OCTOBRE 2016

YVES JAMAIT
CHENOVE (F – 21 300), Le Cèdre, à 20 heures le samedi 1er.
**
NICOLAS MICHAUX
BASTOGNE (B – 6600), Centre Culturel, à 20 heures le samedi 1er.
**
RENAUD
EVRY (F – 91 054), Arènes de l’Agora, à 2O heures le samedi 1er.
**
CATHERINE MAJOR
RICHMOND (QC – J0B 2H0), Centre d’Art, à 20 heures le samedi 1er.
**
YVES JAMAIT
CHENOVE (F – 21 300), Le Cèdre, à 17 heures le dimanche 2.
**
TRYO
PARIS (F – 75 019), Cabaret Sauvage, à 20 heures le mercredi 5.
**
LOUISE ATTAQUE
GRENOBLE (F – 38 100), Summum, à 20 heures le jeudi 6.
**
TRYO
PARIS (F – 75 019), Cabaret Sauvage, à 20 heures le jeudi 6.
**
LISA LEBLANC
RIMOUSKI (QC – G5L 4B4), Salle Desjardins-Telus, à 20 heures le jeudi 6.
**
iNA-iCH + LA PIETA + ARMAN MELIES
IVRY-SUR-SEINE (F – 94 200), Théâtre Antoine Vitez, à 19 heures le vendredi 7.
**
FRANCE D’AMOUR
SAINT-EUSTACHE (QC – J7R 2L9), La petite église, à 20 heures le vendredi 7.
**
PASCAL OBISPO
BOURG-EN-BRESSE (F – 01 000), Ainterexpo, à 20 heures le vendredi 7.
**
TRYO
PARIS (F – 75 019), Cabaret Sauvage, à 20 heures le vendredi 7.
**
KASSAV
TOULOUSE (F – 31 300), Le Zénith, à 20 heures le vendredi 7.
**
DALTON TELEGRAMME
NANDRIN (B – 4550), Aux deux ours, à 20 heures le vendredi 7.
**
DARAN
LIEGE (B – 4000), Le Réflektor, à 20 h. 30 le vendredi 7.
**
LAURENT VIEL
MARCINELLE (B – 6001), Centre communautaire, à 20 heures le samedi 8.
**
MICHAEL GREGORIO
MARSEILLE (F – 13 004), Le Dôme, à 20 heures le samedi 8.
**
PASCAL OBISPO
AMNEVILLE (F – 57 360), Le Galaxie, à 20 heures le samedi 8.
**
TRYO
PARIS (F – 75 019), Cabaret Sauvage, à 20 heures le samedi 8.
**
LA BRONZE
BRUXELLES (B – 1000), Espace Magh, à 20 heures le samedi 8.
**
YVES JAMAIT
BOURGOIN JALLIEU (F – 38 300), Abattoirs, à 20 h. 30 le samedi 8.
**
DARAN + MATHILDE FERNANDEZ
BRUXELLES (B – 1030), Théâtre 140, à 20 h. 30 le samedi 8.
**
THIERRY DELL
WATERMAEL-BOISFORT (B – 1170), Salle Saint-Clément, à 15 h. 30 le dimanche 9.
**
KIDS UNITED
LILLE (F – 59 000), Zénith Arena, à 16 heures le dimanche 9.
**
SIMON FERRANTE + MARCIE + FACTEURS CHEVAUX
PARIS (F – 75 018), Les Trois Baudets, à 20 heures le lundi 10.
**
PASCAL OBISPO
ORLEANS (F – 45 000), Zénith, à 20 heures le mardi 11.
**
RENAUD
PARIS (F – 75 019), Zénith, à 20 heures le mardi 11.
**
MICHAEL GREGORIO
LILLE (F – 59 000), Zénith Arena, à 20 heures le mercredi 12.
**
PASCAL OBISPO
ROUEN (F – 76 000), Le Zénith, à 20 heures le mercredi 12.
**
FRANCOIZ BREUT + FOU DETECTIVE
BRUXELLES (B – 1040), Atelier 210, à 20 heures le mercredi 12.
**
RENAUD
PARIS (F – 75 019), Zénith, à 20 heures le mercredi 12.
**
CHRISTOPHE
NIMES (F – 30 000), Paloma, à 20 heures le mercredi 12.
**
NICOLAS JULES + ANTOINE HENAUT
BRUXELLES (B – 1000), Le Jardin de ma soeur, à 20 heures le jeudi 13.
**
ARNO
BRUXELLES (B – 1000), Ancienne Belgique, à 20 heures le jeudi 13.
**
OLIVIER JUPRELLE
NANDRIN (B – 4550), Aux deux ours, à 20 heures le jeudi 13.
**
RENAUD
PARIS (F – 75 019), Zénith, à 20 heures le jeudi 13.
**
PAULE-ANDREE CASSIDY
LUTRY (CH – 1095), L’Esprit Frappeur, à 20 heures le jeudi 13.
**
LES INSUS
BRUXELLES (B – 1190), Forest-National, à 20 heures le jeudi 13.
**
FRANCE D’AMOUR
GRANBY (QC – J2G 2V1), Palace, à 20 heures le vendredi 14.
**
CATHERINE MAJOR
TERREBONNE (QC – J6W 1E5), Théâtre du Vieux Terrebonne, à 20 heures le vendredi 14.
**
PASCAL OBISPO
STRASBOURG (F – 67 000), Zénith, à 20 heures le vendredi 14.
**
DELTA
BRUXELLES (B – 1000), La Madeleine, à 20 heures le vendredi 14.
**
RENAUD
PARIS (F – 75 019), Zénith, à 20 heures le vendredi 14.
**
PAULE-ANDREE CASSIDY
LUTRY (CH – 1095), L’Esprit Frappeur, à 20 heures le vendredi 14.
**
SEBASTIEN COOLS chante JACQUES BREL
BINCHE (B – 7130), Théâtre communal, à 20 heures le vendredi 14.
**
CLEMENT
BRUXELLES (B – 1050), La Soupape, à 21 heures le vendredi 14.
**
SIDI WACHO
PONT PEAN (F – 35 131), Espace Beausoleil, à 21 heures le vendredi 14.
**
KIDS UNITED
MARSEILLE (F – 13 004), Le Dôme, à 17 heures le samedi 15.
**
HENRI DES
MONS (B – 7000), Théâtre Royal, à 17 heures le samedi 15.
**
PASCAL OBISPO
DIJON (F – 21 000), Zénith, à 20 heures le samedi 15.
**
THOMAS FERSEN
ATH (B – 7800), Le Palace, à 20 heures le samedi 15.
**
CATHERINE MAJOR
SHAWINIGAN (QC – G9T 2G1), Maison de la culture Francis Brisson, à 20 heures le samedi 15.
