GARCIN Ginette

Ginette Garcin

L’actrice et chanteuse française Ginette GARCIN naît le 4 janvier 1928 à Marseille. Elle passe son enfance au sein d’une vieille famille gérant l’établissement des bains populaires du Petit Pavillon. Elle y chante régulièrement alors qu’elle est encore enfant et, à l’âge de 14 ans, elle franchit un pas important en se faisant engager dans une opérette qui est présentée au Variété Casino de Marseille avec Reda Caire. Deux ans après la Libération, Ginette est à Paris où elle se fait remarquer par Jacques Hélian qui la fait débuter comme chanteuse dans son orchestre de variétés. Elle y forme un duo avec Jean Marco entre 1947 et 1951, date à laquelle elle quitte la formation musicale.
.

.
Elle travaille alors avec le compositeur Loulou Gasté et entame une carrière de comédienne à Rouen. Elle ne délaisse cependant pas la musique qui reste son activité principale puisqu’elle est l’une des premières interprètes à chanter Boby Lapointe et Jean Yanne dont elle enregistre plusieurs titres sur disque dans les années 1960.
.

.
Ce n’est qu’au cours de la décennie suivante que Ginette Garcin va se tourner vers le théâtre, le cinéma et la télévision pour y jouer des pièces, y tourner des films et participer à des séries et des téléfilms. En 1990, elle écrit une pièce de théâtre intitulée « Le clan des veuves » qui va connaître un énorme succès et où elle est en scène aux côtés de Jackie Sardou pendant quatre ans. En 1995 toutefois, grâce au musicien belge Jean-Pierre Sarot, elle enregistre un dernier album où elle est la chanteuse de l’International Big Band et où elle reprend les titres qui ont fait son succès avec Jacques Hélian à la fin des années 1940.
.

.
Deux ans plus tard, l’artiste est à l’affiche d’une comédie musicale écrite par Michel Legrand et Didier Van Cauwelaert sur la base d’une oeuvre de Marcel Aymé : « Le Passe-muraille ». Jusqu’à sa mort en 2010, Ginette Garcin va presque totalement se consacrer au théâtre et reprendre, sans Jackie Sardou entretemps disparue, « Le clan des veuves » en 2006 aux théâtre des Bouffes-Parisiens. Elle meurt à 82 ans des suites d’un cancer du sein le 10 juin 2010 dans un hôpital de Nanterre. Son corps est incinéré le 14 juin 2010 au crematorium du Mont Valérien à Paris.
.


.

.
.

 

.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

26 DECEMBRE

Régine en 1984 – Photo (c) A. Robert

26 décembre 1929 : Naissance, à Anderlecht en Belgique, de la chanteuse française REGINE, sous le vrai nom de Régina Zylberberg. D’origine juive polonaise, la famille Zylberberg est en provenance d’Argentine lorsqu’elle réside dans la banlieue de Bruxelles au moment où naît Régina. Le père y tient une boulangerie florissante qu’il va devoir abandonner après l’avoir perdue au poker. Il décide alors d’emmener tout le monde à Paris en 1932. Sauf la mère qui décide de repartir seule en Amérique du Sud. Du coup, Régina et son frère sont placés en pension et vivent cachés durant toute la seconde guerre mondiale. A la Libération, le père de Régina ouvre un café à Paris avant de lui demander de le gérer à sa place. Elle le fait un moment puis se marie et donne naissance à son fils unique Lionel. Elle découvre alors la musique américaine, le jazz, le be-bop et les boîtes de nuit lors d’un séjour à Juan-les-Pins. De retour à Paris, elle trouve un job de disc-jockey au « Whisky à Gogo » puis, en 1956, elle ouvre son propre établissement de nuit: « Chez Régine ». Elle y accueille du beau monde et le tout Paris des célébrités d’alors. Sur sa lancée, elle ouvre à Montparnasse le New Jimmy’s qui est, en 1961, à la clientèle mondaine ce que le Golf Drouot est aux jeunes: on y découvre le twist et toutes les danses qui font la tendance du jour. La même année, durant le festival de Cannes, elle met sur pied dans la cité balnéaire un club « Chez Régine » aussi éphémère que fréquenté par les stars. Ces activités l’amènent forcément à rencontrer des artistes et, parmi eux, la chanteuse Renée Lebas qui estime qu’elle devrait prendre des cours de chant. Régine trouve l’idée séduisante et décide de se lancer dans la chanson en demandant à des auteurs très connus de lui écrire des textes: Aznavour, Salvador et Gainsbourg entre autres. Ses premiers disques ont pour titres « Nounours » (1965), « Les p’tits papiers » (1965), « La grande Zoa » (1966) ou « Rue des rosiers » (1966).

