Tonique TONYCELLO à consommer sans modération

Prenez un violoncelle. Ajoutez-y un musicien chanteur qui n’est pas dénué d’humour et d’aspect comique. Vous obtiendrez un mélange subtil de poésie, de tendresse et d’hilarité.
Il s’appelle Tonycello et je vous recommande vivement d’aller le voir là où il passe près de chez vous. Ce sera l’occasion pour vous d’oublier, le temps de son spectacle, tout ce qui vous tracasse.

Son one-man-show, car il s’agit véritablement de cela, commence comme un spectacle de clown et l’on s’installe rapidement dans une démarche délibérément comique. Très vite, le choix des chansons appuie ce processus : Boby Lapointe (« Marcel »), Brel revu par Jean Poiret (« La vache à mille francs »), Brassens (« La femme d’Hector ») ou Fragson (« Les amis de Monsieur »).  Et le public est sollicité au cours de nombreux moments d’interactivité savoureuse.
Puis, il y a le virage : celui qui permet de cerner toute l’amplitude de l’artiste. Originaire de Roubaix dans le Nord de la France, Tonycello s’appelle Antoine Payen. Et il  est violoncelliste classique de profession. Et, même s’il utilise parfois cet instrument comme une guitare, il sait, au moment opportun, démontrer toute la virtuosité de son art. Ce sont alors de grands moments de musique qu’il nous convie à partager avec une émotion à nulle autre pareille.
Cet artiste-là fait assurément partie des grands interprètes. Il a pris pour résolution de vous faire découvrir la chanson française d’une manière nouvelle et originale. Son répertoire n’est toutefois pas constitué de grands classiques mais bien de perles et de pépites à (re)découvrir. La fin du spectacle est d’ailleurs savoureuse avec ses chansons grivoises du début du 20e siècle. Ne laissez pas plus longtemps Tonycello dans l’ombre. Donnez-lui la lumière qu’il mérite. Courez voir son spectacle.
Toute info supplémentaire sur l’artiste peut être obtenue sur le site internet de Tonycello en cliquant ICI.