CASTELAIN Jean-Pierre

Jean-Pierre Castelain en 1983

L’auteur, compositeur, interprète et musicien français Jean-Pierre CASTELAIN est né le 20 décembre 1946 à Haut-Arques. Bien qu’excellent interprète des chansons qu’il écrit et compose, Jean-Pierre est surtout connu pour avoir été l’orchestrateur et arrangeur de bon nombre d’artistes français majeurs comme Françoise Hardy, France Gall ou Michel Berger entre autres. Il passe son enfance dans le Pas-de-Calais à la campagne où, petit garçon, il joue du tambour dans la fanfare municipale avant d’entamer des études secondaires en ville. Comme c’est la mode en ce début des années 1960, il se passionne pour la guitare et, plus particulièrement, la guitare électrique. En 1965, il fait partie d’un groupe de sa région natale: les « Yeomen ». Un an plus tard, et ça ne s’invente pas vu ses origines, Jean-Pierre est guitariste chez « Les Bourgeois de Calais » qui connaissent un bon petit succès en France.

Avec quelques membres de ce groupe, il part à Paris pour y créer, en 1967, le groupe « Les Fleurs de Pavot » qui, comme son nom semble l’indiquer, va livrer de la musique psychédélique: une première en français. Le 33 tours reprend des titres comme « Psycha bourrée », « La force fait l’union », « Dites-le avec des fleurs de pavot », Super Gril » ou « Hippies nous voilà ». Jean-Pierre Castelain, alors surnommé « Zorba », est à la guitare et au chant. Il interprète les chansons souvent signées par Jean-Claude Vannier et enregistrées par le « géant » Bernard Estardy au Studio de la Grande Armée à Paris.

Le disque est le coup unique d’un producteur et Castelain décide alors d’entamer une carrière de chanteur soliste. En 1969, il enregistre un premier 45 tours chez Vogue. Les chansons ont pour titres « Comme un bébé » et « Même si je voulais ». Elles sont musicalement proches de celles de Ronnie Bird. Cela ne marche pas du tout et l’artiste replonge dans l’anonymat de ceux qui sont derrière les chanteurs.

Jusqu’en 1972. Date à laquelle il parvient à signer l’enregistrement d’un album chez Warner France. Jean-Pierre Castelain y joue de tous les instruments et réalise ce qui est peut-être l’un des premiers disques pop en français comme en témoigne un des titres de l’album « De mes yeux vu »: « J’suis dans la pop music ». L’opus connaît un beau succès d’estime auprès des professionnels sans plus.

Il est suivi d’un 45 tours (« Monsieur Dugenou ») avant que Castelain n’enregistre deux autres simples avec l’Electric Max Band en 1972 et 1973. Parallèlement, en 1973 toujours, il collabore activement au succès du premier album de Jeanne-Marie Sens dont il écrit les chansons comme « En plein coeur ».

Plus tard, il réalise aussi quelques disques destinés au jeune public avec la même Jeanne-Marie Sens. Il travaille alors également pour la chanteuse Christine Corda et le chanteur Denis Pépin. En 1974, il s’entoure des musiciens du « Système Crapoutchik » pour enregistrer, à nouveau sous son nom, l’album « Albéria ou l’histoire d’Albert »: le héros de cette histoire est un gars qui, après être né par -20°C, va devenir un exemplaire agent des Postes avant de terminer sa vie édenté et obligé de consommer de la purée en permanence. Le disque est encensé par la critique mais totalement boudé par le public.

Un an plus tard, toujours plus ambitieux, Jean-Pierre Castelain sort cette fois un double album intitulé « Le miroir » avec des textes importants.

Presque simultanément, toujours en 1975, il enregistre un 33 tours consacré aux enfants: « La souris s’en va t’en guerre ».

En 1978, il crée sa propre société de production, Spartacus, qui s’occupe de ses disques et de ceux d’autres artistes comme Emmanuel Booz par exemple. C’est d’ailleurs sous ce nouveau label qu’il sort l’album « Le funambule » en 1979 avec des accents de jazz-rock. Deux ans plus tard, alors que la France s’apprête à élire un président de gauche, François Mitterrand, Jean-Pierre Castelain commercialise un 45 tours dont le titre principal est « Je donnerai ma voix ». En 1982 paraît l’album « De bric et de broc », avec la chanson « Babylone », qui obtient, lui aussi comme les précédents, un enième succès d’estime sans vraiment rencontrer le public.

