Créatrice de la chanson « Africa », Rose LAURENS est décédée

Rose Laurens en 1985 – Photo (c) Erick Ifergan

La chanteuse française Rose Laurens est décédée ce lundi 30 avril 2018 à Paris des suites d’une longue maladie. Née le 4 mars 1953 à Paris, l’interprète, auteure et compositrice française était d’origine polonaise, son vrai nom étant Rose Podwojny. Alors qu’elle est toute petite, son grand-père, pianiste et violoniste, compose de la musique pour accompagner les films muets projetés dans un cinéma de Varsovie. Rose commence à chanter très jeune puisque, à huit ans déjà, elle gagne son premier concours. Vivant dans la capitale française, elle est souvent emmenée par ses parents à l’Olympia où elle découvre avec stupeur la voix de l’Américaine Dionne Warwick. Avec son baccalauréat en poche, elle apprend le russe, vend des vêtements mais reste passionnée avant tout par la musique et la chanson. De nombreuses aventures musicales vont alors émailler la vie de l’artiste. En 1972, elle est la chanteuse d’un groupe nommé « Sandrose » qui enregistre un seul et unique album de rock progressif. Sous un premier pseudonyme, celui de Rose Merryl, elle enregistre quelques 45 tours à la fin des années 1970 mais ces derniers restent confidentiels. Rose rencontre alors le compositeur Jean-Pierre Goussaud dont elle devient la compagne. Comme une sorte de pygmalion, le musicien va lui confectionner un répertoire sur mesure. Mais il faut encore attendre un peu pour voir le succès arriver. En 1980, en effet, Rose, qui a définitivement opté pour le pseudonyme Laurens, interprète le rôle de Fantine dans « Les Misérables » de Victor Hugo, la tragédie musicale composée par Claude-Michel Schönberg et mise en scène par Robert Hossein. Du coup, son agenda est bloqué pendant un an et son premier album, « Déraisonnable », ne sort qu’en 1982 mais il comporte un énorme « tube » : « Africa ». Un an plus tard, avec le vibrato vocal particulier qui la caractérise, Rose Laurens enregistre un deuxième album qui se signale par les chansons « Vivre » et surtout « Mamy Yoko ». Pour son album sorti en 1986, Jean-Pierre Goussaud signe évidemment toutes les musiques mais les textes sont écrits par Francis Cabrel (« Quand tu pars »), Yves Simon, Sylvain Lebel, Marc Strawzynski et Yves Duteil. Rose Laurens écrit elle-même « La nuit ».

La même année, elle se produit plusieurs fois à l’Olympia de Paris. En 1987, elle apprend que son compagnon, Jean-Pierre Goussaud, souffre d’un cancer. Elle décide d’arrêter sa carrière. Trois ans vont passer avant que Rose ne revienne à la chanson avec le dernier album que Jean-Pierre Goussaud a décidé de lui composer avant de mourir. Complètement bouleversée, Rose Laurens prend du recul et n’enregistre un nouvel album qu’en 1996. Mais le succès n’est pas au rendez-vous. 20 ans après son expérience du spectacle musical « Les Misérables », elle obtient à nouveau un rôle dans la comédie musicale de François Valéry, « L’ombre d’un géant », consacrée à James Dean. En 2007 et 2008, elle rejoint la troupe des artistes qui font partie de la tournée « RFM Party 80 ». Avril 2015 marque le retour de Rose Laurens avec un nouvel album qu’elle écrit avec la collaboration de l’humoriste Pierre Palmade: A.D.N. Elle interprète une chanson de cet opus, « Si j’pars sur une île », dans quelques émissions de la télé française. Mais l’artiste est malade et sa santé ne va cesser d’empirer malgré un dernier rendez-vous avec le public honoré en 2016 au Cabaret Sauvage à Paris. Ironie du sort: la chanson « Africa » connaît une belle reprise actuellement grâce aux talents décalés et conjugués de Julien Doré et Dick Rivers qui l’interprètent en duo.
.
.
.

