JOCELYNE

JOCELYNE en 1966

La chanteuse française JOCELYNE naît le 14 août 1951 à Tunis, en Tunisie, sous le vrai patronyme de Jocelyne Esther Journo. Très tôt intéressée par la musique, elle enregistre un premier disque en pleine période « yé-yé » alors qu’elle n’a que douze ans. Nous sommes en 1964 et le succès n’est pas immédiat malgré le sens du rythme certain de l’interprète. Jocelyne possède une voix très particulière qui rappelle celle de la chanteuse américaine Brenda Lee. Elle est d’ailleurs très vite baptisée « la Brenda Lee française » par les responsables de l’émission pour jeunes « Salut les Copains » sur la station de radio périphérique française Europe 1. Avec ces arguments-là, la chanteuse va faire de son deuxième disque un vrai succès commercial. Mais elle profite aussi de sa réputation puisqu’elle décide carrément d’enregistrer deux adaptations françaises de Brenda Lee: « Le dimanche et le jeudi » (« Lonely lonely lonely me ») et « J’ai changé de pays » (« Heart in hand »).

Elle commercialise un album 33-tours au début de l’année 1965. Après trois années de succès en France, Jocelyne décide de s’attaquer au marché canadien où elle connaît aussi une certaine popularité. Au point d’être un peu oubliée du public français lorsqu’elle revient en Europe en 1970. Elle enregistre alors deux 45-tours avant de trouver la mort dans un accident de moto le 25 juin 1972 à Brie-sur-Marne. Son corps repose au cimetière parisien de Pantin. Un disque posthume sort ensuite et il contient une version très originale de « My way » (« Comme d’habitude ») arrangée par Jean-Claude Vannier ainsi qu’une chanson intitulée « Qui la nuit » écrite par Alain Bashung et Michel Bernard.

Un double CD de compilation des principaux titres de Jocelyne est commercialisé dans la série « Salut les Copains » de Universal Music en 2015. Ce disque compact permet de se rendre compte que la chanteuse a ouvert, bien plus tard, la voie à d’autres artistes féminines francophones comme Axelle Red par exemple.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

28 OCTOBRE

Le 45 tours de 1981

28 octobre 1944 : Naissance, dans le 14e arrondissement de Paris, de l’humoriste, acteur et chanteur français COLUCHE, de son vrai nom Michel Colucci. Avec sa salopette blanche à lignes bleues (à moins que ce ne soit le contraire), Coluche impose, dès le début des années 1970, un nouveau style de one man show humoristique en France. Ses sketches sont la plupart du temps des caricatures de la société dans laquelle il vit, décrite avec ses torts et ses travers. En 1974, c’est en parodiant avec talent un jeu télévisé de Guy Lux, « Le Schmilblick », qu’il commence à devenir populaire. Parallèlement à ses activités d’humoriste, Coluche s’oriente aussi vers le cinéma en jouant dans des comédies comme « L’aile ou la cuisse » aux côtés de Louis de Funès et Annie Girardot mais aussi, plus tard, en 1984, en obtenant un César pour son rôle dramatique dans « Tchao Pantin ». Véritable trublion de la classe politique française, il va jusqu’à se porter candidat à la présidence de la république en 1981. En 1985, consterné par la paupérisation grandissante de la population, Coluche crée l’association « Les Restos du Cœur » qui est lancée par le premier disque des Enfoirés, la « Chanson des Restos » dont il assure l’introduction parlée. Cette année-là aussi, à l’initiative de son ami Renaud, il participe à l’enregistrement de la chanson « Ethiopie » interprétée par « Chanteurs sans frontières ». Coluche n’a jamais caché son admiration pour la chanson et les chanteurs. Et il a lui-même tâté de la musique à chaque fois qu’il en a eu l’occasion. Il a ainsi participé à quelques concerts donnés par le Grand Orchestre du Splendid. En 1981, il enregistre le 45 tours « J’tape un doigt ».

La même année, il compose pour Renaud la chanson « Soleil immonde ». Renaud écrira pour lui, à sa mémoire, la chanson « Putain de camion » en 1986. Coluche meurt le 19 juin 1986 à Opio (Alpes-Maritimes, France) dans un accident où sa moto est percutée par un poids lourd.
.
**********
.

