PERRY Réjane

Réjane Perry

La chanteuse française Réjane PERRY naît sous la vraie identité de Réjanne Perrimond le 27 janvier 1960 à Moutiers en Savoie. A l’âge de quatorze ans, sa voix pure, cristalline et puissante la pousse à entrer au Conservatoire de Chambéry avant de rejoindre celui de Grenoble. Trois ans plus tard, elle intègre l’opéra de Lyon où elle travaille trop. Très fatiguée, Réjane doit alors subir une opération des cordes vocales qui l’oblige à arrêter le chant. Mais, alors qu’elle trouve un job d’ambulancière, elle décide de tout faire pour retrouver sa voix. Elle finit par la retrouver à force de travail et en se produisant dans des cabarets et des bals, à Marseille et en Suisse notamment. Le 5 mars 1989, lorsque Luc Plamondon est brutalement lâché en pleine série de représentations de Starmania à Paris par Maurane qui joue le rôle de Marie-Jeanne, Réjane Perry est contactée illico par le compositeur canadien pour récupérer le rôle dès le lendemain. Plamondon a, en fait, découvert la chanteuse en regardant la télé un dimanche de 1989 où elle interprète son premier single, « Say », chez Jacques Martin. Ce premier disque est le fruit d’une collaboration entre l’auteur Pascal Auriat et le compositeur Paul Slade et il est arrangé et mixé par Bernard Estardy. Alors qu’elle doit apprendre et reprendre le rôle de Marie-Jeanne en deux jours, elle devient l’une des plus brillantes « serveuse automate » de Starmania au cours de la tournée européenne qui suit les représentations parisiennes. Elle a ensuite la chance d’être l’unique Marie-Jeanne à apparaître dans la version DVD de Starmania. En 1991, forte de son succès de Marie-Jeanne, Réjane Perry sort son premier album qui a pour titre « Altitude » et qui contient dix chansons.
.

.
En 1996, elle rencontre le compositeur Carolin Petit qui lui donne l’occasion d’interpréter des génériques tels que celui du téléfilm « Les maîtres de l’orge » diffusé sur France 2. Alors qu’il travaille sur les orchestrations d’une nouvelle comédie musicale, « Roméo et Juliette, de la haine à l’amour », Carolin Petit lui fait rencontrer le compositeur Gérard Presgurvic. Ce dernier lui demande alors d’enregistrer toutes les voix féminines pour la maquette et de coacher la troupe pour l’enregistrement de l’album. Presgurvic est aussi charmé par son interprétation de « Et voilà qu’elle aime » et il offre ainsi à Réjane Perry le rôle de la nurse dans le spectacle dont la première parisienne a lieu en 2001.
.

.
Tenaillée par la maladie dès 2003, Réjane prépare toutefois un nouvel album et envisage de partir en tournée dans toute la France afin de promouvoir ce dernier. Parallèlement à cela, la chanteuse fait régulièrement partager sa connaissance de la musique en animant des stages de développement artistique, en collaboration avec Corinne Roucoules, comédienne, danseuse et chorégraphe. C’est d’ailleurs grâce à cette dernière et Carolin Petit que cinq titres du nouvel album inachevé seront téléchargeables quelque temps sur le web à titre posthume car, le 9 septembre 2003, Réjane Perry succombe au cancer à Paris. Son corps est ensuite inhumé au Muy, son lieu de résidence dans le Var.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

5 MARS

Pour tout savoir sur les éphémérides de ce jour CLIQUEZ ICI

.

.

.

Tags: , , , , , , ,

5 MARS

 

AMINA en 1989 – Photo (c) Russell Young

5 mars 1962 : Naissance, à Carthage en Tunisie, de la chanteuse et actrice AMINA. Son père est Français mais c’est sa mère, Tunisienne, interprète de chants arabes, musicienne et compositrice, qui élève Amina Annabi après leur divorce. Grâce à sa grand-mère qui joue du luth et à un oncle qui est à l’origine de la création du festival musical de Tabarka, Amina se familiarise avec divers genres musicaux. En 1975, elle suit sa mère et s’installe en France. Elle n’a que treize ans mais se dirige déjà vers une carrière artistique: danse, chant classique et traditionnel égyptien. Trois ans plus tard, elle chante dans un groupe qui se produit dans les lycées. Amina se forme aussi au chant classique (Schola Cantorum), à la danse Modern Jazz auprès de Joseph Rusillo et Alvin Ailey à New York, mais aussi à la danse orientale sacrée liée aux enseignements de l’Egypte pharaonique ou encore aux chants sacrés et chamaniques comme le soufisme, la musique de transe avec les Gnawas du Maroc ou les mantras hindous. En 1982, elle rencontre un producteur et musicien, Martin Meissonnier, qui s’occupe de musique du monde et s’intéresse à la démarche d’Amina. Un an après la naissance de sa fille, Amina Annabi remporte un concours de rap et enregistre un premier 45 tours. Toujours en 1986, elle participe à un duo, « Shango », avec Afrika Bambaataa. Puis elle collabore avec le Japonais Yasuaki Shimizu et est choriste sur l’album d’Haruomi Hosono, autre musicien japonais. Elle est la vedette d’une tournée au Japon en 1987. Son tout premier album sort en 1990. C’est « Yalil » qui est simultanément commercialisé dans 22 pays dont les États-Unis où il est cinquième du classement « world music » dans le magazine professionnel « Billboard ». En France, le prix Piaf 1991 lui est décerné. Le 4 mai 1991, elle participe au Concours Eurovision de la chanson organisé à Rome. Pour la France, elle chante « Le dernier qui a parlé » et se classe deuxième.