Tags: , , , , , , , ,

8 AOUT

Bernard Menez en 1988

8 août 1944 : Naissance, à Mailly-le-Château, du comédien et chanteur français Bernard MENEZ. Son père travaille aux PTT et il passe une enfance plutôt paisible auprès de sa mère qui s’occupe du foyer. En 1960, il obtient son baccalauréat et effectue ensuite son service militaire. Par la suite, il décroche un diplôme de professeur de sciences et mathématiques. Mais il se passionne de plus en plus pour le cinéma et la musique. De rencontres en rendez-vous, il se fait engager par François Truffaut pour jouer un rôle dans « La nuit américaine » en 1973. Il devient alors un des seconds rôles les plus en vue du cinéma français avant de devenir par la suite un acteur incontournable des comédies françaises. Peu à peu, le succès s’étiolant au cinéma, Bernard Menez s’intéresse à la chanson de style coquin, polisson et drôle. Après deux essais peu concluants en 1977, il récolte un très grand succès en 1984 avec le 45 tours « Jolie poupée » suivi de « Qu’est-ce qu’il a en haut ».

Ces « tubes » sont suivis d’autres enregistrements moins populaires jusqu’en 2000. Bernard Menez est administrateur de l’ADAMI, société française de répartition des droits des artistes et interprètes. En 2017, il publie une autobiographie qui a pour titre : « Et encore… je ne vous dis pas tout ».
.
**********
.

MARIE en 1972

MARIE en 1972

8 août 1949 : Naissance, à Nancy, de la chanteuse française MARIE sous le vrai nom de Marie-France Dufour. Elle commence à chanter au sein de groupes de bals dans sa région natale. Elle y interprète divers succès des années 1960 comme ceux d’Eddy Mitchell. Artiste jusqu’au bout des ongles, elle vit la fin des années 1960 dans une communauté hippie qu’elle abandonne dès ses premiers succès. Les premières traces discographiques de la chanteuse remontent à 1970 lorsqu’elle enregistre un 45 tours sous le nom de Marie Marie. Les deux chansons sont signées par Serge Koolenn qui s’apprête à fonder le groupe « Il était une fois »: « Dieu laisse-moi t’embrasser » et « Coucher d’amour ». L’artiste enregistre également sa première chanson sous le nom de Marie la même année: un duo avec Patrick Beauvarlet intitulé « Julien Juliette » et également écrit et composé par Serge Koolenn. En 1971, la carrière de l’interprète commence à décoller et elle reçoit le Prix d’interprétation au Festival de la Chanson Française de Spa (B) en chantant « Il ne faut jamais sourire d’un enfant ». La même année, elle est récompensée par la Rose d’or du festival d’Antibes pour la chanson « Soleil ». Suite à ces premières récompenses, Marie fait l’objet d’un portrait à la télévision française le 5 juin 1971 : « Une débutante à la télévision », à visionner ci-dessous.

Le succès discographique est au rendez-vous et les radios diffusent ensuite « Souviens-toi de moi ». En 1973, Marie représente Monaco au Concours Eurovision de la chanson avec « Un train qui part ». Elle se classe 9e sur 17 et son chef d’orchestre est Jean-Claude Vannier. En 1974, elle interprète « Rik Rak » dans l’émission de la télé française « Midi Première » de Danièle Gilbert où elle croise le groupe « Il était une fois » et l’un de ses musiciens, Lionel Gaillardin, dont elle tombe amoureuse. Elle l’épouse ensuite et ils auront un enfant ensemble. La même année, elle est présente dans les hit-parade avec le titre « L’otage », adaptation française de « The hostage » de Donna Summer. L’année suivante, c’est encore une adaptation qu’elle interprète et, cette fois, il s’agit de « SOS » qui garde le même titre que l’original interprété par le groupe Abba. Les enregistrements de Marie se raréfient à ce moment mais elle accompagne le plus souvent possible son mari dans le sillage du groupe « Il était une fois » et elle s’occupe de leur enfant. Lorsque la formation se dissout en 1979, elle songe sérieusement à reprendre sa carrière de chanteuse. Et, en 1980, elle obtient le rôle d’Éponine dans la première version de la comédie musicale « Les Misérables » d’Alain Boublil, Jean-Marc Natel et Claude-Michel Schönberg mise en scène par Robert Hossein au Palais des sports de Paris. Cette extraordinaire expérience scénique, aux côtés de Jean Vallée, Rose Laurens, Yvan Dautin, Maurice Barrier ou Fabienne Guyon, n’a pas de lendemain et il faut attendre 1988 pour retrouver la chanteuse sur un nouveau 45 tours avec « Bulles de chagrin », un titre enregistré sous le nom de Marie Marie qu’elle avait déjà utilisé pour son premier disque en 1970. Comme si la boucle de sa carrière était bouclée en revenant au pseudonyme de ses débuts, l’artiste décède le 18 octobre 1990, à Colombes, d’une leucémie foudroyante.
.
**********
.

