DARLIER Jean

Jean Darlier en 1963

L’auteur, compositeur et éditeur de musique belge Jean DARLIER naît le 5 février 1920 à Theux sous le nom de Joseph Dethier. Passionné de musique dès son plus jeune âge, il se dirige vers des études en technologie à Liège en suivant des cours au conservatoire de Verviers. Pendant la seconde guerre mondiale, il se fait remarquer pour des faits de résistance face à l’ennemi. Et, dès la libération, quand il le peut, il compose des musiques, notamment de jazz, et se distingue, en 1950, en recevant le prix de la radio belge francophone. Petit à petit, il fréquente les milieux musicaux de Bruxelles.
.

.
Ses rencontres lui permettent alors de signer des mélodies et d’écrire des textes pour des artistes belges comme Tohama (« La bise-bise polka » en 1959), Emile Sullon (« N’embrasse pas les garçons » en 1961), Burt Blanca (« Christine » et « Eh teenager eh » en 1962), Karine et Rebecca (« Moi je dors avec Nounours » en 1964 que le fantaisiste français Sim va aussi enregistrer en 1967), Nicole Josy (« Tu n’es jamais le même » et « Hey toi » en 1966), Serge Davignac (« Si c’était à recommencer » en 1968 et « Viens je t’emmène » en 1969), Lucy Paule (« Sans toi mon amour » en 1972), Les Djambots (« Reviens danser » en 1974) ou encore Carlo Deman (« La valse du printemps » en 1983).
.

.

.
En 1966, il produit un disque 45-tours religieux de Luc Dominique (ex Soeur Sourire) destiné aux enfants et, dans les années 1970, un album où Soeur Sourire (qui a repris son nom) chante pour les petits. Parmi les autres artistes travaillant pour ou avec Jean Darlier, il y a aussi Lily Vincent, Eddy Pascal, Pol Somville, Vicky Vitt, Hector Delfosse, Bébé Suong, Eric Genty, Jean Narcy, Roland Thyssen, Lou Pascal, Jacky Noro, Marino Falco, etc. Au cours de sa vie professionnelle très remplie, Jean Darlier écrit aussi un livre dédié aux jeunes artistes : « Le parolier débutant (Apprenez à écrire une chanson) ». Au fil du temps également, les activités de Jean Darlier s’orientent vers l’édition musicale, la gestion d’une firme de disques et des occupations importantes au sein de la SABAM, la Société Belge des Auteurs et Compositeurs, mais aussi d’autres organisations internationales comme la CISAC (Confédération Internationale des Sociétés d’Auteurs et Compositeurs) et le BIEM (Bureau International de l’Edition Mécanique) entre autres. Jean Darlier décède le 27 juillet 2006 alors qu’il est en vacances en Espagne à L’Escala. Après des funérailles célébrées au crématorium de Charleroi, l’urne cinéraire est déposée au colombarium du cimetière de Wauthier-Braine le 5 août 2006.
.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

CARLIER Jo

Jo Carlier en 1974

Le chef d’orchestre et trompettiste belge Jo CARLIER naît le 4 septembre 1930 à Bois-de-Breux près de Liège. Elevé dans un milieu plutôt modeste, il s’intéresse à la musique dès l’âge de six ans en étudiant le solfège. Il faut dire que deux de ses oncles sont des musiciens professionnels et que le jeune Jo est fasciné par leur univers. A dix ans, il joue du trombone et, trois ans plus tard, il entre au Conservatoire pour apprendre la trompette. A la libération, il forme déjà un orchestre avec des copains musiciens. Puis, pendant son service militaire, il fonde à nouveau un « band » qui anime les soirées récréatives des soldats. De retour à la vie civile, il prend en mains l’orchestre de Jean Dary dans lequel il a joué quelques années plus tôt. Il s’occupe aussi des thés dansants avec un copain musicien liégeois comme lui : Charles Cremers. Il se fait alors engager comme premier trompettiste dans l’orchestre d’Emile  Sullon qui anime les soirée du Palace et de l’Eden à Liège. En 1955, au départ de Sullon, Jo Carlier reprend l’orchestre du Palace et y accompagne de grandes vedettes comme Jacques Brel ou Luis Mariano. Sa formation musicale compte alors 22 membres. A ce titre, il participe à de nombreux shows télévisés belges où il accompagne, notamment, Marcel Amont. En 1963, son orchestre effectue une saison complète au casino de Spa et, un an plus tard, il est l’un des créateurs du Festival de la Chanson Française de Spa qui, jusqu’au début des années 1980, accueille des dizaines d’artistes et découvre des chanteurs comme Francis Cabrel, Yves Duteil, Gilbert Laffaille, Maxime Leforestier, Serge Lama, Robert Charlebois ou Alain Souchon.
.

.
A plusieurs reprises durant cette décennie, Jo Carlier est aussi le chef d’orchestre qui s’illustre lors de la prestation des candidats belges francophones au Concours Eurovision de la Chanson. Et il a ainsi la chance d’être intimement mêlé à la seule victoire belge de cette compétition lorsque la toute jeune Liégeoise Sandra Kim l’emporte avec « J’aime la vie » à Bergen (Norvège) en 1986.
.

.
Du coup, il devient aussi le chef d’orchestre de l’édition suivante du concours Eurovision de la Chanson qui est organisé à Bruxelles. Il est alors présenté lors de l’allocution d’ouverture prononcée par la chanteuse Viktor Lazlo. Vous pouvez visionner la vidéo ci-dessous où Jo Carlier est présenté après 5’45…
.

.
Il s’agit alors de l’un des derniers rendez-vous professionnels du chef d’orchestre qui cesse ses activités artistiques en 1988 pour se consacrer à ses passions pour le billard, le tennis de table et les chevaux. Jo Carlier décède à Liège le 25 avril 2001 à l’âge de 70 ans des suites d’une maladie. Jo Carlier aurait enregistré, avec son orchestre, quelque 17 albums 33-tours et neuf 45-tours. De nombreux disques compacts, édités depuis le début des années 1990, permettent de retrouver le répertoire de Jo Carlier avec une sonorité parfaite.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,