LUX Guy

L’animateur et producteur de télévision français Guy LUX naît le 21 juin 1919 à Paris. Il suit d’abord des études à l’école des Arts Appliqués et aux Beaux-Arts avant de se tourner vers la chanson en tant que parolier. A l’aube de la seconde guerre mondiale, alors qu’il a 20 ans, Guy Lux est mobilisé puis fait prisonnier avant de s’évader, de rejoindre la Résistance française et les troupes alliées. Après la guerre, il ouvre une quincaillerie dans la région parisienne mais il ne rêve que de jeux qu’il propose à la paroisse de son village. Au fil de ses rencontres, Guy Lux va finir par proposer une idée originale de jeu à la radio française et cette dernière va être acceptée en 1952. Avec l’apparition et l’évolution de la télévision dans les années 1950, c’est finalement vers ce média que Guy Lux se tourne pour y proposer des formules de jeux populaires. Ainsi, dès le début des années 1960, il lance quantité de nouvelles émissions ludiques à la télévision française: « La roue tourne », « Intervilles », « Inter-neige » et « Jeux sans frontières » entre autres. Avec Léon Zitrone qui coprésente le programme avec lui, Guy Lux enregistre même « Le tango d’Intervilles ».
.

.
Par la suite, Guy Lux intègre ses jeux dans des émissions de chansons et de variétés. De 1965 à 1968, il présente « Le Palmarès des chansons » avec la regrettée Anne-Marie Peysson.
.

.
Cette émission, désormais légendaire, est suivie par « Domino », « Ring parade », « Système 2 » et « Cadet Rousselle » qu’il anime aux côtés de Sophie Darel.
.

.

.
Tenté par le cinéma, Guy Lux réalise alors un film qui n’est pas un best seller en 1977: « Drôles de zèbres » avec, entre autres, Claude François, Alice Sapritch, Patrick Topaloff, Patrick Préjean et André Torrent.
.

.
Les variétés façon Guy Lux ne plaisent pas au pouvoir de gauche qui se met en place en 1981 et l’homme est renvoyé du service public de la télévision française. Mais son écartement est très provisoire puisque, deux ans plus tard, il revient sur FR3 avec « Cadence 3 », une émission typiquement de son cru en 1983.
.

.

Presque 20 ans après avoir créé ce jeu télévisé, il lance une formule renouvelée du célèbre « Intervilles » sur FR3 en 1985. Et c’est à nouveau le succès pour cette émission estivale. De temps en temps, entre les émissions et les jeux télévisés, Guy Lux revient à ses premières amours en écrivant des chansons. Il le fait notamment pour Bezu en signant son « tube » « A la queue leu leu ».
.

.

A partir de 1991, à contre-coeur, Guy Lux disparaît progressivement des écrans de télé. Il continue cependant à produire et à imaginer des émissions de télévision mais quelque chose est brisé au fond de lui. Il décède, un peu oublié par ses pairs, le 13 juin 2003 chez lui à Neuilly-sur-Seine.
.

.
.
.

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

RIVERS Dick

Dick Rivers en 2012

Le chanteur français Hervé Fornieri, mieux connu sous le nom de Dick RIVERS, naît le 24 avril 1945 à Nice. Fan d’Elvis Presley, il a d’ailleurs emprunté son prénom de scène au nom d’un des personnages joués par le King au cinéma. A peine âgé de quinze ans, il fonde « Les Chats Sauvages », un groupe qui va être l’un des premiers à pratiquer le rock and roll en France. Entre mai 1961 et juin 1962, ces musiciens vont enregistrer une centaine de titres: du rock mais aussi du twist, rythme très à la mode en 1962. Parmi les succès du groupe, on peut citer « C’est pas sérieux », « Twist à Saint-Tropez » ou « Est-ce que tu le sais » (adaptation française de « What I’d say » de Ray Charles).
.

