14 MAI

14 mai 1959 : Naissance, à Tlemcen en Algérie, de l’acteur et chanteur Patrick BRUEL, Benguigui de son vrai nom. Ses parents sont tous les deux enseignants et ils se séparent lorsque Patrick a un an. C’est avec sa mère que le garçon va vivre. En 1962, c’est l’indépendance de l’Algérie et Patrick est contraint, comme presque tous les Juifs de l’Algérie jusqu’alors française, de quitter le pays. Il s’installe avec sa mère à Argenteuil en banlieue parisienne. Àgé de cinq ans à peine, il s’intéresse à la chanson et découvre Brel, Brassens et Gainsbourg qu’il admire. Et, en 1969, un concert de Serge Reggiani le bouleverse. Il se rend compte que l’on peut mêler sur scène ce que sont devenues ses deux passions: le théâtre et la chanson. En 1973, il fugue brièvement à Bruxelles pour y applaudir les Rolling Stones à Forest-National. Ces derniers l’impressionnent et il veut se faire une culture musicale plus anglo-saxonne. Il découvre alors d’autres groupes légendaires comme Led Zeppelin et Deep Purple. Il tente de s’inscrire dans un cours d’art dramatique mais il n’y fait qu’un très bref passage. Et, finalement, il se retrouve animateur au Club Méditerranée. Dans les années 1970, sa mère, qui s’est remariée, donne naissance à ses deux demi-frères: David et Fabrice Moreau. En 1978, Patrick rate son baccalauréat. Il répond à ce moment à une annonce de casting parue dans France-Soir et décroche son premier rôle au cinéma: il se retrouve aux côtés de Roger Hanin et de Marthe Villalonga dans « Le Coup de sirocco » d’Alexandre Arcady. Malgré le succès de ce coup d’essai, Patrick Bruel part vivre à New York où il rencontre le musicien français Gérard Presgurvic. De retour à Paris en 1981, il fait du théâtre et joue dans « Le charimari ». Avec le théâtre, une de ses passions se concrétise donc. Il va faire en sorte de concrétiser la seconde en enregistrant une chanson en 1982: « Vide ». Mais le disque n’obtient aucun succès. Il décroche alors quelques rôles au cinéma qui vont commencer à l’installer comme un des jeunes acteurs français qui montent. Patrick Bruel insiste et pense qu’il finira par percer dans le monde de la chanson francophone. Et, effectivement, en 1983, Gérard Presgurvic lui écrit « Marre de cette nana-là » qui obtient un premier vrai succès. Cela lui permet de décrocher un premier passage télévisé en 1984 chez Pascal Sevran dans « La chance aux chansons ».

Encouragé par cet essai enfin prometteur, il s’embarque dans l’enregistrement d’un premier album qui sort en 1986: « De faces » dont la chanson « Comment ça va pour vous » est programmée sur certaines radios. Le chiffre des ventes n’est pas mirobolant mais, grâce à cela, il fait un premier passage à l’Olympia de Paris. Réellement encouragé par le mouvement qui commence à se créer autour de sa personnalité de chanteur, il décide de remettre le couvert et d’enregistrer un album plus élaboré en 1989: « Alors regarde ». Les chansons de cet opus ont un effet immédiat sur le public qui se les arrache au point que l’on parle déjà de « Bruelmania ». Et, d’emblée, « Casser la voix » est un énorme « tube » tout comme « Décalé », « Place des grands hommes » et « J’te l’dis quand même ».

A partir de ce moment, ses concerts sont des grands rassemblements de ferveur populaire où ses fans chantent toutes les chansons qu’ils connaissent par coeur. Patrick attend alors trois ans avant d’enregistrer l’album suivant qu’il veut plus rock. Le public ne le suit pas vraiment sur ses nouveaux chemins musicaux et Bruel fait une trêve en retournant au cinéma. En 1998, il participe avec d’autres artistes à la chanson « Sa raison d’être » dans le cadre de l’action « Ensemble contre le SIDA ». A 40 ans, et après s’être retiré de la chanson pendant cinq ans, il enregistre un nouvel opus plus personnel: « Juste avant ». Trois succès en sont tirés: « J’te mentirais », « Pour la vie » et « Au café des délices ». Trois ans plus tard, en 2002, il crée la surprise en commercialisant un double album de reprises de grands succès français de l’entre-deux-guerres. Ce disque intitulé « Entre-deux » est présenté à la presse européenne lors d’une soirée se déroulant au Musée des Arts Forains à Paris-Bercy. Il est parsemé de duos avec des artistes comme Aznavour, Voulzy, Renaud, Aubert, Goldman, Hallyday, Cabrel, Zazie et Souchon par exemple. Mais il n’oublie pas les actrices et sollicite aussi Sandrine Kiberlain, Emmanuelle Béart ou Danielle Darrieux. En 2006, l’opus suivant s’intitule « Des souvenirs devant » et son septième album sort en novembre 2012. Il porte le titre de l’une des nouvelles chansons: « Lequel de nous ». Un autre extrait est également bien accueilli par les stations de radio: « She’s gone ». Particularité de l’album: il comporte un duo, « Maux d’enfants » que Patrick Bruel partage avec le rappeur français La Fouine. En septembre 2014, Patrick Bruel réussit le pari de remplir pendant deux soirées de suite le stade Pierre Mauroy de Lille. Il y présente un spectacle particulier destiné à fêter les 25 ans de son album « Alors regarde ». Un des deux concerts est retransmis en direct sur la chaîne privée de télévision française TF1. L’artiste sait se mobiliser pour des causes importantes: on a déjà évoqué « Ensemble contre le SIDA » mais il y a aussi les Restos du Coeur et il y a eu divers concerts de solidarité pour les victimes du tsunami thaïlandais ou pour la libération de la journaliste Florence Aubenas par exemple. Sans oublier les soirées solidaires belges comme Viva for Life (en décembre 2015 à Charleroi) ou le Télévie (en avril 2016). Fin 2015, il rend hommage à l’une de ses idoles, Barbara, en enregistrant l’album « Très souvent, je pense à vous ». Une tournée emmène ensuite l’artiste entre mars et novembre 2016 aux quatre coins de la francophonie pour un spectacle exclusivement consacré aux chansons de Barbara. Un album live est enregistré au Théâtre du Châtelet à Paris et il paraît en décembre 2016. En 2018, Patrick Bruel envisage de donner un virage musical plus électro à son nouvel album et cela lui réussit parfaitement car deux extraits de ce nouvel opus, « Ce soir on sort », sont d’emblée de gros succès : « Pas eu le temps » et « Tout recommencer ». Il entame alors une tournée européenne à partir de février 2019 et les dates de celle-ci se multiplient tant et plus pour le plus grand bonheur de son public. Il est ainsi sur la scène belge de Forest-National pour fêter ses 60 ans le 14 mai 2019.

