MOREAU Jean-Marie


.
L’auteur et compositeur français Jean-Marie MOREAU naît à Chinon le 28 décembre 1948 d’une mère violoniste, concertiste et professeure de musique. Autant dire que son enfance sera marquée par le piano classique ainsi que le violon. Pour se détendre, sa mère écoute toutefois des chansons signées par Jacques Brel, Georges Brassens ou d’autres « monuments » de la tradition française. A quatorze ans, Jean-Marie veut s’échapper de ce « carcan » musical et décide, avec des copains, de former un groupe de rock. On est en 1962 et presque tous les ados de cette époque le font. Mais, en plus de jouer de la musique, il se pique au jeu d’écrire ses premiers textes de chansons. Et il s’oriente ensuite tout naturellement vers des études de lettres qui vont lui être très utiles pour devenir, d’abord, journaliste. Mais par pour n’importe quel journal puisqu’il écrit pour le magazine musical des jeunes « Salut les copains ». Là, il côtoie le monde artistique français de la chanson commerciale et prend conscience de son aptitude à écrire des chansons. Mais il lui faudra encore connaître quelques expériences peu réussies de livres avant de devenir auteur et membre de la SACEM, Société française des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique, en 1974. Jean-Marie Moreau obtient l’un de ses premiers succès d’auteur grâce à Laurent Rossi qui lui demande d’adapter en français la chanson « Love is in the air » de John Paul Young et cela devient naturellement « L’amour est dans l’air » en 1978.
.

.
A ce moment, il commence aussi à composer des mélodies. Un an plus tard, il est sollicité pour écrire le texte de la chanson « Magdalena » interprétée par une jeune femme qui se lance comme soliste après avoir été la gitane de « La Bande à Basile » : Julie (Pietri). C’est l’un des tubes de l’été 1979.
.

.
Mais ces débuts prometteurs ne sont pas nécessairement faciles et, rapidement, alors que Jean-Marie Moreau ne trouve plus de commanditaires, ses fins de mois sont plus que pénibles. A ce moment, il signe toutes les chansons du premier album du groupe de rock français « Océan » mais c’est loin d’être un gros succès commercial. Pour sortir la tête de l’eau, il décide de produire le premier album de Julie Pietri en 1981 (« Merci ») et les ventes du disque sont excellentes grâce à des tubes comme « Let’s fall in love ».
.

.
En quête de nouveaux artistes à lancer, il fait alors la rencontre d’un jeune chanteur qui a pour nom François Feldman et, à deux, ils commencent à écrire des chansons. De 1982 à 1985, il y a la suite du travail avec Feldman qui ne rencontre que peu de succès, il y a un boulot de directeur artistique pour les Editions Mondio Musique et il y a aussi des titres interprétés par Michèle Torr et Diane Tell. En 1986, le tandem qu’il forme depuis des années avec François Feldman permet enfin à ce dernier d’atteindre les sommets des hit parade avec la chanson « Rien que pour toi ».
.

.
Les rencontres artistiques se multiplient alors pour Jean-Marie Moreau et celle qu’il va faire avec le compositeur italien Romano Musumara va lui permettre de signer quelques grands succès : « Comme au cinéma » pour Alain Delon en 1987 et « On écrit sur les murs » pour Demis Roussos en 1989.
.

.

.
Dans le même temps, il crée une société de production sonore active dans le domaine de la publicité radio et télé. Et la jeune Caroline Legrand connaît la popularité avec la chanson « J’aurais voulu te dire » que Jean-Marie a créé avec François Feldman dont la carrière s’amplifie avec des titres comme « Slave », « Le mal de toi », « Je te retrouverai » (1989), « Les valses de Vienne », « Petit Frank », « C’est toi qui m’as fait » et « J’ai peur » (1990-1991).
.

.

.
A la même époque, il signe les paroles de la chanson « Soirée kitsch » pour la regrettée chanteuse belge Anne Coster et il étoffe le répertoire d’une autre jeune belge, Mélody, en écrivant « Mamie » et « Le prince du roller ».
.