Plutôt déçu par toutes ses aventures d’interprète sans lendemains, il achète un studio d’enregistrement pour produire de la musique publicitaire et ce travail l’occupe de plus en plus. Il réalise des mélodies de pubs pour Raider, Mars, Président et Renault entre autres. Il se consacre aussi à composer et à réaliser quelques génériques d’émissions de télé françaises. Epuisé par tant de boulot en si peu de temps, il se retire un moment dans le calme des îles tropicales avant de revenir travailler au studio Aquarius à Genève pour des artistes comme Hugues Aufray, Phil Collins, Duran Duran, Jacques Higelin, Catherine Lara, Claude Nougaro ou Zucchero entre autres. En 1991, on le retrouve comme compositeur et instigateur d’un 45 tours enregistré par toute une série d’artistes au profit de l’UNICEF sous le titre « L’enfant de demain ». La voix de Jean-Pierre Castelain y côtoie celles de Manu Dibango, Jocelyne Beroard, Louis Bertignac, Jane Birkin, Robert Charlebois, Hervé Cristiani, Idrissa Diop, Jean Guidoni, Jacques Higelin, Khaled, Francis Lalanne, André Lamy, Herbert Léonard, Jeane Manson, Gilbert Montagné, N’Zongo Soul, Nicoletta, Yannick Noah, Sabine Paturel, Roé et Touré Kunda. Après des années de travail pour les autres, Jean-Pierre Castelain revient à la chanson en 2004 avec un album édité à compte d’auteur et intitulé « Citoyen du monde » où il reprend, notamment, la chanson de 1981 « Je donnerai ma voix ». La même année, il ouvre la « Ch’ti Académy » dans sa région natale du Pas-de-Calais: il y initie les enfants à la musique, la danse, le théâtre et la poésie. Le 3 août 2019, Jean-Pierre Castelain meurt à Carcassonne. Pour en savoir plus sur la carrière et la discographie de Jean-Pierre Castelain, CLIQUEZ ICI.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

4 JUIN

ANTOINE en 1982 – Photo (c) Alain Marouani

4 juin 1944 : Naissance, à Tamatave (Madagascar), sous le nom de Pierre Antoine Muraccioli, de l’auteur, compositeur et interprète français ANTOINE. Son père, d’origine corse, travaille aux Travaux Publics pour la France d’Outre Mer. Et, au fil des voyages, le petit Pierre Antoine découvre Saint-Pierre-et-Miquelon à l’âge de deux ans. Sept ans plus tard, la famille se pose pour un an à Marseille avant de repartir cette fois pour le Cameroun où Pierre Antoine reste jusqu’à ses quatorze ans révolus. A ce moment, il revient définitivement en France avec ses parents. Il suit des études brillantes à Grenoble. Et il commence à apprécier les chanteurs français d’abord comme Johnny Hallyday puis les folk singers américains comme Bob Dylan. En 1962, il décroche son diplôme d’ingénieur à Paris. Et il passe l’été 1964 aux Etats-unis où il découvre la région Est. De plus en plus intéressé par la musique, il songe sérieusement à devenir chanteur. Et, avec une chanson en poche, il s’adresse à la maison de disques Vogue qui lui signe un contrat. En septembre 1965, il connaît un petit succès avec « Autoroute européenne n° 4 ». Et il a même l’occasion de passer une première fois à la télévision un soir de grande audience: lors de l’élection présidentielle française de décembre 1965. Antoine commence donc à se faire connaître du grand public et il va le surprendre avec une chanson provoc’ en 1966: « Les Elucubrations ». Le succès est immédiat.

