SARDOU Jackie (Jackie Rollin)

Jackie Sardou

L’artiste française Jackie SARDOU naît le 7 avril 1919 à Paris. Connue aussi sous le nom de Jackie Rollin, son vrai patronyme est Jacqueline Labbé. Elle est aussi la fille d’Andrée Labbé, dite Bagatelle, une danseuse du Concert Mayol et du french-cancan au Moulin Rouge à Paris. Elle reçoit une éducation qui est très religieuse en fréquentant les soeurs des écoles chrétiennes. Mais, enfant de la balle issu d’un milieu artistique, elle se dirige tout naturellement vers le théâtre et la comédie. Alors qu’elle se produit dans des cabarets parisiens et qu’elle obtient de petits rôles dans des opérettes, elle rencontre et épouse l’acteur et chanteur Fernand Sardou. Elle devient ainsi, plus tard, la mère du chanteur Michel Sardou, la grand-mère du romancier Romain Sardou et du comédien Davy Sardou.  Dans les années 1960, en duo avec son mari Fernand Sardou, elle enregistre, en public, une chanson intitulée « Ki ka des dons ».
.

.
Avec son fils Michel, elle enregistra en 1982 un duo humoristique intitulé « Maman » dont le texte est écrit par Jean-Loup Dabadie.
.

.
Ce sketch marqua la carrière de Michel Sardou au point que sur scène en 2012, soit trente ans plus tard, l’artiste le reprenait encore en duo virtuel avec sa mère au cours du spectacle « Les grands moments ». En 1993, Jackie Sardou a enregistré un album de chansons populaires: « Jackie Sardou chante ».
.

.
Quelques années auparavant, en 1980, sous le nom de Jackie Rollin, elle avait déjà sorti un 45 tours dont le titre principal était « Vous marrez pas la jeunesse » (à écouter en CLIQUANT ICI). En 1992, c’est encore un texte de Jean-Loup Dabadie qu’elle parodie avec l’animateur et imitateur Patrick Sébastien lors de la dernière émission télévisée française de « Sébastien c’est fou » : le fameux « Maintenant je sais » initialement interprété par Jean Gabin.
.

.
Jackie Sardou est décédée à Paris le 2 avril 1998.
.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

BRANT Mike

Mike Brant – Photo (c) Bernard Leloup

L’interprète israélien Mike BRANT naît à Nicosie, sur l’île de Chypre, le 2 février 1947. Le petit Moshe (son vrai prénom) est muet jusqu’à l’âge de cinq ans et certains ont dit que la voix de Mike devait sa particularité à cette situation. A onze ans, il chante dans la chorale de son école à Haïfa en Israël. Entre 1964 et 1968, il est chanteur d’orchestre dans les grands hotels pour touristes des pays de la région comme l’Iran. Et c’est dans un night club de Téhéran que Carlos et Sylvie Vartan le remarquent. Sur leur proposition, Mike débarque à Paris en 1969 sans connaître un mot de français. C’est Carlos qui l’héberge d’abord et qui lui permet de chanter dans des clubs parisiens. Il y rencontre le compositeur Jean Renard qui, très vite, tombe sous le charme de ce jeune homme à la voix et au physique hors du commun. Jean Renard écrit et compose « Laisse-moi t’aimer » que l’interprète enregistre phonétiquement. C’est d’emblée un énorme succès.
.

.
Quelques mois plus tard, la popularité du jeune homme se confirme avec « Mais dans la lumière ».
.

.
Prenant de plus en plus d’assurance avec la langue française, il enchaîne alors les « tubes »: « Qui saura », « C’est ma prière », « Rien qu’une larme », « Tout donné tout repris », « Viens ce soir », « C’est comme ça que je t’aime » , « Qui pourra te dire » et « On se retrouve par hasard ».
.

.
Fin 1974, alors qu’il se trouve à Genève, Mike Brant se jette par la fenêtre de sa chambre. Il tombe sur un balcon en contrebas et est hospitalisé avec les deux jambes fracturées et un traumatisme crânien. Il n’expliquera jamais vraiment son geste qu’il dira pourtant regretter au micro d’André Torrent sur la radio française RTL. Et pourtant, le 25 avril 1975, il remet ça en se défenestrant de son appartement parisien. La chute est cette fois fatale au chanteur et l’hypothèse du suicide reste longtemps la seule à être validée. Mais il subsiste toujours un doute sur cette fin tragique. Mike Brant laisse un immense succès posthume avec la chanson « Dis-lui ». Il s’agit de la reprise du hit d’un artiste brésilien, Morris Albert, « Feelings », qui s’avère être un plagiat d’une chanson… française signée Loulou Gasté pour Line Renaud quinze ans plus tôt: « Pour toi ».
.