.
En septembre de cette année-là, Dick Rivers décide de voler de ses propres ailes et largue le groupe. Dès le début de sa carrière de soliste, que ce soit par des adaptations ou des titres originaux, le chanteur va tenir le haut du pavé et s’installer solidement pour des dizaines d’années dans le paysage français de la chanson.
.

.
Dans les années 1960, grâce à ses bonnes relations avec Daidy Davis Boyer, Dick Rivers va tourner quantité de scopitones de ses chansons. Ce petit film de cinéma ainsi appelé scopitone était l’ancêtre du clip video. Il permettait à tout un chacun de visionner ses chansons préférées sur un appareil s’apparentant à un juke-box. Dick fera aussi de la figuration dans les scopitones de certains autres chanteurs. Ses succès sont nombreux et le chanteur s’adapte aux modes en interprétant notamment du rhythm’n’blues à la fin des années 1960 comme « Mr Pitiful ».
.

.
Alors que la décennie 1970 laisse craindre le pire pour un chanteur de rock, Dick Rivers s’en tire plutôt bien en restant fidèle à son style (« Maman n’aime pas ma musique ») ou en s’orientant vers la musique country (« Faire un pont », adaptation de « Country roads »).
.

.

.
Ces années-là sont celles où Dick Rivers fait appel à Bashung pour la réalisation de trois albums. Les Chats Sauvages se reforment le temps d’un disque qui sort en 1982 sans grand succès.
.

.
En 1983, sa carrière prend un autre virage encore avec des chansons signées Didier Barbelivien (« Nice Baie des Anges »).
.

.
Au tout début des années 1990, l’artiste se lance dans l’aventure du conte musical avec un double album consacré à l’histoire inventée d’une chanteuse virtuelle: Linda Lu Baker. Ce disque est pour Dick l’occasion de partager un gospel avec le Golden Gate Quartet (« Ainsi soit-elle ») mais il lui offre aussi l’opportunité d’interpréter un titre de mambo (« Sale mambo ») et un autre de salsa!
.

.

.
Parmi les collaborateurs de l’opus « Linda Lu Baker » se trouve aussi un certain Francis Cabrel qui va mettre en scène, avec Dick et un groupe nommé « Les Parses », un spectacle dédié au rock : « Le rock’n’roll show ». Quelques concerts seront proposés en 1990 et Cabrel commercialisera, en 2020 en hommage après le décès de Dick Rivers, un DVD de cette aventure musicale exceptionnelle enregistrée le 15 octobre 1990 à Villeneuve-sur-Lot .
.

.

.
Au même moment, Dick Rivers raconte le rock comme personne sur Radio Monte Carlo. Comme Johnny Hallyday, le rival de ses débuts, le chanteur niçois n’a alors de cesse de rencontrer de nouveaux auteurs et compositeurs dont il fait éclore le talent. Ceux-ci ont pour nom Benjamin Biolay, M, Joseph d’Anvers ou Mathieu Boogaerts. Dick Rivers fête ses 50 ans de carrière en mai 2011. Pour l’occasion, il sort un album (cliquer ici pour voir la chronique) mais aussi un livre : Mister D.
.

.
La tournée qu’il effectue à travers toute la France en 2012 est immortalisée par un DVD : « Le gran’ tour ». En 2014, l’album « Rivers » lui permet d’entrevoir une nouvelle tournée de concerts. Mais celle-ci est annulée en raison d’une chute dont le chanteur est relevé avec un traumatisme crânien. Le 28 octobre 2017, les téléspectateurs de France 2 sont heureux de retrouver Dick Rivers bon pied bon oeil pour participer, au Zénith de Paris, à la soirée célébrant les 25 ans de l’émission « Taratata » de Nagui. Et puis, au début 2018, l’artiste confirme son retour en forme en apparaissant dans un clip très déjanté de Julien Doré: « Africa », une reprise étonnante du célébrissime tube initialement interprété par Rose Laurens en 1982.
.

.
Dick Rivers décède, à Paris, des suites d’un cancer le jour de ses 74 ans: le 24 avril 2019.
.