**
DENIS K
BRUXELLES (B – 1000), Le Jardin de ma soeur, à 20 heures le samedi 15.
**
NICOLAS MICHAUX + ANTOINE HENAUT
BRAINE-LE-COMTE (B – 7090), Salle Baudouin IV, à 20 heures le samedi 15.
**
RENAUD
PARIS (F – 75 019), Zénith, à 20 heures le samedi 15.
**
OLIVIER JUPRELLE + RECITAL BOXON
BRUXELLES (B – 1060), Centre Culturel Jacques Franck, à 20 h. 30 le samedi 15.
**
SIDI WACHO
CHATEAULIN (F – 29 150), Run ar puns, à 22 heures le samedi 15.
**
SALOME LECLERC + LOUIS-JEAN CORMIER
BRUXELLES (B – 1210), Botanique, à 20 heures le dimanche 16.
**
MICHELE BERNARD + ELSA GELLY
PARIS (F – 75 011), Café de la Danse, à 19 h. 30 le lundi 17.
**
LES INSUS
LILLE (F – 59 000), Zénith Arena, à 20 heures le lundi 17.
**
CHIMENE BADI
BRUXELLES (B – 1000), Cirque Royal, à 20 heures le mardi 18.
**
LOUIS-JEAN CORMIER + NICOLAS MICHAUX
CEBAZAT (F – 63 118), Le Sémaphore, à 20 h. 30 le mardi 18.
**
NICOLAS JULES
FIGEAC (F – 46 100), La Chapelle, à 20 h 45 le mardi 18.
**
ARTHUR H
NANTES (F – 44 000), L’or d’Eros, à 21 heures le mardi 18.
**
RENE SIMARD
AMOS (QC – J9T 2G1), Théâtre des Eskers, à 19 h. 30 le jeudi 20.
**
BERTRAND BELIN + ANTOINE HENAUT
TOURNAI (B – 7500), Maison de la Culture, à 20 heures le jeudi 20.
**
LOUIS-JEAN CORMIER
PORTES-LES-VALENCE (F – 26 800), Train théâtre, à 20 heures le jeudi 20.
**
ARNO
ANVERS (B – 2140), De Roma, à 20 heures le jeudi 20.
**
CHLOE LACAN + ZAZA FOURNIER
ROUBAIX (F – 59 100), Magic Mirror, Grand-Place, à 20 h. 30 le jeudi 20.
**
BENOIT PARADIS TRIO
LILLE (F – 59 000), Le Biplan, à 20 h. 30 le jeudi 20.
**
DAVID SIRE
FOUGERES (F – 35 300), Le Coquelicot, à 21 heures le jeudi 20.
**
PAULE-ANDREE CASSIDY
GRENOBLE (F – 38 000), Café des Arts, à 19 h. 30 le vendredi 21.
**
VERONIC DICAIRE
COLFONTAINE (B – 7340), Espace Magnum, à 20 heures le vendredi 21.
**
ALDEBERT
LE HAVRE (F – 76 600), Théâtre de l’Hôtel de ville, à 20 heures le vendredi 21.
**
PLUME LATRAVERSE
DRUMMONDVILLE (QC – J2C 2P7), Maison des Arts, à 20 heures le vendredi 21.
**
CATHERINE MAJOR
QUEBEC (QC – G1R 2B3), Grand théâtre, à 20 heures le vendredi 21.
**
ARNO
OSTENDE (B – 8400), Casino-Kursaal, à 20 heures le vendredi 21.
**
OLDELAF & ALAIN BERTHIER
LIEGE (B – 4000), Théâtre Universitaire Royal, à 20 heures le vendredi 21.
**
COLLECTIF 13 + BOULEVARD DES AIRS
BRUXELLES (B – 1000), Théâtre National, à 20 h. 30 le vendredi 21.
**
GAUVAIN SERS + DALTON TELEGRAMME
STAVELOT (B – 4970), Salle Prume de l’Abbaye, à 20 h. 30 le vendredi 21.
**
CEDRIC GERVY + BENOIT PARADIS TRIO
STAVELOT (B – 4970), Salle Prume de l’Abbaye, à 20 heures le samedi 22.
**
DENIS K + LA GRANDE SOPHIE
BASTOGNE (B – 6600), Espace 23, à 20 heures le samedi 22.
**
YVES JAMAIT
LE HAVRE (F – 76 600), Théâtre de l’Hôtel de ville, à 20 heures le samedi 22.
**
GERARD LENORMAN
SAINT MARTIN DE CRAU (F – 13 310), Le Galet, à 21 heures le samedi 22.
**
PAULE-ANDREE CASSIDY
IVRY-SUR-SEINE (F – 94 200), L’Annexe, à 21 h. 30 le samedi 22.
**
ARNO
GENT (B – 9000), Vooruit, à 20 heures le dimanche 23.
**
RENAUD
PARIS (F – 75 019), Zénith, à 20 heures le mardi 25.
**
MIOSSEC
PARIS (F – 75 010), Théâtre des Bouffes du Nord, à 20 heures le mardi 25.
**
PASCAL OBISPO
TROYES (F – 10 000), Expo Cube, à 20 h. 30 le mardi 25.
**
RENAUD
PARIS (F – 75 019), Zénith, à 20 heures le mercredi 26.
**
VERONIC DICAIRE
ANVERS (B – 2000), Stadsschouwburg, à 20 heures le mercredi 26.
**
VIANNEY
MONTREAL (QC – H2X 2A3), L’Astral, à 20 heures le jeudi 27.
**
NICOLAS MICHAUX
BRUXELLES (B – 1000), La Madeleine, à 20 heures le jeudi 27.
**
LISA LEBLANC
SHERBROOKE (QC – J1H 5A9), Théâtre Granada, à 20 heures le vendredi 28.
**
TOUT FINIRA BIEN + VERONIQUE PESTEL
STAVELOT (B – 4970), Salle Prume de l’Abbaye, à 20 heures le vendredi 28.
**
ARNO
LIEGE (B – 4000), Forum, à 20 heures le vendredi 28.
**
MANU LOUIS + DIMONE
STAVELOT (B – 4970), Salle Prume de l’Abbaye, à 20 heures le samedi 29.
**
PATRICK SEBASTIEN
GRENOBLE (F – 38 100), Summum, à 20 heures le samedi 29.
**
FLORENT VOLLANT
MONTREAL (QC – H2V 1V6), Théâtre Outremont, à 20 heures le samedi 29.
**
ZAZIE
CANNES (F – 06 400), Palais des Festivals, à 20 h. 30 le samedi 29.
**
KIDS UNITED
TOULOUSE (F – 31 300), Le Zénith, à 15 heures le dimanche 30.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , ,