.
Alors qu’il vient de signer des chansons pour Mireille Mathieu et Sacha Distel, il met en scène le spectacle « Magic Boul’vard » de Feldman au palais des sports de Bercy (Paris) en 1991. Tout en poursuivant ses activités d’auteur-compositeur, Jean-Marie Moreau consacre alors une partie de plus en plus importante de sa vie à la SACEM et à la défense des droits des auteurs. Il devient aussi par la suite membre de diverses associations d’auteurs et de compositeurs européennes et mondiales. En 1997, il ajoute le nom de Frédéric François (« Pour que tu restes ») à la déjà longue liste de ses interprètes.
.

.
Le début des années 2000 est marqué par le développement, en France, des comédies musicales à succès telles que « Notre-Dame de Paris » ou « Les dix commandements ». Jean-Marie Moreau va se lancer dans cette aventure-là aussi en participant à l’écriture des spectacles « Les amours de Mozart » (en 2004 avec, notamment, Amaury Vassili) ou « Les voyages de Jules Verne » (2008).
.

.
Et il continue à aider des nouveaux talents comme Véronique Saint-Germain, Ana Pankratoff ou Djill Rhinan. En janvier 2015, il est fait Chevalier de l’Ordre des Arts et Lettres par la ministre française de la culture Fleur Pellerin en tant que Président de la commission des variétés de la SACEM. La même année, sa chanson « On écrit sur les murs » (interprétée initialement par Demis Roussos) est reprise avec un grand succès par les jeunes membres du groupe Kids United.
.

.
En 2018 et 2019, Jean-Marie Moreau devient le Président du conseil d’administration de la SACEM. Victime d’une longue et pénible maladie, il s’éteint le 29 octobre 2020 à l’âge de 71 ans. Au cours de sa carrière, il avait aussi écrit des chansons pour Sylvie Vartan, René et Nathalie Simard, Johanne Blouin, Hervé Vilard, La Bande à Basile, Ritchy, Claude Puterflam, Linda de Suza, Emile Wandelmer, Pierre Groscolas, C.Jérome, Rachid Bahri, Hélène Ségara, Natasha St Pier ou Jeane Manson.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

24 JANVIER

 

Daniel Auteuil – pochette du 45 tours de 1985 (c) Luc Roux

24 janvier 1950 : Naissance, à Alger, du comédien français Daniel AUTEUIL. Véritable enfant de la balle, fils d’un couple de chanteurs lyriques, il fait ses premiers pas sur les planches à l’âge de quatre ans. Il tâte du théâtre et se retrouve, le 1er février 1972, sur la scène parisienne du théâtre de la Porte Saint-Martin pour jouer un rôle dans la comédie musicale Godspell aux côtés d’autres débutants comme les chanteurs Dave, Grégory Ken (futur « Chagrin d’amour » avec Valli) et la chanteuse Armande Altaï. Par la suite, c’est surtout au cinéma que Daniel Auteuil va se faire connaître. Son rôle d’Ugolin dans « Jean de Florette » et « Manon des Sources » reste un grand moment du septième art français. Quelques mois avant cette prestation mémorable, Daniel Auteuil tente une expérience – moins transcendante – dans le domaine du disque. Son premier 45 tours connaît un succès radiophonique en 1985 avec « Que la vie me pardonne », un hit éphémère écrit et composé par Renaud Detressan qui, lui-même, a connu, comme interprète, un « tube » fin 1981: « On est comme on est ».
.

.
Un second vinyl (« Où elle est ») n’impose pas Daniel Auteuil comme un véritable chanteur et son expérience musicale ne va pas plus loin… Avant l’année 2021 lorsque, à la surprise générale, l’artiste prépare, écrit, compose et propose sur scène, aux Francofolies de La Rochelle (F), les chansons d’un album qu’il enregistre et commercialise à la fin de la même année sous le titre « Si vous m’aviez connu ». Avec l’aide de Gaëtan Roussel pour les compositions, la maturité de Daniel Auteuil révèle ici le véritable talent d’un auteur et, cette fois sans aucun doute, les vraies capacités d’un interprète.
.

.