En 1967, elle reçoit le Prix de l’Académie Charles-Cros. La chanteuse se produit alors sur les scènes du monde entier et poursuit aussi l’installation de nombreux bars nocturnes aux quatre coins de la planète. En 1969, elle connaît le succès avec « Patchouli Chinchilla » et « Azzuro », une mélodie signée Paolo Conte. A Paris, elle se produit à Bobino, à l’Olympia, aux Folies Bergère et au théâtre de la Porte Saint-Martin où elle joue un rôle, en 1970, dans la comédie musicale de Jacques Lanzmann « La neige en été ». La même année, elle est présente sur toutes les radios françaises avec « Le temps du borsalino ». Au début des années 1970, elle enchaîne encore les tubes comme « J’ai toujours porté bonheur aux hommes » (1973), « La bonne adresse pour chien perdu » (1974) et « A l’improviso » (1975). Surfant sur la vague des différentes modes, Régine poursuit alors sa carrière de chanteuse en intégrant à son répertoire des mélodies disco comme « Tic tac toe » (de Serge Gainsbourg en 1978), « Je survivrai » (adaptation de « I will survive » de Gloria Gaynor en 1979) ou « Tu m’oublieras » (chanson de 1980 qui lancera bien plus tard la carrière éphémère de Larusso). Durant la décennie suivante, Régine va se lancer dans des chansons aussi étonnantes que « Super super Dupont » ou plus autobiographiques comme « Reine de la nuit » (1983). En 1984, elle fonde l’association « SOS Drogue International ». Quatre ans plus tard, la chanteuse achète le restaurant « Ledoyen » à Paris puis elle crée des lignes de vêtements et lance des parfums: « Régine », « Jimmy’z pour homme » ou « Zoa » par exemple. Au tout début des années 1990, elle prend la direction du « Cheval Blanc Régine’s Hôtel » à Nîmes où le tout-Paris des célébrités défile lors de la Feria. L’aventure s’achève par un flop retentissant et la vente aux enchères de tout le matériel en 1993. Un an auparavant, Régine a repris le club mythique parisien « Le Palace ». En 1996, elle publie ses mémoires sous l’intitulé « Appelez-moi par mon prénom ». En 2004, elle se sépare de tous ses clubs. Deux ans plus tard, un nouveau livre est édité: « Moi, mes histoires ». En mars 2009, l’artiste satisfait avant tout le monde à la mode des duos et enregistre l’album « Regine’s duets » où elle partage ses grands succès avec Jane Birkin, Paolo Conte (pour « Azzuro », juste retour des choses), Maurane, Bernard Lavilliers, Didier Wampas, Juliette, Arthur H., Cali ou La Grande Sophie entre autres. Le 4 février 2012, elle organise à Paris la vente de centaines d’objets, bijoux, chaussures, sacs, robes et manteaux de sa collection personnelle. Les 41.000 Euros récoltés le sont au bénéfice d’une autre association fondée par Régine: « SOS Habitat et Soins ». En 2016, Régine revient sur les planches des Folies-Bergère à Paris pour marquer le début d’une tournée de concerts intitulée « La Grande Zoa ». A la fin de l’année 2019, la société Marianne Mélodie commercialise l’intégrale de tous les enregistrements de la chanteuse. Intitulé « Régine : de la p’tite poule à la Grande Zoa », le coffret comprend 10 disques compacts qui contiennent les enregistrements originaux de toutes ses chansons, des inédits, des concerts et des versions étrangères de ses grands succès.
.
**********
.