.
**********
.

David Christie en 1969

14 mai 1997 : Décès à Capbreton du chanteur français David CHRISTIE à l’âge de 49 ans. Il était né le 1er janvier 1948 sous le nom de Jacques Pépino. Après une série de disques enregistrés en français dans les années 1960 et qui ont connu des fortunes diverses, comme Julie » en 1968, c’est en 1976 que David connaît son premier « tube » international. Celui-ci est un titre anglais qui sacrifie à la mode disco: « Falling in love in summertime ». Au début des années 1980, dans la même lignée musicale, le chanteur trouve à nouveau le succès avec « Saddle up » (1982). Puis c’est la chute aux oubliettes malgré quelques tentatives peu concluantes de retour. En 1985, il rencontre la chanteuse Nina Morato avec qui il aura une fille qui décédera accidentellement en 1999.

.
**********
.
14 mai 2015 : Habituellement, les Coups de Coeur de l’Académie Charles-Cros sont attribués chaque année lors du festival « Alors, Chante ! » de Montauban. Mais, pour cette édition 2015, vu l’arrêt plutôt impromptu du festival montalbanais, les responsables de l’Académie ont décidé de décerner leurs prix au cours du festival « L’Air du temps » de Lignières. Les albums récompensés sont ceux de:
* Bastien LALLEMANT « La maison haute » (Zamora production/L’Autre distribution)
* Ben MAZUE « 33 ans » (Columbia/Sony music)
* DES FOURMIS DANS LES MAINS « Partout des gens » (Label folie)
* Camélia JORDANA « Dans la peau » (Sony music)
* DIMONE « Bien hommé, mal femmé » (Estampe/L’Autre distribution)
* Jérémie BOSSONE « Gloires » (La Route productions)
* Les OGRES DE BARBACK « Vous m’emmerdez » (Irfan le label)
* PRESQUE OUI « De toute évidence » (Sostenuto/Absilone/L’Autre distribution)
* VIANNEY « Idées blanches » (Tôt ou tard)
* Zaza FOURNIER « Le départ » (Verycords).
* Maya KAMATY « Santié Papang » (Sakifo/Atmosphériques)
* Salomé LECLERC « 27 fois l’aurore » (Tôt ou tard)
* Stéphane BLOCK « Complainte de la pluie qui passe » (Les Hérétiques production).
* RADIO ELVIS « Juste avant la ruée » ([Pias] le label).

Jo Masure en 2013

Enfin, un Coup de cœur tout particulier a été décerné aussi à Jo Masure, ancien directeur du festival Alors Chante de Montauban puisque désormais retraité. On imagine volontiers que l’Académie a voulu, de cette manière, apporter son soutien au festival qui a été éjecté de sa ville natale il y a peu.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

25 MARS

 

Jean Sablon en 1961

25 mars 1906 : Naissance, à Nogent-sur-Marne, du chanteur crooner français Jean SABLON. Ayant décidé de devenir chanteur, il commence, dès l’âge de 17 ans, à se produire dans des opérettes à Paris. Ensuite accompagné par la pianiste-compositrice Mireille pour son premier album, il connaît un succès fulgurant avec la chanson « Couchés dans le foin ». En 1931, il apparaît aux côtés de la star Mistinguett au Casino de Paris. Jean Sablon entre alors dans la légende en 1935 en devenant le premier chanteur français à se produire sur scène avec un microphone. Deux ans plus tard, il remporte le Grand Prix du Disque avec la chanson « Vous qui passez sans me voir », écrite à son intention par Charles Trenet, Johnny Hess et Paul Misraki.

Il décide alors de s’installer aux Etats-Unis pour travailler à Broadway avec des célébrités comme George Gershwin. Lors d’une escapade canadienne à Montréal, il rencontre une artiste du cru: la Bolduc, spécialiste du « turlutage » ou du « tire-langue » (tam-di-de-lam) dans ses chansons. Véritable crooner et chanteur de charme à la voix de velours, Jean Sablon fut l’un des chanteurs les plus populaires de son époque. Il enregistra des disques accompagnés de grands musiciens comme Django Reinhardt ou Stéphane Grappelli. Il connut aussi un succès international sur scène et son dernier concert à New York date de 1981. Un an plus tard, il faisait ses adieux à Paris. A 87 ans, Jean Sablon est décédé à Cannes (F) le 24 février 1994. Il a été inhumé au cimetière parisien de Montparnasse. En 1979, à la télévision française, Jean Sablon interprétait un de ses grands succès, « Je tire ma révérence » en duo avec le comédien français Jean Piat : séquence souvenirs à découvrir ci-dessous.

.
**********
.

Christine Sèvres en 1963 – Photo (c) Suzy Souchon

25 mars 1931 : Naissance, à Paris, de la chanteuse et comédienne française Christine SEVRES, Jacqueline Christine Boissonnet de son vrai nom. Adolescente fugueuse, elle rêve de faire du théâtre et, pour ce faire, s’inscrit à un cours d’art dramatique. Pour payer ces études, elle effectue divers petits métiers. En 1956, elle rencontre le débutant Jean Ferrat qui lui écrit et compose quelques chansons de son crû. Elle se pique alors au jeu de la chanson mais ne délaisse pas ses ambitions de comédienne. Christine Sèvres, qui a désormais choisi ce pseudonyme, se produit alors dans divers endroits parisiens consacrés à la chanson. Et elle joue aussi au théâtre dans des pièces de Victor Hugo, Anton Tchékhov ou Carlo Goldoni. L’amitié de Ferrat va se transformer en amour et, en 1960, elle épouse celui qui commence sérieusement à se faire connaître avec des chansons comme « Eh l’amour ». Alors qu’elle a déjà enregistré trois chansons qui se retrouvent sur ce que l’on n’appelle pas encore une compilation en 1960, Christine Sèvres sort véritablement son premier disque en 1962. Elle effectue alors la première partie des spectacles de Georges Brassens en 1963, 1964 et 1967. Et c’est au beau milieu des événements de mai 1968 que sort le premier 30 cms de la chanteuse. Conséquence: l’album passe totalement inaperçu des médias et du public français. Quelques mois plus tard, elle enregistre, avec Jean Ferrat, un duo qui figure sur l’album du chanteur: « La matinée ». En 1969 à Paris, Christine Sèvres passe en lever de rideau de Serge Reggiani à Bobino. En 1970, l’artiste veut confirmer l’essai de 1968 avec un second album mais celui-ci ne connaît pas un meilleur destin que le précédent. Et Christine Sèvres décide d’arrêter la chanson. A Antraigues-sur-Volane (Ardèche, F), où elle décide de s’installer avec Jean Ferrat en 1974, elle se consacre à la peinture. En 1980, elle fait toutefois un rapide retour à la chanson afin de réenregistrer le duo de « La Matinée » pour l’intégrale que Jean Ferrat sort chez l’éditeur-producteur Gérard Meys. Sa voix est toujours celle des années 1960 malgré la maladie qui ronge la chanteuse. A Marseille, où elle reçoit des soins médicaux nécessaires à son état de santé, elle meurt du cancer le 1er novembre 1981 à 50 ans.