30 OCTOBRE

Claude Lelouch en 2006 (c) Les Films 13

30 octobre 1937 : Naissance, à Paris, du réalisateur, producteur et scénariste français Claude LELOUCH. Né dans une famille juive, il est obligé de se cacher durant la guerre et sa mère l’emmène souvent, en sécurité, dans les salles de cinéma. Il s’y fait une petite culture mais surtout, fasciné, il en fera une véritable passion. Au milieu des années 1950, son père lui achète une caméra pour lui donner une chance de réussir sa vie. Il tourne alors des reportages d’actualités et, notamment, un documentaire sur l’URSS en dissimulant sa caméra. L’argent récolté à cette occasion lui permet de mettre sur pied une société de production qui a pour nom « Les Films 13 ». 13 pour le 13 du mois où a été créée sa société à 13 heures et 13 pour le nombre de lettres composant le patronyme de Claude Lelouch. Son premier long métrage s’avère être un flop total et, pour tenir le coup, Lelouch devient réalisateur de scopitones. Il s’agit des ancêtres des clips video qui étaient réalisés sur des petites bobines de films destinés à être projetés dans les cafés par des machines s’apparentant à des juke-boxes avec écran. Grâce à son travail, les chaînes de télévision peuvent régulièrement montrer des chansons de l’époque « yé-yé » qui ont été tournées par Claude Lelouch: Claude François (« Belles belles belles » avec des danseuses en escarpins dans la neige en 1962) mais aussi Johnny Hallyday (sous la pluie), Claude Nougaro, Dalida, etc.