Jean Ferrat dans les années 1970 – Photo (c) Alain Marouani

26 décembre 1930 : Naissance, à Vaucresson, de l’auteur, compositeur et interprète français Jean FERRAT sous l’identité réelle de Jean Tenenbaum. Pour en savoir plus sur sa vie et connaître sa biographie, veuillez CLIQUER ICI.
.
.
.
.
**********
.
.
.
.

26 décembre 1958 : Naissance de l’auteur-compositeur-interprète français Vincent MALONE sous le vrai nom de Vincent Barrès. Dès sa plus tendre enfance, il est confronté au choix de l’apprentissage d’un instrument de musique et il préfère la trompette et la flûte au piano. Puis, après des études quelque peu écourtées, il se tourne vers la guitare et devient professeur de musique à Toulouse. A 18 ans, il « monte » à Paris et y forme le big band V.O. avant de composer des musiques pour le Théâtre de Créteil et d’arranger des thèmes musicaux pour des téléfilms en 1977. Un an plus tard, il lui est demandé de réaliser le premier disque d’une jeune chanteuse qui ne connaît pas le succès espéré. Parallèlement à ces activités, il est pianiste de bar au « Port du Salut » pendant un an. Ses rencontres artistiques l’amènent à enregistrer lui-même un disque 45 tours (« Hélène » en 1979) puis un deuxième qui connaît un certain succès avec le titre « Margareth » (en 1982). Cette légère popularité le conduit sur le plateau de l’émission télévisée « Champs-Elysées » de Michel Drucker. Mais cette carrière frémissante de chanteur soliste est menée de front avec l’aventure musicale du groupe « Odeurs » qui enregistre notamment « Le cri du kangourou » en 1983. En tant que musicien Vincent (Malone) Barrès participe alors à de nombreux enregistrements de disques dont certains, comme percussionniste, avec Renaud. Le producteur Claude Pascal continue à s’intéresser à lui en tant que chanteur et il lui propose d’enregistrer un album qui ne récolte pas un grand succès. Mais certaines de ses chansons permettent alors à l’artiste de se produire sur scène aux côtés d’autres débutants comme Patrick Bruel ou Marc Lavoine. A ce moment, il lui est proposé de composer la musique d’une pub pour la petite voiture citadine Austin Métro : « Elle est belle c’est un style, la Métro ». Il vient de mettre les pieds dans le domaine de la publicité pour une dizaine d’années aux côtés d’autres compositeurs comme Richard Gotainer. Fin des années 1980, il se décide à enregistrer un album thématique intitulé « Vincent Malone, le roi du merengue ». Alors père de trois enfants, il commercialise un deuxième tome : « Vincent Malone, le roi des papas » qui reçoit le Prix de la chanson pour enfants décerné par la SACEM (Société des Auteurs Compositeurs et Editeurs de Musique français). Il n’ira pas plus loin dans le développement thématique et devra réaliser plusieurs volumes du « roi des papas » tant le succès est grand auprès du jeune public et des parents. La saga « Le roi des papas » va se développer à partir de 1992 et se décliner en une dizaine d’albums enregistrés en 20 ans. Vincent Malone propose alors des spectacles très colorés et interactifs qui ont déjà, notamment, fait le bonheur des jeunes spectateurs des Francofolies Juniors de Spa en Belgique. Son aventure auprès des enfants se poursuit alors avec l’écriture de nombreux livres adaptés à ce public qui apprécie fortement cette littérature particulière.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

2 AOUT

Félix Leclerc – Photo (c) Martin Leclerc

2 août 1914 : Naissance, à La Tuque, de l’auteur-compositeur-interprète québécois Félix LECLERC. Pour en savoir plus sur sa vie et sa biographie, veuillez CLIQUER ICI.

.
.
.
**********
.
.
.

