La chanson perd un de ses plus fins auteurs : Jean-Loup DABADIE n’est plus

Jean-Loup Dabadie en 2015

Le journaliste, romancier, académicien, scénariste, dialoguiste, metteur en scène, auteur de pièces de théâtre, de sketches et de chansons Jean-Loup DABADIE est décédé ce dimanche 24 mai 2020 à l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière des suites d’une maladie non précisée. Il avait 81 ans. Ironie du sort, le scénariste du film de Claude Sautet, « Les choses de la vie », est décédé quelques jours après l’acteur principal du long métrage, Michel Piccoli. Cinq jours après le décès de Dabadie, le 29 mai, on se souviendra aussi de la mort, en 1982, de Romy Schneider qui partageait l’affiche des « Choses de la vie » avec Michel Piccoli.
.
Né le 27 septembre 1938 à Paris, ses différentes activités littéraires ont fini par amener Jean-Loup Dabadie sur le chemin de la chanson. Et c’est ainsi qu’en 1967 il écrit un premier texte sur une musique de Jacques Datin pour Serge Reggiani: « Le petit garçon ». Cette première expérience est concluante et il écrit ensuite bien d’autres textes pour cet interprète de grand talent. La seconde artiste à enregistrer du Dabadie est Régine à la fin des années 1960. Puis, il y a Michel Polnareff pour qui il signe quelques « monuments » de la chanson française: « Tous les bateaux tous les oiseaux », « Dans la maison vide », « On ira tous au paradis » ou encore « Lettre à France ». Par la suite, la plume de Jean-Loup Dabadie va servir les répertoires de Mireille Mathieu, Claude François, Marcel Amont, Michèle Arnaud, Barbara, Dalida, Juliette Gréco, Marie Laforêt, Jacques Dutronc, Dominique Walter, Petula Clark et Nicole Croisille. En 1974, il écrit le fameux texte de « Maintenant je sais » pour Jean Gabin. A partir de 1976, il signe pour Julien Clerc quelques-unes de ses plus belles chansons: « J’ai le coeur trop grand pour moi » (1976), « L’assassin assassiné » (1980), « Femmes je vous aime » (1982) et, surtout, « Ma préférence » (1978). Dans les années 1980, le panel de ses interprètes va encore s’élargir avec les noms de Robert Charlebois, Yves Montand, Johnny Hallyday, Alice Dona, Sacha Distel, Patrick Juvet, Nicoletta et Michel Sardou entre autres. Pour les textes de ses chansons, Jean-Loup Dabadie reçoit le grand prix Vincent Scotto en 1972, le grand prix de la SACEM (Société des Auteurs Compositeurs et Editeurs Musicaux) en 1984 et le Grand prix de la chanson française en 2000. En mars 2015, un coffret de trois CD permet de retrouver les grandes chansons et sketches écrits par Jean-Loup Dabadie et interprétés par les artistes originaux. Il en parle à l’époque en étant l’invité de Patrick Simonin sur TV5 Monde à voir ci-dessous.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , ,

Un peu chanteur mais très grand acteur, Michel PICCOLI nous a quittés à 94 ans

Michel Piccoli au festival de Cannes en 1993 (c) Georges Biard

L’acteur et comédien français Michel Piccoli est décédé le 12 mai 2020 d’un accident cérébral survenu à Saint-Philbert-sur-Risle, dans l’Eure (F). Mais la nouvelle n’a été révélée par sa famille que ce lundi 19 mai.
+
Né le 27 décembre 1925 à Paris, dans le 13ᵉ arrondissement, ce fils de violoniste ne se destine pas vraiment à la musique mais plutôt au théâtre en s’inscrivant, dès que possible, au célèbre cours Simon. Dès la Libération, il entame une carrière cinématographique dans le film « Sortilèges » de Christian-Jaque. Puis, il fait partie de la compagnie Renaud-Barrault qui lui permet de faire du théâtre. Dans les années 1960 et 1970, il va devenir l’un des acteurs les plus marquants du cinéma français en se retrouvant à l’affiche de films comme « Le mépris », « Max et les Ferrailleurs », « Vincent François Paul et les autres », « Belle de jour », « Le charme discret de la bourgeoisie » ou encore « La grande bouffe ». En 1969, il joue aux côtés de Romy Schneider dans le film de Claude Sautet « Les choses de la vie ». A cette occasion, Michel Piccoli enregistre une intervention parlée dans la chanson du film interprétée par Romy Schneider: « La chanson d’Hélène ».

