THEODORAKIS Mikis

Mikis Theodorakis dans les années 1970

Le compositeur grec Mikis THEODORAKIS naît le 29 juillet 1925 sur l’île de Chios. L’artiste est surtout connu pour ses musiques de films telles que « Zorba le Grec », « Z » ou « Serpico » et certaines de ces mélodies sont devenues des chansons. Il a aussi souvent été à la une de l’actualité pour ses prises de position en matière de politique en Grèce. Il a été celui qui s’est élevé publiquement contre la dictature des colonels de 1967 à 1974 et aussi celui qui a toujours prôné la paix mais aussi l’arrêt des corruptions politiques diverses dans son pays. Comme musicien, il a aussi composé un bon nombre de chansons pour des artistes de renommée internationale, souvent grecs, qui ont parfois interprété ses oeuvres en français.
.

.
Mélina Mercouri a notamment interprété les chansons du film « Phaedra », Nana Mouskouri « Petits enfants du monde entier » (1965), Vicky Leandros « L’amour brillait dans tes yeux » (1973) ou Georges Moustaki « L’homme au coeur blessé » (1970).
.

.
Le thème du film « Zorba le Grec » a eu de nombreux interprètes en français sous le titre « Chanson de Zorba » ou « Danse de Zorba »: Annie Cordy, Dalida et Henri Salvador par exemple.
.

.
Enfin, le nom de Mikis Theodorakis apparaît aussi dans les repertoires d’Edith Piaf (« Les amants de Teruel » du film du même titre en 1961) ou encore de Petula Clark (« Lune de miel » en 1959). Hospitalisé pour des problèmes cardiaques, le compositeur décède à Athènes le 2 septembre 2021 à l’âge de 96 ans.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

MERCOURI Mélina

Mélina MERCOURI – Photo de la pochette du CD « Master Série » (c) Universal

L’actrice, chanteuse et femme politique grecque Mélina MERCOURI naît à Athènes le 18 octobre 1920 sous le nom de Maria Amelia Mercouri. Elle est d’abord actrice et se fait remarquer dans les films de son mari Jules Dassin, le père du chanteur Joe Dassin. En 1960, elle est consacrée meilleure actrice au Festival de Cannes pour sa prestation dans « Jamais le dimanche ». En 1967, elle s’engage politiquement pour lutter contre le régime des colonels en place en Grèce. Elle est dès lors contrainte à l’exil en France. C’est dans ce pays qu’elle va alors tenter, avec succès, une brève carrière de chanteuse avec des titres enregistrés au début des années 1970 :  les incontournables « Zorba » et « Enfants du Pirée ». Mais aussi des chansons de Maurice Fanon (« Les bateaux de Samos », « L’oeillet rouge »), Mikis Theodorakis (« Pour toi ma fille », « L’étrangère », « Attendre attendre »), Serge Lama (« La fumée des cigarettes »), Léo Ferré (« Paname »), Georges Moustaki (« En Méditerranée », « Le métèque ») et de la famille Dassin (« Je suis Grecque », « Le Portugais ») avec des textes souvent signés par Claude Lemesle.

En 1974, elle peut enfin revenir dans son pays natal redevenu démocratique et elle y entame même une carrière politique qui la mène au poste de ministre de la Culture de 1981 à 1989 et de 1993 à sa mort. C’est dans le cadre de cette fonction qu’elle crée, au Conseil européen en 1985, le concept des capitales européennes de la culture. Depuis, deux villes européennes sont désignées chaque année pour accueillir des manifestations artistiques et faire connaître leur patrimoine historique et culturel. En 2015, la ville belge de Mons est l’une de ces capitales européennes de la culture et donne le nom de Mélina Mercouri à l’une des rues du nouveau quartier des congrès. Par ailleurs, une fondation porte le nom de Mélina Mercouri et s’occupe de la préservation des monuments grecs antiques. Mélina Mercouri décède d’un cancer du poumon à l’âge de 73 ans le 6 mars 1994 à New York (USA).
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