 

.
Fin 2014, à l’approche du 40e anniversaire de la mort de Mike Brant, le ténor français Amaury Vassili sort un album entier consacré aux chansons de l’idole disparue avec, en bonus, une mélodie inédite signée Mike Brant et un duo virtuel avec l’artiste décédé.
.


.
.
.

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

IDIR

En 2017

L’auteur-compositeur-interprète et musicien IDIR naît le 25 octobre 1949 à Ait Yenni, en Kabylie, sous le vrai nom de Hamid Cheriet. Fils de berger, il est élevé dans une région d’Algérie où la tradition berbère est vivace. Sa maman et sa grand-mère sont des poétesses conteuses que l’on vient écouter de loin. Une activité qui va favoriser, chez le jeune Hamid, l’amour du mot, du texte et de l’oralité. La musique l’intéresse aussi : celle qu’il apprend à jouer sur la flûte qu’il a lui-même taillée dans un roseau. Pourtant, lorsqu’il s’agit de penser à une profession et à des études, c’est vers les sciences, et plus particulièrement la géologie, qu’il se tourne pour espérer une carrière dans l’industrie du pétrole. Adolescent, au lycée d’Alger où il étudie, il se familiarise avec la guitare folk que lui présente un coopérant français. Gardant en lui cette passion qu’il possède depuis qu’il est tout petit pour la musique et le chant, Hamid n’hésite pas, en 1973, lorsqu’il se trouve sollicité par hasard pour remplacer au pied levé la chanteuse Nouara dans un studio de Radio Alger. Et, en quelques secondes, il fait de cette berceuse dont il est le compositeur son premier grand succès : « Rsed A Yidess » (« Que vienne le sommeil »). Sa popularité soudaine l’oblige à graver cette chanson sur un disque 45 tours où figure aussi « A Vava Inouva » (« Mon papa à moi »).

Et, alors qu’il remplit ses obligations militaires, le succès de ces deux chansons dépasse les frontières de l’Algérie. C’est ainsi qu’en 1975, les responsables de la maison de disques Pathé Marconi l’invitent à venir à Paris pour lui produire un premier album. Le titre « A Vava Inouva », qui figure sur ce premier 33 tours sorti en 1976, connaît alors la gloire dans 77 pays et est traduit dans quinze langues. Dans la foulée de cette notoriété nouvelle, Idir cède aux sollicitations mercantiles de sa maison de disques et commercialise un nouvel album en 1979 : « Ayarrach Negh » (« À nos enfants »). Les concerts s’enchainent aussi et cette mise en lumière n’est pas totalement au goût de cet artiste qui aime composer pour lui et d’autres mais qui n’est pas totalement dans la démarche que veut lui faire suivre le show-business. Il décide alors de se retirer de la vie publique en donnant quelques rares spectacles de temps à autre. Son absence va durer une dizaine d’années et va être interrompue par la sortie d’un CD compilation de 17 chansons extraites de ses deux premiers albums. Mais la volonté d’Idir est de ré-enregistrer ses titres avec une qualité plus contemporaine. Après une âpre bataille juridique avec son ancien producteur, il obtient le droit de le faire et en profite pour remonter sur scène comme au New Morning à Paris en février 1992. En 1993, Idir commercialise un nouvel album où il même instruments traditionnels et sonorités modernes : « Les chasseurs de lumière ». Il présente ses nouvelles chansons au public parisien de l’Olympia en juin. Mais le vrai retour à la musique avec la sortie d’un nouveau disque a lieu six ans plus tard, en 1999, avec la commercialisation de l’album « Identités » où il rend hommage à différentes cultures en invitant à chanter avec lui des artistes aussi divers que Manu Chao, Dan Ar Braz, Zebda, Maxime Le Forestier, Geoffrey Oryema ou Gilles Servat. Le 8 juillet 2001, il met sur pied une soirée au Zénith de Paris où de nombreux artistes viennent sur scène pour soutenir la révolte du peuple kabyle face au pouvoir algérien. En 2002, une compilation est éditée sous le titre « Deux rives, un rêve » : on y trouve des titres inédits dont « Pourquoi cette pluie » écrit et composé par Jean-Jacques Goldman.