Sept ans plus tard, en 1976, il enregistre sous son nom un 45-tours dont l’idée revient à Pierre Perret qui écrit les textes des deux morceaux parlés: « L’art d’aimer » et « Alors, c’est oui ? ».

La dernière apparition de Michel Piccoli dans le domaine de la chanson francophone a lieu en 2002. C’est cette année-là qu’il enregistre le texte de Boris Vian « Le déserteur » qu’il récite sur l’album hommage « Autour de Serge Reggiani ».
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Aussi talentueux que modeste, l’artiste kabyle IDIR est décédé à 70 ans

En 2017

De son vrai nom Hamid Cheriet, l’auteur-compositeur-interprète et musicien Idir était né le 25 octobre 1949 à Ait Yenni en Kabylie (Algérie). Il vient de décéder ce 2 mai 2020 à l’hôpital parisien Bichat-Claude-Bernard.
.
Fils de berger, il est élévé dans une région d’Algérie où la tradition berbère est vivace. Sa maman et sa grand-mère sont des poétesses conteuses que l’on vient écouter de loin. Une ativité qui va favoriser, chez le jeune Hamid, l’amour du mot, du texte et de l’oralité. La musique l’intéresse aussi : celle qu’il apprend à jouer sur la flûte qu’il a lui-même taillée dans un roseau. Pourtant, lorsqu’il s’agit de penser à une profession et à des études, c’est vers les sciences, et plus particulièrement la géologie, qu’il se tourne pour espérer une carrière dans l’industrie du pétrole. Adolescent, au lycée d’Alger où il étudie, il se familiarise avec la guitare folk que lui présente un coopérant français. Gardant en lui cette passion qu’il possède depuis qu’il est tout petit pour la musique et le chant, Hamid n’hésite pas, en 1973, lorsqu’il se trouve sollicité par hasard pour remplacer au pied levé la chanteuse Nouara dans un studio de Radio Alger. Et, en quelques secondes, il fait de cette berceuse dont il est le compositeur son premier grand succès : « Rsed A Yidess » (« Que vienne le sommeil »). Sa popularité soudaine l’oblige à graver cette chanson sur un disque 45 tours où figure aussi « A Vava Inouva » (« Mon papa à moi »).

Et, alors qu’il remplit ses obligations militaires, le succès de ces deux chansons dépasse les frontières de l’Algérie. C’est ainsi qu’en 1975, les responsables de la maison de disques Pathé Marconi l’invitent à venir à Paris pour lui produire un premier album. Le titre « A Vava Inouva », qui figure sur ce premier 33 tours sorti en 1976, connaît alors la gloire dans 77 pays et est traduit dans quinze langues. Dans la foulée de cette notoriété nouvelle, Idir cède aux sollicitations mercantiles de sa maison de disques et commercialise un nouvel album en 1979 : « Ayarrach Negh » (« À nos enfants »). Les concerts s’enchainent aussi et cette mise en lumière n’est pas totalement au goût de cet artiste qui aime composer pour lui et d’autres mais qui n’est pas totalement dans la démarche que veut lui faire suivre le show-business. Il décide alors de se retirer de la vie publique en donnant quelques rares spectacles de temps à autre. Son absence va durer une dizaine d’années et va être interrompue par la sortie d’un CD compilation de 17 chansons extraites de ses deux premiers albums. Mais la volonté d’Idir est de ré-enregistrer ses titres avec une qualité plus contemporaine. Après une âpre bataille juridique avec son ancienr producteur, il obtient le droit de le faire et en profite pour remonter sur scène comme au New Morning à Paris en février 1992. En 1993, Idir commercialise un nouvel album où il même instruments traditionnels et sonorités modernes : « Les chasseurs de lumière ». Il présente ses nouvelles chansons au public parisien de l’Olympia en juin. Mais le vrai retour à la musique avec la sortie d’un nouveau disque a lieu six ans plus tard, en 1999, avec la commercialisation de l’album « Identités » où il rend hommage à différentes cultures en invitant à chanter avec lui des artistes aussi divers que Manu Chao, Dan Ar Braz, Zebda, Maxime Le Forestier, Geoffrey Oryema ou Gilles Servat. Le 8 juillet 2001, il met sur pied une soirée au Zénith de Paris où de nombreux artistes viennent sur scène pour soutenir la révolte du peuple kabyle face au pouvoir algérien. En 2002, une compilation est éditée sous le titre « Deux rives, un rêve » : on y trouve des titres inédits dont « Pourquoi cette pluie » écrit et composé par Jean-Jacques Goldman.

