POTHIER Charles-Louis

L’auteur, parolier et librettiste français Charles-Louis POTHIER naît le 18 avril 1881 à Bordeaux. Il apprend le métier d’électricien et décide de le pratiquer à Paris où il s’installe au début du 20e siècle. Il est engagé dans un atelier situé en banlieue, à Saint-Ouen, où la musique est omniprésente sur le lieu de travail. Tout les ouvriers chantent chacun à leur tour les grands succès de l’époque. Charles-Louis Pothier, lui, se découvre un talent d’auteur en se permettant de remplacer le texte existant de ces chansons par des paroles qui s’inspirent du quotidien de l’usine. Il lui est alors demandé d’écrire pour des petits spectacles et revues destinés au personnel de l’entreprise, ce qu’il fait avec plaisir. Le hasard des rencontres lui permet de faire la connaissance d’Albert Willemetz, musicien en vogue, qui l’initie à la manière d’écrire des chansons. Avec un autre auteur originaire de Bordeaux, René Pujol, il devient l’assistant de Willemetz et travaille avec eux à l’écriture de diverses opérettes comme « Flossie », « Nina Rosa », « Les aventures du roi Pausole » ou « Trois valses ». Prenant ensuite de l’assurance, c’est seul qu’il signe plusieurs livrets de spectacles et, aussi, un grand nombre de chansons dont certaines deviennent de grands succès de la chanson française : « Les roses blanches » (pour Berthe Sylva), « Félicie aussi » (pour Fernandel), « C’est pour mon papa » (pour Georges Milton) ou « L’hôtel des trois canards » (pour Marie Bizet).
.

.
Tout au long de sa vie, Charles-Louis Pothier séjourne fréquemment en Bourgogne, à Noyers sur Serein, dans une maison devenue l’hôtel de la Vieille Tour. Cette commune possède désormais une promenade située le long de la rivière Serein portant le nom de Charles-Louis-Pothier. L’artiste décède le 3 novembre 1962 à Clichy et il est inhumé à Paris dans le cimetière des Batignolles (31e division).
.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

GOULD Anny

Anny Gould en 1957

La chanteuse française Anny GOULD naît le 8 janvier 1920 à Paris sous le nom de Marcelle Trillet. Mais c’est dans le Nord de la France (Hauts de France) qu’elle passe son enfance et son adolescence car son père est originaire de Roubaix. Elle suit des études d’institutrice et exerce son métier pendant la seconde guerre mondiale dans la région de Dijon où elle se livre à des activités de Résistance. A la Libération, elle se rend à un concert donné par un orchestre américain de passage pour les festivités. Mais la chanteuse de la formation est indisponible et, passionnée de musique et de chant, Marcelle se propose, avec culot, de la remplacer. Et c’est un triomphe ! Du coup, elle se dit qu’elle a peut-être une carte à jouer en tant que chanteuse et, pour ce faire, elle se rend à Paris où elle fait la connaissance du chef d’orchestre Morton Gould dont le nom l’inspirera pour choisir son pseudonyme d’artiste. Et, comme pour la Résistance, sa fausse identité était Annie Tissot, elle décide de garder ce prénom d’emprunt en le rendant plus américain : Anny. Elle est alors embauchée pour interpréter des chansons en direct avec l’orchestre de Wal-Berg le dimanche soir lors de l’émission « Musique sur la ville » à la radio. En 1948, avec le concours du chef d’orchestre Raymond Legrand, elle participe au Grand-Prix de la Chanson Française de Deauville où le Prix Lucienne Boyer lui est attribué. Avec Pierre Hiégel comme directeur artistique, elle signe un contrat chez Pathé Marconi et elle se distingue, dans les années 1950, en reprenant à son répertoire bon nombre de succès français. Elle interprète ainsi « Sa jeunesse » et « Sur ma vie » de Charles Aznavour, « Monsieur mon passé » de Léo Ferré, « Un jour tu verras » de Mouloudji mais aussi « Sous le ciel de Paris » ou « Belleville-Ménilmontant ».

Elle enregistre également des adaptations de standards étrangers comme « Loin de vous » (« Only you » des Platters) en 1957 ou encore « Concerto d’automne » (« Concerto d’Autunno »).

On le sait moins mais, en 1954 déjà, puis en 1964, Anny Gould interprète aussi des chansons étrangères adaptées en français par Jacques Brel : « Va toi qui t’en vas » (1954) et « Sans toi » (1964).