La sortie de cet album est suivie d’une tournée de concerts à travers toute la France. Pour les trente années de carrière d’Idir en 2005, un CD live accompagné d’un double DVD est commercialisé qui retrace son parcours de la Kabylie aux théâtres du monde entier. Deux ans plus tard, alors que la France est en pleine campagne pour les élections présidentielles, Idir signe un album fort des symboles républicains : « La France des couleurs ». Il signe la plupart des chansons avec la collaboration de jeunes artistes comme Grand Corps Malade, Zaho ou Akhenaton entre autres. Il faut ensuite attendre 2013 pour découvrir l’opus suivant qui a pour titre « Adrar Inu » (« Ma montagne »), une oeuvre plus intimiste s’apparentant à un retour aux sources de l’artiste. Quatre ans plus tard, le disque « Ici et ailleurs » réunit autour d’Idir une série de chanteurs français qu’il apprécie et qui l’apprécient : Francis Cabrel, Patrick Bruel, Bernard Lavilliers, Charles Aznavour, Maxime Le Forestier, Tryo, Gérard Lenorman, Grand Corps Malade et, pour un duo virtuel celui-là, Henri Salvador. Idir va alors chercher au fond de chaque mélodie partagée son côté oriental qu’il souligne en y ajoutant, en partie, la traduction kabyle du texte original.

Le 4 janvier 2018, il est à Alger, après 38 ans d’absence, et il y chante pour le nouvel an berbère. Idir meurt le 2 mai 2020 à l’hôpital Bichat à Paris, des suites d’une longue maladie pulmonaire.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

26 AVRIL

Paulette Coquatrix dans les années 1990

26 avril 1916 : Naissance, à Paris, de la costumière de théâtre et de cinéma française Paulette COQUATRIX sous le nom de Clara Paulette Possicelsky. Au début des années 1950, elle est créatrice de costumes pour les spectacles de la Comédie-Caumartin, dirigée par Bruno Coquatrix à partir de 1952. Elle se marie avec ce dernier et devient Paulette Coquatrix, l’épouse du directeur de l’Olympia de Paris à partir de 1954. À la mort de Bruno Coquatrix en 1979, elle hérite de l’Olympia à parts égales avec sa fille Patricia. Elle confie la direction générale du music-hall parisien à son neveu, Jean-Michel Boris, entré dans l’entreprise dès le début en 1954. En août 2001, Paulette vend la salle de spectacle au groupe Vivendi mais sa fille Patricia en assure la direction artistique jusqu’au mois de janvier 2002. Paulette Coquatrix est décédée le 28 mai 2018 à l’âge de 102 ans. Elle est inhumée au cimetière parisien du Père Lachaise auprès de son époux.
.

.
**********
.

Didier Gustin en 1988 - Photo (c) Francis Vernhet

Didier Gustin en 1988 – Photo (c) Francis Vernhet

26 avril 1966 : Naissance, à Bar-le-Duc, de l’imitateur français Didier GUSTIN sous le nom de Didier Gueusquin. Après avoir passé une partie de son enfance dans les Vosges où il se dirige vers la profession de comptable, il finit par arriver à Paris où son ambition est de réaliser son rêve: faire de son don pour l’imitation un métier. Et, dès 1987, il se fait remarquer des producteurs de télévision grâce à son premier spectacle « Profession imitateur ». Dans la foulée, il enregistre un 45-tours qui fait la démonstration de l’étendue de son talent: « La fabuleuse histoire du petit poucet ». En trois minutes, il emmène les gens en balade dans la forêt en compagnie de Paul Préboist, Michel Galabru ou Jacques Villeret. Cette chanson, enregistrée en Belgique par Roberto Gobessi à la manière d’un rap, reprend aussi des imitations de chanteurs.
.

.
Car Didier Gustin en imite environ 200: Johnny Hallyday, Julio Iglesias, Michel Jonasz, Maxime Le Forestier, Enrico Macias, Eddy Mitchell, Michel Polnareff, Renaud, Michel Sardou, Pierre Bachelet, Georges Brassens, Jacques Brel, Serge Gainsbourg, Yves Montand ou encore Claude Nougaro. Sa carrière se déroule alors à une grande vitesse entre les spectacles, les tournées, les pièces de théâtre, les rôles dans des films et des séries télévisées, des doublages pour le cinéma et des participations à des émissions de radio et de télé. En 2012, il combine ses talents d’imitateur à ses qualités d’animateur pour présenter la saison 7 de la tournée nostalgique des idoles « Age tendre et tête de bois ». Il montre à cette occasion qu’il a adapté son répertoire vocal à de nouvelles idoles: Bénabar, Cali, Calogero, Raphael, Grand Corps Malade, Christophe Mae, Alain Bashung, Patrick Bruel, Etienne Daho, Gérald de Palmas, Stéphane Eicher, Garou, Marc Lavoine ou encore Dany Brillant.
.
**********
.