De cette époque, le réalisateur garde un certain amour pour la musique et ses films suivants sont tous très musicaux. C’est le cas, notamment, pour le film qui reste probablement le plus grand succès de la carrière du réalisateur: « Un homme et une femme » en 1966. Ce film est en effet aussi connu pour son thème musical (« Chabadabada ») composé par Francis Lai que pour son histoire qui est alors primée au Festival de Cannes. Par la suite, Lelouch va tourner « Vivre pour vivre » avec Yves Montand et Annie Girardot et « Le voyou » avec Jean-Louis Trintignant et Charles Denner. En 1972, il réalise « L’aventure c’est l’aventure » avec Jacques Brel, Lino Ventura, Charles Denner, Charles Gérard et Aldo Maccione. La chanson du film est interprétée par Johnny Hallyday. Deux ans plus tard, le chanteur Gilbert Bécaud est aux côtés de Marthe Keller, André Dussolier et Charles Denner dans la distribution de « Toute une vie ». En 1975, c’est un autre comédien chanteur que Lelouch fait tourner avec Michèle Morgan dans « Le chat et la souris »: Serge Reggiani. Début 1976, c’est cette fois Jacques Dutronc qui est sur les écrans de cinéma dans « Le bon et les méchants » avec Marlène Jobert, Bruno Cremer, Brigitte Fossey et Jacques Villeret. Dutronc connaît d’ailleurs un grand succès en interprétant le thème du film, « La ballade du bon et des méchants », composé par Francis Lai. En 1982, Claude Lelouch s’attaque à l’histoire d’un coup de foudre entre deux personnalités d’exception: la chanteuse Edith Piaf et le boxeur Marcel Cerdan. Le titre du film est simple: « Edith et Marcel ». C’est Evelyne Bouix qui joue le rôle de Piaf et c’est le fils du boxeur, Marcel Cerdan Jr, qui prend les traits de son père à l’écran. Malgré l’excellente bande musicale de ce long métrage, qui mélange des chansons originales de Piaf et des créations d’Aznavour ainsi que des reprises par Mama Béa notamment, le film n’obtient pas le succès public attendu par son réalisateur. En 1984, Charles Aznavour est à l’affiche de « Viva la vie ». Trois ans plus tard, c’est, cette fois, un jeune chanteur-comédien que Lelouch embauche pour le film « Attention bandits »: Patrick Bruel. A la fin des années 1980, la chanteuse Lio est au générique d’un des grands succès du réalisateur: « Itinéraire d’un enfant gâté ». Par la suite, on va retrouver Serge Reggiani dans « Il y a des jours et des lunes » (1990), Ophélie Winter dans « Hommes, femmes : mode d’emploi » (1996), Patricia Kaas dans « And now ladies and gentlemen » (2002) et Liane Foly avec Raphaël dans « Ces amours-là » (2010). En 2014, Claude Lelouch frappe plus fort encore en réunissant deux idoles des années 1960 pour les principaux rôles du film « Salaud on t’aime »: Johnny Hallyday et Eddy Mitchell.

.
**********
.

Chimène Badi en 2013

Chimène Badi en 2013

30 octobre 1982 : Naissance, à Melun, de la chanteuse française Chimène BADI. A l’âge de trois ans, la petite Chimène suit ses parents d’origine algérienne qui déménagent à Villeneuve-sur-Lot. Elle est à peine plus âgée lorsqu’elle décide qu’elle sera chanteuse quand elle sera grande. Mais elle est patiente et, même à contre-coeur, elle poursuit ses études avant de réaliser son rêve d’artiste. Ses parents vont alors se dévouer pour que Chimène puisse mener ses projets à bien. Malgré de nombreuses demandes envoyées à divers crochets télévisés, elle n’obtient pas de réponse et finit par s’inscrire, de guerre lasse, au casting de l’émission « Popstars », de la chaîne de télé française M6, qui se tient à Bordeaux. Elle y est remarquée par Valéry Zeitoun, le directeur du label discographique Az. Ce dernier lui demande de monter à Paris afin de réaliser des maquettes vocales. Parmi ceux qui écoutent ces maquettes, il y a Rick Allison, le producteur de Lara Fabian à cette époque. Ce Belge qui vit alors à Montréal décide de lui écrire des chansons qui vont être enregistrées au Québec. Parmi celles-ci, il y a le premier grand succès de Chimène Badi: « Entre nous » qui est commercialisé en janvier 2003. Le single se vend à près d’un million d’exemplaires dans toute l’Europe francophone.