La sortie de cet album est suivie d’une tournée de concerts à travers toute la France. Pour les trente années de carrière d’Idir en 2005, un CD live accompagné d’un double DVD est commercialisé qui retrace son parcours de la Kabylie aux théâtres du monde entier. Deux ans plus tard, alors que la France est en pleine campagne pour les élections présidentielles, Idir signe un album fort des symboles républicains : « La France des couleurs ». Il signe la plupart des chansons avec la collaboration de jeunes artistes comme Grand Corps Malade, Zaho ou Akhenaton entre autres. Il faut ensuite attendre 2013 pour découvrir l’opus suivant qui a pour titre « Adrar Inu » (« Ma montagne »), une oeuvre plus intimiste s’apparentant à un retour aux sources de l’artiste. Quatre ans plus tard, le disque « Ici et ailleurs » réunit autour d’Idir une série de chanteurs français qu’il apprécie et qui l’apprécient : Francis Cabrel, Patrick Bruel, Bernard Lavilliers, Charles Aznavour, Maxime Le Forestier, Tryo, Gérard Lenorman, Grand Corps Malade et, pour un duo virtuel celui-là, Henri Salvador. Idir va alors chercher au fond de chaque mélodie partagée son côté oriental qu’il souligne en y ajoutant, en partie, la traduction kabyle du texte original.

Le 4 janvier 2018, il est à Alger, après 38 ans d’absence, et il y chante pour le nouvel an berbère. Idir meurt le 2 mai 2020 à l’hôpital Bichat à Paris, des suites d’une longue maladie.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Antoine Armedan propose sa chanson de confinement : « Ensemble c’est tout »

Antoine Armedan

Passion Chanson vous a déjà parlé de cet artiste belge qui a pour nom Antoine Armedan et qui a déjà commercialisé deux albums de bonne facture. Confiné chez lui comme beaucoup de monde en ce mois d’avril 2020, l’artiste s’est livré à l’observation de son jardin et en a réalisé de très belles images printanières. Puis, il a aussi écrit un texte et composé une musique sur cet étrange état de confinement qui ne laisse pas les artistes de marbre. Ainsi est née une nouvelle chanson qui a pour titre « Ensemble c’est tout ».
La vidéo qui accompagne les mots d’Antoine est interpellante et nous pose la question de notre passé en remettant en cause notre futur.
Postée sur Facebook, elle a comptabilisé plus de 10.000 vues et 300 partages en un jour. De quoi alerter les responsables du label discographique 30 février (Pias) qui ont proposé à Antoine de commercialiser la chanson.
Elle est téléchargeable légalement sur iTunes, Google Play et Amazon music. Elle peut être écoutée en streaming sur Spotify, Deezer et Apple Music.
En attendant, nous ne résistons pas à l’envie de la partager avec vous. Bonne écoute !

