MORGAN Marc

Marc MORGAN en 2010 – Photo (c) Pascal Schyns – Sofam

L’auteur, compositeur et interprète belge Marc MORGAN naît le 30 avril 1962 à Huy sous l’identité de Marc Wathieu. Il suit des études de graphisme mais se passionne très tôt pour la musique qu’il apprend en autodidacte.  Dès 1979, il forme avec son frère le groupe « Objectif lune ». Puis il suit les cours de l’Ecole Supérieure des Arts Saint-Luc de Liège et devient graphiste. Il rejoint ensuite la formation des « Révérends du Prince Albert » qui s’apparente plus à un groupe de bals populaires qu’à une vraie bande de rockers. Avec eux, il va enregistrer un album en 1982 (« Ah ! quel massacre »), connaître quelques succès radiophoniques en Belgique et participer à des podiums gratuits comme celui proposé à Hérinnes dans le cadre du Tour du Hainaut Occidental cycliste au milieu des années 1980. Le répertoire du groupe est principalement constitué de reprises de titres des années 1960 comme « Baby tu me rends fou ». Dans la vidéo ci-dessous, on retrouve le groupe dans l’émission « Graffiti » de la télévision belge publique RTBF présentée par Terry Focant. Marc Morgan est l’un des deux chanteurs en costume. C’est celui qui n’est pas barbu et qui porte des lunettes et qui se fait alors appeler Marc Donald. A la fin de la séquence, on reconnaît furtivement l’une des stars de la radio rock belge « Classic 21 »:  Jacques de Pierpont dit « Ponpon ».
.

.
Quelques années plus tard, Marc se lance dans une autre aventure musicale qui lui colle mieux à la peau et il fonde « Les Tricheurs ». Ces derniers connaissent un bon succès en Belgique grâce à leurs 45 tours comme « Le jour J » et ils enregistrent un album, « Tendez vos lèvres », en 1989. L’opus a les faveurs de nombreuses émissions de radio comme celle, en Belgique, du regretté Philippe Gauthier sur la chaîne Radio 2 de la RTBF : « Perfecto ». Mais le succès escompté n’est pas au rendez-vous et, en 1992, le groupe se dissout.
.

.
A ce moment, Marc réalise avec Rudy Léonet, producteur de radio belge qui sera à l’origine plus tard de la chaîne Pure FM (RTBF), un projet musical qui a pour nom « La Variété » et qui enregistre quelques titres sur un CD. Puis, Marc décide de s’installer à Paris et d’enfin vivre de la chanson en solo. Avec l’aide d’Yves Bigot, alors patron du nouveau label Fnac Musique, il commercialise un album sous le pseudonyme de Marc Morgan: « Un cygne sur l’Orénoque » sort en 1993. L’album est littéralement propulsé par un titre qui envahit les ondes: « Notre mystère nos retrouvailles ». Ce succès sera suivi d’une série de concerts un peu partout dans la francophonie ainsi que de participations aux grands festivals comme les Francofolies ou le Festival d’été de Québec entre autres. Le 22 janvier 1994, il est l’invité de Nagui du programme télévisé « Taratata » sur France 2.
.

.
En 1996, Marc Morgan publie un deuxième album dont le succès est moindre malgré des titres forts comme « Au train où vont les choses ».
.

.
L’opportunité se présente alors pour Marc d’écrire quelques chansons pour Jeff Bodart mais aussi pour Dick Rivers ou Sylvie Vartan. Il interprète d’ailleurs la chanson « Je n’aurai pas le temps » de Michel Fugain en duo avec Sylvie Vartan dans l’émission « Taratata » de Nagui le 16 octobre 1996 sur France 2 (à visionner en cliquant ICI). Et il assure notamment la première partie du groupe Indochine à la Cigale à Paris. Marc Morgan marque alors une première pause qu’il interrompt pour interpréter une chanson écrite par un jeune garçon (« Le héros c’est moi »), Sylvain, à l’occasion de la sortie d’un disque intitulé « Si ça nous chante » en 1999. Les chansons de ce disque vendu au profit de l’Association Belge de Lutte contre la Mucoviscidose, dont les textes sont tous  écrits par des enfants et des ados, sont également interprétées par divers artistes belges comme Salvatore Adamo, Marka, Alec Mansion, Mousta, Jo Lemaire, Jean-Louis Daulne ou Lou & the Hollywood Bananas notamment.
.

