BELLEMARE Pierre

Album 2011

L’homme de télévision et de radio ainsi qu’écrivain et interprète français Pierre BELLEMARE naît le 21 octobre 1929 à Boulogne-Billancourt. Son père est passionné des livres d’art qu’il vend et son beau-frère est le célèbre musicologue Pierre Hiégel qui lui fait connaître l’univers de la radio dès 1948. Il y découvre une passion et y effectue diverses tâches avant de devenir animateur sur les radios périphériques parisiennes Radio Luxembourg puis Europe 1. A partir de 1955, il est sollicité pour animer et présenter des émissions de télévision et c’est le début d’une longue carrière audiovisuelle avec des divertissements célèbres comme « La tête et les jambes » par exemple. Il aime aussi raconter des histoires tant à la radio qu’à la télévision: il s’agit souvent de récits extraordinaires qui font partie de séries comme « C’est arrivé un jour », « Histoires vraies », etc. En 1982, il fait une première incursion dans la chanson en enregistrant un 45 tours à l’initiative d’un producteur belge. Il s’agit d’un texte écrit par Jacques Lanzmann et intitulé « Le Père » que Pierre Bellemare récite sur une musique du guitariste belge Guy Lukowski. Le succès de ce disque reste assez confidentiel.

En 1987, il crée la première émission française de Télé-Achat sur TF1 et il fonde assez vite une maison de production pour ce genre de programmes qu’il va fournir un peu partout en Europe. Le 7 novembre 2011, il réalise un vieux rêve en enregistrant un premier album avec des reprises de titres célèbres qu’il nomme « Les chansons de ma mémoire ». Parmi les morceaux qui s’y trouvent, il y a « Coin de rue » de Charles Trenet, « Soirées de prince » de Jean-Claude Pascal, « C’était bien » de Bourvil ou encore « Un seul couvert please James » de Jean Sablon. C’est le fils de Gilbert Bécaud, Gaya, qui réalise l’album. Mais, cette année-là, il est aussi victime d’un accident vasculaire cérébral. Pierre Bellemare s’éteint chez lui, à Suresnes, le 26 mai 2018. Ses funérailles ont lieu le 31 mai en l’église Saint-Roch à Paris. Ses cendres sont déposées dans la chapelle familiale au cimetière parisien du Père-Lachaise (5e division).

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

SOPHIE (Sophie HECQUET)

Sophie Hecquet en 1973 – Photo (c) Georges Giaufret

La chanteuse, aussi animatrice de radio et télévision, française Sophie HECQUET naît le 9 octobre 1944 à Dax sous le vrai prénom d’Arlette. Elle commence sa carrière artistique sous le pseudonyme de Jenny Hahn et accompagne Johnny Hallyday en tournée au début des années 1960. En 1962, elle tient le rôle de Zizi la twisteuse dans un scopitone tourné par Claude Lelouch. Un an plus tard, elle apparait, sous le nom de Sophie Hecquet cette fois, dans le film « Cherchez l’idole » réalisé par Michel Boisrond. Elle y tourne aux côtés de Mylène Demongeot, Franck Fernandel, Dany Saval, Pierre Bellemare, Harold Kay, Hector et les Médiators, Claude Piéplu, Les Frères Ennemis, Bruno Coquatrix, Johnny Hallyday, Frank Alamo, Charles Aznavour, Eddie et Sylvie Vartan, Nancy Holloway, Jean-Jacques Debout, Eddy Mitchell, les Chaussettes Noires, les Surfs, Pierre Doris et Christian Marin notamment. Comme la plupart des artistes apparaissant au générique, Sophie y joue son propre rôle de chanteuse. Car elle rejoint à ce moment le peloton des jeunes « yé-yés » dont les 45 tours se vendent plutôt bien. Sophie Hecquet interprète ainsi sous le seul prénom de Sophie quelques succès comme « Quand un air vous possède » (1963), « Tout ça pour le locomotion » (accompagnée par Eddie Vartan et son orchestre en 1963) ou « Reviens vite et oublie » (« Be my baby ») (1963).

