DELPHINE COUTANT : « 2 Systèmes Solaires » qui déboussolent la chanson

Autant l’écrire d’emblée : le nouvel album de Delphine Coutant, « 2 Systèmes Solaires » , correspond à ce que l’on appelle actuellement un disque « de niche » . Et si elle s’avère intéressante par la démarche novatrice et osée de son écriture onirique, il est toutefois probable que l’œuvre ne touchera qu’un public recherchant le contenu original et courageux qu’il propose.
Indiscutablement, l’artiste a choisi d’aborder la chanson par une voie poétique permettant de juxtaposer des mots dont l’assemblage engendre à lui seul une musicalité qui ne peut laisser indifférent. Au risque de ne pas permettre à tout le monde de comprendre le sens profond des textes sans en avoir la clé. La serrure, elle, se trouve sans doute dans les remerciements écrits en fin de livret et qui évoquent l’intérêt de la chanteuse pour la planétologie ainsi que tout ce qui concerne l’univers cosmique en général.
Bien soutenus par les orchestrations subtiles et élaborées du piano et d’un octuor (violons, violoncelle, contrebasse, trombones et trompette), les onze titres de l’album se laissent donc entendre avec plaisir ou doivent être écoutés avec une attention toute particulière pour le vocabulaire employé. J’avoue y avoir découvert le mot « xérophyte » que je ne connaissais pas.
Alors, même si certains y voient une filiation avec des chanteuses comme Brigitte Fontaine, on peut clairement affirmer que Delphine Coutant est l’une des seules artistes actuelles à faire bouger les lignes de la chanson francophone en l’amenant là où personne ne l’attend.

Le premier extrait de l’album à être envoyé aux médias est « La Galaxie du Sculpteur » . Le clip vidéo a été réalisé en répétition par Yannis Pachaud. Il montre ce foisonnement de matières et de sons, au plus près de chaque musicien-ne, à travers un mouvement de caméra qui ne cesse de tourner lentement comme dans la rotation des planètes.

DELPHINE COUTANT en quelques lignes…

Cinq ans après l’album « La Nuit Philarmonique » , Delphine Coutant est donc de retour avec son sixième album « 2 Systèmes Solaires » . Pour écrire la partition pour octuor, elle a étudié durant quatre ans l’écriture musicale, l’arrangement et l’orchestration au Conservatoire de musique de Nantes. Pour l’inspiration, elle a effectué une résidence au Laboratoire de Planétologie et Géosciences de Nantes, au Planétarium de Nantes et aux réserves muséales du Muséum d’Histoire naturelle de Nantes.

L’artiste aime se définir comme une trobairitz (femme troubadour) du XXIème siècle. Poétesse, compositrice, musicienne, mais aussi un temps paludière, elle réalise une œuvre au lien très fort avec la nature. Et, pour la proposer au public, elle offre des concertos perchés dans des arbres remarquables, des prestations au cœur des salines ou sur une structure flottante pour « Le piano du Lac » . Elle développe aussi un réseau de diffusion insolite en totale harmonie avec sa poésie et en concordance avec ses désirs de tournées plus vertueuses sur le plan environnemental.

Pour en savoir plus sur cette artiste, veuillez CLIQUER ICI.

Article rédigé par Daniel Barbieux (« Passion Chanson ») sur base de l’écoute d’album et de diverses recherches biographiques. Merci à Xavier Chezleprêtre.
Ce contenu a été publié dans Actualités, Ecouté pour vous, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.