Dans la foulée de ce succès sort l’album « Entre nous » qui contient d’autres titres plébiscités par le public comme « Je vais te chercher » ou « Si j’avais su t’aimer ». 800.000 exemplaires de l’album sont alors vendus en France. En 2003, la chanteuse est invitée par Johnny Hallyday à chanter avec lui le titre « Je te promets » lors de sa tournée des stades en juin et juillet à l’occasion de ses 60 ans. Les premiers pas de Chimène seule sur une scène ont lieu en janvier 2004 au Casino de Paris. Elle y interprète ses succès du moment et des reprises devant un public et quelques professionnels intéressés. Fin février 2004, elle est nommée aux Victoires de la Musique dans la catégorie « Album révélation de l’année » et, quelques jours plus tard, elle est intégrée dans l’équipe des Enfoirés pour le concert diffusé le 5 mars 2004 sur TF1. A partir de ce moment, Chimène Badi est partout. Elle interprète le générique final français du film catastrophe « Le Jour d’après ». Elle est de toutes les émissions de télé, de radio et de toutes les fêtes musicales publiques. Son planning est d’enfer. Son deuxième album, « Dis-moi que tu m’aimes », amplifie encore sa popularité en 2004. Elle y interprète de nombreux « tubes » comme « Je ne sais pas son nom », « Retomber amoureux » ou la reprise de « Je viens du sud » de Michel Sardou. En novembre 2006, le troisième album de Chimène Badi à être commercialisé a pour titre « Le miroir » et son succès est moindre que celui des deux opus précédents. La chanteuse opère alors un virage musical dans le disque suivant qui sort en 2010 avec le titre « Laisse-les dire ». Elle y fait moins démonstration de sa puissance vocale pour mieux placer sa voix au service de rythmes de jazz ou de soul music. Et le succès est à nouveau au rendez-vous puisque le CD se classe dans les meilleures ventes françaises dès sa sortie. Profitant de cette nouvelle vague de popularité, Chimène Badi entend bien montrer qui elle est vraiment en enregistrant, un an plus tard, un album de reprises de gospel and soul. On y retrouve des grandes chansons françaises tout à fait remodelées en gospel comme « Ma solitude » de Georges Moustaki ou « Le jour se lève », tube d’Esther Galil en 1971. L’artiste a vu juste car, au bout de sa carrière commerciale, l’opus se vend à près de 300.000 exemplaires. En juillet 2012, Chimène se produit au Festival d’été de Québec où elle interprète un duo avec Luck Mervil et où elle chante en première partie de Lionel Richie devant 100.000 personnes réunies sur les plaines d’Abraham. Après une courte apparition dans le programme télévisé français « Danse avec les stars » sur TF1, la chanteuse propose son spectacle « Gospel & soul » à l’Olympia de Paris le 3 décembre 2012. Mais, la voix dangereusement fatiguée, Chimène Badi est contrainte d’arrêter la tournée qui est en cours en juillet 2013. Elle prend alors le soin de reposer ses cordes vocales et participe, en avril 2015, à la quatrième édition du concours télévisé « The Voice Belgique » sur la RTBF en tant que coach. Simultanément, elle prépare un nouvel album qui est mis en vente le 23 août 2015 sous le titre générique « Au-delà des maux ». A partir du 28 avril 2016, Chimène Badi tente une nouvelle expérience: celle de la comédie musicale. elle interprète en effet le premier rôle dans le spectacle « Cats » qui se joue au théâtre Mogador à Paris jusqu’au 3 juillet. Au début de l’année 2019, la chanteuse propose une chanson, « Là-haut », pour représenter la France au concours Eurovision en mai. Mais l’artiste n’est pas sélectionnée et c’est Bilal Hassani qui est retenu. Dans la foulée, un nouvel album de Chimène Badi est commercialisé en avril 2019 et il a pour titre « Chimène ».
.
**********
.

Gauvain Sers en 2018

30 octobre 1989 : Naissance, à Limoges, de l’auteur-compositeur-interprète français Gauvain SERS. Entre un père professeur de maths, une mère pharmacienne et trois frères, Gauvain passe son enfance dans la Creuse, à Dun-le-Palestel. Son cursus scolaire l’oriente vers une carrière professionnelle de scientifique qui le fait rejoindre une école d’ingénieurs à Toulouse. Mais, depuis toujours, le garçon nourrit une passion pour la musique et la chanson. Alors, il prend aussi la décision de suivre des cours de composition et d’écriture dans les locaux de la Mnufacture Chanson à Paris. Le 2 novembre 2015, il participe à la finale du concours « Vive la reprise » en interprétant un titre du répertoire des Ogres de Barback. Il se fait de plus en plus connaître dans les milieux de la chanson et est finalement repéré et engagé pour assurer les levers de rideaux des spectacles du « Phénix Tour » de Renaud en 2016. Parallèlement à ce développement scénique de ses activités artistiques qui l’amène encore à se produire en première partie de Tryo ou Yves Jamait, Gauvain Sers est de plus en plus l’invité de différentes émissions de la télé française comme le « Vivement Dimanche » de Michel Drucker par exemple. Il prépare alors un premier album dont les chansons sont proposées sur la scène du Café de la Danse à Paris en mars et avril 2017.