**********
.

Muriel Moreno en 1986 (c) Gilles Cappé

24 janvier 1963 : Naissance, à Chinon sous le nom de Muriel Laporte, de Muriel MORENO, la chanteuse française du duo NIAGARA qu’elle forme avec Daniel CHENEVEZ dans les années 1980 à Rennes. Après un premier duo avec Daniel baptisé « L’ombre jaune », ils décident de changer de nom pour enregistrer un premier 45 tours en 1985: « Tchiki Boum », un succès immédiat.
.

.
Ensuite, il y a « L’amour à la plage » qui, lui aussi, flirte avec le sommet du top 50 français. « Je dois m’en aller » conforte le succès du groupe avant « Soleil d’hiver » en 1988 et « Quand les champs brûlent » en 1990. Mais la cadence des tournées et des promos épuise Muriel qui fait une dépression. Et le couple se sépare ensuite même si l’album « La vérité » sort en 1992. Par la suite, après avoir fait de la musique électro, Muriel décide en 2010 de se retirer du monde de la musique. Quant à Daniel Chenevez, il poursuit sa carrière de chanteur, auteur et compositeur et a déjà sorti des albums solo.
.
**********
.

En 2012

24 janvier 1984 : Naissance à Verviers de la chanteuse belge d’origine portugaise Wendy NAZARE. Wendy est sensibilisée très jeune à la musique et à la diversité culturelle grâce à son grand-père paternel portugais. Agée de six ans, elle s’inscrit au conservatoire de sa ville natale dont le directeur est alors Guy Luypaerts, le papa de la chanteuse Maurane. Elle y étudie le piano et le solfège. Elle s’intéresse ensuite à la guitare et commence à composer ses premières chansons à onze ans. Elle le fait en anglais parce que sa mère est britannique. Parallèlement à la chanson, Wendy ne délaisse pas ses études. Bien au contraire puisqu’elle est diplômée en psychologie à l’Université de Liège en 2009. Entretemps donc, elle se fait de plus en plus connaître dans le milieu musical belge. En 2007, elle participe aux ateliers de Francis Cabrel à Astaffort ainsi qu’aux chantiers des Francofolies de Spa. Ces expériences l’amènent à écrire un nombre suffisant de chansons pour commercialiser un premier album autoproduit en 2008. Elle le réalise avec l’aide de musiciens belges talentueux comme Didier Laloy, Nicolas Fiszman ou Phil Corthouts. Les responsables de la firme Universal Belgique sont sous le charme de cet album qu’ils décident de distribuer tel quel. Un titre de cet opus intitulé « Pas de pareil » s’impose immédiatement sur les ondes radiophoniques belges: « Mon pays », une ballade qui évoque bien entendu le Portugal.
.

.
La suite est tout aussi prometteuse puisque le nom de Wendy Nazaré est désormais connu du grand public grâce à la chanson « Y’a une bombe ». En 2009, l’artiste reçoit le prix du public des internautes de la radio privée belge Bel-RTL lors de la remise des Octaves de la Musique. La chanteuse s’accorde ensuite une pause pour préparer un second album réalisé cette fois avec l’aide d’une firme de disques. « A tire d’ailes » sort en 2012 et est popularisé par le titre « Au goût eighties » qui est diffusé en radio. Dans la foulée de ce nouveau succès, Wendy commercialise un single extrait de l’album et enregistré en duo avec l’artiste français Pep’s : « Lisboa », ville chère à son coeur. Pour la fête nationale belge de 2012, Wendy Nazaré présente les chansons de ce dernier opus et les précédentes dans le somptueux cadre du salon bleu du casino lors des Francofolies de Spa le 21 juillet. Depuis cette époque, Wendy semble avoir pris ses quartiers au Portugal où elle écrit, compose et enregistre des chansons (en portugais et en anglais) pour un album sorti en 2019.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

28 DECEMBRE

Jean-Marie Moreau

28 décembre 1948 : Naissance, à Chinon, de l’auteur et compositeur français Jean-Marie MOREAU. Pour en savoir plus sur la biographie de cette personnalité, veuillez CLIQUER ICI.
.
.
.
.
**********
.
.
.
.

