28 OCTOBRE

Le 45 tours de 1981

28 octobre 1944 : Naissance, dans le 14e arrondissement de Paris, de l’humoriste, acteur et chanteur français COLUCHE, de son vrai nom Michel Colucci. Avec sa salopette blanche à lignes bleues (à moins que ce ne soit le contraire), Coluche impose, dès le début des années 1970, un nouveau style de one man show humoristique en France. Ses sketches sont la plupart du temps des caricatures de la société dans laquelle il vit, décrite avec ses torts et ses travers. En 1974, c’est en parodiant avec talent un jeu télévisé de Guy Lux, « Le Schmilblick », qu’il commence à devenir populaire. Parallèlement à ses activités d’humoriste, Coluche s’oriente aussi vers le cinéma en jouant dans des comédies comme « L’aile ou la cuisse » aux côtés de Louis de Funès et Annie Girardot mais aussi, plus tard, en 1984, en obtenant un César pour son rôle dramatique dans « Tchao Pantin ». Véritable trublion de la classe politique française, il va jusqu’à se porter candidat à la présidence de la république en 1981. En 1985, consterné par la paupérisation grandissante de la population, Coluche crée l’association « Les Restos du Cœur » qui est lancée par le premier disque des Enfoirés, la « Chanson des Restos » dont il assure l’introduction parlée. Cette année-là aussi, à l’initiative de son ami Renaud, il participe à l’enregistrement de la chanson « Ethiopie » interprétée par « Chanteurs sans frontières ». Coluche n’a jamais caché son admiration pour la chanson et les chanteurs. Et il a lui-même tâté de la musique à chaque fois qu’il en a eu l’occasion. Il a ainsi participé à quelques concerts donnés par le Grand Orchestre du Splendid. En 1981, il enregistre le 45 tours « J’tape un doigt ».

La même année, il compose pour Renaud la chanson « Soleil immonde ». Renaud écrira pour lui, à sa mémoire, la chanson « Putain de camion » en 1986. Coluche meurt le 19 juin 1986 à Opio (Alpes-Maritimes, France) dans un accident où sa moto est percutée par un poids lourd.
.
**********
.

En 2015

28 octobre 1961 : Naissance, à Dijon, de l’auteur, compositeur et interprète français Yves JAMAIT. Sa mère célibataire doit s’occuper seule de ses trois enfants. A peine sorti de l’enfance, Yves le Bourguignon est tenté par la cuisine et c’est cette voie qu’il choisit au lycée. A seize ans, il découvre la guitare et abandonne l’école pour travailler dans divers secteurs. Il est ainsi successivement cuisinier, manœuvre, animalier en laboratoire pharmaceutique et infographiste entre autres. En 1998, il songe à faire de la musique un moyen d’exister. Avec deux acolytes, il fonde un trio qui a pour nom « De Verre En Vers ». Le succès est intéressant mais pas assez convaincant pour les professionnels auxquels les musiciens s’adressent. Le groupe change alors de nom, devient Jamait, et sort, en 2003, un premier album autoproduit qui a, cette fois, pour titre « De Verre En Vers… ». L’opus trouve un distributeur qui fait faillite et il s’en faut de peu que ce premier essai ne soit envoyé aux oubliettes. Mais Patrick Sébastien, sur un coup de coeur exceptionnel, va tout faire pour que l’album soit à nouveau commercialisé et correctement cette fois en 2005. Le flair était bon puisque, finalement, 60.000 copies en sont vendues. Certains estiment alors que les compositions de Jamait sont toutes établies sur les mêmes accords mais il n’est pas correct de dénigrer ses mélodies qui ont le mérite de rendre populaires des textes aux contenus importants.

Le succès discographique s’importe à merveille sur scène où Yves Jamait est très charismatique. Il est ainsi à l’affiche, chez lui, du Zénith de Dijon mais aussi du Casino et de l’Olympia à Paris en 2006. Peu après, Jamait enregistre son deuxième album intitulé « Le coquelicot ». Ses thèmes de prédilection sont toujours la solitude, les bars, le milieu ouvrier, l’amour et la séparation. Ses chansons séduisent un large public qui va du citoyen lambda au connaisseur le plus averti et aux professionnels qui saluent son talent lors de festivals comme les Francofolies de La Rochelle, les Nuits de Champagne, le Paléo Festival de Nyons ou le défunt festival « Alors…chante! » de Montauban. Un troisième album, « Je passais par hasard » est commercialisé à la fin 2008. Il est, comme les deux précédents, certifié disque d’or. L’artiste crée alors les « Bars à Jamait », spectacle marathon où il convie ses amis chanteurs « qu’on ne voit jamais à la télé » à venir se produire avec lui dans une ambiance de franche camaraderie. Après s’être produit à New York en 2009, il revient dans sa région natale pour ses dix ans de carrière. En 2011, il propose ainsi 20 concerts dans dix lieux différents de Dijon. Le quatrième opus (« Saison 4 ») de Jamait est enregistré en 2011 et renferme un duo avec une autre révélation du festival de Montauban: Zaz (« La radio qui chante »). Le 3 avril 2012, Jamait se produit au Grand Rex de Paris. Deux ans plus tard sort l’album « Amor Fati » qui renferme des styles musicaux variés s’ouvrant aussi aux rythmes latinos. Et, en 2015, l’opus suivant a pour titre « Je Me Souviens ». Il est suivi d’une tournée qui fait, en 2017, l’objet d’un enregistrement public édité sous le titre logique « Je me souviens… le concert ». En octobre 2018 sort le septième album de l’artiste et il a pour titre générique « Mon totem ».
.
**********
.