Deux mois plus tard, l’opus est commercialisé sous le titre « Pourvu » et est promu dans les médias par les chansons « Hénin-Beaumont » et Mon fils est part au djihad ». Un clip vidéo est réalisé par Jean-Pierre Jeunet sur la chanson « Pourvu » avec la participation de Jean-Pierre Darroussin, Gérard Darmon et Alexia Giordano. Il permet au chanteur d’être nommé dans la catégorie « création audiovisuelle » aux Victoires de la Musique en février 2018. Entretemps, la première tournée de concerts a démarré pour Gauvain Sers qui chante dans la salle parisienne de La Cigale le 5 octobre 2017 avant de fouler les planches de l’Olympia en mars 2018. Toujous à l’affût des événements de la société contemporaine, tel un journaliste social, l’artiste écrit, interprète et enregistre alors la chanson « Les oubliés » en décembre 2018. Inspirée par l’histoire d’un instituteur de province dont l’école a été fermée par une décision gouvernementale peu soucieuse de la vie rurale, le texte le pousse à réaliser un documentaire sur la chaîne du web YouTube. Et, dans la foulée, Gauvain part en tournée acoustique dans les villes « oubliées » de la France profonde. De nouveaux morceaux sont alors prêts à être livrés au public et un deuxième album, intitulé « Les oubliés », sort en mars 2019. Attendu par un public de plus en plus nombreux qui voit en Gauvain un digne successeur de François Béranger et de Renaud, l’opus se vend à plus de 100.000 exemplaires physiques en quelques semaines. Lorsque, en octobre 2020, le professeur français Samuel Paty est agressé et décapité par un extrêmiste islamiste devant son école, c’est un texte écrit pour la circonstance par Gauvain Sers qui est lu lors de l’hommage national qui est rendu à l’enseignant à la Sorbonne de Paris le 21 du même mois.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

28 OCTOBRE

Le 45 tours de 1981

28 octobre 1944 : Naissance, dans le 14e arrondissement de Paris, de l’humoriste, acteur et chanteur français COLUCHE, de son vrai nom Michel Colucci. Pour en savoir plus sur sa vie et connaître les éléments musicaux de sa biographie, veuillez CLIQUER ICI.
.
.
.
**********
.
.
.

En 2015

28 octobre 1961 : Naissance, à Dijon, de l’auteur, compositeur et interprète français Yves JAMAIT. Sa mère célibataire doit s’occuper seule de ses trois enfants. A peine sorti de l’enfance, Yves le Bourguignon est tenté par la cuisine et c’est cette voie qu’il choisit au lycée. A seize ans, il découvre la guitare et abandonne l’école pour travailler dans divers secteurs. Il est ainsi successivement cuisinier, manœuvre, animalier en laboratoire pharmaceutique et infographiste entre autres. En 1998, il songe à faire de la musique un moyen d’exister. Avec deux acolytes, il fonde un trio qui a pour nom « De Verre En Vers ». Le succès est intéressant mais pas assez convaincant pour les professionnels auxquels les musiciens s’adressent. Le groupe change alors de nom, devient Jamait, et sort, en 2003, un premier album autoproduit qui a, cette fois, pour titre « De Verre En Vers… ». L’opus trouve un distributeur qui fait faillite et il s’en faut de peu que ce premier essai ne soit envoyé aux oubliettes. Mais Patrick Sébastien, sur un coup de coeur exceptionnel, va tout faire pour que l’album soit à nouveau commercialisé et correctement cette fois en 2005. Le flair était bon puisque, finalement, 60.000 copies en sont vendues. Certains estiment alors que les compositions de Jamait sont toutes établies sur les mêmes accords mais il n’est pas correct de dénigrer ses mélodies qui ont le mérite de rendre populaires des textes aux contenus importants.