Au milieu de la vague des yéyés, le texte de cette chanson est beaucoup moins insouciant que la plupart des autres et on sent poindre, dans le style d’Antoine, les signes précurseurs d’un mouvement des jeunes tel que celui de mai 1968. Sur scène, Antoine est alors accompagné par un groupe de jeunes musiciens rigolos qui se font appeler les Problèmes. Ils deviendront ensuite les Charlots et mèneront une carrière en solo. Entre 1966 et 1967, Antoine va sortir trois albums sous la pression du show-business qui exploite au maximum son succès. Son look de jeune hippie à longs cheveux et chemise à fleurs va évoluer. En 1968, on lui propose de participer au fameux festival italien de San Remo et, en acceptant la demande, il devient une vedette en Italie où les chansons qu’il y interprète dans la langue de Dante n’ont plus rien à voir avec « Les Elucubrations ». Ces mélodies seront aussi appréciées dans les pays francophones dans leurs adaptations ou traductions qui ont pour titre « Taxi », « Je l’appelle Cannelle » ou « La tramontane ». Car, parallèlement à sa popularité transalpine, il continue sa carrière en France en relançant, en 1973, une opérette de 1921: « Dédé ». En 1974, décidé à changer de vie, Antoine met les voiles et largue les amarres. Jusqu’en 1980, il parcourt en solitaire les océans sur sa goélette de quatorze mètres de long. Il poursuit plus loin ses aventures maritimes de 1981 à nos jours avec de réguliers retours en France pour y enregistrer des disques (comme « Touchez pas à la mer » en 2007) ou pour y éditer des videos de ses voyages en mer et dans les îles. Fin 2012, Antoine sort un nouvel album (« Demain loin ») réalisé avec la collaboration de Stanislas pour les orchestrations. Certaines de ses chansons sont d’influence country (« Chanter au soleil ») et d’autres dans la lignée de celles de ses débuts à tendance rock (« Les arts du lit »).

.
**********
.

4 juin 1972 : Naissance, à Oran en Algérie, de la chanteuse, compositrice et actrice française Ysa FERRER. En 1974, ses parents s’installent à Chambéry en France. Passionnée très jeune par le chant et la musique, elle s’inscrit dans la chorale locale puis participe à des crochets radiophoniques de la région. Mais elle poursuit d’abord ses études avant de décider, à 18 ans, de monter à Paris pour essayer d’accomplir son rêve artistique. Ce n’est toutefois pas la chanson qui va l’occuper tout de suite puisqu’elle va d’abord décrocher des rôles dans des séries télévisées. Il lui faut ainsi attendre 1995 pour que ses maquettes de chansons soient acceptées pour un album enregistré chez Polydor: « D’essences naturelles ». De cet opus, seul le titre « A coups de typ-ex » connaît un petit succès professionnel, sans plus. Mais cette popularité limitée lui permet quand même d’envisager un second album avec, tout d’abord, la sortie d’un single en 1997: « Mes rêves » qui se vend à plus de 100.000 unités.

Ce succès va accélérer la sortie de son deuxième opus (« Kamikaze ») d’où est repris « Mes rêves » en 1998. La première chanson médiatisée en est « Les yeux dans les yeux » qui connaît un succès plus mitigé. Ysa Ferrer change alors de maison de disques à deux reprises mais sans résultat efficace puisque son travail n’aboutit pas. En 2004, elle enregistre, pour le marché suédois, la chanson du film « Le temps des gitans » de Goran Bregovic dans une version très personnelle: « Ederlezi ». Le titre est une des meilleures ventes en Suède mais aussi en Allemagne et en Russie. En 2006, au vu des échecs précédents, elle décide de monter sa propre maison de production pour sortir enfin, deux ans plus tard, son troisième album: « Imaginaire pur ». En Russie où elle a gardé une belle notoriété, l’artiste classe cet album dans les meilleures ventes. En novembre 2008, Ysa Ferrer se produit sur scène à Paris à la Nouvelle Eve. En mars 2009, la chanteuse lance sa webradio et, deux mois plus tard, elle est l’une des invitées d’honneur des Muz TV Music Awards à Moscou. Après avoir chanté au Bataclan à Paris, elle commence à préparer son quatrième album à la fin de l’année 2009. Il sort quelques mois plus tard sous l’appellation « Ultra Ferrer ». En 2011, Ysa Ferrer se produit sur la scène parisienne de l’Alhambra. Star au Japon, elle décide, en novembre 2012, de remercier son public en publiant un coffret de ses quatre albums et un DVD bonus live. L’objet a pour titre « Nu intégral ». Deux ans plus tard, la chanteuse commercialise un nouvel album intitulé « Sanguine » dont une déclinaison enregistrée en public sort en 2015. En 2018, l’artiste commercialise un nouvel album, « XYZ » lancé par la sortie des singles « Née sous X » et « La moitié de moi ».
.
**********
.
NOAH Yannick - Pochette album 20144 juin 2014 : Sortie de l’album de Yannick NOAH « Combats ordinaires ». L’artiste défraie la chronique en changeant complètement de look, avec des cheveux courts, mais aussi en s’insurgeant contre le vote des Français pour l’extrême droite aux élections européennes du 25 mai 2014. Des chansons de l’opus traitent d’ailleurs implicitement du sujet.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

18 MAI

Charles Trenet en 1961

18 mai 1913 : Naissance, à Narbonne, de l’auteur, compositeur et interprète français Charles TRENET. Fils d’un notaire de sa ville natale, il quitte cette dernière pour « monter » à Paris à l’âge de 17 ans. Il y rencontre très vite Jean Cocteau et, dans le milieu artistique de la ville lumière, il n’a pas à cacher son homosexualité. En 1938, sa chanson « Je chante » récolte un succès phénoménal et lance sa carrière avant que la guerre n’éclate.

