CARLI Patricia

Patricia Carli en 1968 – Photo (c) G. Marschal

L’auteure, compositrice et interprète italo-belge Patricia CARLI naît le 12 mars 1938 dans la ville italienne de Tarente sous l’identité véritable de Rosetta Ardito. A quatre ans, elle chante dans l’église de son village de la région des Pouilles. Et le chant devient alors une passion. Mais à la fin de la seconde guerre mondiale, elle suit ses parents en Belgique où son père trouve du travail dans un charbonnage. A 20 ans, elle envisage sérieusement de devenir chanteuse et elle pose sa candidature dans divers concours locaux et régionaux. On lui dit alors que tout se décide à Paris et, n’écoutant que son courage, elle s’installe dans la capitale française en effectuant divers petits boulots comme la plonge dans un restaurant de Clichy. Elle s’approche alors du milieu artistique qu’elle convoite tant, passe des auditions et, au hasard des rencontres, elle fait la connaissance de Nicole, l’épouse d’Eddie Barclay, ainsi que du producteur Léo Missir au début des années 1960. Ce dernier va tomber sous le charme de la chanteuse et l’épouser avant de produire ses disques. Après quelques essais infructueux, l’artiste obtient le succès en 1963 avec « Demain tu te maries (Arrête arrête) ».
.

.
Et elle poursuit sa carrière avec l’adaptation française de la chanson italienne qui remporte le concours Eurovision en 1964 dans la bouche de Gigliola Cinquetti : « Non ho l’eta » qui devient « Je suis à toi » interprétée par Patricia Carli au Festival de San Remo en Italie.
.

.
Sa popularité permet alors à Patricia de monter sur la scène de l’Olympia de Paris en première partie de Nancy Holloway et Gilbert Bécaud. Mais, comme elle le confiera en 1992 à Thierry Ardisson lors de son passage à la télé française dans l’émission « Le bar de la plage », le mari de Patricia qui a tout fait pour la rendre célèbre est cependant jaloux de sa gloire et lui demande d’arrêter la chanson.
.

.
Elle se consacre alors de plus en plus à la composition de chansons pour d’autres artistes comme David-Alexander Winter (« On lady Mary »), Mireille Mathieu (« Pardonne-moi ce caprice d’enfant », « Donne ton coeur donne ta vie »), Christian Delagrange (« Rosetta », « Sans toi je suis seul », « Petite fille », « Reviens mon amour reviens », « Tendre Cathy »), Daniel Guichard (« La tendresse », « T’en souviens-tu Marie-Hélène ») ou Dalida (« Comme tu dois avoir froid »).
.

.
Mais elle continue néanmoins à enregistrer des disques. Dans la deuxième partie des années 1970, Patricia Carli divorce, perd sa mère et apprend qu’elle va devoir lutter seule contre un cancer qui l’oblige à restreindre ses activités. En 1978, elle profite d’une rémission de la maladie pour commercialiser un 45-tours, « L’homme sur la plage », qui obtient un beau succès.
.

.
Pendant les années 1980, le cancer récidive et les prestations de l’artiste se raréfient. En 2000, elle enregistre un nouvel album regroupant des nouvelles chansons (« Élie », « La fille de la voisine », « L’homme d’affaires ») et des anciens titres comme, bien sûr, « Demain tu te maries ». L’année suivante, elle reçoit le Prix René-Jeanne de la SACEM. Patricia Carli se retire ensuite des affaires pour savourer une retraite méritée à Roquebrune Cap Martin, près de Monaco. Une région ensoleillée et proche de l’Italie qui l’a séduite dès le début de sa célébrité.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,