Les « Sages Sauvages » remportent la Biennale de la Chanson Française à Bruxelles

SAGES COMME DES SAUVAGES grands vainqueurs à la finale de la biennale (c) Passion Chanson

La finale de la Biennale de la Chanson Française de Bruxelles a tenu toutes ses promesses ce samedi 13 décembre 2014 en soirée. La salle du Wolubilis a permis aux trois finalistes de se présenter dans des conditions artistiques optimales devant un public nombreux et intéressé. Deux groupes et un duo ont ainsi pu mettre en avant leurs créations musicales durant 30 minutes : « Tout finira bien », « Kouzy Larsen » et « Sage comme des sauvages ». Ce dernier tandem a raflé la majorité des prix en jeu et a fait l’unanimité aussi bien parmi le jury que chez les spectateurs.

.

TOUT FINIRA BIEN à la finale de la biennale 2014 (c) Passion Chanson

Première formation à se présenter, « Tout finira bien » a d’emblée planté son décor et essayé de nous inviter dans son univers musical aux parfums de jazz oriental. Emmenée par Gilles Bourgain, à la fois flûtiste et chanteur d’origine française, la bande de ses accompagnateurs le suit là où il le décide. Et si la chanson « Le mouton mouillé » sollicite une participation du public, c’est la seule interaction de ce set professionnel un peu froid malgré un certain humour dégagé par les textes conjugués à la première personne du singulier. Il en est ainsi de « Ma Belgique » où le chanteur avoue sa méconnaissance charmante du plat pays qui l’héberge.

.

Le chanteur KOUZY LARSEN à la finale de la biennale (c) Passion Chanson

Si chaque membre du groupe « Tout finira bien » affichait une touche de vert dans son code vestimentaire, ceux de Kouzy Larsen pratiquaient le rouge : la couleur des décibels quand ils frappent fort dans les vu-mètres des consoles de mixage. Car, dès le départ, la tendance avouée du band est le rock délivré de main de maître par un chanteur cavaleur au pantalon zébré. Pendant une demi-heure, la prestation est époustouflante même si elle ne dégouline pas d’originalité. Le leader possède un certain charisme et ses acolytes semblent prendre leur pied : de la choriste-claviériste en léopard au bassiste avec des chaussures à faire blémir le plus dur des rockers. Les textes sont ici torturés, sombres et difficiles à suivre mais, sans constituer des rimes traditionnelles, collent très bien au rythme et à la musique, à moins que ce ne soit l’inverse. La démarche est intéressante d’un point de vue francophone.

.

SAGES COMME DES SAUVAGES à la finale de la biennale (c) Passion Chanson

Restait à accueillir les derniers finalistes : un couple de musiciens chanteurs français installés à Bruxelles et qui pratiquent la chanson comme on ferait de la musique du monde : avec couleur et fantaisie. Et, dès les premiers instants, cela fonctionne auprès du public qui adhère à ces deux « Sages comme des sauvages ». Ismaël Colombani et Ava Carrère emmènent les spectateurs en voyage. Et le périple se déroule en créole à la Réunion mais aussi à « La Montagne » ou dans nos villes contemporaines et à Paris par exemple. Ici, l’originalité est omniprésente : dans la composition, dans l’écriture, dans l’interprétation, dans la tenue de – et sur – scène, jusque dans la manipulation et le choix des instruments : cordes et percussions.

.
Restait au public et au jury de livrer leur verdict. Il fut très logiquement plus que favorable aux « Sages comme des sauvages ». Mais le jury des professionnels éprouva plus de difficultés à départager « Tout finira bien » et « Kouzy Larsen ». Ils s’en tirent finalement avec un deuxième prix ex-aequo.
Les trois finalistes sont repartis heureux de cette expérience nouvelle et, surtout, ravis des perspectives d’avenir que dessinent déjà pour eux les organisateurs de la Biennale.
.
.
.

Tags: , , , , , , , ,