.
**********
.

Teri Moïse en 1999

25 mars 1970 : Naissance, à Los Angeles (USA), de la chanteuse Teri MOISE. Ses parents sont des émigrés haïtiens vivant dans le quartier défavorisé de South Los Angeles. En 1990, elle débarque en France pour étudier les lettres à la Sorbonne. Passionnée de musique, elle retourne ensuite en Californie et s’inscrit au Los Angeles Musician Institute. Puis, elle revient en France et, après avoir été bassiste dans plusieurs groupes, elle travaille comme choriste à Paris. Remarquée par un producteur, elle sort son premier album en 1996. Il contient un « tube » absolu diffusé par toutes les radios: « Les poèmes de Michelle ».

Pour ce premier album éponyme Teri Moïse reçoit la Victoire de la musique de l’artiste interprète ou groupe francophone de l’année 1997. Grâce à d’autres titres comme « Je serai là », elle vend 500.000 exemplaires de son premier album. En 1998, son deuxième opus, qui reprend les titres « Fais semblant » et « Star », n’obtient pas le même score mais il s’écoule quand même à plus de cent mille unités. Après ça, Teri Moïse disparaît de la circulation aussi vite qu’elle y est apparue et il est presque impossible de savoir ce qu’elle est devenue. Jusqu’à ce 16 mai 2013 ou sa maison de disques annonce qu’elle est décédée. Sa mort remonterait au 7 mai 2013: un suicide dans une chambre d’hôtel à Madrid en Espagne.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

23 MARS

 

23 mars 1976 : Naissance, à Paris, de la chanteuse et comédienne française Elisa TOVATI. Son père est Français d’origine marocaine et sa mère d’origine russe polonaise. Rêvant de devenir comédienne dès son plus jeune âge, elle prend des cours d’art dramatique au Cours Florent et au Studio Pygmalion à Paris dès 1991. Début 1993, elle coprésente, avec Stéphane Tapie, l’émission de télé « Y’a pas d’lézard » sur TF1 puis joue dans plusieurs téléfilms. Au cinéma, les propositions se multiplient alors et elle obtient un rôle qui va la rendre populaire en 2001 dans « La vérité si je mens 2 ». Mais Elisa se passionne aussi pour la musique et la chanson et, en 2002, elle enregistre un premier album: « Ange étrange » produit par Rick Allison qui a aussi travaillé pour Lara Fabian et Chimène Badi. Certaines chansons sont écrites par Roch Voisine et Patrick Bruel mais le succès n’est pas vraiment au rendez vous de ce premier essai. Alors, quatre ans plus tard, elle enregistre un second album sous la houlette du talentueux Vincent Baguian: « Je ne mâche pas les mots ». Parmi les auteurs des chansons de cet opus, il y a, entre autres, Marc Lavoine, Daniel Darc, Raphaël, Richard Seff et Vincent Baguian bien entendu.

Sur scène, Elisa Tovati se produit alors en première partie de Marc Lavoine et Laurent Voulzy. Elle propose aussi son spectacle en 2007 dans le cadre des Francofolies de Spa (B), au Salon Bleu, en compagnie de Vincent Baguian. Elisa Tovati poursuit alors son parcours musical avec un nouvel album intitulé « Le syndrome de Peter Pan » en juin 2011. Au départ imprévu sur l’album, c’est un duo avec le Belge Tom Dice, « Il nous faut », qui va atteindre le sommet des ventes de singles et sera consacrée comme la chanson francophone la plus diffusée de la décennie précédente en 2020.

Elisa commercialise un nouvel album en février 2014: « Cabine 23 ». L’opus retrace en chansons le parcours de la famille multiculturelle dont elle est issue. Cinq ans plus tard, la sortie de l’album « Le coeur est la locomotive des filles émotives » est suivie d’un concert au Café de la Danse à Paris le 6 décembre 2019. Elisa y fête ses 20 ans de carrière et ses cinq albums.
.
**********
.

Lucienne Vernay en 1958

23 mars 1981 : Décès, à Paris, de l’auteure, compositrice et interprète française Lucienne VERNAY. Née le 12 décembre 1919 à Alger (Algérie) sous le nom de Lucienne Torres, elle s’oriente assez tôt vers la musique et elle suit des études de piano au Conservatoire de Musique de sa ville natale. Au début de l’année 1943, elle passe une audition en tant que pianiste mais Jacques Canetti, le célèbre découvreur de talents qui y assiste, prétend qu’elle devrait chanter car elle a une très belle voix. Il lui propose aussi de prendre un nom d’artiste: elle s’appellera désormais Lucienne Vernay. Comme Jacques Canetti est alors directeur de la troupe de Radio France à Alger, il engage Lucienne comme chanteuse et elle obtient de suite un certain succès. Mais, soupçonné de gaullisme, Jacques Canetti doit quitter son poste et il fonde une coopérative d’artiste: le Théâtre des Trois Ânes. Entre 1943 et 1945, la troupe sillonne toute l’Afrique du Nord en recueillant chaque soir des fonds pour le Mouvement Combat qui soutient le Général de Gaulle. A la Libération, tout le monde se retrouve en France et, le 15 septembre 1947, Lucienne Vernay épouse Jacques Canetti. Trois mois plus tard exactement, le 15 décembre, Jacques Canetti inaugure le mythique Théâtre des Trois Baudets à Paris. En 1951, l’artiste québécois Félix Leclerc demande à Lucienne Vernay d’enregistrer avec lui deux duos: « Dialogue d’amoureux » et « La fille de l’île ». Puis, malgré le fait que la chanteuse décide d’interrompre sa carrière naissante pour éduquer ses enfants (Françoise née en 1948 et Bernard né en 1949), elle se distingue en créant le premier répertoire de disques pour jeune public. Elle est soutenue dans cette initiative par son mari et elle enregistre de nombreuses comptines et chansons avec, notamment, le groupe des Quatre Barbus. Huit livres-disques des « Rondes et Chansons de France » sont récompensés par le grand-prix du disque de l’Académie Charles-Cros. Ils sont écoutés et repris en choeur dans de nombreuses écoles maternelles de toute la francophonie. En 1958, Lucienne Vernay enregistre quelques classiques de la chanson française sur un super 45 tours: « Mon coeur est un violon », « Parlez-moi d’amour » ou « Si petite ».