 

.
Les obsèques de Dick Rivers ont lieu à Paris le jeudi 2 mai en l’église Saint-Pierre de Montmartre. L’artiste est ensuite inhumé au cimetière parisien de Montmartre.
.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

SANTIANA

Santiana en 1974 – Photo (c) B. Petit

Le chanteur français SANTIANA naît sous l’identité de Jean Pierre D’Amico le 30 juillet 1946 à Issoire en Auvergne. Intéressé par la musique depuis qu’il est tout petit, Jean-Pierre intègre un groupe de rock dès sa prime adolescence. La formation est plutôt BCBG (« Bon chic bon genre ») car c’est en costume avec cravate que les Jaguars se produisent sur les scènes régionales. Puis, en 1967, il devient chanteur et musicien dans l’orchestre de bal de Jean-Pierre Salvat qui écume la région auvergnate tous les weekends. Robert Stigwood, le producteur américain des Bee Gees, lui permet d’enregistrer sous son label français (RSOF distribué par Polydor) un premier 45-tours en 1969. Sous le simple nom D’Amico, il interprète deux chansons qui ont pour titres « La passion selon moi » (de Pierre Chiffre et Bernard St-Paul) et « Prisonnier de ce monde » (adaptation française signée Michel Jourdan d’une mélodie italienne). L’expérience n’est pas très concluante mais, toujours sous le nom D’Amico, il remet le couvert trois ans plus tard avec une autre équipe qui a le vent en poupe : Boris Bergman, Daniel Vangarde, Etienne Roda-Gil, Michel Berger et Michel Bernholc lui écrivent, composent et arrangent les chansons. Mais rien n’y fait : le succès n’est pas au rendez-vous. Alors, Jean-Pierre se tourne vers Claude Carrère qui lui propose de travailler avec les fabricants de tubes du moment que sont Michaële, Lana et Paul Sébastian ainsi que Bernard Estardy pour la prise de son et Jean-Claude Petit pour l’orchestration. Mais il doit changer de nom et devient Santiana. Et le premier titre enregistré en 1974, « Je t’avais juré de t’aimer », est d’emblée un énorme succès qui fracasse le classement des ventes de 45-tours en France dès sa sortie.

Les magazines pour jeunes gonflent alors sa popularité en multipliant les articles : l’artiste est à l’honneur dans Salut, Podium, Hit Magazine, etc. Santiana fait alors partie d’une véritable écurie où se retrouvent aussi Sheila, Ringo, Art Sullivan, Roméo et Mathias entre autres. Les besoins de la promotion l’amènent sur les plateaux de télévision et il est régulièrement l’invité de Guy Lux pour son Ring Parade du dimanche soir. Et le succès se poursuit et s’amplifie avec « Petite femme », « Miss America » et « Mal d’amour mal de toi » en 1975.

Puis, d’un coup, la gloire s’essouffle et les ventes chutent de manière spectaculaire. La nouvelle vague des auteurs-compositeurs-interprètes comme Louis Chédid, Philippe Chatel, Alain Souchon, Laurent Voulzy, Francis Cabrel prend la relève et crée des soucis à ceux qui ont envahi les ondes durant les années 1972 à 1975. Alors, malgré ses efforts et un souci de cordes vocales, il effectue un joli retour en 1978 avec la chanson « L’aquarium » (co-signée avec Didier Barbelivien) sous le nom de Jean-Pierre Santiana.

Mais le chanteur tombe ensuite dans les oubliettes des médias d’abord puis du public. Il délaisse alors la chanson mais pas tout à fait la musique puisque, en 1981, il devient le premier directeur des programmes de la radio « libre » NRJ (Nouvelle Radio des Jeunes) jusqu’en 1984. Par la suite, il semblerait que Jean-Pierre D’Amico soit resté dans le milieu musical comme compositeur et arrangeur. En 1989, ses succès des années 1970 sont compilées sur un CD « Top Compilation : Santiana, Mal d’amour, mal de toi ».
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,