Klô PELGAG : « L’Alchimie Des Monstres »

Depuis des années maintenant, le Québec et le Canada a pris la bonne habitude de nous faire découvrir des artistes quelquefois extravagants mais toujours surprenants. Avec, aussi, des chanteuses qui nous ont fait vibrer par leur personnalité : Diane Dufresne, Marie-Jo Thério, Chloé Sainte-Marie, Jorane, Lahsa de Sela ou Lisa Leblanc par exemple. Et voici que nous arrive, au début de cette année 2014, une nouvelle galette numérique signée Klô Pelgag.
Sous cet étrange pseudonyme se cache la vraie identité de Chloé Pelletier-Gagnon en abrégé. La jeune femme est née à Sainte-Anne-des-Monts, lieu de pélérinage situé non loin de Québec, en 1990. Très jeune, elle s’intéresse aux arts et, adolescente, elle veut faire de la danse puis du cinéma. Elle pense alors sérieusement faire carrière dans la dentisterie mais c’est finalement la musique qui va s’imposer à elle. Inspirée par l’art visuel, la littérature, le théâtre, le cinéma et la musique, Klô Pelgag dit s’efforcer de faire de ses chansons un paysage pour les non voyants. Et, de fait, les mots n’existent pas sans la musique et réciproquement. Sur scène, elle se produit avec le Câline de Bine Band pour qui son frère Matthieu arrange et orchestre ses chansons. Cordes et bois se mêlent aux envolées du chant et du piano. Son univers lui a permis de se produire au Canada bien sûr mais aussi en Europe et en Chine. Elle a été récompensée par plusieurs prix :
* le prix des diffuseurs européens
* le prix Cirque du Soleil de la Bourse RIDEAU 2013 à Québec
* le prix miroir Célébration de la langue française en 2012 au Festival d’été de Québec.
L’artiste s’est aussi faite remarquer au Festival international de la chanson de Granby (Québec) en 2011.
Son premier album, qui vient de sortir en Europe francophone a pour titre « L’Alchimie Des Monstres ». Et cela ne ressemble à rien d’autre ! Avec une voix de gorge très personnelle et étonnante, Klô nous emmène là où personne ne nous a guidé jusqu’ici. Et si la découverte tient beaucoup de ses promesses, elle est aussi déroutante et, parfois il faut bien le reconnaître, très « hermétique ». Si des chansons comme « Le dermatologue », avec ses jeux de mots suggérés, et « La fièvre des fleurs » à la poésie subtile et tendre, sont des révélations limpides, il est par contre plus difficile de pénétrer les textes des « Corbeaux », de « Rayon X » ou de « Nicaragua » même si l’on perçoit bien l’utilisation des mots pour leur sonorité plus que pour leur sens. De la même manière, le premier extrait de l’album envoyé aux medias a pour titre « Comme des rames » et se base sur une mélodie entraînante au texte assez peu compréhensible si ce n’est le refrain : « J’ai cassé l’aviron… j’l’ai cassé sur ta tête… ».
Pour celles et ceux qui désirent s’engager plus avant dans l’univers de Klô Pelgag qui prend encore une autre dimension sur scène, avec décor et chorégraphie, sachez que cette chanteuse hors du commun sera en concert en Belgique, en Suisse et en France en ce mois de mars 2014. Plus d’infos sur le site internet de Klô Pelgag en CLIQUANT ICI.
.
.
.