Un an plus tard, elle participe avec Sacha Distel, Juliette Gréco et Simone langlois au « Coq de la Chanson Française ». Elle y interprète, accompagnée par Claude Bolling et son orchestre, « Maman », un titre composé par Henri Salvador sur un texte de Boris Vian. En 1964, elle fonde les Editions Majestic et crée, avec son mari, un catalogue reprenant les oeuvres de Boris Vian, Jean-Loup Dabadie, Jacques Prévert, Brigitte Fontaine ou encore Jean Cocteau entre autres. Quatre ans plus tard, elle enregistre un disque dont les quatre titres sont écrits et composés par elle-même: « Avant, avec, après toi », « Un rayon de soleil », « Un jour viendra » et « Je peux encore aimer ». En 1972, à la demande d’Ursula Kubler Vian, elle met en musique 26 petits textes inédits qui constituent l’Abécédaire de Boris Vian qu’elle enregistre avec Les Quatre Barbus. Cette œuvre a été reprise par le groupe Debout sur le Zinc en janvier 2012. En 1978, Georges Brassens permet à Lucienne Vernay de rencontrer René Fallet qui lui propose douze poèmes à mettre en musique pour André Claveau qui les enregistre alors. Mais, peu de temps après, la musicienne et chanteuse tombe gravement malade et décède le 23 mars 1981.
.
**********
.
VALENTIN Jacky23 mars 2015 : Décès du rocker belge Jacky VALENTIN des suites d’une longue maladie. En Belgique, et plus particulièrement dans la partie sud, francophone, du pays, le Liégeois Jacky Valentin n’a eu de cesse de chanter et de vénérer le rock’n’roll en français. Pourtant, né le 22 décembre 1951 à Liège, le rocker n’a pas eu l’occasion de faire ses premières armes dans les « golden sixties » qui ont révélé ses idoles: Johnny Hallyday, Dick Rivers ou Eddy Mitchell. Car c’est en effet au début des années 1970 qu’il se lance dans une carrière musicale qui va lui valoir de rencontrer Eddie Barclay en 1974. Ce dernier lui conseille alors vivement de changer son vrai nom de Jacques Theunis en Jacky Valentin. Malgré tous ses efforts et peut-être parce que la grande époque du rock était passée, Jacky n’a jamais vraiment connu de grands succès discographiques contrairement à son aîné de rocker belge francophone Burt Blanca qui, lui, était présent dans les charts des années 1960. Cela dit, ce fils d’un fantaisiste et d’une chanteuse lyrique a quand même réussi, en 40 ans, à enregistrer de nombreux 45-tours, CD-singles et une bonne dizaine d’albums. Liégeois de coeur, Jacky, frère de l’humoriste et musicien belge Pierre Theunis, était aussi un supporter du Football Club Liégeois pour lequel il a composé naguère un hymne: « Allons les rouge et bleu ». Dans les années 1980, Jacky Valentin a interprété, à sa manière, la reprise d’une chanson des années 1950 popularisée par le chanteur français Philippe Clay. Le titre « Le danseur de Charleston » est ainsi devenu « Le danseur de rock’n’roll » et c’est à écouter et à visionner ci-dessous.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

14 MARS

Jean Poiret

14 mars 1992 : Décès, à Suresnes, du réalisateur, auteur, metteur en scène, scénariste et acteur français Jean POIRET. Il était né le 17 août 1926 à Paris d’un père ouvrier dans une verrerie et d’une mère travaillant dans la comptabilité. Après une enfance et une adolescence plutôt classiques, Jean s’inscrit aux cours d’art dramatique où il rencontre Michel Serrault avec qui il constitue un excellent duo de fantaisistes pendant des années. Dès 1953, il obtient des rôles au cinéma grâce à des réalisateurs comme André Hunnebelle, Henri Verneuil, François Truffaut ou Claude Chabrol entre autres. Par la suite, et parallèlement à ses activités cinématographiques, il est à l’affiche de nombreuses pièces du théâtre de boulevard. Il écrit aussi certains vaudevilles retentissants dont le plus célèbre reste probablement « La cage aux folles ». En 1961, une des nombreuses péripéties humoristiques de Jean Poiret consiste à graver sur disque une parodie de la chanson de Jacques Brel « La valse à mille temps ». Grâce à son inspiration talentueuse, Jean Poiret en fait une histoire de maquignon négociant en bétail: « La vache à mille francs ».

Le 14 mars 1992, Jean Poiret nous quitte à la suite d’une crise cardiaque pour laquelle il a été amené d’urgence à l’Hôpital Foch à Suresnes. Il avait 65 ans. Il est enterré au cimetière du Montparnasse à Paris.
.
**********
.

C. Jérôme en 1992

14 mars 2000 : Décès, à Paris, du chanteur français C. JEROME des suites d’un cancer à 53 ans. De son vrai nom Claude Dhotel, l’artiste était né le 21 décembre 1946 à Paris. Ayant passé son enfance près de Nancy, Claude a seize ans quand il est engagé dans un groupe de rock’n’roll: « Les Storms ». Abandonnant son travail de vendeur de chaussures, il tente sa chance à Paris et fréquente le « Golf-Drouot » pour y rencontrer des personnalités du milieu musical. Et il finit par y faire la connaissance de Jean Albertini qui devient son producteur et grâce à qui il enregistre son premier 45 tours en 1967: « Les fiancés ». Ce n’est pas un succès.

Son deuxième disque connaît plus de chance et est soutenu par l’émission « Salut les Copains » sur la radio périphérique française Europe 1. « Le petit chaperon rouge est mort » annonce ainsi un « tube » énorme qui sort juste avant l’été 1972: « Kiss me », meilleure vente de disques en France mais aussi en Allemagne, au Québec, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Italie, en Belgique, en Suisse et en Autriche. Anecdote autour de cette chanson : le musicien qui joue de l’harmonica est le chanteur Christophe qui se trouve dans le même studio lorsque C. Jérôme enregistre le titre.

