DEVOS Raymond

Raymond Devos en 1988 – Photo (c) Gilles Cappé

L’humoriste français Raymond DEVOS naît le 9 novembre 1922 à Mouscron en Belgique. Fils d’un industriel travaillant dans le textile qui joue du piano et de l’orgue, le petit Raymond quitte sa Belgique natale alors qu’il est à peine âgé d’un an. Pour des raisons fiscales en effet, la famille Devos s’installe en France, à cinq kilomètres de là, à Tourcoing. La maman de Raymond est une femme d’esprit qui adore les jeux de mots et qui joue de la mandoline et du violon. C’est elle qui va l’orienter, inconsciemment, vers une carrière artistique. Obligé d’interrompre ses études à l’âge de treize ans, Raymond va se construire lui-même en apprenant la musique et la langue française. Curieux de tout, il veut jouer d’un instrument et apprend, en parfait autodidacte, la clarinette, le piano, la harpe, la guitare, le concertina, la trompette et, aussi, la scie musicale. L’entreprise de son père ayant fait faillite, Raymond se retrouve en banlieue parisienne avec la famille. Il y découvre le monde des artistes de rue et des forains. Il sait plus que jamais qu’un jour il fera partie de leur univers. Mais, en attendant, il faut vivre et exercer divers métiers pour s’en sortir: coursier, crémier ou libraire. La guerre arrive et Devos est engagé par l’occupant pour le Service du Travail Obligatoire en Allemagne. Il propose alors des petits spectacles pour égayer quelque peu les soirées de ses compagnons d’infortune. Il travaille la technique du mime. Après la guerre, il prend des cours de théâtre et joue dans « Le Médecin malgré lui » de Molière et « Knock » de Jules Romains. Il entre dans la compagnie Jacques Fabbri. En 1948, avec André Gille et Georges Denis, il forme « les trois cousins » qui proposent des numéros burlesques. Et, par la suite, il crée un duo avec Roger Verbecke: « Les Pinsons ». A eux deux, ils proposent un spectacle composé de parodies comiques de chansons. Ils enregistrent d’ailleurs un album de ces chansons et se produisent dans les salles parisiennes de l’ABC et des Trois-Baudets.

Après cette aventure musicale, Raymond Devos va définitivement se tourner vers la comédie d’abord puis vers le one-man show humoristique avec le succès que l’on sait. Mais l’artiste, un clown merveilleux, ne se passe jamais de musique et de chanson dans ses spectacles inoubliables. En décembre 2005, il est victime d’une attaque cérébrale pour laquelle il est hospitalisé une première fois puis une seconde fois en février 2006. Son état de santé se dégrade alors de plus en plus et, le 15 juin 2006, il s’éteint des suites d’une crise d’œdème aigu du poumon chez lui à Saint-Rémy-lès-Chevreuse dans les Yvelines. Il a alors 83 ans.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

CASSEL Jean-Pierre

Jean-Pierre Cassel dans les années 1970

Le danseur, acteur et chanteur Jean-Pierre CASSEL naît le 27 octobre 1932 à Paris, du sous le vrai nom de Jean-Pierre Crochon. Il est le fils d’un médecin et d’une chanteuse d’opéra. Après une scolarité peu brillante, il décide de se tourner vers le théâtre et s’inscrit au cours Simon. Il obtient aussi déjà quelques rôles de figurant. Il peaufine également sa passion pour la danse au point de se faire engager pour le film « La route joyeuse » en 1954 aux côtés du célèbre Gene Kelly. Il devient alors une véritable vedette du cinéma qui est sollicitée par de grands réalisateurs français et internationaux. Par la suite, il se produit au théâtre dans des pièces signées Molière mais aussi Marcel Achard entre autres. Il fait souvent des apparitions à la télévision française pour y chanter et danser en compagnie d’amis comme Sacha Distel dans « Sacha Show » ou « Top à Cassel » en 1964 par exemple ainsi que dans d’autres émissions musicales de Maritie et Gilbert Carpentier.

En 1972, c’est aussi à la télévision française qu’il interprète, en duo avec Michel Legrand qui en a composé la musique, la « Chanson de Maxence » extraite de la bande originale du film « Les demoiselles de Rochefort » réalisé par Jacques Demy.

En 1986, il fait partie des artistes qui enregistrent sur disque, avec Linda De Suza, les chansons du spectacle musical « La valise en carton ». Cassel est également prévu dans le casting du spectacle qui doit se jouer sur scène et qui est un échec.