En 2015

28 octobre 1961 : Naissance, à Dijon, de l’auteur, compositeur et interprète français Yves JAMAIT. Sa mère célibataire doit s’occuper seule de ses trois enfants. A peine sorti de l’enfance, Yves le Bourguignon est tenté par la cuisine et c’est cette voie qu’il choisit au lycée. A seize ans, il découvre la guitare et abandonne l’école pour travailler dans divers secteurs. Il est ainsi successivement cuisinier, manœuvre, animalier en laboratoire pharmaceutique et infographiste entre autres. En 1998, il songe à faire de la musique un moyen d’exister. Avec deux acolytes, il fonde un trio qui a pour nom « De Verre En Vers ». Le succès est intéressant mais pas assez convaincant pour les professionnels auxquels les musiciens s’adressent. Le groupe change alors de nom, devient Jamait, et sort, en 2003, un premier album autoproduit qui a, cette fois, pour titre « De Verre En Vers… ». L’opus trouve un distributeur qui fait faillite et il s’en faut de peu que ce premier essai ne soit envoyé aux oubliettes. Mais Patrick Sébastien, sur un coup de coeur exceptionnel, va tout faire pour que l’album soit à nouveau commercialisé et correctement cette fois en 2005. Le flair était bon puisque, finalement, 60.000 copies en sont vendues. Certains estiment alors que les compositions de Jamait sont toutes établies sur les mêmes accords mais il n’est pas correct de dénigrer ses mélodies qui ont le mérite de rendre populaires des textes aux contenus importants.

Le succès discographique s’importe à merveille sur scène où Yves Jamait est très charismatique. Il est ainsi à l’affiche, chez lui, du Zénith de Dijon mais aussi du Casino et de l’Olympia à Paris en 2006. Peu après, Jamait enregistre son deuxième album intitulé « Le coquelicot ». Ses thèmes de prédilection sont toujours la solitude, les bars, le milieu ouvrier, l’amour et la séparation. Ses chansons séduisent un large public qui va du citoyen lambda au connaisseur le plus averti et aux professionnels qui saluent son talent lors de festivals comme les Francofolies de La Rochelle, les Nuits de Champagne, le Paléo Festival de Nyons ou le défunt festival « Alors…chante! » de Montauban. Un troisième album, « Je passais par hasard » est commercialisé à la fin 2008. Il est, comme les deux précédents, certifié disque d’or. L’artiste crée alors les « Bars à Jamait », spectacle marathon où il convie ses amis chanteurs « qu’on ne voit jamais à la télé » à venir se produire avec lui dans une ambiance de franche camaraderie. Après s’être produit à New York en 2009, il revient dans sa région natale pour ses dix ans de carrière. En 2011, il propose ainsi 20 concerts dans dix lieux différents de Dijon. Le quatrième opus (« Saison 4 ») de Jamait est enregistré en 2011 et renferme un duo avec une autre révélation du festival de Montauban: Zaz (« La radio qui chante »). Le 3 avril 2012, Jamait se produit au Grand Rex de Paris. Deux ans plus tard sort l’album « Amor Fati » qui renferme des styles musicaux variés s’ouvrant aussi aux rythmes latinos. Et, en 2015, l’opus suivant a pour titre « Je Me Souviens ». Il est suivi d’une tournée qui fait, en 2017, l’objet d’un enregistrement public édité sous le titre logique « Je me souviens… le concert ». En octobre 2018 sort le septième album de l’artiste et il a pour titre générique « Mon totem ».
.
**********
.

28 octobre 1970 : Le jeune artiste Mike BRANT interprète « Mais dans la lumière » à Paris et remporte le Grand-Prix RTL international avec cette chanson.


.
**********
.