Tags: , , , , , , , ,

MAI 2020

*************************************************************************************
*
*                                     A V I S         I M P O R T A N T                                                                  
*
*  LES CONCERTS PRéVUS CI-DESSOUS SONT PRESQUE TOUS ANNULéS         
*  OU REPORTéS EN RAISON DES MESURES DE PRéVENTION PRISES POUR          
*  LIMITER  LA PROPAGATION DU CORONAVIRUS.                                                                           
*  IL VOUS EST RECOMMANDé DE BIEN VOUS RENSEIGNER AUPRèS DES       
*  ORGANISATEURS OU DES VENDEURS DE BILLET POUR CONNAITRE LA     
*  POSSIBILITé D’UNE ANNULATION OU D’UN REPORT DE CONCERT AINSI   
*  QUE LA POSSIBILITé D’êTRE REMBOURSé EN CAS D’ANNULATION.
*
*************************************************************************************

 

 

MIKE ALISON + CLAUDE MICHEL + CHRISTIAN DELAGRANGE + EL CHATO, etc.
ALLEUR (B – 4432), Centre Culturel, à 16 heures le vendredi 1er.
**
ALEXIS HK
CHEMILLE-EN-ANJOU (F – 49 120), Théâtre Foirail, à 20 heures le mardi 5. !!! ANNULé !!!
**
LOUIS CHEDID
LA LOUVIERE (B – 7100), Central le théâtre, à 20 heures le mercredi 6. !!!   REPORTé au 26 JANVIER 2021   !!!
**
LES FRANCOISES + NICOLAS JULES
BRUXELLES (B – 1060), Cellule 133, à 20 heures le jeudi 7. !!! ANNULé !!!
**
LAURENT VOULZY
MONS (B – 7000), Collégiale Sainte-Waudru, à 20 h. 30 le jeudi 7. !!! ANNULé !!!
**
TOM POISSON
BEAUCOURT (F – 90 500), Maison pour Tous, à 20 h. 30 le jeudi 7. !!! REPORTé au VENDREDI 9 OCTOBRE !!!
**
LAURENT VOULZY
MONS (B – 7000), Collégiale Sainte-Waudru, à 20 h. 30 le vendredi 8. !!! ANNULé !!!
**
ELSA ESNOULT
BRUXELLES (B – 1000), Cirque Royal, à 20 heures le samedi 9. !!! REPORTé au 21 NOVEMBRE !!!
**
ALAIN SOUCHON
MARCHE-EN-FAMENNE (B – 6900), Wex, à 20 heures le jeudi 14. !!! ANNULé !!!
**
ALAIN SOUCHON
LILLE (F – 59 000), Zénith Arena, à 20 heures le vendredi 15.
**
ALEXIS HK
TOULOUSE (F – 31 200), Théâtre des Mazades, à 20 h.30 le vendredi 15. !!! REPORTé au 10 OCTOBRE !!!
**
ANGELINA
BRUXELLES (B – 1000), Cirque Royal, à 15 heures le dimanche 17. !!! REPORTé au 27 SEPTEMBRE !!!
**
M
TOULOUSE (F – 31 300), Le Zénith, à 20 heures le mercredi 27. !!! REPORTé au DIMANCHE 4 OCTOBRE à 19h00 !!!
**
CELINE DION
ANVERS (B – 2170), Sportpaleis, à 20 heures le jeudi 28. !!! REPORTé A UNE DATE NON PRECISée !!!
**
BALIMURPHY
ROSIERES (B – 1331), Prince, à 20 h. 30 le jeudi 28. !!! REPORTé au SAMEDI 17 OCTOBRE !!!
**
CELINE DION
ANVERS (B – 2170), Sportpaleis, à 20 heures le samedi 30. !!! REPORTé A UNE DATE NON PRECISée !!!
**
FREDERIC FRANCOIS
LILLE (F – 59 000), Zénith Arena, à 20 h. 30 le samedi 30. !!! REPORTé au 21 NOVEMBRE !!!
**
FORMIDABLE AZNAVOUR
MARSEILLE (F – 13 004), Le Dôme, à 18 heures le dimanche 31. !!! REPORTé au 30 MAI 2021 !!!
.
.
.

Tags: , , , , ,