Pendant le conflit, il chante en Allemagne, en 1943, pour les prisonniers français. Il prétend alors avoir rencontré Adolf Hitler pendant deux minutes. Ce comportement lui est, un moment, reproché à la Libération mais il est finalement blanchi. La décennie 1950 voit Trenet s’imposer comme un artiste majeur de la chanson française aux côtés de Piaf, Brassens et Bécaud. Mais, à contrario, les années 1960, avec l’arrivée de la vague des chanteurs « yé-yé », vont s’avérer difficiles pour Charles Trenet qui va, en plus, connaître des problèmes avec la justice. En 1963, il est condamné à un an de prison pour relations sexuelles avec des mineurs mais il bénéficie finalement d’un non-lieu en appel. Malgré ces soucis, l’artiste continue à enregistrer des disques en étant probablement le seul chanteur français graver ses oeuvres successivement sur 78 tours, 33 tours, 45 tours et disque compact jusqu’en 1995. Il continue aussi à se produire un peu partout sur la planète là où ses chansons sont connues: Europe, Etats-Unis, Canada et Amérique du Sud. Charles Trenet est probablement l’artiste français qui a le plus influencé ses pairs. Beaucoup d’entre eux, toutes générations confondues, se revendiquent comme les héritiers du « fou chantant »: Brassens, Brel, Higelin, Fersen ou M. Le chanteur fait désormais partie de la culture française: on apprend ses oeuvres dans les écoles de l’hexagone. Trenet, ce sont des chansons poétiques, des melodies faciles à retenir et à siffler dans la rue ainsi que des textes qui reflètent une certaine insouciance et joie de vivre. Son répertoire renferme près de 1.000 chansons dont 60 succès internationaux parmi lesquels « La mer » qui se trouve en pôle position. Ce « tube » est suivi de près par « Que reste-t-il de nos amours ? », « L’âme des poètes », « Y’a d’la joie », « Boum », « Douce France », « Le jardin extraordinaire », « Moi j’aime le music-hall », etc. Il donne son dernier concert à Paris où il chante assis trois soirs de suite en novembre 1999 à la salle Pleyel. La fatigue le contraint alors à se retirer chez lui et deux accidents cardiaques le diminuent encore davantage. Il doit être hospitalisé à Créteil où il meurt le 19 février 2001. Charles Trenet a été incinéré et ses cendres reposent dans le caveau familial du cimetière de Narbonne Ouest.
.
**********
.

Le nouveau look de Yannick Noah en 2014

18 mai 1960 : Naissance, à Sedan, du joueur de tennis et chanteur français d’origine camerounaise Yannick NOAH. Etonnante carrière que celle de ce sportif célèbre et connu qui a décidé de se reconvertir dans la musique en se lançant dans la chanson en 1991. A cette époque, le premier titre qu’il enregistre va devenir le tube de l’été sous le titre « Saga Africa ».

