce que Plastic Bertrand disparaisse à tout jamais comme tous les phénomènes de ce genre. Il n’en est rien: le garçon multiplie ensuite les enregistrements et, mieux, il enchaîne les succès pour installer une véritable carrière. Il y a ainsi « Bambino », « Le monde est merveilleux », « Tout petit la planète », « Sentimentale-moi », « Stop ou encore », « Jacques Cousteau », etc. En décembre 1983, Plastic Bertrand participe, en jouant le rôle de Pinocchio, au conte musical pour enfants créé pour la télévision par Alain et Daniel Boublil : « Abbacadabra ». La musique est celle des chansons du groupe suédois Abba et sur l’album qui en est enregistré, il interprète « Mon nez mon nez », adaptation de « Money money money ». Dans les années 1990, il sacrifie à la mode de la house music en interprétant « Plastiiiiic ». Puis, il s’essaie même à la chanson française plus traditionnelle avec l’album « Suite diagonale » qui ne connait pas le succès. Depuis, comme d’autres artistes, Plastic Bertrand surfe sur la vague nostalgique des années 1970 et 1980 en participant à des concerts qui y sont consacrés comme « Stars 80 ». Il reste une figure incontournable de la chanson francophone légère des années 1980 même si, au niveau de sa participation à ses premiers enregistrements, beaucoup de choses vraies ou fausses, ont été dites. Fin 2020, Plastic Bertrand commercialise un nouvel album intitulé « L’expérience humaine » qui, tout en étant très original, moderne et contemporain, reste dans la lignée du répertoire caractéristique de cet artiste hors du commun. Avec des clins d’oeil vers les influences de David Bowie ou des Daft Punk. Fait exceptionnel pour un chanteur francophone, l’opus est également disponible en anglais (« The human experience »).
.

.
**********
.

Laurent Ruquier en 2013 (c) Starus @ Wikipedia

24 février 1963 : Naissance, au Havre, de l’animateur de radio et de télévision, producteur de télévision et de théâtre, humoriste, parolier, écrivain et auteur de théâtre français Laurent RUQUIER. Il est le cadet d’une famille avec cinq enfants. Son père, Roger, était chaudronnier aux chantiers navals du Havre et sa mère, Raymonde, femme au foyer qui lui donne naissance à l’âge de 40 ans. Dès son enfance, il est fasciné par la radio et se construit un univers autour d’une station d’émissions virtuelle. Adolescent, il publie des chroniques satiriques dans le journal de son école et, durant les pauses récréation, il raconte à ses camarades les blagues de l’humoriste Pierre Doris qu’il vénère. Ayant obtenu le baccalauréat, il s’oriente vers des études de comptable, et décroche un diplôme de cette spécialité à l’université de Rouen puis dans la Gestion des Entreprises et des administrations à l’université du Havre. Parallèlement à ces études, Laurent n’oublie pas sa passion de toujours : la radio. Et, au cours de l’été 1980, à la faveur d’un concours lancé par RTL, il est engagé sur base d’une cassette qu’il a envoyée. Mieux : le 14 août de cette année-là, il anime son propre programme entre 23h30 et minuit dans la station parisienne de la Rue Bayard. Pour payer les études qu’il poursuit, Laurent effectue différents petits boulots mais c’est toujours la radio qui l’intéresse. Il propose ainsi bénévolement ses services à différentes radios libres et locales entre 1983 et 1986, date à laquelle il effectue son service national de 21 mois comme objecteur de conscience. Quelques mois plus tard, sa tante qui est une auditrice assidue de l’émission « L’Oreille en coin » sur France Inter, le pousse à contacter son animateur Jacques Mailhot. Ce dernier est intéressé par les textes de Laurent Ruquier et lui propose d’apparaître dans son émission à la télé régionale FR3 Ile-de-France : « Paris Kiosque » le 25 avril 1987. Au hasard des rencontres parisiennes, Laurent travaille alors pour Jean Amadou et Maryse (Europe 1) avant de se retrouver à proposer des sketches dans « La Classe » sur FR3. Se basant sur sa candidature, c’est ensuite Jacques Martin qui l’engage comme chroniqueur de l’émission « Ainsi font font font » pendant un an sur la chaîne Antenne 2 en 1990. Pierre Bouteiller, alors directeur de France Inter, lui confie une émission d’été sur sa station et la carrière médiatique de Laurent Ruquier est lancée. Sur France Inter, il devient l’animateur de « Ferme la fenêtre pour les moustiques » (1991) puis de « Rien à cirer » où figurent de jeunes humoristes comme Pascal Brunner, Anne Roumanoff, Sophie Forte, Virginie Lemoine, Laurence Boccolini, Christophe Alévêque, Patrick Adler ou Laurent Gerra. En 1997, son programme a pour titre « Dans tous les sens ». Son voyage radiophonique se poursuit en 1999 à Europe 1 avec « On va s’gêner » jusqu’en 2014. En 2005, l’animateur se lance dans la production de spectacles avec l’organisation du retour sur scène de l’idole de son enfance : la chanteuse Marie Laforêt. Les concerts ont lieu à Montréal puis à Paris et un peu partout dans la francophonie.
.