Passionné de music-hall depuis toujours, il conçoit en 2005 un spectacle auquel il rend hommage à Serge Gainsbourg qu’il a bien connu au temps des vaches maigres des années 1950. Il y interprète, façon jazz, des chansons du Gainsbourg de 1963 avec trois inédites composées spécialement pour lui à l’occasion d’un show télévisé: « Cliquediclac », « Viva la pizza » et « La la la la ». Atteint d’un cancer, il meurt dans la soirée du 18 avril 2007 à Paris.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

LIPPE Jacques

Jacques Lippe en 1986

Le comédien et chansonnier belge Jacques LIPPE naît à Nivelles le 19 avril 1925. Après avoir suivi une formation pour devenir comédien, Jacques commence à se faire connaître en 1940 par des imitations de Fernandel. Il devient ensuite chansonnier mais le genre va s’essoufler à l’approche des années 1960. Ayant plusieurs cordes artistiques à son arc, Jacques Lippe s’oriente alors vers le théâtre et, surtout, la comédie. S’il a joué « le Bourgeois Gentilhomme » de Molière, son rôle le plus marquant reste celui du père Beulemans dans la pièce typiquement bruxelloise « Le Mariage de Mademoiselle Beulemans ». En 1986, touché par la musique et le texte qu’on lui propose, il enregistre une chanson intitulée « Où es-tu mon bon vieux Bruxelles » qui lui colle parfaitement à la peau.

Deux ans plus tard, avec un autre comédien belge qui chante également, Léonil Mc Cormick, il crée le Théâtre de la Valette qui se trouve à Ittre près de Nivelles en Belgique. Jacques Lippe a aussi joué dans quelques films comme « Home sweet home » de Benoit Lamy en 1973 ou « L’oeuvre au noir » d’André Delvaux en 1988. Jacques Lippe meurt d’un cancer du poumon le 21 septembre 1990 à Forest dans la banlieue de Bruxelles.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

25 FEVRIER

Valérie Lagrange en 1985 – Photo (c) Richard Schroeder

25 février 1942 : Naissance, à Paris, de l’actrice et chanteuse française Valérie LAGRANGE, née sous le nom de Danielle Charaudeau. Adolescente, elle rêve de rock and roll et de cinéma. Et, à 17 ans, elle tourne aux côtés de Bourvil dans le film « La jument verte » de Claude Autant-Lara. Cette première expérience cinématographique est plutôt réussie et en engendre d’autres alors que Valérie se tourne aussi vers le théâtre classique en jouant, notamment, « Le misanthrope » de Molière. Alors qu’elle obtient un rôle dans « Un homme et une femme » de Claude Lelouch en 1966, elle entame une carrière de chanteuse en interprétant notamment du Francis Lai (« Encore un jour de notre amour ») ou du Serge Gainsbourg (« La guerilla »).

Elle enregistre quelques 45 tours puis s’éclipse une première fois du milieu artistique pour effectuer des voyages hippies. En 1972, elle revient à la musique avec « Si ma chanson pouvait », un titre qu’elle réenregistre cinq ans plus tard. En juin 1972, elle est à l’affiche du premier festival de Bièvres, au sud de Paris, avec Maxime Le Forestier qui en est la révélation. Un an plus tard, en compagnie du guitariste anglais Ian Jelfs, elle part en tournée avec Graeme Allwright et visite le répertoire de Cohen, Dylan et Donovan. En 1979, des maquettes de Valérie et Ian sont présentées à Richard Branson, le jeune directeur de la firme de disques Virgin à Londres. Ce dernier leur signe un contrat et, grâce à cela, au début des années 1980, Valérie Lagrange renoue avec le succès. Ses hits ont pour titre « A quoi tu sers » (1980), « Faut plus me la faire » (1980), « Toi » (1981) et « La folie » (1983).

Depuis toujours, la chanteuse oeuvre pour des causes humanitaires et c’est bien logiquement qu’elle met sur pied avec Renaud et Franck Langolff l’opération « SOS Ethiopie » avec le disque collectif français « Chanteurs sans frontières » en 1985. Quatre ans plus tard, après avoir absorbé des médicaments, Ian Jelfs sombre dans le coma et s’en réveille tétraplégique et muet. Valérie passe alors de nombreuses années à ses côtés pour l’aider dans sa rééducation. En 2000, l’artiste rencontre Benjamin Biolay et, ensemble, ils réalisent l’album du quatrième retour à la chanson de Valérie Lagrange: « Fleuve Congo » qui est commercialisé en 2003. L’opus n’obtient pas le succès escompté et Valérie Lagrange se retire à nouveau. En 2009, elle épouse son compagnon de 35 ans, Ian Jelfs.
.
**********
.

