Belgique: les sociétés de spectacles de Didier Defourny en faillite

Annulation C-Live

Communiqué d’annulation relevé sur la page web C-Live à propos de trois concerts d’Emmanuel Moire en Belgique au mois de mai 2016

C’est après le décès de son père, Constant Defourny, le 27 janvier 1995 dans un accident de voiture où il faillit lui aussi perdre la vie, que Didier Defourny a repris les affaires paternelles en gérant, notamment, les spectacles en Belgique de nombreux artistes francophones de renom comme Johnny Hallyday, Michel Sardou, Céline Dion et Lara Fabian notamment.
*
En vingt ans cependant, et malgré des concerts affichant presque tout le temps complet, les sociétés de Didier Defourny n’ont jamais affiché un bilan financier florissant. Aujourd’hui, alors qu’elles avaient déjà cessé toute activité depuis le mois de mai 2015, ces sociétés ont été déclarées en faillite et en liquidation. Le fisc belge leur réclamerait en effet plusieurs centaines de milliers d’euros.
*
Déjà condamné par le passé, Didier Defourny, ne pouvait plus exercer d’activité commerciale en Belgique depuis octobre 2013. Mais qu’à cela ne tienne, il a alors crée une autre société au Luxembourg: C-Live. D’après le site web de la radio télévision publique belge francophone RTBF, qui divulgue l’info ce mardi 26 juillet, cette société-là est, elle aussi, désormais en liquidation. C’est d’autant plus embêtant que c’est cette société qui proposait les concerts en Belgique de Renaud les 8 et 9 novembre prochains. Sur le site web de C-Live, les places pour ces concerts sont indiquées comme n’étant « pas disponibles ».
*
Le portail info de la RTBF rappelle aussi que les ennuis judiciaires et financiers de Didier Defourny avaient démarré au début des années 2000 lorsqu’il organisa des Grands prix de Formule 1 à Francorchamps pour lesquels il fut accusé de détournement de fonds et condamné.
.
.
.

Tags: , , , , , , ,

27 JANVIER

 

Un des premiers disques de Frédéric François produit par Constant Defourny en 1969

27 janvier 1995 : Décès dans un accident de voiture, en région liégeoise en Belgique, du producteur et organisateur de spectacles belge Constant DEFOURNY. Fils d’un exploitant de cinéma de Fléron, près de Liège, il entame sa carrière en y organisant des thés dansants le dimanche après-midi pour sauver l’établissement dont les finances battent de l’aile. De nombreuses formations musicales défilent alors sur la scène du « Beaulieu » durant les années 1960 avec, également, de nombreux chanteurs d’orchestres. En 1969, il propose au chanteur de l’un de ces groupes de devenir son producteur discographique : Francesco Barracato enregistre son premier disque sous le nom de François Bara avant de devenir Frédéric François.

Dans la foulée, il s’occupe aussi des premiers enregistrements de Claude Michel (Giani Marzano). Les millions de disques vendus par ces artistes introduisent Constant Defourny dans les milieux artistiques parisiens les plus en vue. Et il en profite pour mettre sur pied, en Belgique, les concerts des plus grandes stars françaises de l’époque : Johnny Hallyday et Michel Sardou par exemple. C’est au retour d’un spectacle de Michel Leeb à Mons (B) que la voiture de Constant Defourny quitte la route dans la nuit très froide. Son secrétaire, René Franssen, décède également dans l’accident. Quant au fils de Constant, Didier Defourny, il est le seul à s’en sortir vivant, mais gravement blessé, il pourra toutefois par la suite reprendre les activités artistiques professionnelles de son père. Il est celui qui permet à l’artiste canadienne Céline Dion de se produire pour la première fois dans un stade: celui du Heysel à Bruxelles en 1997.
.
**********
.

Denis Pépin en 1975

27 janvier 2010 : Décès, à Paris, à l’âge de 61 ans et des suites d’une longue maladie, de l’auteur, compositeur et interprète français Denis PEPIN. Un pseudonyme qui cache la véritable identité de Farid Khaldi. Né à Paris en 1948, il s’intéresse très vite à la musique et pratique la batterie. Il débute donc sa carrière artistique comme batteur au sein des groupes « Les Spector » et « Les Boots ». Puis il se lance dans la chanson où ses principaux succès des années 1970 restent des reprises de Georges Brassens comme Une jolie fleur ou Marinette même si des chansons originales comme Aimer quand même et Pauv’Mamadou restent aussi dans un coin de notre mémoire.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,