Gilbert Montagné en 1986 – Photo (c) Juan Quimo

28 décembre 1951 : Naissance, à Paris, du chanteur français Gilbert MONTAGNE. Prématuré, il est victime d’une rétinopathie en couveuse et est désormais aveugle. A l’âge de cinq ans, alors qu’il est placé dans un établissement spécialisé pour les jeunes non-voyants, il apprend la musique qui lui est enseignée de manière rigoureuse. Mais c’est sur le piano qu’il se procure par la suite qu’il développe vraiment sa passion pour une musique différente faite de jazz et de rock. A l’âge de seize ans, il se destine à être chanteur et passe des auditions dans ce sens. L’une d’entre elles l’amène à enregistrer un 45-tours chez Philips sous le pseudonyme de Lor Thomas. Et, malgré la chance d’interpréter une chanson signée Pierre Delanoë, l’essai n’est pas concluant. Gilbert décide alors de changer d’air et de retrouver sa soeur qui enseigne le français en Floride. Il entreprend des études musicales classiques à l’université de Miami. C’est le début des années 1970 et, pour payer ses études, Gilbert joue du jazz et de la soul dans les clubs américains. En 1971, Salvatore Adamo le remarque et pense qu’il y a de la place pour ce type d’artiste en France. Il le convainc à revenir en Europe et lui produit un 33-tours que Gilbert enregistre, presque totalement en anglais, à Londres. Il y a un titre qui va devenir un « tube » international sur cet album: « The fool ». Et Gilbert Montagné est propulsé en quelques semaines au rang de vedette. Il a les faveurs de la télé française et se retrouve très vite sur la scène de l’Olympia de Paris en première partie de Julien Clerc. Quelques mois plus tard, il est sollicité pour enregistrer un second « long playing » qu’il va interpréter en français cette fois avec un nouveau tube: « Elle chantait ma vie en musique », adaptation française de « Killing me softly » de Roberta Flack.
.

.
Le troisième album, qui est commercialisé en 1976, est celui de trop. Gilbert est en effet épuisé et il s’enfuit aux Etats-Unis et au Canada pour se recentrer sur l’essentiel: jouer de la musique de manière anonyme. Il faut alors attendre 1979 pour revoir Gilbert Montagné en France: à l’invitation de Johnny Hallyday, il vient l’accompagner au piano sur la scène du Palais des Sports de Paris pour une évocation du rock and roll. Cela suffit à le faire revenir dans le circuit du show-business français et, en 1980, il sort un 45-tours qui connaît à nouveau le succès: « Believe in me ». A ce moment, le chanteur songe déjà à de nouvelles chansons en français dont il prépare l’écriture avec Didier Barbelivien et une nouvelle équipe italienne. En 1984, Gilbert Montagné revient au premier plan et sort l’album intitulé « Liberté » sur lequel se trouvent des succès désormais légendaires: « On va s’aimer » et « Les sunlights des tropiques ».
.

.
Il revient cette fois en vedette sur la scène parisienne de l’Olympia en 1985 et 1986. Les albums à succès vont alors se succéder avant que Gilbert ne parte vivre au Canada en 1990. Depuis cette époque, les grands succès discographiques de Gilbert Montagné se sont raréfiés. Mais l’artiste est de ceux qui resteront dans la légende: celle des fameuses années 1980 dont tant de nostalgiques regrettent l’ambiance musicale. Admirateur de Gilbert Bécaud depuis très longtemps, l’artiste rend hommage à « Monsieur 1000.000 volts » en 2016 lors de l’enregistrement d’un album hommage intitulé « Gilbert chante Bécaud ». En 2018, un an avant la sortie d’un album live enregistré en 2017, il commercialise un single avec une chanson intitulée « La niña ». Lors du confinement dû à la crise du coronavirus covid-19 en avril 2020, sur un texte de Didier Barbelivien, l’artiste compose la chanson « Si vous nous aidez » pour soutenir le personnel soignant des hôpitaux.
.
**********
.