Will TURA

2 août 1940 : Naissance, à Furnes (Veurne), du chanteur belge néerlandophone Will TURA, de son vrai nom Arthur Blanckaert. Très célèbre dans les Flandres où il est une véritable idole, cet artiste a connu de nombreux « tubes » en néerlandais comme le fameux « Eenzaam zonder jou » (1962) dont la version française écrite par Franck Gérald fut un des premiers grands succès du chanteur belge francophone Robert Cogoi sous le titre « Je m’sens très seul » en 1963. Cette chanson « Eenzaam zonder jou » est reprise telle quelle en 2013, dans sa version flamande et sous forme de gag, dans son show par l’imitateur français Michaël Grégorio lorsqu’il se produit en Belgique francophone. Sans doute intrigué par le succès de Robert Cogoi avec sa version française, Will Tura va tenter à plusieurs reprises d’enregistrer des chansons en français. Mais celles-ci n’auront qu’un succès très limité malgré toute la bonne volonté de Franck Gérald pour écrire de bons textes. En 1964, il y aura un 45 tours avec « Téléphone à 32 20 03 » et « Pourquoi dis-tu toujours mañana? ».

Puis, en 1966, la star flamande enregistre quatre titres dont « Rose des neiges » et « Le cheval de bois ». Déçu sans doute par ces différentes expériences, Will Tura n’interprète plus de chansons en français avant 1975 (« Mon amour à moi ») et 1979 où une mélodie reggae, « Dans ma caravane », retient quand même l’attention de quelques programmateurs de radio belges francophones.
.
**********
.

Muriel Robin avec les ENFOIRES en 1992

2 août 1955 : Naissance, à Montbrison, de l’humoriste française Muriel ROBIN. Fille de commerçants spécialisés dans la chaussure, Muriel passe une enfance qui n’est pas marquée par une scolarité brillante. Très tôt, elle aime faire rire et a le sens de la fête. Après des études un peu difficiles, elle se lance ainsi dans la vente de souliers dans l’une des boutiques familiales. A 22 ans, elle monte à Paris pour s’inscrire au cours Florent et se spécialiser dans l’art dramatique. Elle s’inscrit aussi au Conservatoire de Paris et en sort lauréate en 1980. Au fil des rencontres, elle essaie de faire du cinéma mais, finalement, c’est dans le registre de l’humour qu’elle va se faire remarquer à la télévision au Petit Théâtre de Bouvard. Plus tard, c’est dans l’émission « La classe » qu’elle devient populaire auprès du grand public. Depuis, sa carrière s’est enrichie de « one woman show » de qualité, de séries télévisées, de téléfilms et, finalement, de longs métrages au cinéma. Chanteuse à l’occasion, Muriel Robin a participé, chaque année entre 1992 et 2007, aux concerts des Enfoirés donnés pour les Restos du Cœur créés par Coluche et dont elle a été la marraine jusqu’en 2007. En 1998, à l’occasion d’une émission télévisée française célébrant les 20 ans du spectacle musical de Michel Berger et Luc Plamondon, « Starmania », elle interprète « La complainte de la serveuse automate » en duo avec Maurane.

En 2005, elle écrit le texte d’une chanson enregistrée par Johnny Hallyday sur l’album « Ma vérité » : « Elle s’en moque ».
.
**********
.
2 août 2014 : Troisième édition, en Belgique, du Ronquières Festival qui accueille les artistes francophones Julien DORE, BEN l’ONCLE SOUL et SUAREZ. Parmi les invités prévus, Gaetan ROUSSEL a dû annuler sa prestation à cause d’une blessure au pied. Le reste de l’affiche est composé d’artistes aux répertoires anglophones comme My Little Cheap Dictaphone, Puggy, Hooverphonic et James Blunt.

.
.
.

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

10 JUIN

PATACHOU en 1965

10 juin 1918 : Naissance, à Paris, sous le nom de Henriette Ragon, de la chanteuse et actrice française PATACHOU. Elle passe son enfance dans sa ville natale puis effectue divers boulots avant de reprendre un cabaret de Montmartre auquel elle donne le nom de Patachou. Particularité anecdotique de l’endroit: les hommes qui s’y présentent cravatés voient la patronne leur couper la cravate avec des ciseaux. La jeune femme profite de l’endroit pour y pousser la chansonnette et, très vite, les journalistes la rebaptisent Patachou. Elle accueille aussi des jeunes artistes dans son cabaret comme un certain Georges Brassens dont elle va interpréter des chansons comme « Le bricoleur » ou « La chasse aux papillons ». Elle enregistre même un duo avec lui: « Maman, papa ». Le succès de ses disques oblige rapidement Patachou à fouler d’autres planches que celles de son cabaret. Elle tourne en France, dans les pays francophones et puis dans le monde entier: à Londres, Stockholm, New York, Montréal, Tokyo et Hong Kong. Parallèlement à ses activités de chanteuse, Patachou oriente aussi sa carrière avec succès vers le cinéma et la télévision. Parmi les grands succès chantés par Patachou, on retiendra « La Complainte de la butte » (créée par Cora Vaucaire), « Bal chez Temporel » (de Guy Béart), « Jolie môme » (de Léo Ferré), « La bague à Jules », « Rue Saint Vincent », « Tire l’aiguille » et « À Saint-Lazare ».