2 SEPTEMBRE

Henri Tachan en 1981 – Photo (c) Joël Laffay

2 septembre 1939 : Naissance, à Moulins, de l’auteur-compositeur-interprète français Henri TACHAN, de son vrai nom Henri Tachdjian. Sa scolarité se déroule dans un pensionnat puis dans un lycée parisien. Il entre ensuite à l’école hôtelière de Thonon-les-Bains et se fait embaucher comme serveur à l’hôtel Ritz de Paris. A 23 ans, il part pour le Canada où il pratique la même activité au Québec. Après son boulot quotidien, il va « Chez Clairette » à Montréal où il récite des poèmes au cours de soirées littéraires. Un soir, l’un de ses spectateurs s’appelle Jacques Brel et il lui conseille de s’essayer à la chanson. Il suit ce conseil avisé et commence donc à agrémenter ses poèmes de musique pour en faire des chansons. Il revient alors en France avec l’idée fixe d’enregistrer ses chansons sur un disque. Et il le fait dès 1965 avec un premier album directement commercialisé par Barclay. Celui-ci connaît d’emblée un succès qui lui fait obtenir le Grand Prix de l’Académie du disque Charles-Cros d’une part et qui permet à son chanteur de se produire en première partie de Juliette Gréco à l’Olympia de Paris d’autre part. Des premières parties d’artistes renommés, Henri Tachan va en faire un certain nombre par la suite: Isabelle Aubret et Félix Leclerc en 1968, Pierre Perret en 1970 et Georges Brassens en 1972. Il prend donc son temps avant de se présenter en vedette face au public. En 1969, il se classe deuxième en représentant la France au Festival de la Chanson de Sopot en Pologne. Il y chante « La table habituelle ». En 1975, il obtient enfin un passage en tête d’affiche sur la scène de l’Olympia le temps d’un soir. Et, la même année, il reste deux semaines au Théâtre de la Ville. En 1978, une de ses chansons obtient quelques diffusions sur certaines radios: « La tendresse ».
.

.
Si Tachan a mis du temps pour être reconnu par le public, c’est aussi parce que son répertoire très original n’a pas séduit le plus grand nombre. De grande qualité, son humour noir n’a pas l’heur de plaire à tout le monde. Et ses chansons, musicalement influencées par Beethoven ou Schubert, sont généralement de petites oeuvres appréciées par assez peu de gens. Et c’est dommage. Point de vue textes, les thèmes sont eux aussi assez peu racoleurs et évoquent les travers de notre société. On peut dire sans risquer de se tromper que Tachan est aussi un artiste sanguin qui alterne son écriture entre coups de coeur et coups de gueule. Pas étonnant dès lors que, jusqu’ici, les media s’y soient peu intéressés. Et, encore une fois, c’est dommage car ils privent ainsi un grand nombre de personnes de la possibilité de faire connaissance avec un artiste entier qui mérite mieux. Le 30 juillet 2015, Henri Tachan semble volontairement mettre fin à sa carrière de chanteur en participant, au cours du Festival « Chansons de parole » de Barjac, à un spectacle qui lui est consacré par Yves Jamait: « Au revoir Tachan ».
.
**********
.

Gilles Marchal en 1982 – Photo (c) Joël Laffay

2 septembre 1944 : Naissance, à Paris, de l’auteur-compositeur-interprète et écrivain Gilles MARCHAL. Pour en savoir plus sur sa vie et connaître sa biographie, veuillez CLIQUER ICI.

.
.
.
.
**********
.
.
.
.