Ariane Moffatt en 2010

26 avril 1979 : Naissance, à Saint-Romuald, de l’auteure, compositrice et interprète québécoise Ariane MOFFATT. Elle se montre très tôt intéressée par la musique et c’est dans le secteur de la musique populaire et du chant classique qu’elle va être étudiante à Montréal. Elle fait ensuite la connaissance du chanteur Marc Déry qu’elle décide de suivre en tournée. Peaufinant sa pratique des instruments de musique et du chant, c’est ensuite comme claviériste et choriste qu’elle participe aux concerts de Daniel Bélanger en 2001. Puis, elle s’accompagne à la guitare pour assurer quelques premières parties du même artiste. Elle y interprète les premières chansons qu’elle compose et écrit sous l’influence de ses idoles tantôt francophones, tantôt anglophones que sont Ben Harper, Alain Bashung, Tori Amos ou Philippe Katerine. Du coup, ses compositions devenant de plus en plus nombreuses et abouties, il est bientôt temps d’enregistrer un premier album qui porte le titre d' »Aquanaute » et qui sort en 2002. Avec des chansons comme « Point de mire », « Poussière d’ange » et « Fracture du crâne », la chanteuse vend 120.000 albums au Québec et est récompensée par les Félix de l’album pop-rock, de la révélation et de la réalisation de l’année. Deux ans plus tard, alors qu’elle est à l’affiche des Francofolies de Montréal, Ariane Moffatt rencontre l’artiste français Matthieu Chédid dont elle décide de remixer en duo virtuel la chanson « La bonne étoile ». En retour, le chanteur appelé M la fait venir en France pour la faire connaître du public et des professionnels. En février 2006, Ariane a l’opportunité de se présenter en lever de rideau du spectacle d’Alain Souchon à l’Olympia de Paris. Elle commercialise ensuite un troisième album intitulé « Le coeur dans la tête » qui confirme le succès obtenu par ses deux premiers opus. Pour ces chansons-là, elle reçoit les Félix de l’album pop-rock et de l’interprète féminine de l’année. Pour l’album suivant, qui s’appelle « Tous les sens », l’artiste québécoise collabore entre autre avec Yaël Naïm. Il se trouve chez les disquaires canadiens en 2008 mais également en Europe dès le printemps 2009. Il faut dire que la chanson « Je veux tout » qui annonce l’album entre bien, et reste, dans l’oreille de qui veut l’entendre.
.

.
Avec ce disque, Ariane Moffatt est nommée aux Victoires de la Musique à Paris et elle remporte le Grand-Prix de l’Académie Charles-Cros. En 2009, elle découvre le public de la France, de la Suisse et de la Belgique au cours d’une tournée de concerts où elle interprète, notamment, la chanson « Etre humain » de Philippe Katerine. Le 6 mars 2010, au cours de la soirée de remise des Victoires de la Musique au Zénith de Paris, comme elle est nommée dans la catégorie « groupe ou artiste révélation scène de l’année », Ariane a l’opportunité d’interpréter une chanson au cours de la rentransmission télévisée. En juin de la même année, elle est sur la scène de l’Olympia de Paris en première partie de M, Matthieu Chédid. Après un album, interprété pour moitié en anglais et baptisé de ses initiales « MA » en 2012, elle prend place dans l’un des quatre siège rouges du télécrochet québécois « La Voix » (« The Voice ») pour être coach des candidats vedettes au début de l’année suivante. Son sixième album est mis en vente en 2015 et a pour titre « 22h22 ». Et, une fois de plus, il est récompensé par des « Félix » : ceux de l’album pop et de l’interprète féminine de l’année. En 2018, le disque « Petites mains précieuses » est annoncé par la chanson « Les apparences ». Trois ans plus tard, pour marquer ses 20 ans de carrière, la chanteuse enregistre l’album « Incarnat » où elle interprète une adaptation française de « Everybody’s got to learn sometime » des Korgi’s (en 1980) qui devient « Jamais trop tard » interprétée en duo avec Lou Doillon.
.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,