En 2014

28 décembre 1965 : Naissance, à Tunis, du chanteur français d’origine tunisienne Dany BRILLANT sous le vrai nom de Daniel Cohen. Ses parents quittent Tunis en 1966 pour la France et Sainte-Geneviève-des-Bois où Dany est bercé par les musiques qu’écoute son père: salsa, jazz, bel canto et chanson. L’année 1977 est marquée par un nouveau déménagement puisque le père de Dany ouvre une épicerie à Paris. En 1980, il reçoit une guitare en cadeau de son grand-père. Cet instrument, sur lequel il va apprendre à jouer seul, va radicalement changer sa vie. Il est alors un adolescent plutôt calme et solitaire qui écoute aussi bien Aznavour et Reggiani que Le Forestier, Léonard Cohen ou Frank Sinatra. Il s’intéresse aussi à la poésie et à la philosophie. Après avoir obtenu son bac scientifique, il suit l’avis de ses parents et entame des études de médecine. Mais, pendant ces études, il découvre les cabarets parisiens de la rive gauche et ses chanteurs. Il débauche alors un voisin musicien pour qu’il l’accompagne au saxophone dans les chansons qu’il interprète aux terrasses du Quartier Latin à Paris. Un patron de cabaret, celui des Trois Maillets, qui s’appelle Jacques Boni, le remarque et l’engage à l’essai pour une semaine. Mais Dany s’y produit finalement pendant cinq ans et y trouve son pseudonyme de Brillant. Le chanteur y propose chaque soir des reprises mais il commence aussi à peaufiner ses propres textes et compositions. En 1985, il n’est plus question pour lui de devenir médecin. Non seulement, il pratique la musique mais il envisage maintenant de devenir acteur en s’inscrivant au cours Florent. Il y est remarqué par l’assistant de Francis Huster et il tourne une scène du film que ce dernier est en train de réaliser: « On a volé Charlie Spencer ». Le rôle de Suzette y est tenu par Béatrice Dalle et, à la demande de Francis Huster, Dany interprète la chanson qu’il vient de composer pour le personnage: « Suzette ». Lors de la sortie en salles du film, Dany Brillant se rend compte avec désolation que la scène qu’il a tournée avec la chanson a été supprimée au montage final. Un peu déçu par cette expérience, le jeune artiste revient à la chanson et se produit à nouveau dans les cabarets où il interprète « Suzette » qui récolte un beau succès en 1986. Il travaille alors d’autres mélodies et compose des titres comme « Viens à Saint-Germain ». En 1990, un ami qui croit en lui lui propose de rencontrer un responsable de la firme de disques Warner. Dany s’exécute et se voit proposer un contrat pour l’enregistrement de trois albums. Il entame la réalisation du premier opus en 1991 avec cinq musiciens dans un cabaret. L’ambiance qui s’en dégage est celle des grands soirs de Saint Germain-Prés et ça tombe bien parce que les dix chansons qu’il a composées rendent hommage à cette époque. Et, bien entendu, le premier extrait de l’album qui est envoyé aux medias en 1992 est « Suzette » qui est, immédiatement, un grand succès.
.