Elle se met en retrait de la scène en France mais poursuit sa carrière à l’étranger où elle représente la chanson française aux quatre coins du monde. Au début des années 1980, les radios libres nostalgiques permettent de retrouver Anny Gould sur les ondes francophones. Puis, au début de la décennie suivante, c’est l’avènement du disque compact laser qui remet le répertoire de la chanteuse dans les oreilles d’un public nouveau. Dans les années 2000, elle apparaît régulièrement à la télévision française dans les émissions du regretté Pascal Sevran comme « La chance aux chansons » et « Chanter la vie » où elle se livre à de nouvelles interprétations (« Tables séparées »), parfois aussi en duo avec de jeunes artistes.

Toujours très active, elle fête ses 90 ans en donnant un concert unique au Trianon, à Paris, le 9 janvier 2010. Avant de décéder le 14 novembre 2013 à Vierzon, Anny Gould se produit encore de temps à autre sur scène où elle est accompagnée aux claviers par son fils.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

6 NOVEMBRE

En 2013

6 novembre 1961 : Naissance, à Chalon-sur-Saône, du chanteur et acteur français Florent PAGNY. Fils de Bourguignons, Florent grandit d’abord dans sa région natale avant de passer son adolescence en Haute-Savoie. C’est là qu’il commence à chanter dans les cafés et sur les podiums alors qu’il a à peine treize ans. Il s’inscrit aussi à divers crochets radiophoniques et y interprète les chansons que sa mère écoute souvent: du Luis Mariano mais aussi du Michel Sardou et du Gérard Lenorman. En 1977, ses parents l’autorisent à abandonner l’école et il part pour Paris où il s’inscrit au conservatoire de Levallois-Perret. Alors qu’il preste divers petits boulots pour vivre, il fréquente les cours de comédie pendant trois ans. Barman dans le quartier des Halles, Florent se fait remarquer par le chasseur de talents Dominique Besnehard qui lui décroche des petits rôles dans les films « La balance », « L’as des as », « Fort Saganne » ou encore « Inspecteur la Bavure ». Au hasard des rencontres, il fait la connaissance de Gérard Louvin qui, alorsproducteur de l’émission télévisée française « Sacrée Soirée » sur TF1, cherche aussi des jeunes talents à lancer dans la chanson. Il écrit alors une chanson réquisitoire contre la drogue qui a pour titre « N’importe quoi ». Le disque est immédiatement un grand succès qui atteint, en France, les cimes du top 50.

Ne voulant pas laisser retomber le soufflé, Florent enregistre plusieurs 45 tours d’affilée qui se vendent tous fort bien: « Laissez-nous respirer » (1988) et la reprise du célèbre « Comme d’habitude » de Claude François en 1989. Un an plus tard sort le premier album de l’artiste qui a pour titre « Merci ». Il est récompensé par un disque d’or. A ce moment, la liaison de Florent avec Vanessa Paradis fait couler beaucoup trop d’encre à son goût et il décide de régler ses comptes avec une certaine presse dans la chanson « Presse qui roule ». Cette dernière n’est pas appréciée à sa juste valeur par la presse écrite (tiens donc) et le public qui ne retrouve pas trop le Pagny auquel il était (déjà) habitué. Son deuxième album, « Réaliste » qui sort en 1992, n’est pas un succès. En 1993, Florent Pagny rejoint la troupe des Enfoirés. Un an plus tard, Jean-Jacques Goldman lui donne le coup de pouce qui le remet en selle. Sous le pseudonyme de Sam Brewski, Goldman lui écrit trois chansons pour son futur album « Rester vrai » dont « Si tu veux m’essayer » qui est un énorme « tube ».

Par la suite, le titre « Bienvenue chez moi » et les reprises de « Caruso » ou « Oh happy day » lui rendent la popularité qu’il a un peu perdue. Avec deux concerts prévus dans les salles parisiennes de Bercy et du Zénith, la tournée de 1996 est un triomphe. A partir de ce moment, Pagny se concentre sur son travail d’interprète et délaisse l’écriture. En 1997, avec des compositeurs comme Jean-Jacques Goldman ou Pascal Obispo, il sort un nouvel album dont la chanson « Savoir aimer » reste l’un des plus grands succès de sa carrière. En février 1998, il obtient la Victoire de la musique de l’artiste interprète masculin de l’année. Un an plus tard, assumant un peu plus encore son nouveau statut d’interprète, Florent Pagny enregistre un double album intitulé « ReCréation » où il reprend avec des arrangements technos un nombre impressionnant de standards de la chanson et du rock francophones. La décennie 2000 est celle de la variété pour l’artiste qui multiplie les genres musicaux différents à chaque album qu’il commercialise.