En 1979

25 février 1945 : Naissance, à Strasbourg, du chanteur français Herbert LEONARD sous le nom d’Hubert Lœnhard. Le jeune Alsacien commence sa carrière dans des groupes de sa région natale (les « Jets ») avant de rejoindre Paris et de devenir membre du groupe « les Lionceaux ». C’est alors le début des années 1960 et l’époque des yé-yés où les groupes sont aussi nombreux qu’éphémères. Comme c’est le cas pour les Chaussettes Noires avec Eddy Mitchell ou les Chats Sauvages avec Dick Rivers, Herbert Léonard finit par quitter les Lionceaux pour entamer une carrière de chanteur soliste. On est alors au milieu des sixties et le chanteur oriente son répertoire vers des reprises de rhythm’n’blues anglo-saxonnes. Il connaît le succès avec « Quelque chose en moi tient mon coeur » ou « Pour être sincère ».

Les spectacles, galas et tournées se multiplient pour lui mais, en mars 1970, il est victime d’un grave accident de la route à Basècles en Belgique. Sa carrière est interrompue par cet événement inattendu et l’artiste va éprouver beaucoup de difficultés à revenir au premier plan ensuite. Il décide alors de se consacrer à sa passion pour l’aéronautique en écrivant des articles sur le sujet dans un magazine spécialisé. Contre toute attente, au début des années 1980, l’animateur de radio français Julien Lepers (qui ne présente pas encore le célèbre « Questions pour un champion » à la télé) lui propose quelques chansons qu’il a composées sur des textes de Vlyne Buggy. Parmi celles-ci, il y a « Pour le plaisir » qui devient immédiatement l’un des « tubes » de l’année 1981. L’album qui reprend la chanson se vend très bien et plusieurs de ses autres titres deviennent des succès dans la foulée: « Petite Nathalie » ou « Ca donne envie d’aimer » par exemple. Il n’en faut pas plus pour relancer la carrière d’Herbert Léonard qui va aller de succès en succès: « Ca pleure pas un homme », « Amoureux fous’ (en duo avec Julie Pietri), « Puissance et gloire » (de la série tv française « Chateauvallon »), « Quand tu m’aimes » ou « Je suis un grand sentimental ». L’artiste exploite alors un genre peu couru dans la chanson francophone: celui de la chanson érotique. Le succès est évident mais, après deux albums, la recette s’émousse et, suite à la disparition de l’excellent ingénieur du son Bernard Estardy, Herbert Léonard sort encore de nombreux albums boudés par le grand public. Ce dernier est toutefois très heureux de retrouver le chanteur dans ses succès éternels lors de la tournée « Age tendre et tête de bois » à laquelle Herbert participe à la fin des années 2000. En 2014, avec la sortie du superbe album « Demi-tour », le chanteur revient aux sources de son répertoire: le rhythm and blues à la française. Trois ans plus tard, en juin 2017, le chanteur inquiète son épouse Cléo, sa famille et ses admirateurs lorsqu’il est victime d’une embolie pulmonaire qui nécessite un placement dans le coma. Il passe de nombreux mois à l’hôpital avant que l’on annonce une amélioration et un retour à son domicile à la mi-septembre. Deux mois plus tard, il participe, avec une trentaine d’autres artistes français, à la croisière Age Tendre où il interprète à nouveau ses plus grands succès. En janvier 2020, Herbet Léonard rejoint la tournée « Age tendre » et parcourt toute la France en compagnie notamment de Michèle Torr, Pascal Danel, Jeane Manson, Christian Delagrange, Michel Orso, les Forbans et Claude Barzotti.
.
**********
.