.
Malgré cette popularité discographique soudaine, le chanteur continue à se produire aux Trois Maillets et deux autres titres confirment sa gloire: « Y’a qu’les filles qui m’intéressent » et « Viens à Saint-Germain ». Les choses sérieuses commencent avec le deuxième album. Dany Brillant est attendu au tournant: il faut qu’il confirme le statut qu’il est en train d’obtenir au sein de la chanson d’expression française. Tout en changeant d’orientation musicale, le chanteur veut rester dans la lignée des chansons qui l’ont fait connaître et il se tourne vers des rythmes latinos avec un big band. En 1994 sort ainsi l’album intitulé « C’est toi ». Il est suivi d’une grande tournée française et de ses premiers pas sur les scènes parisiennes de l’Olympia et du Casino. Pour le troisième opus, le dernier du contrat signé chez Warner, Dany Brillant retrouve une formation musicale plus restreinte qui va lui permettre de s’attarder sur la musique cubaine qui berce son coeur depuis longtemps. Du coup, l’artiste part à La Havane pour composer et enregistrer l’album simplement intitulé « Havana ». En quelques semaines de vente, l’album est disque de platine avec des chansons comme « Quand je vois tes yeux », Dis-moi » ou « Une fille comme ça ». Le chanteur se produit au Printemps de Bourges en avril 1997. L’artiste est désormais bien installé et est convoîté par plusieurs firmes de disques. Il signe la sortie de l’album suivant chez Columbia et il part cette fois à Londres pour y travailler « Nouveau jour ». Les chansons y recèlent une touche plus rock et présentent des textes plus mûrs où il est question du show-business mais aussi des intégrismes ou de la manipulation entre autres. Les principaux titres sont « Toi et moi », « Garde la danse », « Quand je s’rai beau » ou « Dieu ». En 1999, Dany Brillant assure la première partie du show de Céline Dion au Stade de France à Saint-Denis en banlieue parisienne. Deux ans plus tard, le CD « Dolce Vita » est dans les bacs et l’interprète s’attaque cette fois au répertoire italien. Il reprend ainsi une série de mélodies qui lui rappellent, notamment, celles qui ont bercé les vacances de son enfance: « Tu vuo’ fa l’Americano », « Dans les rues de Rome » ou « Tant qu’il y aura des femmes ». Le tout est enregistré à Rome et à Paris sous la direction artistique de Mick Lanaro qui, dix ans plus tôt, a donné la consécration à Patrick Bruel et son album « Alors regarde ». Après Saint-Germain, Cuba, Londres et Rome, le lieu d’enregistrement, en 2003, de l’album suivant est logique pour Dany Brillant: ce sera La Nouvelle-Orléans et un détour par le jazz musical avec big band cette fois. Et pas n’importe quel orchestre puisqu’il est constitué des musiciens d’Harry Connick Junior avec lesquels il reprend notamment le standard « Fly me to the moon ». La tournée qui suit, où tous les succès de l’artiste sont revisités par le big band, donne lieu à l’enregistrement d’un CD et d’un DVD live. Avec l’opus « Histoire d’un amour » qui est commercialisé en 2006, ce sont les rythmes latinos qui enrobent les tangos, mambos et autres bossas enregistrés par Dany. Il raconte avec plaisir à cette occasion que la chanson « Histoire d’un amour » dans la version de Dalida n’est certainement pas étrangère à son existence puisque c’est sur cette mélodie que ses parents se sont rencontrés. La tournée de concerts qui suit est festive puisqu’elle permet au public de danser partout où elle passe. Après l’album « Puerto Rico » en 2009, Dany Brillant se consacre quelques mois au théâtre et au cinéma. Puis, il revient à la chanson par une participation remarquée à l’album « Gentleman forever » en 2013 aux côtés de Roch Voisine et de Damien Sargues notamment. Fin 2014, l’artiste commercialise un nouvel opus consacré cette fois aux grands slows d’autrefois (« Le dernier romantique ») et espère ainsi surfer sur une certaine nostalgie perdue. En 2017, toujours à la recherche d’une thématique nouvelle pour chacun de ses albums, c’est cette fois « Rock and Swing » qui est le titre générique de son disque. L’un des artistes préférés de Dany Brillant, Charles Aznavour, décède en 2018 et le chanteur se doit de lui rendre hommage de la plus belle des manières : en octobre 2020, il commercialise un album avec un choix de treize chansons dont le titre principal est « La Bohème » que Dany propose dans une version salsa qu’il affectionne particulièrement. Un an plus tard, une nouvelle édition de ce disque, enrichie de nouveaux enregistrements et de duos divers, est mise en vente.
.

.
**********
.

Pierre Barouh dans les années 1970 – Photo (c) Claude Barouh

28 décembre 2016 : Décès, à Paris, de l’auteur-compositeur-interprète, acteur et producteur français Pierre BAROUH. Admis à l’hôpital Cochin de Paris quelques jours auparavant, l’artiste français de 82 ans a été victime d’un infarctus. Pour en savoir plus sur la vie de cet artiste et connaître sa biographie, veuillez CLIQUER ICI.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,