Alors qu’il est, d’habitude, plutôt difficile de rester au sommet après un « tube » aussi conséquent, C. Jérôme va multiplier les succès qui ont pour titres « Himalaya », « Manhattan », « La petite fille 73 », « C’est moi », « Cindy », etc. Fin des années 1970, le chanteur doit s’éclipser face à l’arrivée de toute une série d’auteurs-compositeurs-interprètes comme Balavoine, Cabrel, Berger ou Lalanne. Mais les années 1980 ne sont pas ingrates avec notre homme qui renoue avec le succès grâce à des chansons comme « Et tu danses avec lui », « Derniers baisers » ou « Age tendre et tête de bois ». En 30 ans de chansons, C. Jérôme a vendu plus de 26 millions de disques.
.
**********
.

Alain Bashung

14 mars 2009 : Décès, à Paris, du chanteur français Alain BASHUNG des suites d’un cancer du poumon. Il était né à Paris le 1er décembre 1947 d’une mère bretonne et d’un père algérien kabyle qu’il n’a jamais connu. Un an après sa naissance, Alain est envoyé dans la région de Strasbourg chez les parents de son beau-père. Pour ses cinq ans, il reçoit un harmonica qui va sérieusement lui ouvrir les portes de la musique. A douze ans, il revient à Paris et y découvre le rock’n’roll balbutiant. Au milieu des années 1960, après avoir stoppé des études de comptabilité, il fonde avec des copains les « Dunces », un groupe de rockabilly très éphémère. Après avoir créé une autre formation à Royan, il songe à se lancer comme chanteur soliste. Il enregistre un premier 45 tours à l’âge de 19 ans et ses débuts sont très difficiles. Mais cela ne l’empêche toutefois pas de se produire au Palais des Sports de Paris en 1967 en lever de rideau des Troggs et de Cream. Un an plus tard, son quatrième 45 tours connaît un léger succès radiophonique grâce à la chanson « Les romantiques ».

Entre 1972 et 1974, il va travailler sur trois albums pour Dick Rivers. Et, en 1973, Alain Bashung tient le rôle de Robespierre dans la comédie musicale « La Révolution française » de Claude-Michel Schönberg. Pendant sept ans, il enregistre toute une série de disques, dont l’un sous le pseudonyme de David Bergen, mais aucun ne se vend. En 1980, après deux albums écrits en compagnie du parolier Boris Bergman, Bashung décroche la timbale avec « Gaby oh Gaby » qui se vend à plus d’un million d’exemplaires. Il récidive un an plus tard avec « Vertige de l’amour » et cela lui permet de se produire à l’Olympia de Paris. Les albums qui vont suivre, après une rupture temporaire avec Bergman, seront boudés par le public malgré un travail effectué avec Gainsbourg notamment. En 1986, il renoue avec Boris Bergman et avec le succès du titre « SOS Amor » qui se trouve sur un album récompensé aux Victoires de la musique. Trois ans plus tard, il arrête sa collaboration avec Bergman et découvre un autre parolier de génie: Jean Fauque. Cela aboutit au succès de « Osez Joséphine » en 1991 suivi de « Madame rêve ». Trois ans après, il sort l’album « Chatterton » qui contient le titre « Ma petite entreprise ». Après des débuts encourageants au cinéma, il revient à la chanson en 1998 avec l’opus intitulé « Fantaisie militaire » dont le premier single à en être issu est « La nuit je mens ». Pour cet album, il reçoit trois Victoires de la musique en 1999. Les albums et les expériences scéniques se poursuivent pour Bashung avec un succès inégal jusqu’au 24 mars 2008, jour de sortie de l’album « Bleu pétrole ». Mais le cancer le tenaille déjà et, malgré sa maladie, il entame une tournée avec, dès le 10 juin 2008, une série de récitals à l’Olympia. Alain Bashung est promu « Chevalier de la Légion d’honneur » le 1er janvier 2009. Le 28 février 2009, il remporte trois Victoires de la musique et ses remerciements sonnent comme un adieu émouvant et courageux à son public. Le cancer du poumon finit par le terrasser le 14 mars 2009 à l’hôpital Saint-Joseph de Paris, à l’âge de 61 ans. Après une cérémonie religieuse en l’église Saint-Germain-des-Prés, il est inhumé au cimetière parisien du Père-Lachaise le 20 mars 2009. Un premier album posthume de Bashung sort en 2011 et il reprend les chansons du disque de Gainsbourg « L’homme à la tête de chou » pour lequel l’artiste a encore eu le temps d’enregsitrer les voix avant de mourir. Et, en 2018, la femme de Bashung, Chloé Mons, demande à la musicienne et réalisatrice Edith Fambuena de réaliser un deuxième album post mortem avec des chansons enregistrées pour l’album « Bleu pétrole » puis délaissées et inachevées. Cet opus-là a pour titre « En amont » et se voit récompensé de la Victoire de la Musique pour le meilleur album de chansons. La récompense est remise à Chloé Mons le 8 février 2019 à la Seine musicale de Boulogne-Billancourt, soit près de dix ans après celle reçue en mains propres par Bashung.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

6 MARS

6 mars 1930 : Naissance à Neuilly-sur-Seine, dans une famille de musiciens américains juifs, du chef d’orchestre américain Lorin MAAZEL. Agé de quelques mois, il retourne très vite avec ses parents à Los Angeles. Le petit Lorin prend alors des cours de violon à cinq ans et, musicien prodige, il enseigne le violon deux ans plus tard. Il dirige ensuite les plus grands orchestres des Etats-Unis alors qu’il a entre neuf et quinze ans. Par la suite et durant sa carrière, Lorin Maazel prend la direction de plus de 150 orchestres dans quelque 5.000 opéras ou compositions différentes. Il participe aussi à plus de 300 enregistrements avec des orchestres différents. Parmi ces derniers, il y a l’Orchestre Philharmonque de Cleveland avec lequel il est l’invité de Jacques Chancel pour son émission télévisée française « Le grand échiquier » en 1979. Au cours de cette émission, le chef d’orchestre rencontre Serge Lama et il est plutôt séduit par ses chansons: il l’accompagne même au violon dans une version toute particulière de « Je suis malade ».

Découvrant alors une grande partie du répertoire du chanteur français, il désire enregistrer tout un album instrumental des titres de Lama auxquels il veut donner une dimension symphonique. En 1980, c’est chose faite et le 33 tours « Lama-Maazel le monde symphonique de Serge Lama » est disponible chez les disquaires. La même année, un nouveau « Grand Echiquier » est consacré entièrement à cette collaboration entre Maazel et Lama. Lorin Maazel décède le 13 juillet 2014 en Virginie (USA), à l’âge de 84 ans des suites d’une pneumonie.
.
**********
.