Eddie Constantine en 1974 – Photo (c) C. Wallis

25 février 1993 : Décès à la suite d’un infarctus, à Wiesbaden en Allemagne, de l’acteur et chanteur français d’origine américaine Eddie CONSTANTINE à l’âge de 75 ans. Né le 29 octobre 1917 à Los Angeles en Californie d’un père russe et d’une mère polonaise, il se nommait réellement Edward Constantinowsky. Au début des années 1950, il entame à Hollywood une carrière d’acteur qui n’est pas une réussite et il décide alors de débarquer en France pour y essayer le cinéma mais aussi la chanson. Et, pour ce faire, il se produit dans les cabarets parisiens à la mode. Edith Piaf le remarque et lui demande de jouer à ses côtés dans la comédie musicale « La p’tite Lili ». Il commence aussi à traduire en anglais, pour la chanteuse, ses grands succès de l’époque comme « La vie en rose » ou « L’hymne à l’amour ». Mais c’est grâce au cinéma, et à son rôle de l’agent secret Lemmy Caution dans une série de films noirs, qu’il devient réellement célèbre en France. Et il profite ensuite de ce succès populaire pour revenir à sa passion pour la chanson. Et, dans ce domaine aussi, il connaît une certaine gloire avec des titres comme « Ca bardait » (1954), « Et bailler et dormir » (avec Jeff Davis en 1954), « Un enfant de la balle » (1955), « L’homme et l’enfant » (avec Tania Constantine en 1956) ou « Cigarettes, whisky et petites pépées » (1957). Dans les années 1960, Eddie Constantine va se consacrer presque exclusivement au cinéma et à son écurie de voitures de course. Et, au milieu de la décennie, il s’installe en Allemagne. Se considérant comme un véritable chanteur plutôt qu’un acteur, Eddie Constantine revient encore à la chanson en 1975 avec une chanson rythmée interprétée en français et en anglais: « Hit parade ». Il se fait ensuite plus discret à la fois au cinéma et dans la chanson. Et les dernières nouvelles que l’on reçoit de lui sont celles de son décès le 25 février 1993. L’homme n’était pas dénué d’humour comme en témoigne ci-dessous la reprise de son succès « L’homme et l’enfant » en duo avec Yves Montand à la télévision française dans une émission de Jean Nohain datée des années 1950.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

12 MAI

Michel Fugain en 2011

12 mai 1942 : Naissance, à Grenoble, du chanteur français Michel FUGAIN. Il est le fils d’un diabétologue et se destine, lui aussi, à des études de médecine. Mais, il abandonne la faculté pour satisfaire sa passion pour le cinéma. Il réussit à se faire embaucher pour être le second assistant du cinéaste Yves Robert. Installé à Paris, il se lie d’amitié avec d’autres jeunes en quête de carrière artistique. C’est ainsi qu’il rencontre un certain Michel Sardou qui connaît bien Eddie Barclay. Barclay écoute quelques mélodies de Fugain et l’engage comme « compositeur d’édition ». Ses musiques sont ainsi proposées à, acceptées et interprétées par Hervé Vilard, Marie Laforêt, Dalida et, aussi, Michel Sardou entre autres. Mais, au fil du temps, il se garde quelques chansons pour lui en estimant qu’il pourrait bien, un jour, les interpréter lui-même. C’est ainsi que, très prolifique, il enregistre un premier album dont le titre, « Je n’aurai pas le temps », est l’un des grands succès de l’année 1967.

