Ouvrez vos oreilles aux Grandes Bouches

On connaissait déjà Les Mauvaises Langues, groupe du nord de la France, voici qu’arrivent maintenant de Toulouse Les Grandes Bouches. Des musicos qui vous invitent d’emblée au Bal Républicain dont ils ont fait le titre de leur album. Ils sont quatre (trois gars et une fille) et, sur disque, ils semblent être au moins douze ! Ca déménage, ça bouge, ça titille et, en plus, ça fait réfléchir !
(suite…)

BEL’ZIK FESTIVAL à HERVE (B)

Le Bel’zik Festival se tiendra du 22 au 24 mars au Hall de Criées de Herve. Malgré son nom qui recèle un habile jeu de mots, les artistes présents ne sont pas tous Belges même s’il y en a beaucoup dans la programmation.

Le Quesnoy en chanteur(s) du 16 au 27 mars

Pour la 17e fois la localité de Le Quesnoy, située dans le Nord de la France à quelques kilomètres de Valenciennes, va faire la fête à la chanson francophone. Le moins que l’on puisse dire est que la programmation de cette édition 2012 fait la part belle aux grands noms de la chanson de tradition.
Il y aura notamment HELENE MARTIN, FRANCESCA SOLLEVILLE et PIERRE PERRET. Mais la relève ne sera pas oubliée et sera bien présente avec Les BLAIREAUX, les MAUVAISES LANGUES ou Mathieu LIPPE entre autres. Découvrez l’affiche complète ci-dessous et sur le site internet du festival « Le Quesnoy en chanteur(s) ».
(suite…)

Jours après jours au Fil de l’Eau

Au début de l’histoire, il y avait trois musiciens. Trois potes de Seine-et-Marne (F) qui avaient envie de faire de la musique et qui tentèrent l’expérience dans la rue. Leur initiative, couronnée de succès, leur permit de conquérir un public très large et de penser à l’enregistrement de leurs chansons. En suivant, tranquilles, le Fil de l’Eau. En 2010, un quatrième musicien est venu renforcer de sa contrebasse le trio initial qui, jusque là, manipulait déjà la guitare, les percussions, l’accordéon ou le banjo.
Depuis 2007 et l’enregistrement d’une première maquette, le groupe Le Fil de l’Eau n’a cessé de se produire en France mais aussi en Belgique et en Suisse. Ce sont plus de 350 concerts qui ont ainsi été prestés. Avec, à la clé, le peaufinement des chansons qui constituent aujourd’hui le contenu de leur premier véritable album : « Aux jours après jours ».

Pour nous, l’écoute de ce premier CD se distingue avant tout par sa diversité musicale ainsi que par son harmonie globale. L’ambiance y est superbe et la succession des mélodies est fort agréable à écouter d’un bout à l’autre. Et plusieurs fois de suite.
Le style général est plutôt country-folk mais certains titres sont inspirés de la guitare gitane aussi (Le fil par exemple).

Quant aux textes, ils sont intéressants mais ne m’ont pas vraiment accroché malgré de nombreuses écoutes sans posséder le livret. Quelques chansons sortent toutefois du lot : Les écorchés, Trop, Le palier, L’épouvantail, Le chat noir et Les vieilles choses, un très bon titre qui se trouve bizarrement caché en fin de disque.
Je décernerai quand même une mention spéciale pour Le palier dont l’histoire est originale. Et je saluerai la belle
symbolique du Chat noir qui, bien au-delà d’être une simple chanson « animalière », aborde le problème de la différence.

Le Fil de l’Eau est un groupe festif qui doit sans doute surtout s’apprécier sur scène. Qui a le mérite de chanter en français. Et ça c’est déjà très important. Alors, s’ils passent près de chez vous, allez passer un bon moment en leur compagnie.

Pour en savoir plus sur le groupe Le Fil de l’Eau CLIQUEZ ICI.

VOIX DE FETE à GENEVE du 13 au 18 mars 2012

Affiche 2012 (c) Jonas Lovy - Creads

La chanson francophone aura la voix en fête pour la 14e édition du festival suisse. Du 13 au 18 mars, de nombreux concerts permettront de retrouver des artistes confirmés mais aussi d’en découvrir d’autres en devenir.

A noter aussi la 2e étape de l’aventure francophone Du haut des airs qui fera ensuite escale aux Francofolies de Montréal et de Spa. Un projet québécois de François Guy qui permet à 4 artistes de la francophonie d’interpréter à leur manière des chansons de leurs pays respectifs.

Le printemps des poètes chanteurs à Bruxelles du 8 au 18 mars

L'une des invitées du festival : Daphné D. Ici sur scène à Le Quesnoy (F) en 2009. (c) Passion Chanson

Inspiré par Le Printemps des Poètes initié en France, ce festival est un évènement qui met à l’honneur la poésie sous plusieurs formes.
Pour cette première édition, les organisateurs se sont attachés à mettre en avant des talents belges mais également des chanteurs venant de France. Ils sont auteurs, compositeurs et/ou interprètes.