28 octobre 1970 : Le jeune artiste Mike BRANT interprète « Mais dans la lumière » à Paris et remporte le Grand-Prix RTL international avec cette chanson.


.
**********
.

Pochette 45t de 1973 – Photo (c) Georges Giaufret

28 octobre 2012 : Décès, à Paris, de de la chanteuse ainsi qu’animatrice de radio et de télévision française Sophie HECQUET. Née à Dax sous le vrai prénom d’Arlette le 9 octobre 1944, elle commence sa carrière artistique sous le pseudonyme de Jenny Hahn et accompagne Johnny Hallyday en tournée au début des années 1960. En 1962, elle tient le rôle de Zizi la twisteuse dans un scopitone tourné par Claude Lelouch. Un an plus tard, elle apparait, sous le nom de Sophie Hecquet cette fois, dans le film « Cherchez l’idole » réalisé par Michel Boisrond. Elle y tourne aux côtés de Mylène Demongeot, Franck Fernandel, Dany Saval, Pierre Bellemare, Harold Kay, Hector et les Médiators, Claude Piéplu, Les Frères Ennemis, Bruno Coquatrix, Johnny Hallyday, Frank Alamo, Charles Aznavour, Eddie et Sylvie Vartan, Nancy Holloway, Jean-Jacques Debout, Eddy Mitchell, les Chaussettes Noires, les Surfs, Pierre Doris et Christian Marin notamment. Comme la plupart des artistes apparaissant au générique, Sophie y joue son propre rôle de chanteuse. Car elle rejoint à ce moment le peloton des jeunes « yéyés » dont les 45 tours se vendent plutôt bien. Sophie Hecquet interprète ainsi sous le seul prénom de Sophie quelques succès comme « Quand un air vous possède » (1963), « Tout ça pour le locomotion » (1963) ou « Reviens vite et oublie » (« Be my baby ») (1963). Le dernier disque de l’époque « sixties » est commercialisé en 1965. C’est aussi en 1965 qu’elle interprète, dans l’émission télévisée française « La la la », la chanson « For me formidable » en duo avec Charles Aznavour. Puis, la chanteuse revient avec quelques 45 tours dans les années 1970 comme « Souvenirs » (1973) et « Je t’aime bien » (1974). Mais ce qui reste probablement sa chanson la plus connue est celle avec laquelle elle représente Monaco au concours Eurovision de la Chanson en 1975 et qui lui permet de se classer treizième: « Une chanson c’est une lettre ». C’est aussi la dernière trace discographique que l’on possède de Sophie Hecquet qui, par la suite, va devenir animatrice de radio et de télévision. Elle officie ainsi durant une quinzaine d’années sur RMC, Radio Monte-Carlo, aux côtés notamment de Jean-Pierre Foucault. Elle s’occupe aussi des programmes destinés aux jeunes. Puis, au début des années 1980, elle rejoint RTL Télévision et travaille pour le groupe essentiellement en Belgique dès la naissance de RTL-TVI en 1987. Entre septembre 1995 et juin 1996, elle y produit ainsi l’émission « Comme chez vous ». A la même époque et jusqu’en 1998, elle revient interpréter ses succès dans les émissions de Pascal Sevran à la télé française. Au début des années 2000, Sophie tente une reconversion difficile dans la restauration en ouvrant un restaurant à Uccle dans la banlieue bruxelloise: « La maison de Sophie ». Puis, alors qu’elle pense s’installer durablement en République dominicaine, elle doit être rapatriée à Paris pour y subir l’opération d’un anévrisme aortique. Alors qu’elle est hospitalisée, Sophie Hecquet s’éteint à 04h30 du matin le dimanche 28 octobre 2012.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

25 AVRIL

Gilbert Laffaille en 1979 – Photo (c) Gérard Krawczyk

25 avril 1948 : Naissance, à Paris, de l’auteur, compositeur et interprète français Gilbert LAFFAILLE. Son enfance se déroule dans la banlieue parisienne chic de Neuilly et il enseigne le français dès 1971. Il quitte ensuite ce métier pour devenir accompagnateur touristique dans les pays asiatiques. C’est au cabaret parisien Chez Georges du Quartier Latin qu’il commence à présenter ses premières chansons. Mais ses vrais débuts se déroulent au Centre Américain du Boulevard Raspail sur la scène où se révèlent au même moment des artistes comme Alan Stivell, Dick Annegarn ou Hervé Cristiani. En 1977, il enregistre un premier album dont le titre est emprunté à l’une de ses chansons choc: « Le président et l’éléphant », un texte qui critique les voyages africains du président français de l’époque Valéry Giscard d’Estaing.