Pochette 45t de 1973 – Photo (c) Georges Giaufret

28 octobre 2012 : Décès, à Paris, de de la chanteuse ainsi qu’animatrice de radio et de télévision française Sophie HECQUET. Née à Dax sous le vrai prénom d’Arlette le 9 octobre 1944, elle commence sa carrière artistique sous le pseudonyme de Jenny Hahn et accompagne Johnny Hallyday en tournée au début des années 1960. En 1962, elle tient le rôle de Zizi la twisteuse dans un scopitone tourné par Claude Lelouch. Un an plus tard, elle apparait, sous le nom de Sophie Hecquet cette fois, dans le film « Cherchez l’idole » réalisé par Michel Boisrond. Elle y tourne aux côtés de Mylène Demongeot, Franck Fernandel, Dany Saval, Pierre Bellemare, Harold Kay, Hector et les Médiators, Claude Piéplu, Les Frères Ennemis, Bruno Coquatrix, Johnny Hallyday, Frank Alamo, Charles Aznavour, Eddie et Sylvie Vartan, Nancy Holloway, Jean-Jacques Debout, Eddy Mitchell, les Chaussettes Noires, les Surfs, Pierre Doris et Christian Marin notamment. Comme la plupart des artistes apparaissant au générique, Sophie y joue son propre rôle de chanteuse. Car elle rejoint à ce moment le peloton des jeunes « yéyés » dont les 45 tours se vendent plutôt bien. Sophie Hecquet interprète ainsi sous le seul prénom de Sophie quelques succès comme « Quand un air vous possède » (1963), « Tout ça pour le locomotion » (1963) ou « Reviens vite et oublie » (« Be my baby ») (1963). Le dernier disque de l’époque « sixties » est commercialisé en 1965. C’est aussi en 1965 qu’elle interprète, dans l’émission télévisée française « La la la », la chanson « For me formidable » en duo avec Charles Aznavour. Puis, la chanteuse revient avec quelques 45 tours dans les années 1970 comme « Souvenirs » (1973) et « Je t’aime bien » (1974). Mais ce qui reste probablement sa chanson la plus connue est celle avec laquelle elle représente Monaco au concours Eurovision de la Chanson en 1975 et qui lui permet de se classer treizième: « Une chanson c’est une lettre ». C’est aussi la dernière trace discographique que l’on possède de Sophie Hecquet qui, par la suite, va devenir animatrice de radio et de télévision. Elle officie ainsi durant une quinzaine d’années sur RMC, Radio Monte-Carlo, aux côtés notamment de Jean-Pierre Foucault. Elle s’occupe aussi des programmes destinés aux jeunes. Puis, au début des années 1980, elle rejoint RTL Télévision et travaille pour le groupe essentiellement en Belgique dès la naissance de RTL-TVI en 1987. Entre septembre 1995 et juin 1996, elle y produit ainsi l’émission « Comme chez vous ». A la même époque et jusqu’en 1998, elle revient interpréter ses succès dans les émissions de Pascal Sevran à la télé française. Au début des années 2000, Sophie tente une reconversion difficile dans la restauration en ouvrant un restaurant à Uccle dans la banlieue bruxelloise: « La maison de Sophie ». Puis, alors qu’elle pense s’installer durablement en République dominicaine, elle doit être rapatriée à Paris pour y subir l’opération d’un anévrisme aortique. Alors qu’elle est hospitalisée, Sophie Hecquet s’éteint à 04h30 du matin le dimanche 28 octobre 2012.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

25 JUIN

Robert Charlebois en 1990

25 juin 1944 : Naissance, à Montréal, de l’auteur-compositeur-interprète canadien Robert CHARLEBOIS. Adolescent, il se passionne pour le théâtre au point d’entamer des études à l’Ecole nationale avant de se tourner vers la chanson en livrant des prestations en 1962 en lever de rideau de Félix Leclerc notamment. En 1965, il enregistre un premier album mais le véritable succès public n’arrive qu’avec le quatrième intitulé « Lindbergh » en 1968. La chanson qui donne son titre à l’album est un duo que Robert interprète avec Louise Forestier et son succès est tel que Charlebois devient une vedette outre-Atlantique.