L’événement est une invitation aux voyages de Charles Baudelaire à Claude Semal, de Léo Ferré à Ann Gaytan, Daphné D. ou Aline Dhavré, de Louis Aragon à Jacques Bertin.
Les spectacles se tiendront du 8 au 18 mars 2012, à la Cellule 133a à Bruxelles (Avenue Ducpétiaux, 1060 Saint-Gilles) :
* jeudi 8 mars à 20 heures 30 : CLAUDE SEMAL « en duo » avec Franck Wuyts
* samedi 10 mars à 20 heures 30 : ALINE DHAVRE accompagnée par Antoine Quinet pour « Nouvelles rencontres »
* dimanche 11 mars à 17 heures : DAPHNE D « chante Léo Ferré » accompagnée par Jean-Luc Fafchamps
* jeudi 15 mars à 20 heures 30 : FABRICE SAUTEREAU et « L’air Baudelairien »
* samedi 17 mars à 20 heures 30 : ANN GAYTAN et son nouveau spectacle « Singulière »
* dimanche 18 mars à 17 heures : JACQUES BERTIN « Comme un pays ».

Les lauréats des 27e Victoires de la Musique à Paris

C’est le samedi 3 mars qu’ont été attribuées, au Palais des Congrès, les annuelles Victoires de la Musique. Présentée par Alessandra Sublet en attente d’un heureux événement, la soirée a été plutôt énergique et efficace. L’ouverture des enveloppes a été effectuée par la présentatrice en reléguant ainsi aux oubliettes le traditionnel décachetage par des invités prestigieux.

Les Octaves de la Musique 2012 ont été décernées

La soirée de remise des 9e Octaves de la Musique s’est déroulée le 28 février 2012 à Louvain-la-Neuve (B). Parmi les catégories proposées, une seule était consacrée à la chanson française. Heureusement, le vainqueur des sections musiques urbaines et l’artiste de l’année chantent aussi en français.
(suite…)

Décès de Gérard RINALDI : les Charlots sont en deuil

Gérard RINALDI plutôt bien entouré par les choristes du spectacle "Age tendre et tête de bois" à Charleroi (B) le 21 janvier 2011 (c) Passion Chanson

Le chanteur du mythique groupe français Les Charlots, Gérard Rinaldi, est décédé le vendredi 2 mars 2012. Agé de 69 ans, il s’est éteint des suites d’un lymphome à l’hôpital de Bris-sous-Forge (Essonne, France).

Musique et chansons
Avec quatre autres musiciens, Gérard Rinaldi a créé, au milieu des années 1960, le groupe Les Problèmes. Ainsi entouré de Gérard Filipelli, Jean Sarrus, Luis Rego et Jean-Guy Fechner, Gerard Rinaldi accompagne Antoine dans ses premiers concerts en 1966.
C’est la même année que les 5 copains décident de faire cavaliers seuls en prenant le nom de Charlots. Leur répertoire sera à la hauteur de leur patronyme : caractérisé par une certaine gaudriole, il sera composé de chansons humoristiques ou paillardes et de reprises de vieux succès de la chanson française. Et c’est avec une parodie d’une chanson de leur ami Antoine qu’ils vont se faire remarquer dès 1966 : Je dis n’importe quoi je fais tout ce qu’on me dit. En 1967, c’est l’explosion de leur carrière avec une série impressionnante de tubes : Paulette la reine des paupiettes, Albert (le contractuel), Cet été c’était toi ou encore Elle a gagné le yoyo en bois du Japon avec la ficelle du même métal.
Par la suite, les parodies vont habilement se mélanger aux chansons originales et aux reprises.
Côté parodie, on retiendra Le pauvre mec (d’après Le métèque de Moustaki) en 1969, Sois érotique (d’après Gainsbourg) en 1970, Chagrin d’labour (d’après Chagrin d’amour) en 1982 ou encore Vamos a trabajar (d’après Vamos a la playa) en 1985.
Un certain nombre de vieilles chansons seront remises au goût du jour par les Charlots : La route de Pen-Zac, Le trou de mon quai, Ha les fraises et les framboises, Si tu n’veux pas payer d’impôts ou J’irai revoir la Normandie.
Enfin, au rayon « original », on doit aussi aux Charlots Merci patron (1971), La biguine au biniou (1976) et L’apérobic (1983).
Après plus de 25 ans d’absence sur scène, Gérard Rinaldi était revenu chanter quelques succès du groupe avec Jean Sarrus dans le spectacle Age tendre et tête de bois (saison 2010-2011).
Cinéma
Parallèlement à leur carrière musicale, les Charlots ont aussi tourné une quinzaine films dans les années 1970 : La grande java, Les Bidasses en folie, Les fous du stade ou Les Charlots font l’Espagne notamment.
Télévision
Puis, lorsque les activités des Charlots se sont un peu ralenties dans les années 1980, Gérard Rinaldi s’est tourné vers la
télévision avec un rôle phare dans la série Marc et Sophie dès 1987. Il joue aussi dans quelques films dont La Vie dissolue de Gérard Floque de Georges Lautner ou Funny Boy de Christian le Hémonet.
Depuis plusieurs années aussi, il doublait plusieurs personnages de séries américaines dont Les Simpson (Krusty le Clown à partir de 2008) et NCIS.
En tant que comédien, Gérard Rinaldi a aussi participé à Cluedo, Les Cordier juge et flic, Blandine l’insoumise,
Commissaire Valence, Fabien Cosma, Père et maire et à La Nouvelle Maud ou à Chez Maupassant en 2011 encore.
Théâtre
Sur les planches enfin, le comédien s’est illustré dans l’univers de Feydeau avec un double rôle dans La puce à l’oreille mise en scène par Jean-Claude Brialy.
Engagement
Humainement engagé, Gérard Rinaldi était impliqué dans l’association Vaincre l’autisme.