Le succès discographique s’exporte à merveille sur scène où Yves Jamait est très charismatique. Il est ainsi à l’affiche, chez lui, du Zénith de Dijon mais aussi du Casino et de l’Olympia à Paris en 2006. Peu après, Jamait enregistre son deuxième album intitulé « Le coquelicot ». Ses thèmes de prédilection sont toujours la solitude, les bars, le milieu ouvrier, l’amour et la séparation. Ses chansons séduisent un large public qui va du citoyen lambda au connaisseur le plus averti et aux professionnels qui saluent son talent lors de festivals comme les Francofolies de La Rochelle, les Nuits de Champagne, le Paléo Festival de Nyons ou le défunt festival « Alors…chante! » de Montauban. Un troisième album, « Je passais par hasard » est commercialisé à la fin 2008. Il est, comme les deux précédents, certifié disque d’or. L’artiste crée alors les « Bars à Jamait », spectacle marathon où il convie ses amis chanteurs « qu’on ne voit jamais à la télé » à venir se produire avec lui dans une ambiance de franche camaraderie. Après s’être produit à New York en 2009, il revient dans sa région natale pour ses dix ans de carrière. En 2011, il propose ainsi 20 concerts dans dix lieux différents de Dijon. Le quatrième opus (« Saison 4 ») de Jamait est enregistré en 2011 et renferme un duo avec une autre révélation du festival de Montauban: Zaz (« La radio qui chante »). Le 3 avril 2012, Jamait se produit au Grand Rex de Paris. Deux ans plus tard sort l’album « Amor Fati » qui renferme des styles musicaux variés s’ouvrant aussi aux rythmes latinos. Et, en 2015, l’opus suivant a pour titre « Je Me Souviens ». Il est suivi d’une tournée qui fait, en 2017, l’objet d’un enregistrement public édité sous le titre logique « Je me souviens… le concert ». En octobre 2018 sort le septième album de l’artiste et il a pour titre générique « Mon totem ».

.
**********
.

28 octobre 1970 : Le jeune artiste Mike BRANT interprète « Mais dans la lumière » à Paris et remporte le Grand-Prix RTL international avec cette chanson.


.
**********
.

Pochette 45t de 1973 – Photo (c) Georges Giaufret

28 octobre 2012 : Décès, à Paris, de de la chanteuse ainsi qu’animatrice de radio et de télévision française Sophie HECQUET, connue également sous le simple prénom de SOPHIE. Pour en savoir plus sur sa vie et connaître sa biographie, veuillez CLIQUER ICI.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

11 MARS

 

Claude François en 1965 (c) Jacques Aubert

11 mars 1978 : Décès, à Paris un samedi après-midi, par électrocution dans sa salle de bains, du chanteur français Claude FRANCOIS. Idole parmi les idoles, star française et mythe de la chanson populaire francophone, Claude François n’a jamais été égalé et, plus de 40 ans après sa disparition, ses succès sont toujours présents chez les disquaires, dans les programmes de radio et sur ces « dancefloor » que l’on appelait avant les pistes de danse. En à peine quinze ans de carrière, cet artiste, né à Ismaelia en Egypte le 1er février 1939, a compris tout ce que le show-business pouvait apporter à un jeune homme talentueux en quête de reconnaissance artistique. L’artiste aux centaines de succès entame sa carrière de chanteur en 1961 sous le nom de Koko en enregistrant un 45 tours qui reprend, entre autres, une version twist du « Clair de lune à Maubeuge ». Mais son premier tube arrive quelques mois plus tard avec « Belles belles belles », l’adaptation d’un titre américain (« Girls girls girls »).

C’est parti pour quelque 25 années de succès enchaînés à une vitesse vertigineuse avec, dans les années 1970, une légère préférence pour les créations originales écrites par des auteurs et des compositeurs français tels que Jean-Pierre Bourtayre, Etienne Roda-Gil ou Patrick Juvet entre autres. Au milieu de cette carrière de chanteur, Claude François essaie aussi de produire quelques artistes qui connaissent des gloires diverses au sein de son label « Flèche » : Patrick Topaloff, Alain Chamfort, Dani, Liliane Saint-Pierre, Franck Olivier, Banzaï ou Petit Matin par exemple. Aimant se considérer comme un homme d’affaires, le chanteur se lance également dans l’édition de magazines. « Podium » est créé pour les jeunes afin d’assurer aussi la promotion des artistes de chez « Flèche ». « Absolu » est imaginé pour les adultes et n’obtient pas un franc succès dans un créneau déjà bien occupé par « Lui » ou « Playboy ». Pour ce magazine, le chanteur se passionne pour la photographie et, sous le pseudonyme de François Dumoulin, réalise des clichés de très jolies demoiselles légèrement (dé)vêtues. Musicalement, les plus gros succès de Claude François restent « Comme d’habitude » (qui a fait le tour du monde adapté en anglais par Paul Anka sous le titre « My way », interprété notamment par Sinatra et Presley) mais aussi « Le téléphone pleure », « Le lundi au soleil », « Chanson populaire » et, pour la période disco, « Magnolias for ever » ainsi que « Alexandrie Alexandra ».