Vu le succès, il est encouragé à poursuivre dans cette voie artistique et il chante aussi bien en anglais qu’en français vu la popularité internationale qu’il doit à sa carrière tennistique. En 1993, il enregistre l’album « Urban Tribu » puis « Zam Zam » en 1998. Alors que ses disques sont bien réalisés, ils se vendent très peu. Et c’est finalement en 2000 que son quatrième album décolle avec un extrait qui a pour titre « Simon Papa Tara ». Les disques suivants sont alors synonymes de succès: « Pokhara » en 2003, « Métisse(s) en 2005, « Charango » avec la chanson « Aux arbres citoyens » en 2006 et « Frontières » avec le single « Angela » (pour Angela Davis) et « Hello » en duo avec Asa en 2010. En septembre de la même année, il réussit à remplir le Stade de France où 80.000 spectateurs sont au rendez-vous de celui que les sondages indiquent comme la personnalité préférée des Français. En 2012, Yannick enregistre un opus d’hommage à Bob Marley avec des reprises du chanteur jamaïcain disparu trente ans plus tôt. Le 2 juin 2014 sort un nouvel album de chansons originales dont il présente, en avant-première, le titre phare, « On court », le 10 mai 2014 au cours de la finale du crochet télévisé « The Voice la plus belle voix » sur la chaîne privée française TF1 avec un nouveau look et des cheveux plus courts. Mais sa popularité auprès des Français est alors émoussée par son soutien au président François Hollande et par quelques clichés où on le voit en compagnie de l’humoriste français Dieudonné. En septembre 2019, après une pause sportive où il est le capitaine de l’équipe de France de tennis en Coupe Davis et Fed Cup, il revient à la chanson avec un nouvel album intitulé « Boulevard Indigo » réalisé, entre autres, avec l’aide du groupe « Boulevard des airs ».
.
**********
.

En 2013

18 mai 1969 : Naissance, à Bruxelles, de la chanteuse et actrice belge d’origine portugaise Héléna NOGUERRA. Née Helena Ribeiro Furtado Tavares de Vasconcelos, l’artiste est la sœur cadette de la chanteuse Lio. C’est comme mannequin qu’Héléna entame sa carrière professionnelle dans les années 1980. Et c’est en 1988 que, tout naturellement, elle enregistre un premier 45 tours en tant que chanteuse: « Lunettes noires ». Le succès de ce premier disque n’est pas flagrant et elle va devoir diversifier ses activités artistiques. C’est ainsi qu’elle interprète « Rivière des anges » en duo avec Daniel Chenevez du groupe Niagara en 1992. Puis elle devient présentatrice sur la chaîne de télé française M6. Comme chanteuse, elle participe au groupe Ollano qui récolte un succès discret avec la chanson « Latitudes ».

Enfin, en 1998, Doriand l’aide à réaliser son premier album réellement personnel: « Projet bikini ». Elle rencontre alors l’extraordinaire Katerine qu’elle épouse. C’est lui qui va écrire avec elle ses deux albums suivants: « Azul » et « Née dans la nature ». Des disques que l’on ne s’arrache pas vraiment mais qui sont de nature à plaire à une certaine frange d’intellectuels plutôt « tendance ». Quelque temps plus tard, elle publie un hommage à Serge Rezvani où elle partage ses reprises avec Franck Monnet ou Vincent Delerm entre autres. En 2005, elle chante « Le téléfon » en hommage à Nino Ferrer sur l’album « On dirait Nino ». Deux ans après, elle enregistre l’album « Fraise Vanille » où elle reprend notamment quelques chansons du répertoire de Jeanne Moreau: « Le tourbillon », « J’ai la mémoire qui flanche » ou « La peau Léon ». En 2010, Héléna Noguerra fait partie du groupe Nouvelle Vague en tournée et elle apparaît sur l’album d’André Manoukian « So in love ». L’artiste s’est également illustrée au cinéma, au théâtre, à la télévision ainsi qu’en littérature. A la rentrée 2013, un nouvel album personnel d’Héléna est disponible dans les bacs: « Année zéro » offre un mélange de chansons en français et en anglais tout à fait en phase avec l’univers musical de l’artiste. En mai 2018, avec Mareva Galanter, Inna Modja et Arielle Dombasle, Héléna Noguerra recrée sur scène l’univers du groupe français des années 1960 initié par le musicien Claude Bolling : les Parisiennes. Le premier concert a lieu aux Folies Bergère à Paris et annonce une grande tournée des pays francophones avant la sortie d’un album avec les chansons du spectacle.
.
**********
.

18 mai 2012 : L’Académie Charles-Cros remet ses Coups de Coeur, comme elle en a pris la bonne habitude, lors du festival « Alors Chante » de Montauban (F). Voici le nom des lauréats français et le titre des albums pour lesquels ils ont été récompensés:
* Wladimir Anselme avec « Les Heures courtes »
* Barcella pour « Charabia »
* Barbara Carlotti et « L’amour, l’argent, le vent »
* Liz Cherhal pour « Il est arrivé quelque chose »
* Lili Cros & Thierry Chazelle avec « Voyager léger »
* Claire Denamur pour « Vagabonde »
* Cyril Mokaiesh et « Du Rouge et des Passions »
* Nevchehirlian pour « Le soleil brille pour tout le monde »
* Mansfield Tya avec « Nyx ».
L’Académie a aussi décerné les « Coups de coeur francophones » aux artistes non français issus de pays francophones. En voici les lauréats:
* Bo Houss pour « Shimaore Tu »
* Vincent Liben et son album éponyme
* Moran avec « Mammifères »
* Sand pour « Sirocco ».