Alain Tomasi dans les années 1980

2 septembre 1960 : Naissance, à Pont-de-Loup, du chanteur belge Alain TOMASI. Passionné dès son enfance par la musique et la chanson, il s’inscrit au Conservatoire de Bruxelles dont il sort diplômé en 1978. Un an plus tard, il enseigne les percussions et anime les soirées dansantes en interprétant les grands standards du genre. Accompagné par son orchestre, il se produit notamment au Palladium de Baisy-Thy. A la guitare, il commence alors à composer quelques mélodies qu’il se voit bien interpréter en tant que chanteur à part entière. Bien ancré dans son époque et sachant ce qu’il veut, il crée d’abord son propre studio d’enregistrement en 1985 pour y réaliser son premier 45 tours qui reprend une chanson de Claude Barzotti: « Elle ». Il enregistre ensuite d’autres chansons de Barzotti comme « T’amo e t’amero » qui sont programmées sur certaines radios belges. En 1987, il effectue une courte tournée de promotion au Canada. Au début des années 1990, il surfe sur la vague des artistes belges promotionnés par l’émission télé « Dix qu’on aime » de la chaîne privée belge RTL-TVI. Il connaît ainsi son premier succès grâce à la médiatisation de sa chanson « Petite Canadienne » en 1991.
.

.
Cette popularité lui donne l’opportunité d’enregistrer son premier album en 1992: « Le rockmantique ». Des succès comme « Couleur toujours » et « Les violons de la nuit » y figurent. Deux autres albums sont encore commercialisés par la suite: « Je rêve » en 1994 et « Si tu y crois » en 1995. La chanson hommage à John Lennon, « John est parti », se trouve sur ce dernier opus. Avec la disparition du programme « Dix qu’on aime », Alain Tomasi, comme beaucoup d’autres artistes belges de la même promotion, ne va pas être suffisamment soutenu par les autres médias que sont la radio et la presse. Et le public va s’en écarter peu à peu. Grâce à son studio d’enregistrement et à ses capacités musicales, Alain Tomasi se reconvertit alors dans les spots publicitaires et les bandes sonores diverses. En 2006, le chanteur se présente aux élections de sa localité d’Aiseau-Presles sur la liste des libéraux du Mouvement Réformateur et il devient conseiller communal avant de démissionner en septembre 2011. Le 25 octobre 2016, Alain Tomasi est l’invité de la télévision locale de Charleroi Télésambre pour évoquer la démolition de la discothèque « Palladium » de Baisy-Thy, en Belgique. Un endroit mythique où ont notamment été enregistrées bon nombre d’émissions publiques du programme « Dix qu’on aime ». Pour visionner cette interview, veuillez CLIQUER sur l’image ci-dessous.
.
.
**********
.

Mikis Theodorakis dans les années 1970

2 septembre 2021 : Décès, à Athènes, du compositeur grec Mikis THEODORAKIS à l’âge de 96 ans. Pour en savoir plus sur les activités musicales ayant trait à la chanson française de cet artiste, veuillez CLIQUER ICI.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

29 JUILLET

Alice Sapritch en 1975 – Photo (c) Jean-Pierre Durel

29 juillet 1916 : Naissance, à Ortaköy, en Turquie, de l’actrice et chanteuse d’origine arménienne naturalisée française Alice SAPRITCH, Sapric de son vrai nom. Pour en savoir plus sur sa vie et sa biographie, veuillez CLIQUER ICI.
.
.
.
.
**********
.
.
.
.

Mikis Theodorakis

29 juillet 1925 : Naissance, sur l’île de Chios, du compositeur grec Mikis THEODORAKIS. Pour en savoir plus sur les activités musicales ayant trait à la chanson francophone de cet artiste, veuillez CLIQUER ICI.
.
.
.
.
**********
.
.
.
.