Entre 1962 et 1978, le chanteur a enregistré 363 chansons sur 27 albums et vendu 35 millions de disques. Entre le 18 décembre 1962 et le 24 février 1978, Claude François a donné 1.188 concerts. Alors qu’il touche enfin du bout des doigts un vieux rêve de conquête des pays anglo-saxons, Claude François meurt électrocuté dans la salle de bains de son appartement parisien juste avant l’enregistrement d’une émission télévisée de Michel Drucker le samedi 11 mars 1978. Il laisse derrière lui une carrière discographiquement bien remplie et le souvenir d’un artiste très exigeant avec ses collaborateurs comme avec lui-même. Ses deux fils perpétuent le souvenir d’un père qu’ils n’ont connu que trop peu de temps. Le cinéma s’est intéressé de diverses manières au chanteur populaire et, parmi les films marquants, on peut citer « Podium » avec Benoît Poelvoorde en 2002 et « Clo Clo » avec Jérémie Régniers en 2012. En 2018, à l’occasion du 40e anniversaire de la disparition du chanteur, une intégrale très complète est commercialisée et comprend 20 CD avec 360 titres dont de nombreuses versions introuvables, des interviews, et un livret de 48 pages contenant des photos rares et des textes exclusifs. Pour la même occasion, Fabien Lecoeuvre publie une biographie, « Claude François, 14.284 jours », et Vline Buggy, parolière de nombreuses chansons de l’artiste, compile, pour la première fois ses souvenirs dans un livre: « J’y pense et puis j’oublie ». La journaliste Isabelle Catelan, qui a dirigé le magazine Podium, a regroupé les notes de service, souvent incendiaires, que le chanteur adressait à ses collaborateurs, alors que le biographe Baptiste Vignol propose « Claude François, Je reviendrai comme d’habitude ». Les deux fils de l’artiste, Claude Jr et Marc François, annoncent aussi pour 2019 une comédie musicale sur la vie de leur père mais celle-ci semble tarder à voir le jour.
.
**********
.

Place Claude François à Paris (c) Celette

11 mars 2000 : Quelques centaines de fans et des proches comme certaines Clodettes, Ticky Holgado, Danièle Gilbert, Alain Chamfort, Patrick Juvet ou Michèle Torr assistent à l’inauguration de la Place Claude François dans le 16e arrondissement de Paris, juste en face de l’endroit où se trouvaient les bureaux de l’artiste dans un immeuble du boulevard Exelmans. La cérémonie se tient en présence de Xavière Tiberi, épouse du maire de Paris alité, de Pierre-Christian Taittinger, maire du 16e arrondissement, et des deux fils du chanteur accompagnés de leur mère.
.
**********
.
11 mars 2011 : C’est la première soirée de la 16e édition du festival « Le Quesnoy en chanteurs » qui se tient dans le Nord de la France, à Le Quesnoy près de Valenciennes jusqu’au 25 mars 2011. Stéphane Hirschi, directeur du festival, se plaît à rappeler les ingrédients qui ont forgé l’identité de la manifestation: « esprit, amitié, goût de la découverte et, aussi, les doubles plateaux d’artistes qui sont un mariage des talents et des saveurs artistiques sous les auspices de la curiosité et des révélations ». La plupart des concerts ont lieu au Théâtre des trois chênes. La série commence par une soirée d’hommage à Boris Vian, le 11 mars, avec Presque Oui, Serge Utge-Royo, Clarika, Agnès Bihl, Gérard Morel, Yves Jamait et Anne Sylvestre notamment. Le mardi 15 mars, le spectacle est d’abord haïtien avec « Joyshanti » qui est suivi du concert de Gérard Morel et sa clique. Samedi, le 19 mars, le poète québécois Richard Desjardins partage l’espace scénique avec Michel Arbatz. Le mardi 22 mars, ce sont les régionaux du duo « Presque Oui » qui ouvrent le bal juste avant le groupe « Vis à Vies« . Enfin, le vendredi 25 mars, ce sont les révélations du festival « Alors Chante » de Montauban en 2010, les « Vendeurs d’Enclumes« , qui assurent la première partie de Louis Chédid. Mais le festival du « Quesnoy en chanteurs » c’est aussi le développement des concerts hors les murs à l’université de Valenciennes les mercredis avec Pascale Delagnes, voisine venue de Belgique, le 16 mars; Stéphane Balmino, ex-chanteur de Kabann le 23 mars; et le régional ch’ti William Schotte le 6 avril. Enfin, deux « Chante-grange » ont lieu à Englefontaine avec Bernard Joyet le 12 mars et Rémo Gary le 18 mars.
.
**********
.

Les trois artistes sélectionnés au terme de cette journée d’auditions

11 mars 2017 : Dix groupes et artistes sont retenus pour les auditions du Parcours FrancoFaune qui ont lieu à la Maison de la création de Laeken (Bruxelles). Se produisent ainsi sur scène entre 11h00 et 18h00: Badi, Convok, Etienne-Etienne, Hélène Couvert, La Louve, Lux Montes, Major Dubreucq, Mini Sultan, David Votre Chazam et Wyndu. Au terme de la journée, trois artistes sont choisis pour être accompagnés jusqu’au prochain festival FrancoFaune: Badi, Hélène Couvert et Major Dubreucq.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,