Francis CHENOT (c) Maison de la Poésie Amay

6 mars 1942 : Naissance, à Petitvoir dans l’entité de Neufchâteau, du journaliste et écrivain belge Francis CHENOT. Grand passionné de chanson française à texte, Francis est longtemps le responsable des pages culturelles du journal communiste belge « Le drapeau rouge » jusqu’à l’arrêt de celui-ci. Il écrit ensuite pour l’éphémère journal « Libertés ». Puis il crée le magazine « Une autre chanson » avec le syndicaliste de gauche Albert Faust sous le bienveillant parrainage de Jean Ferrat. Cette aventure médiatique s’achève au milieu des années 2000 après bien des essais de reprise. Francis est aussi l’un des principaux artisans de l’ouvrage « Brel ! et après ? », un livre dont il partage l’écriture avec Geneviève François, Ronald Theunen et Jean-Pierre Vander Straeten et qui est publié aux Editions Labor en 1984. Le bouquin est sous-titré « 33 détours et autres dans la chanson de la Communauté française de Belgique ». Pour Francis Chenot, c’est clair: la chanson est d’abord de la poésie « musiquée ». Cette opinion bien tranchée lui fait, petit à petit, prendre ses distances avec des festivals aux tendances commerciales qu’il juge trop marquées comme les « Francofolies de Spa ». Au début de ces Francofolies belges, Francis présente les soirées gratuites du « Salon Bleu » à une époque où « Une autre chanson » est partenaire de ces rendez-vous poétiques dont la philosophie change ensuite avant de disparaître. Entre 1965 et 2010, Francis Chenot publie 17 ouvrages de poésie et récolte deux prix : le Prix René Lyr pour « Mémoire de schiste » en 1982 et le Prix Arthur Praillet en 1997. Il a aussi fondé, avec Francis Tessa, la « Maison de la poésie d’Amay » (B) et est le directeur de la revue « L’arbre à paroles ».
.
**********
.

Pochette album 2012

6 mars 1954 : Naissance, à Bruxelles, du chanteur et comédien belge Claude SEMAL. Ami de Francis Chenot évoqué ci-dessus, ce dernier a écrit de lui en 1984 dans « Brel ! et après ? »: « Cela fait une douzaine d’années déjà qu’il hante les chemins de la chanson. Non pas les autoroutes du succès, mais plutôt les sentiers de traverse. Avec des éclipses. Et cela n’arrive-t-il pas au soleil lui-même ? Et Claude Semal, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a bien quelque chose de solaire. (…) En fait, il rayonne. Tout simplement. En un étrange mélange de douceur et de fièvre. (…) Il se définit comme un autodidacte de la chanson. (…) Entre 1971 et 1974, Claude Semal chante un peu partout en Belgique avec Alexandre Waijnberg. Il joue aussi pour les petits enfants, notamment au « Théâtre de la Vie ». En 1974, il est de l’équipe de l’hebdomadaire belge « Pour », puis dans la foulée, il participe à la création de l’organisation « Pour le socialisme ». De même, il sera aussi des « Ateliers du Zoning » en 1976. » Depuis ses débuts, Claude Semal a enregistré une dizaine de CD, un DVD live reprenant aussi un documentaire, et produit une vingtaine de spectacles. Il a fondé sa compagnie théâtrale, « le Théâtre du Chien Ecrasé » et il a tourné pour le cinéma dans des films comme « La Raison du plus faible » ou « Camping Cosmos ». En 2007, au Festival d’Avignon (F), il présente deux de ses spectacles: « Cabaretje » et « Œdipe à la Ferme ». Deux ans plus tard, toujours à Avignon, il propose « Ubu à l’Élysée ». A l’occasion des élections fédérales de 2010 en Belgique, il soutient l’alternative unitaire francophone du « Front des Gauches » qui est constitué du Parti Communiste, de la Ligue Communiste Révolutionnaire, de Vélorution, du Comité pour une Autre Politique, du Parti Humaniste et du Parti Socialiste de Lutte. La liste de ses albums de chansons reprend « Les convoyeurs attendent » en 1982, « Claude Semal et Charles Loos en duo » en 1984, « Nu » en 1987, « Music-Hall » en 1989, « À nos amours » en 1993, « Semal en fanfare » en 1997, « Semal et Loos en public » en 2000, « Les chaussettes célibataires » en 2003, « L’été indien, l’autre Milou » en 2004 et « Belgik » en 2007.

Fin 2010 est sorti un DVD, « Band à 4 en public » reprenant, d’une part, son spectacle du « Bozar » de Bruxelles en 2009 et, d’autre part, l’excellent film portrait signé Tanguy Cortier: « Semal nécessaire ». Fin 2012, fidèle à sa tradition de chanteur humoriste belge militant, il sort un album dont le titre est « Les bals, les barbecues et les crématoriums ». En 2018, l’artiste commercialise un nouvel album de onze chansons intitulé « Les Marcheurs ». Cet opus se retrouve dans un coffret « Semal la totale » qui reprend 40 chansons significatives de son répertoire sur trois disques compacts ainsi qu’un lien de téléchargement numérique pour les douze albums de sa carrière et un livret de 28 pages avec textes et photos.
.
**********
.