Un an plus tard, il est à l’affiche du Printemps de Bourges en première partie de Jean-Roger Caussimon et son second album, « Nettoyage de printemps », est récompensé par le Grand Prix de l’Académie du Disque. En 1979, il reçoit le grand prix du Festival de la Chanson de Spa en Belgique et, un an plus tard, il sort son troisième opus: « Kaléidoscope ». Il poursuit sa carrière de manière intelligente et diversifie ses activités en écrivant des chansons avec et pour d’autres chanteurs comme Michel Fugain et Romain Didier par exemple. A partir de 1989, il se produit un peu partout dans le monde et d’autres grands interprètes accrochent ses chansons à leur répertoire: Francesca Solleville, Chanson Plus Bi-fluorée, Christiane Stefanski ou Entre Deux Caisses. A la suite du décès inopiné de son épouse, il fait une pause en 2005 et se consacre ensuite à deux albums destinés aux plus jeunes. En novembre 2009, il réalise l’enregistrement d’un spectacle qu’il présente en Suisse et où il est accompagné au piano par Nathalie Fortin. En juillet 2011, il participe au festival « Chansons de parole » à Barjac (F) où il reçoit le prix Jacques Douai qui lui est remis par Jacques Bertin. Deux ans plus tard, sa discographie s’enrichit d’un nouvel album intitulé « Le jour et la nuit ».

Doté d’un humour exquis, Gilbert Laffaille est un grand de la chanson. Il peut vous faire rire aux larmes mais aussi vous emmener, dans les secondes qui suivent, effectuer un voyage poétique sans pareil. Ou encore vous faire prendre position à propos des travers de notre société qu’il semble observer sans relâche.
.
**********
.

Mike Brant – Photo (c) Bernard Leloup

25 avril 1975 : Décès, à Paris, du chanteur israélien Mike BRANT qui est défenestré de son appartement parisien du cinquième étage. L’hypothèse du suicide est restée longtemps la seule à être validée. Mais il subsiste toujours un doute sur cette fin tragique. Mike Brant était né le 2 février 1947 à Famagouste sur l’île de Chypre. Le petit Moshe (son vrai prénom) est muet jusqu’à l’âge de cinq ans et certains ont dit que la voix de Mike devait sa particularité à cette situation. A onze ans, il chante dans la chorale de son école à Haïfa en Israël. Entre 1964 et 1968, il est chanteur d’orchestre dans les grands hotels pour touristes des pays de la région. Et c’est dans un night club de Téhéran que Carlos et Sylvie Vartan le remarquent. Sur leur proposition, Mike débarque à Paris en 1969 sans connaître un mot de français. C’est Carlos qui l’héberge d’abord et qui lui permet de chanter dans des clubs parisiens. Il y rencontre le compositeur Jean Renard qui, très vite, tombe sous le charme de ce jeune homme à la voix et au physique hors du commun. Jean Renard écrit et compose « Laisse-moi t’aimer » que l’interprète enregistre phonétiquement. C’est d’emblée un énorme succès.

Quelques mois plus tard, la popularité du jeune homme se confirme avec « Mais dans la lumière ». Prenant de plus en plus d’assurance avec la langue française, il enchaîne alors les « tubes »: « Qui saura », « C’est ma prière », « Rien qu’une larme », « Tout donné tout repris », « Viens ce soir », « C’est comme ça que je t’aime » et « On se retrouve par hasard ». Fin 1974, alors qu’il se trouve à Genève, Mike Brant se jette par la fenêtre de sa chambre. Il tombe sur un balcon en contrebas et est hospitalisé avec les deux jambes fracturées et un traumatisme crânien. Il n’expliquera jamais vraiment son geste qu’il dira pourtant regretter au micro d’André Torrent sur la radio française RTL. Et pourtant, le 25 avril 1975, il remet ça en se défenestrant de son appartement parisien. La chute est cette fois fatale au chanteur qui laisse un immense succès posthume avec la chanson « Dis-lui ». Il s’agit de la reprise du hit d’un artiste brésilien, Morris Albert, « Feelings », qui s’avère être un plagiat d’une chanson… française signée Loulou Gasté pour Line Renaud quinze ans plus tôt: « Pour toi ».
.
**********
.

25 avril 2001 : Décès, à Liège, à l’âge de 70 ans, du chef d’orchestre et trompettiste belge Jo CARLIER. Pour en savoir plus sur sa vie et connaître sa biographie, veuillez CLIQUER ICI.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,