Au point de se produire à l’Olympia de Paris en 1969 en première partie de Georgette Plana devant un public totalement déconcerté. De retour au Québec, Charlebois devient rapidement incontournable dans le paysage de la chanson de la Belle Province. Il multiplie les succès: « Dolorès », « Québec Love », « Les ailes d’un ange », « Ordinaire », « Conception » et « Entre deux joints ». Et cela l’oblige à honorer les publics canadien et français en traversant souvent l’Atlantique. Dans les années 1970, il tourne en France au même programme que Léo Ferré. Au fil des ans, Charlebois se place de plus en plus dans la lignée des grands artistes de chanson québécois au même titre par exemple que Félix Leclerc ou Gilles Vigneault avec qui il interprète en 1974 la fameuse chanson de Raymond Lévesque: « Quand les hommes vivront d’amour ». Au niveau du public francophone européen, Robert Charlebois connaît le succès avec « Je reviendrai à Montréal » en 1976, « J’veux d’l’amour » en 1979 ou encore des chansons signées Luc Plamondon comme « J’t’aime comme un fou », « News » et « Les talons hauts » en 1982. Ensuite, Robert Charlebois commercialise régulièrement ses albums des deux côtés de l’Atlantique en gardant un public fidèle. La fin des années 1980 et les décennies suivantes sont moins teintées de succès. En 1992, l’oeuvre de l’artiste québécois s’enrichit d’un « opérock » consacrée au découvreur Jacques Cartier. Il s’agit d’une suite de chansons qu’il a écrite, composée et enregistrée sur un double album. Un an plus tard, Charlebois se voit décerner au Québec un Félix d’hommage pour l’ensemble de son œuvre. Mais sa carrière reste au repos pendant quelques années. En 2001, le chanteur revient au devant de l’actualité avec un nouvel album, « Doux sauvage », qui lui permet, notamment, de faire le tour des festivals européens comme « Alors, Chante ! » à Montauban (F) ou les Francofolies de Spa (B). Après une énième compilation de ses grands succès en 2005 et un double CD-DVD réalisé en public en 2006, il faut attendre 2010 pour voir Robert Charlebois enregistrer un album de chansons nouvelles: « Tout est bien ». L’opus en question sort en France et en Europe pour l’été 2012. Il faut ensuite encore attendre sept ans pour profiter du disque suivant : « Et voilà » est en effet commercialisé au Québec et disponible sur les plateformes de streaming en 2019.
.
**********
.
ZEGERS Jacques - Pochette 45t 198425 juin 1947 : Naissance, à Etterbeek (Bruxelles), du chanteur, comédien et journaliste belge Jacques ZEGERS. Enfant, il se passionne pour la musique et, dès ses seize ans, il commence réellement à chanter dans les moindres occasions puis dans divers cabarets bruxellois. Il est aussi tenté par le journalisme, profession qu’il exerce parallèlement à ses activités artistiques. Ses chansons l’amènent à fréquenter de nombreux festivals internationaux où Jacques Zegers connaît un certain succès. Sa popularité sur scène ne se traduit toutefois pas dans les ventes des disques qu’il enregistre. Jusqu’en 1983 où il se révèle vraiment au grand public grâce aux diffusions de son titre « Pour elle » par les radios libres et nationale francophones belges. Ce succès lui permet de proposer une chanson pour la sélection belge du concours Eurovision de la Chanson en 1984. Qualifié, il interprète ainsi « Avanti la vie » à Luxembourg et se classe 8e sur 19. Avec cette chanson, il devient connu en Turquie et au Portugal où le titre se classe n°1 au hit-parade des ventes de 45 tours.

A ce moment, il est toujours, et depuis 1975, le responsable publicitaire des hebdomadaires « Le Marché » et « De Markt ». Suite au concours Eurovision, il perd ce job mais gagne l’opportunité d’enregistrer un album intitulé « 1001 amis ». Puis il interprète « L.A. en Olympie » qui est l’hymne officiel belge des Jeux olympiques d’été de 1984 à Los Angeles. Après avoir écrit, pour le chanteur belge Henri Seroka, quelques textes de chansons pour enfants comme « Johan et Pirlouit » ou « Marsupilami », Jacques Zegers se tourne un moment, en 1987, vers le théâtre au sein de la troupe des « Copains d’abord ». Il écrit aussi un roman qui a pour titre « Le noeud au mouchoir ». Il devient alors responsable de la publicité pour le guide gastronomique Henri Lemaire et il le reste pendant treize ans. En 2014, à 67 ans, Jacques Zegers n’oublie pas la musique et il se met à écrire quelques chansons pour Megan Giart, une candidate de la première saison de « The Voice Belgique ». Et, en 2018, il se présente comme candidat du parti centriste Défi aux élections communales dans la localité belge de Sombreffe.
.
**********
.

25 juin 1948 : Naissance, à Tsunoi Iwami, du chanteur japonais Kenji SAWADA qui connaît son heure de gloire en 1975 avec trois 45 tours: « Mon amour je viens du bout du monde », « Attends-moi » et « Fou de toi ». Si, dans les pays francophones européens, Kenji est connu comme le seul interprète de variétés japonais ayant jamais chanté en français, dans son pays natal il est aussi réputé comme poète lyrique et acteur. Il a entrepris sa carrière musicale à la fin des années 1960 en étant le chanteur du groupe « The tigers ». En 1970, après la séparation des Tigers, Sawada crée un nouveau groupe: « PYG » qui ne sort qu’un seul album et qui ne dure qu’un an. Puis, Kenji Sawada commence une carrière solo qui lui permet de vendre plus de douze millions de singles. Il est ainsi devenu la plus grande star masculine japonaise des années 1970 et 1980.

