GRECO Juliette

Juliette Gréco en 2012

La chanteuse et comédienne française Juliette GRECO est née le 7 février 1927 à Montpellier. Petit rat de l’opéra à Paris à l’aube de la guerre, elle aide sa mère dans la résistance quelques années plus tard. Découverte par les Allemands, elle n’est pas déportée comme sa mère et sa soeur en raison de son jeune âge. Elle est cependant emprisonnée à Fresnes jusqu’à la fin de la guerre. A la libération, un vent de folie souffle sur Saint-Germain-des-Prés. C’est à deux pas de chez Juliette et elle va souvent y passer du temps. Elle commence à y faire du théâtre peu de temps après. Elle s’intéresse à la chanson et, en 1949, elle est présente à l’ouverture du cabaret « Le Boeuf sur le Toit ». Elle devient la « muse » de Saint-Germain-des-Prés. A partir de ce moment, son répertoire d’interprète ne va cesser de s’enrichir. Ses rencontres intéressantes vont se multiplier aussi. Rencontres artistiques et, parfois aussi, amoureuses: Miles Davis, Philippe Lemaire, Daryl Zanuck, Jacques Brel, Serge Gainsbourg, Guy Béart, Léo Ferré, Michel Piccoli, Gérard Jouannest, etc.

Les grands succès de Juliette Gréco – créations ou reprises – sont nombreux. On peut citer: « Si tu t’imagines » (Raymond Queneau), « La Rue des Blancs Manteaux » (Jean-Paul Sartre et Joseph Kosma), « Un petit poisson un petit oiseau » (Jean-Max Rivière et Gérard Bourgeois), « Accordéon » (Serge Gainsbourg), « Je hais les dimanches » (Charles Aznavour et Florence Véran), « Il n’y a plus d’après » (Guy Béart), « Jolie môme » (Léo Ferré), « La javanaise » (Gainsbourg), « La chanson des vieux amants » (Jacques Brel et Gérard Jouannest), « Mon fils chante » (Maurice Fanon et Gérard Jouannest), « Déshabillez-moi » (Robert Nyel et Gaby Verlor) ou « Les Feuilles mortes » (Jacques Prévert et Joseph Kosma) entre autres.

A la fin des années 1950, on lui découvre un talent de comédienne hors-pair dans le film « Bonjour tristesse » d’Otto Preminger ou, en 1965, dans le feuilleton télévisé français « Belphégor ». Jusqu’à l’approche de ses 90 ans, Juliette Gréco garde un rythme de travail étonnant et elle sort régulièrement de nouveaux albums. Pour les chansons qui s’y trouvent, elle fait toujours appel à de nouveaux talents: Christophe Maé ou Benjamin Biolay sont ainsi de ses plus récentes aventures musicales. En 2012, l’opus intitulé « Ça se traverse et c’est beau » évoque les ponts de Paris et le casting des collaborations est éblouissant. La muse de St Germain des Prés s’est en effet entourée de créateurs qui jamais auparavant ne s’étaient associés à un projet commun : Amélie Nothomb, François Morel, Melody Gardot ou Marc Lavoine.

Le 28 octobre 2013, Juliette Gréco commercialise un nouvel album de douze chansons où elle interprète Jacques Brel. Des récitals consacrés à cet album ont lieu à l’Olympia de Paris et au Cirque Royal de Bruxelles en 2014.

Le 24 mars 2016, la chanteuse doit être hospitalisée à Lyon (F) à la suite d’un malaise. C’est dans une chambre d’hôtel du centre-ville que l’artiste a été secourue. Le 17 septembre 2016, Juliette Gréco devait reprendre sa tournée d’adieux baptisée « Merci » à Vannes en Bretagne (F). Mais le calendrier des concerts, suspendu après que l’artiste a subi un accident vasculaire cérébral, n’est pas repris. Frappée par le destin, la chanteuse perd sa fille unique, Laurence-Marie, la même année. Le 16 mai 2018, son compagnon de route et aussi son mari depuis 30 ans, le compositeur, pianiste et chef d’orchestre Gérard Jouannest décède.

A regret, Juliette Gréco se fait alors de plus en plus discrète et déclare en juillet 2020 au magazine Télérama que chanter, sa raison de vivre, lui manque terriblement. Elle décède ce 23 septembre 2020, entourée des siens, à son domicile de Ramatuelle dans le Var.