.
C’est en 2001 que paraît l’album suivant pour Marc Morgan: « Les parallèles se rejoignent ». Mais la France semble l’avoir oublié et les professionnels belges lui réservent un accueil poli. La promotion de cet album lui permet toutefois de participer à quelques émissions de radio comme « Chantons Français », sur Fréquence Wallonie, une chaîne de la radio publique francophone belge RTBF, en direct du village de Noël de Liège où il est d’ailleurs intronisé citoyen d’honneur.
.

.
En 2002, l’artiste se place en retrait de la musique et revient à l’enseignement de l’art graphique à l’Ecole de Recherche Graphique (ERG) de Bruxelles. Mais, même isolé du monde musical, Marc Morgan est toujours à la recherche de nouvelles sensations artistiques et, en 2007, il participe au groupe Phantom monté par Miam Monster Miam (Benjamin Schoos) et Jacques Duvall. C’est donc fort logiquement qu’en 2011, il reprend le chemin des studios pour réaliser, à Berlin, un nouvel opus qui a pour titre « Beaucoup vite loin ». Cet album, celui de Marc Morgan et les Obstacles, est, à nouveau, bien accueilli par la critique et les professionnels mais il n’accomplit pas le parcours attendu auprès du public.
.

.
Le voyage musical des Wathieu se poursuit: le fils de Marc, Maxime, est mixeur, preneur de son et guitariste tandis que sa fille, Juliette, s’est lancée dans la chanson pop électro francophone avec brio sous le pseudo de Mademoiselle Nineteen. En 2013, avec Benjamin Schoos et Pascal Schyns, Marc fonde Freaksville Publishing, une société belge de production et d’éditions musicales. Et puis, il rejoint l’équipe d’une webradio bruxelloise créée par Benjamin Schoos: Radio Rectangle. Il y réalise l’habillage sonore et produit l’émission « Hobby » consacrée à la chanson en français. Ce sont les dernières nouvelles que nous avons reçues de Marc avant celles, tragiques, du vendredi 10 janvier 2020 où l’artiste nous quitte de manière inopinée à l’âge de 57 ans.
.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

16 OCTOBRE

Pour tout savoir sur les éphémérides de ce jour CLIQUEZ ICI

.

.

.

Tags: , , , , , , , , , ,

SEVRAN Pascal

Pascal Sevran

L’animateur, producteur de télévision, parolier, chanteur et écrivain français Pascal SEVRAN naît le 16 octobre 1945 à Paris sous le nom de Jean-Claude Jouhaud. Son père est alors chauffeur de taxi et sa mère couturière. Peu intéressé par l’école, il voue par contre une passion sans borne pour la chanson populaire. Adolescent, il se débrouille pour assister le plus souvent possible à l’émission télévisée de Mireille: « Le petit conservatoire ». Il y fait la connaissance du mari de la chanteuse, le philosophe Emmanuel Berl qui va devenir son guide intellectuel. Artistiquement, il se tourne rapidement vers la chanson en enregistrant quelques 45-tours : sous le nom de Pascal Régent d’abord (voir ci-dessous) puis sous le nom de Pascal Sevran comme en 1973 lorsqu’il interprète « Les petits Français » à la télévision suisse.
.

.
Sa carrière se poursuit par l’écriture de chansons dont la plus connue reste sans doute « Il venait d’avoir 18 ans » interprétée en 1974 par Dalida sur une musique de Pascal Auriat.
.

.
En 1979, il publie un premier roman, « Le passé supplémentaire », avant de se tourner vers la télévision et d’y animer des émissions musicales de variétés. En 1981, il fait ses premiers pas sur la chaîne de télé privée française TF1 avec « La Croisée des Chansons« . Puis, il anime sur FR3 Limoges « Laisser passer la chanson » en 1983 et 1984.
.

.
Enfin, il lance la mythique émission « La chance aux chansons » en 1984 sur TF1.
.

.