Félix Leclerc – Photo (c) Martin Leclerc

8 août 1988 : Décès, à l’île d’Orléans, de l’auteur-compositeur-interprète québécois Félix LECLERC. Sixième d’une famille d’onze enfants, Félix Leclerc est né le 2 août 1914 à La Tuque. Il commence des études à l’Université d’Ottawa mais il est obligé de les interrompre en raison de la crise économique des années 1930. Il effectue alors divers petits boulots et il devient animateur de radio à Québec entre 1934 et 1937. Il développe ensuite des pièces dramatiques radiophoniques et y chante ses premières chansons. Il crée aussi une troupe de théâtre qui propose ses pièces en divers lieux du Québec. De passage à Montréal en 1950, le producteur et éditeur phonographique français Jacques Canetti est impressionné par sa chanson « Le train du Nord » et lui demande d’enregistrer une douzaine d’autres titres. Dans la foulée, il invite l’artiste à venir interpréter ces morceaux-là en France. Félix Leclerc s’exécute et se produit à l’ABC de Paris où il récolte un vif succès. Il reste en France jusqu’en 1953 et il signe un contrat de cinq ans avec la firme de disques Polydor. En 1951, il enregistre ainsi un premier album contenant notamment des succès comme « Moi mes souliers », « Bozo » et « Le petit bonheur ». De retour au Québec en 1953, il continue à donner des spectacles dans les cabarets montréalais et dans les boîtes à chansons du Québec. Il s’essaie aussi à la télévision canadienne où il présente des émissions culturelles. En 1958, Félix Leclerc remporte le grand prix de l’Académie Charles-Cros avec l’album « Félix et sa guitare ». Le 13 août 1974, sur les Plaines d’Abraham à Québec, il interprète une version historique de la chanson de Raymond Lévesque « Quand les hommes vivront d’amour » en trio avec Gilles Vigneault et Robert Charlebois. 100.000 spectateurs assistent à ce spectacle de la « Superfrancofête ». En 1976, il interprète « La complainte du phoque en Alaska », chanson de Michel Rivard du groupe québécois Beau Dommage. En 1977, Félix Leclerc est l’un des invités de la Fête de l’Humanité à Paris. On peut dire sans prendre de gros risques que l’artiste a été à l’origine de la popularité de la chanson québécoise sur le continent européen. Il fut aussi une voix puissante du nationalisme québécois qui adorait la langue française et qui désirait par dessus tout défendre la création artistique de qualité. Le 8 août 1988, à 8 heures, Félix Leclerc meurt dans sa maison de l’île d’Orléans près de Québec. C’est là que sont dispersées ses cendres mais une pierre tombale est toutefois érigée à sa mémoire dans le cimetière de Saint-Pierre-de-l’Île-d’Orléans.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

4 MARS

 