Le dernier disque de l’époque « sixties » est commercialisé en 1965. C’est aussi en 1965 qu’elle interprète, dans l’émission télévisée française « La la la », la chanson « For me formidable » en duo avec Charles Aznavour. Le 12 avril 1966 à 16 heures, Sophie est présente au Studio Mac Mahon, situé rue des Acacias dans le 17e arrondissement de Paris. Elle fait partie des artistes posant pour la mythique photo de « Salut les Copains » réalisée par Jean-Marie Périer et qui réunit 46 idoles du début des années 1960. La chanteuse s’y trouve entre Monty et Noël Deschamps. Le cliché est publié en juin 1966 comme poster central du numéro spécial du magazine mensuel qui fête ainsi le quatrième anniversaire de sa parution. Puis, la chanteuse revient avec quelques 45 tours dans les années 1970 comme « Souvenirs » (1973) et « Je t’aime bien » (1974).

Mais ce qui reste probablement sa chanson la plus connue est celle avec laquelle elle représente Monaco au concours Eurovision de la Chanson en 1975 et qui lui permet de se classer treizième: « Une chanson c’est une lettre ».

C’est aussi la dernière trace discographique que l’on possède de Sophie Hecquet qui, par la suite, va devenir animatrice de radio et de télévision. Elle officie ainsi durant une quinzaine d’années sur RMC, Radio Monte-Carlo, aux côtés notamment de Jean-Pierre Foucault. Elle s’occupe aussi des programmes destinés aux jeunes. Puis, au début des années 1980, elle rejoint RTL Télévision et travaille pour le groupe essentiellement en Belgique dès la naissance de RTL-TVI en 1987. Entre septembre 1995 et juin 1996, elle y produit ainsi l’émission « Comme chez vous ». A la même époque et jusqu’en 1998, elle revient interpréter ses succès dans les émissions de Pascal Sevran à la télé française. Au début des années 2000, Sophie tente une reconversion difficile dans la restauration en ouvrant un restaurant à Uccle dans la banlieue bruxelloise: « La maison de Sophie ».

Puis, alors qu’elle pense s’installer durablement en République dominicaine, elle doit être rapatriée à Paris pour y subir l’opération d’un anévrisme aortique. Alors qu’elle est hospitalisée, Sophie Hecquet s’éteint à 04h30 du matin le dimanche 28 octobre 2012.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

21 OCTOBRE

Album 2011

21 octobre 1929 : Naissance, à Boulogne-Billancourt, de l’homme de télévision et de radio ainsi qu’écrivain et interprète français Pierre BELLEMARE. Pour en savoir plus sur sa vie et connaître sa biographie musicale, veuillez CLIQUER ICI.
.
.
.
.
**********
.
.
.
.

Juliette Gréco en 1954

21 octobre 1954 : Juliette GRECO fait ses débuts sur la scène de Bobino à Paris et livre un tour de chant de 50 minutes.
.
.
.
.
**********
.
.
.
.

Vincent Baguian en 2011 (c) Passion Chanson

21 octobre 1962 : Naissance, à Saint-Ouen, de l’auteur-compositeur-interprète français Vincent BAGUIAN sous le nom de Vincent Pambaguian. Né dans une famille d’origine arménienne avec des parents fonctionnaires, il arrête ses études pour devenir coursier dans une agence de publicité à l’âge de 18 ans. Il grimpe les échelons de la société qui l’emploie pour, au fil du temps, devenir concepteur-rédacteur. S’intéressant à la musique et, plus particulièrement, à la chanson, il essaie d’orienter son travail vers le milieu musical français et il travaille ainsi sur des maquettes pour des albums de Serge Gainsbourg notamment. Sa passion pour le travail d’auteur-compositeur l’amène à enregistrer ses chansons sur un album intitulé « Triste » et qui est commercialisé sans grand succès en 1991. Il s’inscrit aux Rencontres d’Astaffort en 1995 et le fondateur de ces formations à l’écriture, Francis Cabrel, tombe sous le charme de ses chansons. Il lui permet de réaliser un deuxième album que Cabrel produit sur son label « Chandelle ». L’opus a pour titre « Pas mal » et est bien promotionné par un titre qui passe tout l’été sur les ondes de Radio France : « Les vélos d’Amsterdam ». Le chanteur rencontre alors Zazie avec qui il se lie d’amitié. Il lui écrit quelques textes de chansons et elle lui demande d’assurer quelques premières parties de concerts. Ensemble, ils interprètent en duo le titre « Simple comme bonjour » qui se trouve sur l’album suivant de Vincent qui a pour titre « Mes chants ». L’opus est disponible en 2000 et il est bourré de mélodies astucieuses couplées à des textes poétiques et humoristiques où, comme dirait Charles Aznavour, les calembours sont mouillés d’acide. En 2003, la chanteuse invite Vincent Baguian sur la scène parisienne du Bataclan pour y chanter avec lui « Je ne t’aime pas », chanson interprétée seul par son auteur sur l’album « Mes chants ». Et, dans la foulée, ils écrivent ensemble le conte musical « Sol en Cirque » qui est enregistré par divers artistes et qui est vendu au profit de « Sol en Si », association de lutte contre le SIDA. L’auteur-compositeur est alors sollicité par d’autres artistes qui apprécient son boulot. C’est le cas de la comédienne Elisa Tovati qui lui demande d’écrire quelques textes pour l’album qu’elle enregistre en 2006 : « Je ne mâche pas les mots ». Puis, Vincent Baguian peaufine son troisième album qui se place dans la lignée du précédent et qui confirme ses talents d’écriture : en 2007 sort « Ce soir, c’est moi qui fais la fille ».