.
Il en présente le dernier numéro sur France 2 en décembre 2000. Il y découvre de nombreux jeunes talents comme Patricia Kaas ou Patrick Bruel mais il sait aussi jouer sur la nostalgie des téléspectateurs en retrouvant des stars du passé oubliées depuis longtemps. Après la fin de « La chance aux chansons », Pascal Sevran enchaîne avec « Chanter la vie » et « Entrée d’artistes » jusqu’en 2007.
.

.

.
Parallèlement à ses activités télévisuelles, Pascal Sevran veut réaliser son rêve d’être chanteur. Il a en effet déjà enregistré quelques 45 tours à la fin des années 1960 sous le nom de Pascal Régent notamment.
.

.
Mais, cette fois, ce sont des albums qu’il enregistre et ces derniers sont composés de reprises comme « Succès français » (1991), « A la française » (1993), « Surprise party » (1996), « Viva la vie va » (1997), « Chanter la vie » (1999) ou « La vie continue » (2002).
.

.
Voulant aller jusqu’au bout de ses désirs, il se produit à l’Olympia de Paris et effectue des tournées en France et en Belgique notamment. Au milieu des années 1990, il se remet à écrire mais il s’agit cette fois de récits autobiographiques relatant son amitié avec le Président français François Mitterrand ou de son journal intime publié chaque année en janvier. Il bouleverse une bonne partie de la France avec le livre « La vie sans lui » paru en 2001: il y raconte la mort de son compagnon Stéphane Chomont et le deuil qui a suivi. En septembre 2007, Pascal Sevran arrête ses deux émissions télévisées « Chanter la vie » et « Entrée d’artistes »: il annonce à la presse qu’il est malade et qu’il vient d’être opéré de la gorge. Il va alors entamer un bref mais intense combat contre le cancer du poumon qui le ronge. Il perd la bataille le 9 mai 2008 à l’âge de 62 ans. Il est inhumé le 14 mai à Saint-Pardoux aux côtés de son père, décédé en 2002, et de Stéphane Chomont décédé en 1998.
.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

16 OCTOBRE

Pascal Sevran

16 octobre 1945 : Naissance, à Paris, de l’animateur, producteur de télévision, parolier, chanteur et écrivain français Pascal SEVRAN sous son vrai nom de Jean-Claude Jouhaud. Pour en savoir plus sur sa vie et connaître sa biographie, veuillez CLIQUER ICI.

.
.
.
.
**********
.
.
.
.

Elie Semoun – Pochette de l’album de 2003 « Chansons »

16 octobre 1963 : Naissance, à Antony, de l’humoriste, acteur et chanteur français d’origine marocaine Elie SEMOUN. L’enfance d’Elie est marquée par le décès de sa mère, d’une hépatite, alors qu’il a onze ans. Issu d’une cité de banlieue, Elie se fait d’abord connaître au sein d’un duo d’humoristes aux côtés de Dieudonné en 1990. Avant cela, Elie, qui est le petit cousin de Patrick Bruel, a déjà écrit des pièces de théâtre et est apparu en coursier aux patins à roulettes dans l’émission télévisée « Vivement lundi » sur TF1 en 1988. A la séparation du duo « Elie et Dieudonné » en 1997, Elie Semoun poursuit sa carrière d’humoriste en solo en réalisant notamment les capsules vidéos des fameuses « petites annonces ». Puis il revient à la scène avec des one man shows tels que « Elie et Semoun ». En 2003, il se lance dans la chanson de manière surprenante puisqu’on lui découvre alors des talents insoupçonnés de crooner. Son album, sobrement intitulé « Chansons », contient onze titres dont une reprise: celle du « Petit bal perdu » de Bourvil.

L’opus est bien réalisé mais n’atteint pas les sommets en matière de ventes. Qu’à cela ne tienne, Elie Semoun le chanteur remet le couvert en mars 2007 avec un deuxième album: « Sur le fil ». Mais, à nouveau, le disque reçoit un accueil très mitigé. Après avoir repris ses spectacles « seul en scène », le chanteur Semoun se fait à nouveau plaisir en commercialisant un nouvel album, très soigné, de crooner à la rentrée 2018 avec douze titres réunis sous l’intitulé « Des paroles en l’air ».