.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Décès de Juliette GRECO : une grande interprète nous a quittés

L’année 2020 n’aura décidément pas de limites pour nous décevoir. Paralysé et désemparé par un virus minuscule mortifère, le monde de la musique et de la chanson francophone aura aussi vu disparaître un grand nombre d’artistes ayant marqué le paysage pendant des dizaines d’années. Ainsi, après Zizi Jeanmaire et Annie Cordy, c’est maintenant une autre interprète nonagénaire qui est partie dans les étoiles : Juliette Gréco.
.
Juliette Gréco était née le 7 février 1927 à Montpellier. Petit rat de l’opéra à Paris à l’aube de la guerre, elle aide sa mère dans la résistance quelques années plus tard. Découverte par les Allemands, elle n’est pas déportée comme sa mère et sa soeur en raison de son jeune âge. Elle est cependant emprisonnée à Fresnes jusqu’à la fin de la guerre. A la libération, un vent de folie souffle sur Saint-Germain-des-Prés. C’est à deux pas de chez Juliette et elle va souvent y passer du temps. Elle commence à y faire du théâtre peu de temps après. Elle s’intéresse à la chanson et, en 1949, elle est présente à l’ouverture du cabaret « Le Boeuf sur le Toit ». Elle devient la « muse » de Saint-Germain-des-Prés. A partir de ce moment, son répertoire d’interprète ne va cesser de s’enrichir. Ses rencontres intéressantes vont se multiplier aussi. Rencontres artistiques et, parfois aussi, amoureuses: Miles Davis, Philippe Lemaire, Daryl Zanuck, Jacques Brel, Serge Gainsbourg, Guy Béart, Léo Ferré, Michel Piccoli, Gérard Jouannest, etc.

Les grands succès de Juliette Gréco – créations ou reprises – sont nombreux. On peut citer: « Si tu t’imagines » (Raymond Queneau), « La Rue des Blancs Manteaux » (Jean-Paul Sartre et Joseph Kosma), « Un petit poisson un petit oiseau » (Jean-Max Rivière et Gérard Bourgeois), « Accordéon » (Serge Gainsbourg), « Je hais les dimanches » (Charles Aznavour et Florence Véran), « Il n’y a plus d’après » (Guy Béart), « Jolie môme » (Léo Ferré), « La javanaise » (Gainsbourg), « La chanson des vieux amants » (Jacques Brel et Gérard Jouannest), « Mon fils chante » (Maurice Fanon et Gérard Jouannest), « Déshabillez-moi » (Robert Nyel et Gaby Verlor) ou « Les Feuilles mortes » (Jacques Prévert et Joseph Kosma) entre autres.

A la fin des années 1950, on lui découvre un talent de comédienne hors-pair dans le film « Bonjour tristesse » d’Otto Preminger ou, en 1965, dans le feuilleton télévisé français « Belphégor ». Jusqu’à l’approche de ses 90 ans, Juliette Gréco garde un rythme de travail étonnant et elle sort régulièrement de nouveaux albums. Pour les chansons qui s’y trouvent, elle fait toujours appel à de nouveaux talents: Christophe Maé ou Benjamin Biolay sont ainsi de ses plus récentes aventures musicales. En 2012, l’opus intitulé « Ça se traverse et c’est beau » évoque les ponts de Paris et le casting des collaborations est éblouissant. La muse de St Germain des Prés s’est en effet entourée de créateurs qui jamais auparavant ne s’étaient associés à un projet commun : Amélie Nothomb, François Morel, Melody Gardot ou Marc Lavoine.

Le 28 octobre 2013, Juliette Gréco commercialise un nouvel album de douze chansons où elle interprète Jacques Brel. Des récitals consacrés à cet album ont lieu à l’Olympia de Paris et au Cirque Royal de Bruxelles en 2014.

Le 24 mars 2016, la chanteuse doit être hospitalisée à Lyon (F) à la suite d’un malaise. C’est dans une chambre d’hôtel du centre-ville que l’artiste a été secourue. Le 17 septembre 2016, Juliette Gréco devait reprendre sa tournée d’adieux baptisée « Merci » à Vannes en Bretagne (F). Mais le calendrier des concerts, suspendu après que l’artiste a subi un accident vasculaire cérébral, n’est pas repris. Frappée par le destin, la chanteuse perd sa fille unique, Laurence-Marie, la même année. Le 16 mai 2018, son compagnon de route et aussi son mari depuis 30 ans, le compositeur, pianiste et chef d’orchestre Gérard Jouannest décède.

A regret, Juliette Gréco se fait alors de plus en plus discrète et déclare en juillet 2020 au magazine Télérama que chanter, sa raison de vivre, lui manque terriblement. Elle décède ce 23 septembre 2020, entourée des siens, à son domicile de Ramatuelle dans le Var. Les obsèques de l’artiste seront célébrées le 5 octobre 2020 à Paris avec une cérémonie organisée dans l’église de Saint Germain des Prés en toute logique pour celle qui a été surnommée « la muse » de ce quartier parisien très animé dans les années 1950.

.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

21 JANVIER

21 janvier 1941 : Naissance, à Madrid, du ténor espagnol Placido DOMINGO. Il a joué et interprété beaucoup d’opéras français comme « Carmen » de Bizet. Cette oeuvre lui a même permis de devenir acteur de cinéma aux côtés de Julia Migenes et Ruggero Raimondi dans le film de Francesco Rosi en 1983. Placido Domingo n’est pas avare d’expériences musicales s’éloignant de l’opéra. Ses interprétations de mélodies populaires sont également reprises sur de nombreux enregistrements. En 2012, à la surprise de tous, et entraînant des réactions mitigées, il a enregistré « La chanson des vieux amants » de Jacques Brel en duo avec la chanteuse française Zaz. Fin 2014, il enregistre un album de chansons de Noël sur lequel se trouve un duo avec le chanteur français Vincent NICLO : « Have yourself a merry little christmas ».