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

30 MARS

Estella Blain en 1965

30 mars 1930 : Naissance, à Paris, de l’actrice et chanteuse française Estella BLAIN sous le vrai nom de Micheline Estellat. D’origine basque, elle passe son enfance à Montmartre. Elle y voit régulièrement les artistes qui viennent tourner des films dans les studios Pathé tout proches. Après la seconde guerre mondiale, Micheline « fait la manche » en interprétant des chansons aux terrasses des cafés parisiens. Voulant devenir comédienne, elle fréquente le Cours Simon avant de se produire chez Gabrielle Fontan, au théâtre du Grand Guignol et à Marigny. Elle tourne son premier film en 1953 sous la direction d’Hervé Bromberger: « Les fruits sauvages ». Elle rencontre alors le jeune acteur Gérard Blain qui l’épouse et elle relie leurs deux patronymes pour en faire son pseudonyme: Estella Blain. En quinze ans, la jeune femme passe alors du statut de débutante à celui de star du cinéma mais aussi de la télévision. Ella va aussi quitter Gérard Blain pour connaître d’autres liaisons sentimentales. Puis, petit à petit, sa carrière va prendre une tournure moins optimiste et, à partir de 1973, elle ne travaille presque plus. Entre 1965 et 1969, elle tente l’aventure de la chanson et elle compose plusieurs titres qui sont orchestrés par le célèbre Alain Goraguer et enregistrés sur des disques 45-tours: « Je n’aime que toi » (1965), « Hurlevent » (1967), « Nitchevo » (1968) et « Toi » (1969).

Elle interprète « Solitude » dans l’émission télévisée française « Dim dam dom » en 1967 et elle apparaît en première partie d’un concert de Nana Mouskouri à l’Olympia de Paris. Mais sa carrière dans la chanson s’arrête à l’aube des années 1970 car le public ne la suit pas vraiment. Le 1er janvier 1982, Estella Blain est retrouvée morte dans le jardin de sa maison à Port-Vendres dans les Pyrénées Orientales. Elle s’est suicidée en se donnant la mort avec une arme à feu. Son corps est incinéré au crématorium de Cornebarrieu à Toulouse en présence de nombreuses personnalités du monde artistique et culturel.
.
*********
.

Jean-Claude Brialy : pochette du 45 tours de 1964

30 mars 1933 : Naissance à Aumale, en Algérie, du comédien français Jean-Claude BRIALY. Ayant beaucoup plus qu’une corde à son arc, Jean-Claude Brialy participe souvent aux émissions télévisées consacrées à la chanson comme celles de Maritie et Gilbert Carpentier. Il a ainsi l’occasion de se mesurer à d’autres artistes comme Carlos dans quelques duos improbables. En 1964, il enregistre, avec l’aide de Jean Ferrat, quatre titres dans la foulée de son succès au cinéma « nouvelle vague ». Quatorze ans plus tard, ce sont des chansons de Jacques Revaux, Françoise Dorin et Pierre Billon qu’il enregistre: « Le coeur tatoué » et « Si t’es beau t’es con ».

En 1988 enfin, Jean-Claude Brialy sort un 45 tours où il parle plus qu’il ne chante. Les deux faces du disque sont des hommages: l’un à Jacques Prévert (« Si l’on chantait Prévert ») et l’autre à Mistinguett (« Paris Garance »). Jean-Claude Brialy est décédé le 30 mai 2007 à Monthyon (Seine-et-Marne, France).
.
**********
.

30 mars 1948 : Naissance, à Longuyon, du chanteur français Richard GOTAINER. Son premier métier l’oriente vers le monde de la publicité où il met sa créativité au service des annonceurs. Musicien, il compose ainsi une pléiade de mélodies devenues célèbres dont le célèbre « Du Vittel du vélo, Vittel et pédalo, buvez, é-li-mi-nez ». Parallèlement à ces activités relativement lucratives, Richard Gotainer demande à Claude Engel de composer des mélodies plus longues en y plaçant des textes qui créeront un univers très particulier en collant parfaitement à sa voix légèrement rauque. Et, au début des années 1980, il enregistre coup sur coup des chansons qui vont devenir des « tubes »: « Primitif », « Le Sampa », « Le mambo du décalco », « Le Youki » ou encore « Femmes à lunettes ».