Très en avance sur son temps, Fugain est ambitieux et ne conçoit pas la chanson comme ses collègues. C’est ainsi qu’en 1970, alors que la comédie musicale « Hair » connaît une grande popularité, il décide d’écrire un spectacle musical: « Un enfant dans la ville ». Les chansons de ce dernier, « Dépêche-toi » ou « Ne cherche pas » par exemple, connaissent un certain succès. La même année, il enregistre un 33 tours de onze titres sur lequel se trouvent les chansons « Soleil », « Balade en Bugati », « Comme un soleil » (également chanté par Nana Mouskouri), et « On laisse tous un jour ». Deux ans plus tard, sur le concept du spectacle musical, Michel Fugain décide de fonder une troupe de baladins qui va interpréter ses chansons: le Big Bazar est né. Y participent, entre autres, les chanteuses Mino, Vava et Christiane Mouron. Un album est enregistré en 1972 avec des mélodies qui sont immédiatement des hits: « Une belle histoire », « Fais comme l’oiseau », « Attention mesdames et messieurs » et « Allez bouge-toi ». Pendant quatre ans, les « tubes » du Big Bazar vont se multiplier: « Tout va changer », « La fête », « Là-bas dans les îles », « Les gentils et les méchants », « Bravo monsieur le monde », « Chante comme si tu devais mourir demain », « Jusqu’à demain peut-être », « Les Acadiens », « Dis oui au maître », « Le printemps », « Le grain de sable » et « Ring et ding ». En 1976, Michel Fugain quitte le Big Bazar qui poursuit ses activités sans lui pendant quelque temps. Le chanteur-compositeur a envie d’autre chose et cherche un autre concept de groupe vocal et musical. Il crée, quelques mois plus tard, la Compagnie Michel Fugain à laquelle participe entre autres Roland Magdane. D’emblée, le succès est à nouveau au rendez-vous de cette aventure musicale-là avec « Le chiffon rouge » notamment. Mais Fugain rêve encore d’autre chose. Et, après l’enregistrement de chansons connues comme « Papa » ou « La vieille dame », il met sur pied en 1979 un atelier de comédie musicale à Nice dans les anciens studios cinématographiques de la Victorine. Mimi Mathy comptera parmi ses « élèves ». Avide d’expériences musicales originales, Michel enregistre les chansons d’une nouvelle comédie musicale en 1982: « Capharnaüm ». Mais le succès n’est pas au rendez-vous et l’artiste prend du recul pendant six ans. La fin des années 1980 est une période où Fugain adapte ses chansons à l’époque. Il y intègre des instruments électroniques qui lui permettent de rester au top des artistes français là où d’autres ont sombré depuis longtemps avec armes et bagages. Il se maintient donc dans les hit-parade avec des chansons comme « Viva la vida » (1988), « Des rêves et du vent » (1988), « Les années guitare » (1989), « Chaque jour de plus » (1989), « Chanson pour les demoiselles » (1989), Où s’en vont » (1989), « Forteresse » (1992), « Les soirs d’été » (1992), « Ne m’oublie pas » (1992), « Plus ça va » (1995), « De l’air de l’air » (1998), « 2000 ans et un jour » (1998), « Encore » (2001) et « Dans la rue d’à côté » (2001).

Le 18 mai 2002, Michel Fugain perd sa fille Laurette victime d’une leucémie foudroyante à l’âge de 22 ans. Il en est bouleversé et décide de se consacrer à l’essentiel de la vie. Mais cette « fin de carrière » n’est véritablement qu’une parenthèse légitime et compréhensible à laquelle il met fin en 2005 en créant une comédie musicale sur son propre répertoire de chansons: « Attention mesdames et messieurs ». Le casting des jeunes artistes est télévisé et diffusé sur la chaîne française M6. Mais, pour véritablement poursuivre une carrière longue de près de 40 ans, Fugain va demander à des « amis » chanteurs de lui écrire un texte qu’il va mettre en musique. Aznavour, Lama, Chédid, Nougaro, Le Forestier, Hardy, Sanson, Manset, Leprest, Adamo, Sardou et Duteil s’exécutent et l’album a pour titre « Bravo et merci » en 2007. Toujours à l’affût d’un nouveau concept qui pourrait compenser la mort annoncée de l’album CD, Michel décide de sortir un nouvel opus en quatre fois, en 2011, à raison de six chansons par saison réunies chacunes sur un mini CD. Malheureusement, le concept prend du plomb dans l’aile car ça ne marche pas comme prévu et, finalement, les 24 chansons seront commercialisées sur un double album qui sort en 2012. Vous pouvez en lire la chronique réalisée sur ce site en CLIQUANT ICI. En septembre 2013, quelques mois après avoir annoncé son retrait de la chanson, Michel Fugain se laisse séduire par une nouvelle expérience musicale issue de l’un de ses musiciens : Pierre Bertrand. Le projet « Pluribus » donne ainsi lieu à un album où il est épaulé par seize musiciens et, aussi, à une tournée de concerts s’y rapportant. A l’approche de son 75e anniversaire et de ses 50 ans de carrière, Michel Fugain est célébré par ses pairs avec la sortie d’un album qui reprend ses grands succès interprétés entre autres par Kids United, Patrick Fiori, Slimane, Claudio Capéo, Ben l’Oncle Soul, Anaïs Delva, Sophie Tapie, Arcadian, Corneille, Florent Mothe ou Chimène Badi. A partir de la fin 2018, Michel Fugain repart en tournée avec un spectacle différent : une « causerie musicale » qui propose au public des chansons mais aussi des anecdotes savoureusement racontées par l’artiste.
.
**********
.