Pochette du best of de ses chansons publié par Universal en 2014

29 juillet 1936 : Naissance au Caire, en Egypte, du producteur phonographique et éditeur musical ORLANDO sous le nom de Bruno Gigliotti. Frère cadet de la chanteuse Dalida, il grandit dans l’ombre de celle-ci mais nourrit, lui aussi, des ambitions artistiques musicales. Après avoir tâté du cinéma en décrochant un petit rôle dans deux films en France, il se lance sur les traces de sa grande soeur en enregistrant quelques disques au début des années 1960. C’est l’époque des yé-yés et il est permis un peu à tout le monde de tenter sa chance dans la chanson. Et, pour satisfaire à la mode du moment, Bruno enregistre sous le nom d’Orlando (qui est le prénom de son frère) quelques adaptations françaises de tubes anglo-saxons comme « Mon amour disparu » (« Runaway » de Del Shannon) ou « Derniers baisers » (« Sealed with a kiss » de Bryan Hyland). Il enregistre ainsi une cinquantaine de chansons sous le label Bel Air de Léo Missir, distribué par Barclay, et participe à une tournée avec Leny Escudero, Jacques Brel, Eddy Mitchell et les Chaussettes Noires.
.

.
Fin 1964, Eddie Barclay met un terme à l’aventure du label Bel-Air et, du même coup, à la carrière de chanteur d’Orlando. Mais l’homme au cigare l’engage comme directeur artistique de Dalida dont il devient aussi son imprésario. Il fonde alors les éditions Bambino qui est aussi le premier label indépendant de l’édition musicale française. Jusqu’à son décès survenant tragiquement en mai 1987, Orlando va produire toutes les chansons et les disques de Dalida. C’est lui aussi qui va permettre à sa soeur de se développer pleinement sur scène en finançant des shows exceptionnels dans les années 1970 comme celui du Palais des Sports de Paris. Il est aussi à la base de sa carrière internationale. Au milieu des années 1970, sous le label International Show (IS), Orlando se décide à produire de jeunes artistes auxquels il croit : le chanteur malaisien Shake est de ceux-là et ses succès sont immédiats : « You know I love you (Tu sais je t’aime) », « I’m singing this song for you », « Je viens de loin », etc. Et parmi les autres artistes qu’Orlando va épauler, il y a aussi Guy Criaki au début des années 1980, Frédéric Chateau, Mélody et Indra quelques années plus tard. En 1996, il est subjugué par le talent de la jeune Hélène Ségara à qui il fait enregistrer un premier disque qui est un succès « Je vous aime adieu ». Dans la foulée, il permettra à cette artiste de devenir Esmeralda dans le spectacle musical « Notre-Dame de Paris » de Luc Plamondon et Richard Cocciante d’après l’oeuvre de Victor Hugo. Orlanda produit Hélène Ségara jusqu’en 2013. Depuis longtemps, Orlando est devenu une icône de la vie artistique française bien avant que l’on ne crée les « people » dont il fait désormais partie. A ce titre, il intervient régulièrement dans les émissions des radios et télévisions françaises souvent pour perpétuer la mémoire de sa soeur Dalida mais aussi pour participer à des programmes comme « Les grosses têtes » où son humour et son autodérision sont appréciés.
.
**********
.

Stéphan Reggiani en 1976 – Photo (c) Micha

29 juillet 1980 : Décès, à Mougins (F), du chanteur Stéphan REGGIANI qui met fin à ses jours à l’âge de 34 ans. Pour connaître une brève biographie et le parcours de cet artiste, veuillez CLIQUER ICI.
.
.
.
.
**********
.
.
.
.

Jean-Michel Caradec dans les années 1970

29 juillet 1981 : Décès, à Rambouillet, de l’auteur, compositeur et interprète français Jean-Michel CARADEC, des suites d’un accident de voiture. Pour en savoir plus sur sa vie et connaître sa biographie, veuillez CLIQUER ICI.

.
.
.
.
**********
.
.
.
.

Charley Marouani en 2012 (c) Capture d’écran TV5 Monde

29 juillet 2017 : Décès, à Calvi (Corse) de l’imprésario français Charley MAROUANI à l’âge de 90 ans. Pour prendre connaissance d’une brève biographie évoquant les activités artistiques de cette personnalité, veuillez CLIQUER ICI.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,