Son deuxième album, coproduit par Wazis Diop sort en 1992. C’est aussi un succès qui précède une tournée internationale. Multipliant les expériences musicales mais aussi cinématographiques, Amina ne sort son troisième album qu’en 1999. Elle chante aussi dans un trio féminin: « Les Orientales ». En 2008, au cinéma, elle joue dans une comédie musicale retraçant l’histoire du dictateur lybien Mouammar Kadafi et, un an plus tard, elle obtient également un rôle dans le film « Cairo Time ». Puis, en 2011, elle est au générique du film « Polisse » de Maïwenn. Depuis, l’artiste se consacre de plus en plus à sa passion pour le yoga du son et prépare un album qu’elle compte enregistrer avec des titres écrits en anglais : « The light side of the moon ».
.
**********
.

5 mars 1969 : Naissance, à Dakar au Sénégal, de MC SOLAAR, de son vrai nom Claude M’Barali. Mc Solaar est sans doute le premier artiste à avoir popularisé le rap en France. Et cela est sans doute dû également au côté consensuel du genre qu’il a décidé d’interpréter. Ses textes ne contenant aucune violence sont plutôt influencés par l’observation poétique des choses de la rue. L’un de ses grands succès des années 1990 fut « Nouveau western » dont la musique était basée sur un sample du célébrissime « Bonnie and Clyde » de Serge Gainsbourg.
.

.

Mais MC Solaar a régulièrement flirté avec la cîme des hit parades grâce à des titres comme « Caroline », « Bouge de là », « Victime de la mode » et « Solaar pleure » par exemple. Claude M’Barali a quitté l’Afrique très tôt pour suivre ses parents en région parisienne. A douze ans, il se rend chez un oncle vivant au Caire où il reste neuf mois. En 1988, il passe son bac en France. Puis, il suit des études de langues et de philosophie à l’université de Jussieu. Mais la musique et la langue française prennent le dessus et sa passion pour le rap va l’amener à pratiquer de plus en plus le genre. Il se fait remarquer par le métier et, en 1990, il enregistre un premier titre: « Bouge de là » qui est, de suite, un succès. Un premier passage à la télé française confirme cette popularité naissante: chez Christophe Dechavanne dans « Ciel mon mardi ! ». Dans la foulée, fin 1991, MC Solaar sort son premier album: « Qui sème le vent récolte le tempo ». 400.000 exemplaires en sont vendus. Une tournée internationale est alors programmée en francophonie: en Europe, en Afrique et aux Etats-Unis. L’album « Prose Combat » sorti en 1994 se vend dans plus de 20 pays. En 1995, MC Solaar reçoit la Victoire de la Musique de l’artiste interprète masculin de l’année. Adopté par les milieux culturels français pour la qualité de ses textes et son look soigné, l’artiste est plutôt boudé par les autres rappeurs. Cela ne l’empêche pas d’aider de jeunes collègues comme Bambi Cruz dont il produit le premier disque. Suite à un conflit juridique avec sa première maison de disques, les quatre premiers albums de MC Solaar commercialisés chez Polydor ne sont plus trouvables dans le commerce depuis le début des années 2000. En février 2001 sort l’album « Cinquième As ». Le rap de Solaar y est plus dur avec des titres comme « Solaar Pleure » ou « Hasta la Vista ».
.