En 1992

12 mai 1975 : Naissance de la chanteuse ANNE qui connut la célébrité comme ambassadrice de Disney en France de 1989 à 1994. Lors de sa naissance sous le patronyme complet d’Anne Meson, sa mère, russe, est professeur de danse, et son père, espagnol, est musicien et acrobate. Dès son plus jeune âge, Anne pratique la danse, le piano et l’équitation. A sept ans, elle est le personnage principal de pubs télévisées pour des bonbons et des yaourts. Ensuite, elle participe à des défilés de mode pour enfants avant d’obtenir un rôle dans le film « Stress » en 1984 aux côtés de Carole Laure et Guy Marchand. Elle tourne encore dans trois autres films par la suite. Les représentations théâtrales et les spectacles musicaux s’enchaînent alors pour Anne: « Le malade imaginaire » avec Michel Bouquet, « Emile Jolie » de Philippe Chatel ou encore « 1789 » de Maurice Béjart. En 1989, la jeune fille signe un contrat avec la société Disney France. Et elle est, de suite, l’interprète du générique du nouveau film d’animation « Oliver ».

Un an plus tard, Anne enregistre son premier album qui reprend la chanson du nouveau dessin animé « La petite sirène » et d’autres mélodies Disney telles que « Tic et tac ». Du 26 février au 15 mars 1992, la jeune artiste fait ses premiers pas sur scène à Paris à l’Olympia où elle propose « Anne au pays d’Euro Disney ». Insensiblement, au fil des albums suivants, la chanteuse se démarque quelque peu des chansons de films de Disney pour se constituer un petit répertoire personnel qui ne bouscule toutefois pas son public: « Clarisse et les étoiles » sur l’autisme ou « Le pays blanc » qui traite de l’Antarctique menacé. Entre 1990 et 1994, elle présente avec Jean-Pierre Foucault l’émission télé française « Disney Parade » sur la chaîne privée TF1 le dimanche après-midi. Lorsque sa prestation prend fin, une compilation de ses grands succès est commercialisée pour marquer sa rupture avec la société Walt Disney. De 1989 à 1994, Anne a reçu trois disques d’or et connu deux nominations aux Victoires de la Musique. En 1995, la chanteuse se voit confier la présentation de l’émission « Tarmac » sur la chaîne télé française « Canal J » où elle reçoit les vedettes du moment: Pascal Obispo, Zazie ou Renaud par exemple. Mais le programme ne dure que quelques mois. Anne s’oriente alors vers le théâtre et part aux Etats-Unis suivre les cours du Theatre of Art de Los Angeles. En 2000, elle décroche un rôle dans la version anglaise de « Notre-Dame de Paris », le spectacle musical de Richard Cocciante et Luc Plamondon d’après Victor Hugo, qui est proposée à Las Vegas. De ce fait, elle a aussi l’occasion de jouer tantôt le rôle d’Esmeralda, tantôt celui de Fleur-de-Lys, dans la tournée française de « Notre-Dame de Paris » qui est mise sur pied entre 2000 et 2002. Elle enregistre alors une chanson en duo avec Garou sur l’album de ce dernier: « Criminel ». Quelques mois plus tard, Anne décide de s’installer en Espagne, aux Baléares, où elle intègre un groupe musical existant: les « Naughty Noise ». Alors qu’elle a déjà enregistré cinq albums avec ce groupe jusqu’en 2013, elle fait aussi partie, depuis 2010, de la formation « Fraggles ». Enfin, elle anime régulièrement des soirées où elle interprète de grands standards de la chanson devant un public constitué majoritairement de touristes résidant à Menorca.
.
**********
.

12 mai 1992 : Décès, à Paris, de la comédienne et fantaisiste française Jaqueline MAILLAN. Née, à Paray-le-Monial le 11 janvier 1923, elle reste plus connue pour ses rôles et sketches extravagants que pour les 45 tours qu’elle a enregistrés. Car, en 20 ans, de 1954 à 1974, elle a sorti quelques chansons qui, toutes, étaient humoristiques. Depuis « Bergerette » jusqu’à « Mon polo », signées par Michel Emer qui écrivit « L’accordéoniste » pour Edith Piaf. Si ces chansons n’ont pas révolutionné la chanson française, la parodie de « Je t’aime moi non plus » (de Serge Gainsbourg et Jane Birkin), rebaptisée « Ca », qu’elle a enregistrée en 1970 avec Bourvil reste, lui, un morceau d’anthologie de l’humour gaulois.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,