Les années 1990 et 2000 sont plus difficiles pour Gotainer qui reste dans les mémoires pour avoir marqué une époque de la chanson francophone. Il se tourne ensuite vers la télévision où il interprète de nombreux personnages dans des fictions françaises. De nombreuses compilations de ses grands succès sortent régulièrement. Une intégrale de douze CD est commercialisée en 2006 qui reprend également les musiques des publicités marquantes composées par l’artiste. Gotainer enregistre aussi des albums originaux comme « La goutte au pépère » en 2004 ou « Espèce de bonobo » en 2008. Il s’essaie également au spectacle musical et théâtral avec « Comme à la maison » où il reprend de manière intimiste ses grandes chansons. En 2011, c’est aux enfants que l’artiste s’adresse avec un album qui leur est consacré sous le titre « Chansons galipettes ». Il fait son grand retour à la chanson en 2018 avec l’album « Saperlipopette (or not Saperlipopette) qui, hélas, semble passer inaperçu auprès des médias et du grand public.
.
**********
.

Pochette de l’album de 2012 « Sans attendre »

30 mars 1968 : Naissance, à Repentigny au Québec, de la chanteuse canadienne Céline DION. Depuis 1981, l’ascension de la jeune adolescente a été fulgurante jusqu’à la femme de spectacle qu’elle est aujourd’hui. C’est en 1983 qu’elle sort son premier album avec un succès immédiat: « D’amour ou d’amitié » écrit par Eddy Marnay. Parmi les faits marquants de sa carrière, on retiendra sa victoire au Concours Eurovision de la Chanson en 1988 avec « Ne partez pas sans moi » pour la Suisse. Ce fut là une ouverture de plus vers l’accomplissement d’une carrière internationale. Et, tout en parvenant à réussir aux Etats-Unis, elle ne néglige pas les pays francophones. Ainsi, en 1995, grâce à la complicité de Jean-Jacques Goldman qui lui réclame de la retenue et de la simplicité, elle enregistre un album qui va se vendre de manière extraordinaire. Il a pour titre « D’eux » et reprend des « tubes » comme « Pour que tu m’aimes encore », « Vole », « Je sais pas » ou « J’irai où tu iras ».

Quatre ans plus tard, au sommet de sa gloire, Céline Dion arrête tout pendant deux ans pour fonder une famille et s’occuper de son mari, René Angélil, atteint d’un cancer. En 2002, elle revient à la scène mais pour un spectacle qu’elle va proposer pendant cinq ans à Las Vegas avec l’aide du metteur en scène belge Franco Dragone, fondateur du « Cirque du Soleil ». Depuis, elle a poursuivi l’enregistrement d’albums originaux tant en français qu’en anglais. Fin 2012, elle explose à nouveau tous les scores de vente en France, en Belgique et en Suisse avec l’album « Sans plus attendre » dont les chansons phares sont « Parler à mon père » et « Le miracle ». Début 2015, Céline décide de se séparer de son entourage artistique présent depuis des années à ses côtés. Elle interrompt aussi momentanément sa carrière pour s’occuper de la santé de René, victime d’une récidive, et qui décède le 14 janvier 2016 à Las Vegas. En mai de la même année, la chanson « Encore un soir », écrite par Jean-Jacques Goldman et qui rend hommage à René Angélil, se classe no 1 des ventes en France. Le titre donne son nom à l’album qui sort en octobre et contient des chansons signées par Zaho, Grand Corps Malade, Francis Cabrel ou Vianney. Alors qu’elle planifie la sortie d’un nouvel album en anglais pour 2017, Céline Dion annonce une tournée européenne des stades pour l’été de cette même année: la Suède, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Suisse, l’Allemagne et la France sont au programme mais, sans explication sauf celle de deux dates prévues à Lille dans le Nord de la France, pas la Belgique.
.
**********
.