.
Deux ans plus tard, l’album « Mach 6 » est commercialisé mais n’est pas un record de ventes malgré de bons titres comme « Au pays de Ghandi ». MC Solaar s’accorde une pause et attend quatre ans avant « Chapitre 7 », nouvel opus publié en 2007. Les influences musicales sont très variées et le titre « Da Vinci Claude » marche bien. MC Solaar reçoit la Victoire de la musique pour l’Album de musique urbaine de l’année 2008. C’est à ce moment que le rappeur reprend la musique du film de de Rabbi Jacob pour en faire le « Rabbi muffin » qui est inclus dans la comédie musicale tirée du film de Gérard Oury. Après dix ans d’absence discographique, MC Solaar sort un nouvel album, « Géopoétique », en novembre 2017. Le premier single qui en extrait a pour titre « Sonotone ». Le 9 février 2018, l’opus reçoit la Victoire de la Musique de l’album de chansons où il était en compétition avec le duo Brigitte et Albin de la Simone.
.

.
**********
.

Renan Luce en 2014

5 mars 1980 : Naissance, à Paris, de l’auteur, compositeur et interprète français Renan LUCE. Son enfance et son adolescence se déroulent en Bretagne dans le Finistère. Avec sa soeur Claire et son frère Damien, Renan participe à la chorale du village et cela lui donne le goût de la musique, du chant et de la chanson. Cela l’encourage ensuite à suivre des cours de piano classique avec son frère. D’abord à Brest puis à Saint-Brieuc où il apprend le saxophone avant de développer seul des compositions à la guitare. Il suit alors les cours du lycée saint-Vincent à Rennes et commence à proposer ses compositions et chansons dans des bars spécialisés ainsi que dans certains festivals. Il fréquente ensuite l’Ecole Supérieure du Commerce de Toulouse pendant deux ans avant de partir pour Paris pour se consacrer exclusivement à la musique et à la chanson. Il se fait connaître des professionnels et ne tarde pas à rencontrer un éditeur puis un manager qui lui propose de chanter au théâtre Le Méry à Paris. Il s’y fait remarquer par d’autres artistes qui viennent régulièrement le voir comme Renaud et Bénabar. Et il finit par signer un contrat discographique chez Barclay à la fin de l’année 2005. Ses chansons séduisent d’emblée un certain nombre d’organisateurs de festivals et Renan Luce se retrouve à l’affiche de « Mars en Chansons » à Charleroi (B), d' »Alors, chante! » à Montauban (F) ou des Francofolies de la Rochelle (F). Et le jeune artiste assure la première partie du concert de Bénabar au Zénith de Paris le 7 juin 2006 alors même que son premier album n’est pas encore commercialisé et qu’il ne le sera qu’en septembre de la même année. Les chansons qui révèlent Renan Luce ont pour titres « Les voisines », « La lettre » et « Repenti ».
.

.
Ce sont ces chansons qui lui font écouler son premier album à plus de 800.000 exemplaires recensés au mois d’avril 2008 alors qu’il a reçu deux Victoires de la Musique quelques semaines plus tôt. En pleine gloire, il songe déjà à préparer son deuxième opus qui sort en octobre 2009 et qui a pour titre « Le Clan des Miros ». Deux chansons sont envoyées aux médias pour le faire connaître : « La fille de la bande  » et « On n’est pas à une bêtise près ». Et le plaisir d’écoute de l’album se poursuit dans les salles de spectacles de la francophonie (France, Belgique, Suisse, Québec, Réunion) où Renan se produit à plus de 200 reprises à la fin 2009 et au début 2010. Au milieu de l’année 2010, il s’avère que ce nouvel album s’est déjà vendu à 230.000 copies. A ce moment, l’artiste éprouve le besoin de se recentrer et de faire une pause après le tumulte médiatique qu’il a connu. En octobre 2011, se lance ainsi dans la tournée « Seuls à trois » où il retrouve ses amis Alexis HK et Benoît Dorémus. Trois ans plus tard, Renan Luce retrouve l’inspiration et le chemin des studios qui lui permettent d’enregistrer son troisième album auquel il donne un titre étonnant : « D’une tonne à un tout petit poids ». L’opus connaît un succès moindre que les deux précédents même si la chanson « Appelle quand tu te réveilles » effectue un beau parcours sur différentes radios francophones européennes. En 2019, Renan Luce propose un nouvel opus éponyme dont l’environnement musical est surprenant de beauté : des arrangements et un orchestre symphonique y habillent les chansons de manière très classieuse. Le chanteur décide alors de mettre sur pied une tournée où il est accompagné sur scène par cet orchestre symphonique. Le premier concert a lieu le 2 novembre 2019 mais, le 13 mars 2020, la tournée est interrompue en raison des mesures gouvernementales relatives à la pandémie du coronavirus covid-19. Profitant d’un léger confinement provisoire, Renan Luce parvient à remonter sur scène le 18 juillet 2020 au festival « À la folie… pas du tout » de Bourg-en-Bresse où il se produit devant un public restreint et masqué.
.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,