.
Poursuivant sur ce chemin de producteur artistique, il met sur pied, en 2006, les retours sur scène de deux chanteuses célèbres dans les années 1980 : Pauline Ester (« Oui j’l’adore ») et Véronique Rivière (« Tout court »). La même année, il donne un gros coup de pouce à un jeune imitateur-chanteur français en produisant son premier show : Michaël Gregorio. A partir de 2007, Laurent Ruquier présente aussi des émissions télévisées, quotidiennes ou hebdomadaires, sur France 2 (« On n’est pas couché », « On ne demande qu’à en rire » puis « Les enfants de la télé » et « On est en direct »). L’année d’après, sur le souhait de Katia Aznavour, la fille du chanteur, il écrit une comédie musicale basé sur le répertoire de Charles Aznavour : « Je m’voyais déjà ». Le spectacle est mis en scène par Alain Sachs et est proposé au public parisien du théâtre du Gymnase du 2 octobre 2008 au 4 janvier 2009 avant de jouer les prolongations au Théâtre Comédia à partir de février 2009. Parmi les artistes participants, on peut citer Diane Tell, Véronique Rivière, Jonatan Cerrada ou Pablo Villafranca.
.

.
En 2014, Ruquier revient à RTL où il prend la succession de Philippe Bouvard qui y présente les Grosses Têtes depuis 37 ans ! Il réalise ainsi un rêve d’enfant mais cela ne se fait pas sans mal si l’on en croit les réactions des auditeurs mais aussi de Philippe Bouvard lui-même. Poursuivant la réalisation de ses fantasmes de petit garçon, il décide de reformer le groupe musical féminin français « Les Parisiennes » en 2017. Les quatre chanteuses sélectionnées ont pour nom Arielle Dombasle, Mareva Galanter, Inna Modja et Helena Noguerra. Un album est enregistré par le quatuor et des spectacles sont prévus à partir de mai 2018 avec un passage à l’Olympia les 18 et 19 décembre de cette année-là. Il est donc évidemment logique que Laurent Ruquier soit mentionné sur ce site « Passion Chanson » par rapport à son amour de la chanson française mais aussi du spectacle vivant.
.
***********
.

Jean Sablon en 1961

24 février 1994 : Décès, à Cannes, de l’interprète français Jean SABLON à l’âge de 87 ans. Pour en savoir plus sur sa carrière artistique, veuillez CLIQUER ICI.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

21 FEVRIER

 

Photo de la pochette du CD « Poètes et chansons » consacré à Raymond Queneau (c) EPM

21 février 1903 : Naissance, au Havre (F), de Raymond QUENEAU, qui fut ce qu’on peut vraiment appeler un « homme de lettres » tant ses oeuvres furent diversifiées au sein de la littérature. Il fut ainsi romancier, poète, dramaturge, auteur et  cofondateur du groupe littéraire « Oulipo ». À la Libération de Paris en 1945, il fréquente Saint-Germain-des-Prés. Son poème « Si tu t’imagines » est alors mis en musique par Joseph Kosma et devient l’un des premiers succès de Juliette Gréco. D’autres textes de Queneau seront ensuite interprétés par les Frères Jacques et repris par d’autres artistes non moins célèbres. Raymond Queneau est mort à Paris le 25 octobre 1976 des suites d’un cancer du poumon.
.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,