ULMER Georges

Le chanteur danois Georges ULMER naît à Copenhague le 16 février 1919 sous le vrai nom de Jørgen Frederick Ulmer. Son père sculpteur meurt alors qu’il n’a qu’un an. Et sa mère décide alors de partir aux Etats-Unis avant de s’installer en Espagne où Jørgen Frederick passe son enfance et où il pratique ses premières activités artistiques. Il écrit et compose ainsi pour le cinéma. S’étant installé en France pour fuir le fascisme des Franquistes, il connaît un grand succès avec une chanson dont il signe les paroles avec Géo Koger sur une musique de Guy Luypaerts: « Pigalle ». Enregistré à la fin de la guerre, ce cliché touristique du quartier parisien est un des airs populaires de la libération de Paris en 1945.

 

La suite de la carrière de Georges Ulmer est faite de chansons plus discrètes mais néanmoins connues comme « Un monsieur attendait », « Ma voiture contre une jeep » et « Quand allons-nous nous marier ? », une sorte de chanson comic & western.

Moins marquants en terme de popularité sont toutefois les duos qu’Ulmer enregistre avec Arletty en 1959 (Viens, viens Mad’leine ») et avec Mick Micheyl (« C’est un au-revoir » de Jean-Paul Cara et Mick Micheyl) en 1972.

Georges Ulmer diversifie alors quelque peu ses activités et présente, notamment aux côtés de la chanteuse brésilienne Eliana Pittman, le gala annuel du MIDEM (Marché international du Disque et de l’Edition Musicale) qui se tient à Cannes le 25 janvier 1970. Ensemble, ils introduisent sur scène les prestations de Nicoletta, Mike Brant, Julio Iglesias et Astrud Gilberto entre autres. Georges Ulmer décède le 29 septembre 1989 à Marseille.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

8 MAI

FERNANDEL en 1963

8 mai 1903 : Naissance, à Marseille, de parents artistes, du chanteur et acteur français FERNANDEL sous le nom de Fernand Contandin. Star du cinéma français d’après-guerre, c’est cependant au music-hall qu’il commence sa carrière artistique encore enfant. Il ne délaissera d’ailleurs jamais totalement la musique et il continuera ainsi à enregistrer des chansons tout en se consacrant à ses activités cinématographiques. Parmi ses chansons les plus marquantes, il y a de nombreuses oeuvres plutôt drôles: « Ignace », « Le Tango corse », « On m’appelle Simplet », « Ne me dis plus tu » ou encore le célèbre « Félicie aussi ».

Ses débuts parisiens en tant que chanteur remontent à décembre 1928 avec un concert à Bobino. Quelques mois plus tard, il est engagé dans la revue d’hiver du concert Mayol où il se fait remarquer par le cinéaste Marc Allégret qui est donc à la base de sa carrière au cinéma. Sur scène, parallèlement à ses activités d’acteur, il joue dans bon nombre de comédies musicales qui sont souvent adaptées pour le grand écran. C’est de ces spectacles que sont d’ailleurs issues les chansons à succès de Fernandel. En 1939, à l’aube de la seconde guerre mondiale, il enregistre « Francine », une chanson surprenante et très engagée contre la propagande allemande. Une chanson à écouter d’autant plus attentivement en ce début de décennie 2020 caractérisée par la montée inquiétante des politiques populistes un peu partout.

Parmi les enfants de Fernandel, Franck Fernandel est lui-même devenu chanteur. Fernandel est décédé à Paris le 26 février 1971.
.
**********
.

MARIE MYRIAM en 1986 – Photo (c) Frédéric Huijbregts

8 mai 1957 : Naissance à Luluabourg, en République Démocratique du Congo, de la chanteuse française MARIE MYRIAM. C’est bien entendu sous son vrai nom de Myriam Lopes que la future Marie Myriam passe sa prime enfance, jusqu’à l’âge de trois ans et demi, dans une région qui appartient, à l’époque, au Congo Belge. Passionnée très tot par la musique et la chanson, elle enregistre un premier 45 tours à Paris en 1976 après avoir été remarquée par un producteur un soir qu’elle chantait du Brel dans le restaurant de ses parents qui sont d’origine portugaise. La chanson « Ma colombe », enregistrée sous le nom de Myriam, n’est pas un succès. Quelques mois plus tard, elle est sélectionnée pour représenter la France au Concours Eurovision avec « L’oiseau et l’enfant », une chanson écrite et composée par Jean-Paul Cara. Elle n’a pas encore 20 ans quand elle interprète cette chanson et qu’elle remporte le Grand Prix à Wembley le 7 mai 1977.

A ce jour, aucun autre candidat français n’a réussi à succéder à Marie Myriam sur la plus haute marche du podium de ce concours. Malgré l’énorme succès mondial de sa chanson, l’interprète va parvenir à poursuivre sa carrière en enregistrant des adaptations françaises de succès étrangers comme « Un homme libre » ou « Sentimentale ». A la fin des années 1980, les chansons « Tout est pardonné » et « Dis-moi les silences » se classent parmi les 10 meilleures ventes dans le Top 50 français.

Depuis ces derniers grands succès, Marie Myriam sort régulièrement des albums dont la popularité est plus timide. En 2006 et 2007, elle participe à la tournée des idoles françaises « Age tendre et tête de bois ». Et, en 2008, elle publie un disque reprenant treize chansons de Noël où elle est accompagnée par l’orchestre symphonique de Budapest placé sous la direction de Guy Mattéoni, le chef d’orchestre du spectacle « Age tendre et tête de bois ». Le 20 décembre 2013, Marie Myriam perd son mari et compagnon depuis 34 ans: le producteur Michel Elmosnino, qui avait relancé la carrière de la chanteuse à la fin des années 1980, décède d’une crise cardiaque à 67 ans. En 2017, un double album de 40 chansons célèbre ses 40 ans de carrière mais, aussi, le 40e anniversaire de sa victoire à l’Eurovision.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,