.
**********
.

Jacques Brel en 1957 – Photo (c) Jacques Aubert

25 juin 1958 : Alors que l’Exposition Universelle bat son plein à Bruxelles, le lieu festif de l’événement, la Belgique Joyeuse, accueille, à partir de 16 heures, la présentation des coureurs et des équipes du Tour de France cycliste dont le départ est donné dans le cadre de la manifestation internationale. Et, pour l’occasion, un grand spectacle gratuit est proposé à 20 h. 30 par la radio périphérique française Europe 1 avec Jacques BREL, Raymond DEVOS et Charles TRENET dont le succès du moment est « Le jardin extraordinaire ».

 

.
**********
.

JOCELYNE en 1966

JOCELYNE en 1966

25 juin 1972 : Décès de la chanteuse française JOCELYNE au cours d’un accident de moto. Née le 14 août 1951 en Tunisie sous le vrai patronyme de Jocelyne Esther Journo, elle s’intéresse très tôt à la musique. Et elle enregistre un premier disque en pleine période « yé-yé » alors qu’elle n’a que douze ans. Nous sommes en 1964 et le succès n’est pas immédiat malgré le sens du rythme certain de l’interprète. Jocelyne possède une voix très particulière qui rappelle celle de la chanteuse américaine Brenda Lee. Elle est d’ailleurs très vite baptisée « la Brenda Lee française » par les responsables de l’émission de radio pour jeunes « Salut les Copains ». Avec ces arguments-là, la chanteuse va faire de son deuxième disque un vrai succès commercial. Mais elle profite aussi de sa réputation puisqu’elle décide carrément d’enregistrer deux adpatations françaises de Brenda Lee: « Le dimanche et le jeudi » (« Lonely lonely lonely me ») et « J’ai changé de pays » (« Heart in hand »). Elle commercialise un album 33-tours au début de l’année 1965. Après trois années de succès en France, Jocelyne décide de s’attaquer au marché canadien où elle connaît aussi une certaine popularité. Au point d’être un peu oubliée du public français lorsqu’elle revient en Europe en 1970. Elle enregistre alors deux 45-tours avant de trouver la mort dans un accident de moto le 25 juin 1972. Un disque posthume sort ensuite et il contient une version très originale de « My way » (« Comme d’habitude ») arrangée par Jean-Claude Vannier et une chanson intitulée « Qui la nuit » écrite par Alain Bashung et Michel Bernard. Un double CD de compilation des principaux titres de Jocelyne est commercialisé dans la série « Salut les Copains » de Universal Music en 2015. Ce disque compact permet de se rendre compte que la chanteuse a ouvert, bien plus tard, la voie à d’autres artistes féminines francophones comme Axelle Red par exemple.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

19 JUIN

En 2006

19 juin 1973 : Naissance, à Tours, de la chanteuse française NADIYA sous le nom de Nadia Zighem. Sa famille est d’origine algérienne et elle est la cadette des six enfants. C’est l’athlétisme qui passionne d’abord la petite fille qui se dirige tout naturellement vers des études sportives. A seize ans, elle est sacrée championne de France du 800 mètres dans la catégorie juniors. Elle se découvre alors des talents de chanteuse et décide de partir pour Paris où, encouragée par l’humoriste Smaïn, elle s’inscrit en 1996 au casting de « Graines de stars », le crochet télévisé de la chaîne privée M6. Elle y connaît la gloire en remportant trois fois le concours. Et cela lui permet d’enregistrer un premier disque produit par Smaïn en 1997. Les professionnels de la chanson s’intéressent à elle et, en 2000, elle fait partie des choristes figurant sur l’album de Stomy Bugsy « Trop jeune pour mourir ». Un an plus tard, la chanteuse saisit l’opportunité d’enregistrer un premier single, « J’ai confiance en toi », qui connaît un succès léger confirmé par un second essai qui se classe dans le top 30 des ventes: « Chaque fois ». Les deux titres sont repris ensuite sur l’album « Changer les choses » qui n’atteint pas des sommets de popularité. Ce succès mitigé n’empêche cependant pas Nâdiya d’être nommée aux Victoires de la Musique en 2002. Dès 2003, le producteur Thierry Gronfier s’intéresse à l’artiste et lui fait enregistrer les chansons qui vont vraiment la faire sortir de l’anonymat: « Parle-moi » se classe quatrième dans les hits français mais est aussi un tube en Belgique et en Suisse.