Véronique Pestel

Véronique Pestel

6 mars 1960 : Naissance, à Fontenay-aux-Roses, de l’auteure, compositrice et interprète française Véronique PESTEL. Très jeune, Véronique apprend la musique et la danse. Adolescente, elle écrit des poèmes, compose des pièces musicales ainsi que des chansons. Elle suit des études de philosophie avant de donner des cours de piano et de se former au chant. C’est au début des années 1980 qu’elle commence à se produire sur scène. En 1987, Véronique Pestel sort un premier 45-tours avec la chanson « Mea Culpa ». Dans les années 1990, elle assure la première partie d’artistes francophones prestigieux comme Claude Nougaro, Juliette Gréco, Serge Reggiani, Maxime Le Forestier, Isabelle Aubret, Julos Beaucarne, etc. En 1992, elle enregistre son premier album qui a pour titre « La Parole de l’autre ». Sa notoriété naissante lui donne l’occasion d’être à l’affiche des Francofolies de La Rochelle en 1994 et à l’Olympia en 1995. Cette année-là, un nouvel opus, « Laisser-courre », récolte le Grand Prix du disque de l’Académie Charles Cros et le Prix de l’Adami. Différents festivals accueillent alors Véronique Pestel : Printemps de Bourges (F), Festi-Val-de-Marne (F), Chorus des Hauts-de-Seine (F), « Alors Chante » à Montauban (F), « Chansons de parole » à Barjac (F), ou encore « Mars en Chansons » à Charleroi (B). Musicalement, l’inspiration de Véronique oscille entre le classique et le jazz. Ses chansons abordent intelligemment le thème des gens et des oppressions avec humour. Entre 1997 et 2009, elle les enregistre sur cinq albums (« Mamie Métisse » en 1997, « L’appeau des mots » en 1997, « Babels » en 2000, « Canis Bulle » en 2005 et « La vie va, Rag » en 2009). En 2014, Véronique Pestel propose un nouveau spectacle intitulé « Quatre pattes et deux chapeaux ». En 2013, elle participe à un hommage à Aragon où ses textes sont à la fois lus, racontés, dansés et chantés par Bernard Vasseur, Magali Herbinger et Véronique Pestel (« Caf’Conf Aragon ») qui fera l’objet de la publication d’un disque. Et, trois ans plus tard, ce sont des oeuvres originales de Véronique qui sont cette fois enregistrées sur l’opus « Faire autrement » où l’on retrouve toutefois un texte de Philippe Noireau, un autre de Louis Aragon et « Les vrilles du scrutin » de Colette. En 2019, l’artiste commercialise un nouvel opus dont le titre est « Intérieur avec vue ».

.
**********
.

Mélina Mercouri

6 mars 1994 : Décès, à New York (USA), de l’actrice, chanteuse et femme politique grecque Mélina MERCOURI d’un cancer du poumon à l’âge de 73 ans. Née Maria Amelia Mercouri le 18 octobre 1920 à Athènes, elle est d’abord actrice et se fait remarquer dans les films de son mari Jules Dassin, le père du chanteur Joe Dassin. En 1960, elle est consacrée meilleure actrice au Festival de Cannes pour sa prestation dans « Jamais le dimanche ». En 1967, elle s’engage politiquement pour lutter contre le régime des colonels en place en Grèce. Elle est dès lors contrainte à l’exil en France. C’est dans ce pays qu’elle va alors tenter, avec succès, une brève carrière de chanteuse avec des enregistrements réalisés au début des années 1970 : « Je suis Grecque » et les incontournables « Zorba » et « Enfants du Pirée ». Elle interprète ainsi des chansons de Maurice Fanon (« Les bateaux de Samos », « L’oeillet rouge »), Mikis Theodorakis (« Pour toi ma fille », « L’étrangère », « Attendre attendre », « Zorba »), Serge Lama (« La fumée des cigarettes »), Léo Ferré (« Paname »), Georges Moustaki (« En Méditerranée », « Le métèque ») et de la famille Dassin (« Je suis Grecque », « Le Portugais ») avec des textes souvent signés par Claude Lemesle aussi. En 1974, elle peut enfin revenir dans son pays natal redevenu démocratique et elle y fait même une carrière politique qui la mène au poste de ministre de la Culture de 1981 à 1989 et de 1993 à sa mort. C’est dans le cadre de cette fonction qu’elle crée, au Conseil européen en 1985, le concept des capitales européennes de la culture. Depuis, deux villes européennes sont désignées chaque année pour accueillir des manifestations artistiques et faire connaître leur patrimoine historique et culturel. En 2015, la ville belge de Mons est l’une de ces capitales européennes de la culture et donne le nom de Mélina Mercouri à l’une des rues du nouveau quartier des congrès. Par ailleurs, une fondation porte le nom de Mélina Mercouri et s’occupe de la préservation des monuments grecs antiques.
.
**********
.
6 mars 2004 : Quatre albums en français font leur entrée dans le top 50 des ventes en Belgique francophone : « Live à Saint-Etienne » de MICKEY-3-D (50e), « Les risques du métier » de BENABAR (45e), « 1964 » de MIOSSEC (14e) et « Les Enfoirés dans l’espace » par les ENFOIRES (4e).

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

5 MARS

 

AMINA en 1989 – Photo (c) Russell Young

5 mars 1962 : Naissance, à Carthage en Tunisie, de la chanteuse et actrice AMINA. Son père est français mais c’est sa mère, tunisienne, musicienne et compositrice, qui élève Amina Annabi après leur divorce. Grâce à un oncle qui est à l’origine de la création du festival musical de Tabarka, Amina se familiarise avec divers genres musicaux. En 1975, elle suit sa mère et s’installe en France. Elle n’a que treize ans mais se dirige déjà vers une carrière artistique: danse, chant classique et traditionnel égyptien. Trois ans plus tard, elle chante dans un groupe qui se produit dans les lycées. En 1982, elle rencontre un producteur et musicien, Martin Meissonnier, qui s’occupe de musique du monde et s’intéresse à la démarche d’Amina. Un an après la naissance de sa fille, Amina Annabi remporte un concours de rap et enregistre un premier 45 tours. Toujours en 1986, elle participe à un duo, « Shango », avec Afrika Bambaataa. Puis elle collabore avec le Japonais Yasuaki Shimizu et est choriste sur l’album d’Haruomi Hosono, autre musicien japonais. Elle est la vedette d’une tournée au Japon en 1987. Son tout premier album sort en 1990. C’est « Yalil » qui est simultanément commercialisé dans 22 pays dont les États-Unis où il est cinquième du classement « world music » dans le magazine professionnel « Billboard ». En France, le prix Piaf 1991 lui est décerné. Le 4 mai 1991, elle participe au Concours Eurovision de la chanson organisé à Rome. Pour la France, elle chante « Le dernier qui a parlé » et se classe deuxième.

Son deuxième album, coproduit par Wazis Diop sort en 1992. C’est aussi un succès qui précède une tournée internationale. Multipliant les expériences musicales mais aussi cinématographiques, Amina ne sort son troisième album qu’en 1999. Elle chante aussi dans un trio féminin: « Les Orientales ». En 2008, au cinéma, elle joue dans une comédie musicale retraçant l’histoire du dictateur lybien Mouammar Kadafi et, un an plus tard, elle obtient également un rôle dans le film « Cairo Time ». Puis, en 2011, elle est au générique du film « Polisse » de Maïwenn.
.
**********
.

5 mars 1969 : Naissance, à Dakar au Sénégal, de MC SOLAAR, de son vrai nom Claude M’Barali. Mc Solaar est sans doute le premier artiste à avoir popularisé le rap en France. Et cela est sans doute dû également au côté consensuel du genre qu’il a décidé d’interpréter. Ses textes ne contenant aucune violence sont plutôt influencés par l’observation poétique des choses de la rue. L’un de ses grands succès des années 1990 fut « Nouveau western » dont la musique était basée sur un sample du célébrissime « Bonnie and Clyde » de Serge Gainsbourg.