Patachou était la mère de l’auteur, compositeur et interprète Pierre Billon qui a connu le succès dans les années 1970 (« La Creuse ») et qui a, notamment, écrit de nombreuses chansons pour Johnny Hallyday et Michel Sardou. Elle meurt le 30 avril 2015 à son domicile de Neuilly-sur-Seine, à l’âge de 96 ans. Elle est inhumée le 7 mai 2015 au cimetière parisien du Père-Lachaise.
.
**********
.

10 juin 1942 : Naissance à Saïgon, en Indochine, de la chanteuse et actrice française Chantal GOYA sous le vrai nom de Chantal de Guerre. Elle passe son enfance à Remiremont dans les Vosges mais c’est à Paris qu’elle suit ses études secondaires avant de passer son bac dans un lycée français de Londres. De retour en France, elle se fait quelques amis comédiens et parvient à être engagée comme figurante en 1963 dans le film « Charade » de Stanley Donen. Cette année-là, elle épouse l’auteur-compositeur-interprète Jean-Jacques Debout qu’elle a rencontré quelques mois plus tôt. A l’époque, elle fait du mannequinat pour le magazine « Mademoiselle Age Tendre » que le créateur de « Salut les Copains », Daniel Fillipacchi, vient de lancer. De cette occupation à la chanson, il n’y a qu’un pas que Chantal va allègrement franchir avec l’aide de son mari. Elle enregistre un 45 tours totalement dans la lignée de l’époque yé-yé: « C’est bien Bernard le plus veinard » et « Une écharpe une rose ».

D’autres disques sortent encore dans les mois qui suivent puis Chantal est à nouveau appelée par le cinéma. Elle tient son premier véritable rôle dans « Masculin féminin » de Jean-Luc Godard en 1966. Ensuite, l’épouse de Jean-Jacques Debout va pouponner pendant quelques années et un peu oublier sa vie artistique propre. Jusqu’en 1972 lorsque le chanteur Guy Mardel lui propose d’enregistrer un duo qui va être un succès: « Prends une rose ». En 1975, elle participe amicalement à une émission de variétés réalisée par Maritie et Gilbert Carpentier. Ces derniers lui demandent de créer une chanson originale pour les besoins du show: Jean-Jacques Debout et Roger Dumas lui proposent « Adieu les jolis foulards ». La mélodie est plaisante et les réactions des téléspectateurs sont immédiates. Le lendemain, les disquaires sont pris d’assaut mais ils ne peuvent de suite assumer la demande car le disque n’est pas encore pressé. Dans les semaines qui suivent, la chanson se classe en tête des hit parade de France et de Belgique. Amusé par cette aventure, le couple la poursuit en se tournant vers la chanson s’adressant au jeune public: un créneau jusque là peu exploité sauf par Henri Dès ou, plus épisodiquement, par d’autres comme Anne Sylvestre. C’est ainsi que le personnage de Marie-Rose va être inventé. De nombreux spectacles sont alors mis en scène avec pour décor, notamment, une forêt magique ou un soulier qui vole. Mais, en 1985, au terme d’une émission de télé française présentée par Patrick Sabatier et intitulée « Le jeu de la vérité », le comportement de la chanteuse lui est reproché et son public se rétrécit comme une peau de chagrin. Ses disques ne se vendent plus, la médiatisation se raréfie et les spectacles ne sont plus aussi prestigieux. Chantal Goya s’accroche alors et poursuit sa carrière sans faille. En 2000, elle accepte de se produire dans une discothèque parisienne branchée. L’accueil est sensationnel et de nombreuses boîtes de nuit de province réclament l’artiste à l’invitation, notamment, de la communauté gay qui l’apprécie fortement. A sa grande surprise, Chantal Goya se découvre un nouveau public qui, souvent, se révèle être celui qui remplissait les salles de spectacles vingt ans plus tôt. C’est à ce moment aussi que le réalisateur français Gabriel Aghion lui propose de jouer son propre rôle dans le film « Absolument fabuleux ». Extrait de la bande originale du film, « Becassine is my cousine » est un succès des ventes. Remise en selle par cette nouvelle popularité, Chantal Goya reprend le chemin des studios d’enregistrement et des salles de concerts. Elle fête ses 30 ans de scène en 2009. Et, depuis, elle tourne régulièrement sur toutes les scènes francophones. Elle y interprète les grands succès de Marie-Rose: « Voulez-vous danser grand-mère », « Un lapin », « La poupée », « Bécassine », « C’est Guignol », « Monsieur le Chat Botté », « Mon Pinocchio », « Pandi-Panda », etc. En 2013, pour le plus grand plaisir de ses admirateurs, Chantal Goya leur permet d’acheter, à un prix très raisonnable, l’intégrale de ses chansons: soit 285 titres repris sur 21 CD. En 2015, elle revient avec un nouvel album relatant « Les Aventures fantastiques de Marie-Rose » qu’elle décline en un spectacle présenté au Théâtre de Paris d’octobre 2015 à janvier 2016.
.
**********
.