L’album « 16/9 », consécutif à ce succès, est également une des meilleures ventes francophones de l’année 2004. Mais cette popularité va être amplifiée encore par le score sans appel du single suivant: « Et c’est parti », un tube européen.

En 2005, l’album « 16/9 » reçoit la Victoire de la musique dans la catégorie rap/hip-hop/R&B. Un an plus tard, le troisième album est lancé par le duo avec Smartzee: « Tous ces mots ». L’opus intitulé simplement « Nâdiya » se classe vite comme le plus vendu en France. Le public de Nâdiya rêve alors de la découvrir sur scène et une première tournée de concerts est prévue pour 2006 puis reportée à 2007 avant d’être à nouveau postposée à 2008 sans raison particulière. En 2008, l’artiste enregistre un duo avec Enrique Iglesias, « Tired of being sorry », où elle répond au chanteur hispano en français « Laisse le destin l’emporter ». Cette chanson occupe la première place des classements de vente français et belges durant plusieurs semaines. A la fin de la même année, elle commercialise l’album « Electron libre ». Alors qu’elle n’a toujours pas proposé, sur scène, autre chose que des petites prestations sur des podiums télévisés ou radiodiffusés, Nâdiya semble s’éloigner du show-business en 2010 même si elle participe brièvement en 2011 à l’aventure télévisée de « Danse avec les stars » sur la chaîne privée française TF1. En décembre 2017 toutefois, Nadiya revient à la musique et propose, notamment sur YouTube, le clip d’une nouvelle chanson en français au titre anglais : « Unity ». Son retour se poursuit en 2018 avec le titre « Nirvana » et, au début 2019, avec « Top ». Ce dernier morceau annonce un nouvel album qui est intitulé « Odyssée » et qui est commercialisé au printemps 2019.
.
**********
.

En 1981

19 juin 1986 : Décès à Opio (Alpes-Maritimes, France), dans un accident de moto, de l’humoriste, acteur et chanteur français COLUCHE. Coluche, de son vrai nom Michel Colucci, naît le 28 octobre 1944 dans le 14e arrondissement de Paris. Avec sa salopette blanche à lignes bleues (à moins que ce ne soit le contraire), Coluche a imposé, dès le début des années 1970, un nouveau style de one man show humoristique en France. Ses sketches sont la plupart du temps des caricatures de la société dans laquelle il vit, décrite avec ses torts et ses travers. En 1974, c’est en parodiant avec talent un jeu télévisé de Guy Lux, « Le Schmilblick », qu’il commence à devenir populaire en France. Parallèlement à ses activités d’humoriste, il s’oriente aussi vers le cinéma en jouant dans des comédies comme « L’aile ou la cuisse » aux côtés de Louis de Funès et Annie Girardot mais aussi, plus tard, en 1984, en obtenant un César pour son rôle dramatique dans « Tchao Pantin ». Véritable trublion de la classe politique française, il va jusqu’à se porter candidat à la présidence de la république en 1981. En 1985, consterné par la paupérisation grandissante de la population, Coluche crée l’association « Les Restos du Cœur » qui est lancée par le premier disque des Enfoirés, la « Chanson des Restos », composée par Jean-Jacques Goldman et dont il assure l’introduction. Cette année-là aussi, à l’initiative de son ami Renaud, il participe à l’enregistrement de la chanson « Ethiopie » interprétée par « Chanteurs sans frontières ». Coluche n’a jamais caché son admiration pour la chanson et les chanteurs. Au point de tater lui-même de la musique à chaque fois qu’il en a l’occasion. Il participe ainsi à quelques concerts donnés par le Grand Orchestre du Splendid. En 1981, il enregistre le 45 tours « J’tape un doigt ». La même année, il compose pour Renaud la chanson « Soleil immonde ». Renaud écrira pour lui, à sa mémoire, la chanson « Putain de camion » en 1986.

.
.
.

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,