Après le grand succès de « Ma liberté de penser » (2003) où il évoque avec humour certains démêlés fiscaux, il enregistre de nombreux duos, fait un détour du côté du bel canto (« Baryton »), reprend les grands succès de Jacques Brel et sort un opus en espagnol (« C’est comme ça ») en 2009. Et toutes ces expériences sont à chaque fois marquées par le sceau de la popularité. L’année de ses 50 ans, Florent Pagny fête l’événement sur la route au cours d’une tournée acoustique où il parcourt la France, la Belgique et la Suisse en interprétant ses grands succès et les chansons incontournables du répertoire francophone. A partir de 2012, le chanteur est coach de la version française de l’émission télé « The Voice » sur TF1 aux côtés de Garou, Jenifer et Louis Bertignac. La même année, il enregistre un nouvel album hispanique: « Gracias a la vida ». Le 4 novembre 2013, il commercialise l’opus suivant qui est celui d’un quinquagénaire, « Vieillir avec toi », annoncé par le single « Les murs porteurs ». Deux ans plus tard, c’est à nouveau la langue espagnole qui lui permet d’enregistrer un nouveau disque (« Habana ») avec la complicité du talentueux chanteur cubain que Florent apprécie beaucoup: Raul Paz. Et puis, fin 2017, Pagny revient à la langue française avec l’album intitulé « Le Présent d’abord ». En mars 2018, l’album « Tout simplement » permet à l’artiste de rendre hommage aux chansons françaises qu’il apprécie en les enregistrant dans une version piano-voix. Puis, en juin 2019, « Aime la vie » est le 19e album studio de Florent Pagny a être commercialisé en 32 ans de carrière.

En mars 2020, alors que la pandémie du coronavirus covid-19 bat son plein en France et qu’elle impose le confinement, Florent Pagny se trouve bloqué dans la maison d’amis à Miami en Floride. C’est à partir de là qu’il collabore à distance avec Marc Lavoine et Pascal Obispo pour réaliser le titre « Pour les gens du secours » dont tous les bénéfices engendrés par la vente, physique ou virtuelle, sont versés à la Fédération Hospitalière de France et à la Fondation des Hôpitaux de France. Il est à noter toutefois que cette chanson n’a pas fait l’unanimité qu’elle aurait pu revendiquer : le texte, un peu niais et légèrement bâclé, de Marc Lavoine ne semble pas avoir convaincu tous ceux qu’il était censé encenser. Sur les réseaux sociaux, de nombreux membres du personnel soignant se sont plaints du peu d’empathie que ces trois chanteurs avaient montré envers eux lorsqu’ils revendiquaient leurs droits quelques mois plus tôt. Quand leurs conditions de travail faisaient craindre le pire en cas de problème sanitaire d’importance…

 

.
**********
.
6 novembre 2003 : La 17e édition du festival « Coup de Coeur Francophone », à Montréal (Québec, Canada), se tient jusqu’au 16 novembre. Parmi les artistes à l’affiche, on peut citer, notamment, Fred PELLERIN (Qc), Yann PERREAU (Qc), Jeanne CHERHAL (F), Pierre LAPOINTE (Qc), SANSEVERINO (F), Nathalie RENAULT (Qc), Thierry ROMANENS (CH), SARCLO (CH), BORI (F), Joël FAVREAU (F), STTELLLA (B), Marie-Claire SEGUIN (Qc), MES SOULIERS SONT ROUGES (F), Daniel HELIN (B), Luck MERVIL (Qc), CORNEILLE (Qc), Jérôme MINIERE (F) et Amélie VEILLE (Qc).
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

4 NOVEMBRE

Marlène Jobert en 1986 – Photo (c) Georges Lunghini

4 novembre 1943 : Naissance, à Alger, de la comédienne française Marlène JOBERT. Passant son adolescence en Bourgogne, la jeune Marlène suit des études au Conservatoire et à l’école des Beaux Arts de Dijon. Elle rejoint ensuite Paris pour étudier l’art dramatique au Conservatoire de la capitale française. Elle décroche alors quelques rôles au théâtre et à la télévision à partir de 1963 avant de faire ses débuts au cinéma en 1966 dans « Masculin féminin » de Jean-Luc Godard aux côtés de Chantal Goya. Sa carrière cinématographique va se développer de manière intense jusqu’à la fin des années 1970. En 1984, après avoir enregistré quelques disques qui lui permettent de réciter du Prévert, elle réalise un rêve : celui d’interpréter quelques chansons. Une série de cinq 45 tours sont commercialisés entre 1984 et 1988 dont un grand succès : « C’est un éternel besoin d’amour » (1984).