Rose Laurens en 1985 – Photo (c) Erick Ifergan

4 mars 1953 : Naissance, à Paris, de l’interprète, auteure et compositrice française Rose LAURENS. D’origine polonaise, son vrai nom est Rose Podwojny. Son grand-père, pianiste et violoniste, compose de la musique pour accompagner les films muets projetés dans un cinéma de Varsovie. Et la petite Rose commence à chanter très jeune puisque, à huit ans déjà, elle gagne son premier concours. Vivant dans la capitale française, elle est souvent emmenée par ses parents à l’Olympia où elle découvre avec stupeur la voix de l’Américaine Dionne Warwick. Avec son baccalauréat en poche, elle apprend le russe, vend des vêtements mais reste passionnée avant tout par la musique et la chanson. De nombreuses aventures musicales vont alors émailler la vie de l’artiste. En 1972, elle est la chanteuse d’un groupe nommé « Sandrose » qui enregistre un seul et unique album de rock progressif. Sous un premier pseudonyme, celui de Rose Merryl, elle enregistre quelques 45 tours à la fin des années 1970 mais ces derniers restent confidentiels. Rose rencontre alors le compositeur Jean-Pierre Goussaud dont elle devient la compagne. Comme une sorte de pygmalion, le musicien va lui confectionner un répertoire sur mesure. Mais il faut encore attendre un peu pour voir le succès arriver. En 1980, en effet, Rose, qui a définitivement opté pour le pseudonyme Laurens, interprète le rôle de Fantine dans « Les Misérables » de Victor Hugo, la tragédie musicale composée par Claude-Michel Schönberg et mise en scène par Robert Hossein. Du coup, son agenda est bloqué pendant un an et son premier album, « Déraisonnable », ne sort qu’en 1982 mais il comporte un énorme « tube » : « Africa ».

Un an plus tard, Rose Laurens enregistre un deuxième album qui se signale par les chansons « Vivre » et surtout « Mamy Yoko ». Pour son album sorti en 1986, Jean-Pierre Goussaud signe évidemment toutes les musiques mais les textes sont écrits par Francis Cabrel (« Quand tu pars »), Yves Simon, Sylvain Lebel, Marc Strawzynski et Yves Duteil. Rose Laurens écrit elle-même « La nuit ». La même année, elle se produit plusieurs fois à l’Olympia de Paris. En 1987, elle apprend que son compagnon, Jean-Pierre Goussaud, souffre d’un cancer. Elle décide d’arrêter sa carrière. Trois ans vont passer avant que Rose ne revienne à la chanson avec le dernier album que Jean-Pierre Goussaud a décidé de lui composer avant de mourir. Complètement bouleversée, Rose Laurens prend du recul et n’enregistre un nouvel album qu’en 1996. Mais le succès n’est pas au rendez-vous. 20 ans après son expérience du spectacle musical « Les Misérables », elle obtient à nouveau un rôle dans la comédie musicale de François Valéry, « L’ombre d’un géant », consacrée à James Dean. En 2007 et 2008, elle rejoint la troupe des artistes qui font partie de la tournée « RFM Party 80 ». Avril 2015 marque le retour de Rose Laurens avec un nouvel album qu’elle écrit avec la collaboration de l’humoriste Pierre Palmade: A.D.N. Elle interprète une chanson de cet opus, « Si j’pars sur une île », dans quelques émissions de la télé française. Mais l’artiste est malade et sa santé ne va cesser d’empirer malgré un dernier rendez-vous avec le public honoré en 2016 au Cabaret Sauvage à Paris. Elle décède dans la nuit du 29 au 30 avril 2018 à l’âge de 65 ans.
.
**********
.

Thierry Pastor en 1982

4 mars 1960 : Naissance, à Oran en Algérie, du chanteur français Thierry PASTOR. En 1981, il connaît un énorme « tube » en France et dans les pays francophones avec sa chanson « Le coup de folie » produite par l’humoriste Roland Magdane qui partage alors avec lui le goût pour la moustache. Un grave accident de voiture va briser sa carrière naissante en 1983. Mais, après des mois de rééducation, en 1985, il cartonne à nouveau dans les charts avec « Sur des musiques noires ». Malgré la sortie régulière de disques « singles » jusqu’en 1996, la suite de sa carrière est moins florissante. Et, comme beaucoup d’autres artistes de la même génération, Thierry Pastor participe de temps à autre à des évocations scéniques des années 1980. Il possède aussi un studio d’enregistrement où il permet à de jeunes chanteurs de réaliser des maquettes.