10 juin 2008 : Déjà atteint du cancer du poumon qui aura raison de lui le 14 mars 2009, Alain BASHUNG entame une série de concerts à l’Olympia de Paris.

 

.
**********
.

Ginette Garcin dans les années 1960

10 juin 2010 : Décès, à Nanterre, de l’actrice et chanteuse française Ginette GARCIN à l’âge de 82 ans. Ginette naît le 4 janvier 1928 à Marseille au sein d’une vieille famille gérant l’établissement des bains populaires du Petit Pavillon. Elle y chante régulièrement alors qu’elle est encore enfant et, à l’âge de 14 ans, elle franchit un pas important en se faisant engager dans une opérette qui est présentée au Variété Casino de Marseille avec Reda Caire. Deux ans après la Libération, Ginette est à Paris où elle se fait remarquer par Jacques Hélian qui la fait débuter comme chanteuse dans son orchestre de variétés. Elle y forme un duo avec Jean Marco entre 1947 et 1951, date à laquelle elle quitte la formation musicale. Elle travaille alors avec le compositeur Loulou Gasté et entame une carrière de comédienne à Rouen. Elle ne délaisse cependant pas la musique qui reste son activité principale puisqu’elle est l’une des premières interprètes à chanter Boby Lapointe et Jean Yanne dont elle enregistre plusieurs titres sur disque dans les années 1960. Ce n’est qu’au cours de la décennie suivante que Ginette Garcin va se tourner vers le théâtre, le cinéma et la télévision pour y jouer des pièces, y tourner des films et participer à des séries et des téléfilms. En 1990, elle écrit une pièce de théâtre intitulée « Le clan des veuves » qui va connaître un énorme succès et où elle est en scène aux côtés de Jackie Sardou pendant quatre ans. En 1995 toutefois, grâce au musicien belge Jean-Pierre Sarot, elle enregistre un dernier album où elle est la chanteuse d’un big band et où elle reprend les titres qui ont fait son succès avec Jacques Hélian à la fin des années 1940. Deux ans plus tard, l’artiste est à l’affiche d’une comédie musicale écrite par Michel Legrand et Didier Van Cauwelaert sur la base d’une oeuvre de Marcel Aymé : « Le Passe-muraille ». Jusqu’à sa mort en 2010, Ginette Garcin va presque totalement se consacrer au théâtre et reprendre, sans Jackie Sardou entre-temps disparue, « Le clan des veuves » en 2006 aux théâtre des Bouffes-Parisiens. Elle meurt à 82 ans des suites d’un cancer du sein le 10 juin 2010 dans un hôpital de Nanterre. Son corps est incinéré le 14 juin 2010 au crematorium du Mont Valérien à Paris.


.

.
.

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,