SOEUR SOURIRE – Photo (c) Jean Guyaux

30 mars 1985 : Décès de la chanteuse belge SOEUR SOURIRE, alias Jeanine Deckers, retrouvée morte le surlendemain, 1er avril, à son domicile. Née le 17 octobre 1933 à Bruxelles, elle passe une jeunesse plutôt calme dans la pâtisserie de ses parents entre une mère autoritaire et un père soumis. Elle veut devenir professeur de dessin mais ça ne marche pas et, finalement, elle entre dans les ordres. Elle choisit celui des Dominicaines en 1959 et elle devient sœur Luc-Gabriel au couvent de Fichermont près de Waterloo. Elle y écrit des chansons qui font le bonheur de quelques-unes des pensionnaires du couvent. Sa chanson « Dominique » arrive aux oreilles avisées d’un producteur qui estime que, au-delà de la mélodie très intéressante, le personnage de cette soeur chantante pourrait être porteur comme l’avait été, quelques années plus tôt, celui du Père Duval en France. Ses supérieures acceptent de lui faire enregistrer un disque qui peut devenir une source de revenus intéressante pour le couvent et l’ordre des Dominicaines. Mais, sur le contrat signé avec la firme de disques Philips, il est bien précisé que ni son nom ni son image ne peuvent apparaître sur les pochettes des vinyles. Le nom de « Soeur Sourire » est choisi et devient la propriété de l’éditeur des disques ainsi que du couvent. Ce sont les mêmes signataires du contrat qui empochent ainsi les droits d’auteurs et les royalties normalement dévolus à l’auteur-compositeur et interprète. Par un concours de circonstances extraordinaire, la chanson connaît un succès mondial en Europe, en Amérique, en Océanie et Afrique du Sud en 1963. Interprétée en français, « Dominique » est une des rares chansons francophones à se classer en tête des ventes de disques aux Etats-Unis en décembre 1963. Les Américains font une vedette de la nonne chantante qu’ils baptisent « The Singing Nun ». La chanteuse entreprend alors une tournée mondiale contre l’avis de sa hiérarchie qui ne désire toujours pas que l’on dévoile son visage. Le contrat est rompu et, après mûre réflexion mais à contre-coeur, Soeur Sourire quitte les ordres. A partir de 1967, libérée de toute contrainte contractuelle, elle décide de se lancer dans une nouvelle carrière de chanteuse sous le pseudonyme de Luc Dominique. Elle enregistre alors des chansons très engagées dans lesquelles elle s’en prend aux mères, aux hommes qu’elle juge violents et dominateurs, à l’Église catholique romaine et au conservatisme ainsi qu’à la pilule contraceptive qu’elle magnifie. Ses disques ne se vendent que très peu et elle gagne sa vie en donnant des cours de guitare et en travaillant avec les enfants autistes. En 1976, elle pense pouvoir faire un « come-back » aux Etats-Unis en profitant de sa notoriété passée mais il n’en est rien. En 1981, sur une idée du regretté Gilles Verlant, elle accepte de faire la promotion de la version remixée de son « tube »: « Dominique ». Mais cela ne marche à nouveau pas et Jeanine Deckers va de plus en plus s’isoler du monde extérieur pour vivre avec son amie Annie Pécher. Le fisc belge lui réclame alors l’argent qu’elle aurait dû logiquement toucher de ses ventes de « Dominique ». Mais le contrat entre le couvent et la firme de disques mentionné par Jeanine Deckers n’émeut pas les contrôleurs des impôts qui font mine de ne pas comprendre. Finalement, les soeurs dominicaines lui rendront la part d’argent qui lui revient mais il n’en sera rien de la part de la maison de disques. Les dettes et les intérêts de celles-ci se cumulent. Jeanine et sa compagne sombrent dans une sévère dépression où l’alcool et les médicaments constituent un cocktail très dangereux. Les deux femmes décident alors ensemble de mettre un terme à leur vie le 30 mars 1985. Leurs corps sont découverts deux jours plus tard. En mai 2009, le réalisateur belge Stijn Coninx a relaté au cinéma la vie de Soeur Sourire dont le rôle était tenu par la comédienne belge Cécile de France.
.
**********
.

Céline Dion en 2002

Céline Dion en 2002

30 mars 2002 : Soirée spéciale Céline Dion sur TF 1 à 20 h. 50. Un grand retour sur scène après 2 ans d’absence pour la chanteuse québécoise qui est entourée, le jour de ses 34 ans, par Jean-Jacques Goldman, Garou, Pascal Obispo, Gérald De Palmas, Yannick Noah, Natasha St-Pier, Lââm, Dany Brillant, Frédéric Lerner, Frank Sherbourne et France d’Amour.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,