.
**********
.

Claude Nougaro en 1964 – Photo (c) Suzy Souchon

4 mars 2004 : Décès, à Paris, de l’auteur-compositeur et interprète français Claude NOUGARO. Né à Toulouse le 9 septembre 1929 d’un père chanteur d’opéra et d’une mère prof de piano, c’est par ses grands-parents paternels qu’il est d’abord élevé. Ces derniers sont également chanteurs dans une chorale. Il est donc inutile de préciser que le petit Claude est bercé, dès son plus jeune âge, par la musique et la chanson. Après ses études secondaires, il effectue son service militaire au Maroc en 1949. Et, à son retour, il emménage à Paris où il décide de faire du journalisme. Parallèlement à cette activité, il commence à écrire des chansons qui séduisent Marcel Amont ou Philippe Clay qui les interprètent. Il se lie aussi d’amitié avec Georges Brassens. A partir de 1959, il franchit un pas supplémentaire et interprète ses chansons au « Lapin agile » à Montmartre. Dans le même temps, il sort un premier 33-tours qu’il écrit et enregistre avec un copain nommé Michel Legrand. Le succès n’est pas encore au rendez-vous malgré une chanson comme « Il y avait une ville » qui connaîtra la popularité quelques années plus tard. Alors que le rock and roll fait son apparition en France grâce à Boris Vian et Henri Salvador dont Nougaro est proche, le chanteur va se différencier en introduisant des rythmes jusque là inédits dans la chanson francophone. Il est ainsi beaucoup influencé par le jazz et le blues. Et ses premiers succès vont éclore en 1962 avec des thèmes novateurs comme « Le jazz et la java », « Le cinéma » ou « Une petite fille ». Malgré un grave accident de voiture qui l’immobilise un bon moment en 1963, Claude Nougaro continue à enregistrer des chansons qui ont les faveurs du public et des radios: « Cécile ma fille » (1963), « Chanson pour Marilyn » (1963), « Il y avait une ville » (version 1964), ou « Je suis sous » (1964). Il part ensuite quelque temps au Brésil et en revient avec d’autres influences musicales qui se traduisent notamment en chanson par « Bidonville » (1965). Son ami le poète Jacques Audiberti s’éteint en 1965 et il lui rend hommage avec la « Chanson pour le maçon ». Cette année-là est aussi celle de succès qui ont pour titre « Armstrong » ou « Sing Sing song ». L’an suivant est parsemé d’autres thèmes connus comme « A bout de souffle » (sur le Blu Rondo à la turc de Mozart), « L’amour sorcier » ou « Les mains d’une femme dans la farine ». En 1967, Claude Nougaro écrit et interprète un véritable chef-d’oeuvre, hymne à sa ville natale: « Toulouse ». Un an plus tard, marqué, comme plein d’autres artistes, par les événements de mai 1968, il interprète « Paris Mai » qui est interdit d’antenne en France. Mais d’autres de ses chansons sont diffusées cette année-là: « La pluie fait des claquettes » ou « Quatre boules de cuir ». Les succès se raréfient au début des années 1970 si l’on excepte « Dansez sur moi » en 1973. Du coup, il change de maison de disques en 1975 et débarque chez Barclay avec un album qui renoue avec le succès et des titres comme « Brésilien » (1975), « Ile de Ré » (1976), « Nobody knows » (1978), « Tu verras » (1978), « Le coq et la pendule » (1980), « Rimes » (1981), et « Ami chemin » (1983). Mais, à nouveau, au fil du temps, ses chemins s’éloignent de ceux des grands vendeurs de disques et, en 1985, les responsables de Barclay lui rendent son contrat. Nougaro est alors conscient du fait que son inspiration s’égare et n’est peut-être plus au « goût du jour ». Avide de nouvelles expériences musicales, il vend sa maison de Montmartre et part vivre à New York pour y rencontrer des musiciens. Et celui avec qui il décide finalement de travailler est un Français installé et reconnu là-bas: Philippe Saisse. Ce dernier oriente Nougaro vers des nouvelles sonorités qui mélangent le jazz, le funk, le rock et l’électro (qui ne s’appelle pas encore comme ça). Le cocktail est détonnant et est enfermé dans un disque compact qui est le premier commercialisé à ses frais par Nougaro. Le nom de l’opus est tout un programme, « Nougayork », et il sort en 1987. Le succès de l’album est énorme. Au point d’être récompensé en 1988 par les Victoires de la musique du meilleur album et du meilleur artiste. Entre 1993 et 1997, l’artiste sort trois albums dont les succès sont moindres mais importants comme « Vie violence » (1993). En 1995, Claude Nougaro doit être opéré du coeur. Mais cela ne l’empêche pas de continuer à se produire sur scène. En 2002, il présente d’ailleurs un spectacle étonnant où il récite les textes de ses chansons seul sur les planches: « Les fables de ma fontaine ». En 2003, alors qu’il prépare un nouvel album de chansons jazz sous le titre « La note bleue », sa santé se dégrade rapidement à la suite d’un cancer du pancréas. Le 4 mars 2004, il décède et ses cendres sont dispersées dans la Garonne au coeur de sa ville natale de Toulouse. Le mixage du disque entamé est achevé et l’album sort finalement à titre posthume le 30 novembre 2004.
.
**********
.