.
**********
.

Michel Jonasz en 1976

21 janvier 1947 : Naissance, à Drancy, de l’auteur-compositeur-interprète et comédien français Michel JONASZ. Avec des parents immigrés hongrois juifs, Michel est très tôt attiré par des activités artistiques et, surtout, musicales. A 17 ans, il joue des claviers dans un groupe nommé « Les Lemons ». Deux ans plus tard, il fonde le groupe « King Set » avec Alain Goldstein. Fin 1968, il enregistre seul un premier 45 tours sans succès sous le nom de Michel Kingset. Le disque suivant sort sous son vrai nom en 1970, Michel Jonasz, mais toujours sans succès. Il faut attendre 1972 pour qu’un « tube » d’été le fasse connaître: « La rencontre ».

Ce premier disque populaire est suivi par « Appelez-moi Frénésie » (1973) et, surtout, « Dites-moi » (1974) ainsi que « Super Nana » (1974). La carrière de Michel Jonasz est lancée et ne s’essouflera que dans les années 1990. Parmi les chansons les plus appréciées de Michel Jonasz, il y a « Les vacances au bord de la mer » (1975), « Changez tout » (1976), « Je voulais te dire que je t’attends » (1976), « J’veux pas qu’tu t’en ailles » (1977), « En v’là du slow en v’là » (1978), « Joueurs de blues » (1980), « Lucille » (1983), « La boîte de jazz » (1985), etc. En 1988, l’artiste enregistre un double album concept sur lequel il relate « La fabuleuse histoire de Mr. Swing ». Une tournée internationale de spectacles l’emmmène ensuite aux quatre coins de la francophonie et récolte un succès considérable. Michel Jonasz diversifie ses activités et se distingue alors aussi par ses talents de comédien dans des fictions au cinéma et à la télé ainsi qu’au théâtre. En 2007, sous le titre très simple « Chanson française », Michel Jonasz enregistre un album de reprises de ses chansons préférées. L’album qu’il sort en 2011 est un véritable bijou et a pour titre « Les hommes sont toujours des enfants ». Enfin, sacrifiant à sa passion pour la soul music américaine, l’artiste fait partie, sur scène, de la tournée « Les rois de la soul » en 2011-2012 avec d’autres passionnés comme Gilbert Montagné, Manu Dibango, Joniece Jamison, Quentin Mosimann, Ahmed Mouici, Vigon et Phil Barney. Huit ans après son dernier opus, Michel Jonasz reprend le chemin des studios pour enregistrer de nouvelles chansons reprises sur un disque intitulé « La Méouge, le Rhône, la Durance » et qui sort en octobre 2019. Placé sous le thème général de l’environnement et de la protection de notre planète bleue, l’album permet aussi de retrouver l’univers traditionnel et un peu oublié de celui que l’on a nommé « Mister Swing » grâce, notamment, à l’appui des musiciens qui ont fait ses grands succès et qu’il retrouve pour notre plus grand plaisir : Manu Katché, Jean-Yves D’Angelo, Hervé Brault et Michel Gaucher notamment.
.
**********
.

21 janvier 1962 : Naissance, à Neuilly-sur-Seine, de la comédienne française Marie TRINTIGNANT, fille de Nadine et Jean-Louis. Décédée le 1er août 2003 des suites de coups portés par le chanteur de Noir Désir, Bertrand Cantat, au cours d’une dispute survenue à Vilnius en Lituanie. Marie Trintignant a toujours été intéressée par la musique et la chanson. Au point d’enregistrer, quelques mois avant sa tragique disparition, un duo avec Thomas Fersen: « Pièce montée des grands jours ». Une façon de revenir à la musique puisque, en 1990 déjà, elle avait enregistré un 45 tours avec une chanson intitulée « L’amour partira demain » signée par Jean-François Fréret, Serge Perathoner et Jannick Top.

.
**********
.
21 janvier 2013 : la chanteuse française CLARIKA commercialise son sixième album studio sous le titre « La tournure des choses ». Cet opus fait aussi l’objet d’un nouveau spectacle pour lequel l’artiste a suivi une résidence du 30 octobre au 7 novembre 2012 dans les Vosges. Le disque propose une série de chansons neuves, vivantes et urgentes. C’est un autoportrait et un panoramique sur l’époque avec un état des lieux au vitriol et une confession ironique. Le premier extrait du CD envoyé aux radios a pour titre « Oualou ». Clarika annonce à ce moment une tournée pour 2013 et 2014 avec, notamment, deux concerts prévus les 27 et 28 février 2013 au Café de la Danse à Paris.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,