Il convainc les producteurs français de spectacles musicaux, Dove Attia et Albert Cohen, d’écrire les livrets de leurs projets. Il est ainsi l’auteur de toutes les chansons de la comédie musicale « Mozart, l’opéra rock » en 2009. Et l’expérience, concluante, se poursuit avec « 1789, les amants de la Bastille » en 2012, « Mistinguett, reine des années folles » avec Carmen Maria Vega en 2014 et « Le Rouge et le Noir » (avec d’autres auteurs dont Zazie) en 2016. Entretemps Vincent Baguian poursuit sa carrrière de chanteur en se produisant sur scène avec Hugo Renard. C’est le cas le 21 juillet 2011, au Salon Bleu, pendant les Francofolies de Spa.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

26 MAI

DRUCKER Michel Tapis Rouge 2001

Michel Drucker à la présentation de Tapis Rouge

26 mai 2001 : Le producteur et présentateur de télé français Michel DRUCKER propose son émission « Tapis Rouge » sur France 2 à 20h50. Ses invités ont pour nom Patrick BRUEL, Eddy MITCHELL, ASSIA, Sonia LACEN, Judith BERARD, Sofia MESTARI, Gérald DE PALMAS, CALOGERO, Félix GRAY, Frédéric LERNER et PIERPOLJAK.
.
********
.

Album 2011

26 mai 2018 : Décès, à Suresnes, de l’homme de télévision et de radio ainsi qu’écrivain et interprète français Pierre BELLEMARE. Né le 21 octobre 1929 à Boulogne-Billancourt. Son père est passionné des livres d’art qu’il vend et son beau-frère est le célèbre musicologue Pierre Hiégel qui lui fait connaître l’univers de la radio dès 1948. Il y découvre une passion et y effectue diverses tâches avant de devenir animateur sur les radios périphériques parisiennes Radio Luxembourg puis Europe 1. A partir de 1955, il est sollicité pour animer et présenter des émissions de télévision et c’est le début d’une longue carrière audiovisuelle avec des divertissements célèbres comme « La tête et les jambes » par exemple. Il aime aussi raconter des histoires tant à la radio qu’à la télévision: il s’agit souvent de récits extraordinaires qui font partie de séries comme « C’est arrivé un jour », « Histoires vraies », etc. En 1982, il fait une première incursion dans la chanson en enregistrant un 45 tours à l’initiative d’un producteur belge. Il s’agit d’un texte, écrit par Jacques Lanzmann, intitulé « Le Père » que Pierre Bellemare récite sur une musique du guitariste belge Guy Lukowski. Le succès de ce disque reste assez confidentiel.

En 1987, il crée la première émission française de Télé-Achat sur TF1 et il fonde assez vite une maison de production pour ce genre de programmes qu’il va fournir un peu partout en Europe. Le 7 novembre 2011, il réalise un vieux rêve en enregistrant un premier album avec des reprises de titres célèbres qu’il nomme « Les chansons de ma mémoire ». Parmi les morceaux qui s’y trouvent, il y a « Coin de rue » de Charles Trenet, « Soirées de prince » de Jean-Claude Pascal, « C’était bien » de Bourvil ou encore « Un seul couvert please James » de Jean Sablon. C’est le fils de Gilbert Bécaud, Gaya, qui réalise l’album. Toujours très actif, Pierre Bellemare s’éteint chez lui, à Suresnes, le 26 mai 2018.

 

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,