.
**********
.

Album 2013

16 octobre 1975 : Naissance, à Carpentras, de l’auteur-compositeur-interprète français Christophe MAE, de son vrai nom Christophe Martichon. Tout jeune, le garçon est passionné de musique et apprend le violon et la batterie. Et il est aussi un fervent sportif. Mais, à l’âge de seize ans, il doit se résigner à délaisser le sport pour des raisons de santé. Il découvre alors l’univers musical de Stevie Wonder et complète son horizon artistique en apprenant l’harmonica puis la guitare. Véritable homme-orchestre n’attendant que son heure de gloire, il se résout quand même à aider ses parents dans la pâtisserie familiale et suit des études en ce sens. A 18 ans, il compose et expose ses chansons dans des bars de sa région natale. Puis, quatre ans plus tard, il s’inscrit à l’émission télé française de M6 « Graines de star » où il chante du Jamiroquai. Repéré par le musicien Olivier Schultheis, Christophe est présenté à Dove Attia et le producteur lui propose en 2005 de participer au casting de la comédie musicale « Le Roi Soleil ». Il s’y rend et est engagé pour jouer le frère du roi. Le succès du spectacle est tel que la tournée s’éternise et retarde les projets personnels de Christophe qui a hâte de commercialiser un premier album dont les chansons sont toutes prêtes. Cet opus a pour titre « Mon paradis » et sort finalement en mars 2007. Les singles qui en sont extraits à l’usage des radios deviennent tous des « tubes »: « On s’attache », « Parce qu’on sait jamais », « Ca fait mal » et « Belle demoiselle ».

Même si les mauvaises langues s’accordent pour dire que Christophe bâtit toutes ses compositions sur deux ou trois accords identiques, le public achète son album en masse: 1.600.000 exemplaires. Avant la fin de 2007, il est seul sur scène pour la première fois dans des petites salles de France qui affichent toutes « complet ». Pas étonnant dès lors qu’il reparte peu de temps après pour faire le tour des Zéniths et des salles de grande capacité. En 2008, il remporte la Victoire de la musique de la révélation du public. En septembre de la même année, il commercialise un album live acoustique intitulé « Comme à la maison ». Il en vend près de 500.000 exemplaires. Son deuxième album studio, « On trace la route », est dans les bacs au début de l’année 2010, annoncé par la chanson « Dingue dingue dingue ». Les « tubes » y sont moins nombreux que sur son premier disque et il en vend moins aussi mais le chiffre reste très impressionnant: 750.000. Christophe repart en tournée dans la plupart des pays francophones avec une pointe, en 2011, à la Réunion et en Allemagne. Cette série de spectacles est immortalisée par la sortie d’un CD et d’un DVD live à la fin 2011. En mars 2013, la chanson « Tombé sous le charme » est envoyée aux radios en prélude à l’album « Je veux du bonheur » qui est disponible à la vente en juin. L’opus est enregistré à la Nouvelle-Orléans pour que l’artiste s’imprègne mieux du style musical qui le caractérise. En octobre 2013, Christophe Mae se produit sur la scène du Palais des Sports de Paris durant trois semaines. Un quatrième album studio, « L’Attrape-rêves », sort en mai 2016 et le premier single qui en est extrait est un succès: « Il est où le bonheur ». En 2018, des concerts de l’artiste sont programmés dans quelques salles des Etats-Unis et du Canada mais c’est au Québec que son succès est le plus important après un passage dans la finale du crochet télévisé « La Voix ». Un nouvel opus intitulé « La vie d’artiste » est commercialisé en octobre 2019 et une nouvelle tournée de concerts, interrompue par la crise sanitaire du coronavirus covid-19, commence en 2020. Vocalement, Christophe est capable d’atteindre un niveau que peu d’autres artistes blancs et francophones peuvent briguer. Et sur scène, ses prestations parfois acrobatiques doivent lui demander un souffle hors du commun.
.
**********
.

16 octobre 2001 : Alors que sort l’album de DOMINIQUE A « Auguri », le même jour sort l’album d’ENZO ENZO « Le jour d’à côté ».
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,