Stromae en 2011

4 mars 2011 : Pour la première fois, STROMAE est en concert à l’Ancienne Belgique de Bruxelles (B). C’est la consécration pour le Belge Paul Van Haver, alias Stromae, qui a été révélé en 2010 par le « tube » « Alors on danse ».
.
**********
.

Jérôme Savary dans les années 2000

4 mars 2013 : Décès, à Levallois-Perret (F), de Jérôme SAVARY des suites d’un cancer à l’âge de 70 ans. Metteur en scène et directeur de théâtre français, Jérôme Savary était né le 27 juin 1942 à Buenos Aires en Argentine. Son père, français et juif ayant fui en 1939, était écrivain. Sa mère, juive d’origine allemande et américaine de la haute société, était la fille de Frank Higgins, Gouverneur de l’État de New York de 1905 à 1907. Élève au Collège Cévenol, Jérôme Savary se rend très jeune à Paris où il apprend la musique et fait des études aux Arts Déco. À 19 ans, il part pour New York où il découvre les jazzmen qu’il fréquente: Count Basie et Thelonious Monk entre autres. En 1962, il retourne en Argentine et travaille à Buenos Aires comme illustrateur et dessinateur. De retour à Paris trois ans plus tard, il crée la « Compagnie Jérôme Savary ». En mai 68, il collabore au journal « Action ». Passionné de théâtre et de musique, il n’a de cesse de mettre en scène des spectacles où les deux genres sont étroitement liés. Son humour très particulier et son amour pour les scènes légères et les jolies dames feront de la plupart de ses mises en scène de grands moments souvent festifs. De 1982 à 1986, il dirige le Centre Dramatique National du Languedoc-Roussillon baptisé Nouveau Théâtre Populaire de la Méditerranée à Montpellier. Ensuite, pendant deux ans, Jérôme Savary dirige le Centre Dramatique de Lyon. Puis, de retour à Paris, il prend la direction du Théâtre National de Chaillot de 1988 à 2000. De 2000 à 2007, il est aux commandes de l’Opéra-Comique. Enfin, de 2007 à son décès, il dirige sa propre structure de création théâtrale: « La Boîte à Rêves » à Béziers. Parmi les spectacles de musique et de chanson qu’il a mis en scène, nous retiendrons en particulier: « Cabaret » avec Ute Lemper en 1987, « La Légende de Jimmy » de Michel Berger et Luc Plamondon en 1990, « Y’a d’la joie !… et d’l’amour sur des musiques de Charles Trenet » en 1997, « Irma la douce » en 2000, « Mistinguett » en 2001, « A la recherche de Josephine (Baker) » en 2006, « Une trompinette au paradis » d’après des textes de Boris Vian en 2008.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,