 

Mais MC Solaar a régulièrement flirté avec la cîme des hit parades grâce à des titres comme « Caroline », « Bouge de là », « Victime de la mode » et « Solaar pleure » par exemple. Claude M’Barali a quitté l’Afrique très tôt pour suivre ses parents en région parisienne. A douze ans, il se rend chez un oncle vivant au Caire où il reste neuf mois. En 1988, il passe son bac en France. Puis, il suit des études de langues et de philosophie à l’université de Jussieu. Mais la musique et la langue française prennent le dessus et sa passion pour le rap va l’amener à pratiquer de plus en plus le genre. Il se fait remarquer par le métier et, en 1990, il enregistre un premier titre: « Bouge de là » qui est, de suite, un succès. Un premier passage à la télé française confirme cette popularité naissante: chez Christophe Dechavanne dans « Ciel mon mardi ! ». Dans la foulée, fin 1991, MC Solaar sort son premier album: « Qui sème le vent récolte le tempo ». 400.000 exemplaires en sont vendus. Une tournée internationale est alors programmée en francophonie: en Europe, en Afrique et aux Etats-Unis. L’album « Prose Combat » sorti en 1994 se vend dans plus de 20 pays. En 1995, MC Solaar reçoit la Victoire de la Musique de l’artiste interprète masculin de l’année. Adopté par les milieux culturels français pour la qualité de ses textes et son look soigné, l’artiste est plutôt boudé par les autres rappeurs. Cela ne l’empêche pas d’aider de jeunes collègues comme Bambi Cruz dont il produit le premier disque. Suite à un conflit juridique avec sa première maison de disques, les quatre premiers albums de MC Solaar commercialisés chez Polydor ne sont plus trouvables dans le commerce depuis le début des années 2000. En février 2001 sort l’album « Cinquième As ». Le rap de Solaar y est plus dur avec des titres comme « Solaar Pleure » ou « Hasta la Vista ».

Deux ans plus tard, l’album « Mach 6 » est commercialisé mais n’est pas un record de ventes malgré de bons titres comme « Au pays de Ghandi ». MC Solaar s’accorde une pause et attend quatre ans avant « Chapitre 7 », nouvel opus publié en 2007. Les influences musicales sont très variées et le titre « Da Vinci Claude » marche bien. MC Solaar reçoit la Victoire de la musique pour l’Album de musique urbaine de l’année 2008. C’est à ce moment que le rappeur reprend la musique du film de de Rabbi Jacob pour en faire le « Rabbi muffin » qui est inclus dans la comédie musicale tirée du film de Gérard Oury. Après dix ans d’absence discographique, MC Solaar sort un nouvel album, « Géopoétique », en novembre 2017. Le premier single qui en extrait a pour titre « Sonotone ». Le 9 février 2018, l’opus reçoit la Victoire de la Musique de l’album de chansons où il était en compétition avec le duo Brigitte et Albin de la Simone.

.
**********
.

Renan Luce en 2014

5 mars 1980 : Naissance, à Paris, de l’auteur, compositeur et interprète français Renan LUCE. Son enfance et son adolescence se déroulent en Bretagne dans le Finistère. Avec sa soeur Claire et son frère Damien, Renan participe à la chorale du village et cela lui donne le goût de la musique, du chant et de la chanson. Cela l’encourage ensuite à suivre des cours de piano classique avec son frère. D’abord à Brest puis à Saint-Brieuc où il apprend le saxophone avant de développer seul des compositions à la guitare. Il suit alors les cours du lycée saint-Vincent à Rennes et commence à proposer ses compositions et chansons dans des bars spécialisés ainsi que dans certains festivals. Il fréquente ensuite l’Ecole Supérieure du Commerce de Toulouse pendant deux ans avant de partir pour Paris pour se consacrer exclusivement à la musique et à la chanson. Il se fait connaître des professionnels et ne tarde pas à rencontrer un éditeur puis un manager qui lui propose de chanter au théâtre Le Méry à Paris. Il s’y fait remarquer par d’autres artistes qui viennent régulièrement le voir comme Renaud et Bénabar. Et il finit par signer un contrat discographique chez Barclay à la fin de l’année 2005. Ses chansons séduisent d’emblée un certain nombre d’organisateurs de festivals et Renan Luce se retrouve à l’affiche de « Mars en Chansons » à Charleroi (B), d' »Alors, chante! » à Montauban (F) ou des Francofolies de la Rochelle (F). Et le jeune artiste assure la première partie du concert de Bénabar au Zénith de Paris le 7 juin 2006 alors même que son premier album n’est pas encore commercialisé et qu’il ne le sera qu’en septembre de la même année. Les chansons qui révèlent Renan Luce ont pour titres « Les voisines », « La lettre » et « Repenti ».

Ce sont ces chansons qui lui font écouler son premier album à plus de 800.000 exemplaires recensés au mois d’avril 2008 alors qu’il a reçu deux Victoires de la Musique quelques semaines plus tôt. En pleine gloire, il songe déjà à préparer son deuxième opus qui sort en octobre 2009 et qui a pour titre « Le Clan des Miros ». Deux chansons sont envoyées aux médias pour le faire connaître : « La fille de la bande  » et « On n’est pas à une bêtise près ». Et le plaisir d’écoute de l’album se poursuit dans les salles de spectacles de la francophonie (France, Belgique, Suisse, Québec, Réunion) où Renan se produit à plus de 200 reprises à la fin 2009 et au début 2010. Au milieu de l’année 2010, il s’avère que ce nouvel album s’est déjà vendu à 230.000 copies. A ce moment, l’artiste éprouve le besoin de se recentrer et de faire une pause après le tumulte médiatique qu’il a connu. En octobre 2011, se lance ainsi dans la tournée « Seuls à trois » où il retrouve ses amis Alexis HK et Benoît Dorémus. Trois ans plus tard, Renan Luce retrouve l’inspiration et le chemin des studios qui lui permettent d’enregistrer son troisième album auquel il donne un titre étonnant : « D’une tonne à un tout petit poids ». L’opus connaît un succès moindre que les deux précédents même si la chanson « Appelle quand tu te réveilles » effectue un beau parcours sur différentes radios francophones européennes. En 2019, Renan Luce propose un nouvel opus éponyme dont l’environnement musical est surprenant de beauté : des arrangements et un orchestre symphonique y habillent les chansons de manière très classieuse.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,