Ses chansons sont alors signées par Georges Lunghini qui n’est autre que le père de la chanteuse Elsa, nièce de Marlène Jobert. A partir de 1988, pour composer les « tubes » de sa fille, Georges Lunghini délaisse Marlène Jobert qui arrête alors la chanson.
.
**********
.

Serge Lama en 1990

Serge Lama en 1990

4 novembre 1990 : Faisant une pause dans sa carrière de chanteur, Serge LAMA est sur les planches du Théâtre Royal de Mons (B), aux côtés d’Agnès Soral notamment, pour jouer la comédie dans la pièce « La facture » de Françoise Dorin. C’est le cycle des galas Karsenty-Herbert qui propose cette tournée belge à l’artiste qui sera à l’affiche du théâtre des Bouffes Parisiens à partir du 17 janvier 1991.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

31 MARS

 

Pascal Danel en 1980 – Photo (c) Gérard Krawszyk

31 mars 1944 : Naissance, à Paris, du chanteur et compositeur français d’origine corse Pascal DANEL sous le nom de Jean-Jacques Buttafoco. Ne connaissant pas sa mère qu’il ne rencontrera qu’à l’âge de 25 ans, il vit son enfance et son adolescence à Dijon chez sa grand-mère. Il se passionne pour la moto ainsi que pour l’acrobatie et il lie les deux passions pour être, un temps, funambule à moto. Mais suite à un accident qui l’immobilise, il apprend la guitare et le piano. Fraîchement arrivé à Paris, il fréquente le conservatoire de théâtre de la rue Blanche avant de devenir le guitariste et le chanteur d’un groupe nommé « Les Panthères ». Il se fait alors une place dans le métier où il passe des auditions afin de présenter les chansons qu’il écrit et compose. Il choisit alors un pseudonyme qui lui vient des années de sa jeunesse passées à l’école d’Annel. Il s’appelle désormais Pascal Danel et enregistre un premier disque chez Vogue dès 1964. Le succès n’est pas au rendez-vous tout de suite même si son premier enregistrement, « Soldat, soldat », suscite de bonnes réactions chez les professionnels. Ainsi repéré par Lucien Morisse qui le recrute pour son label Disc’Az, il devient, en 1966, l’interprète d’un « tube » qui s’avère vite inoxydable: « La plage aux romantiques ».
.

.
Alors qu’il est souvent difficile de se relever d’une telle popularité soudaine et d’entamer une vraie carrière sur un « tube », Pascal Danel va surprendre tout le monde en plaçant un second 45 tours dans les hit parades quelques semaines plus tard: c’est « Kilimandjaro », disque de platine dans de nombreux pays.
.

.
Par la suite, le succès va quelque peu s’estomper mais l’artiste ne se repose jamais sur ses lauriers. Et ce travail de fond s’annonce payant au début des années 1970. Pascal Danel est à nouveau diffusé sur toutes les radios avec « Allez viens on danse » en 1971 et « Mamina » en 1972. Cette dernière chanson a d’ailleurs la faveur d’être reprise par Dalida au même moment. En 1969, il est accompagné sur scène par un jeune guitariste qui se nomme Lucien Voulzy: ce garçon changera de prénom en 1976 pour devenir le chanteur Laurent Voulzy. La fin des années 1970 et les deux décennies suivantes ne sont plus marquantes au point de vue chanson pour Pascal Danel. Il diversifie ses activités pour produire des émissions de télévision, composer des génériques, réaliser des compilations et produire des enregistrements pour d’autres artistes, en compagnie de son fils Jean-Pierre, sous le label « Puzzle ». Après la sortie de nombreuses compilations reprenant ses succès originaux (chez Universal) ou les réenregistrements de ses grandes chansons (sur son propre label), Pascal Danel enregistre un album en langue corse en 1994. En mars 2007, il effectue un retour fracassant sur scène en participant à la tournée « Age Tendre et Têtes de Bois ». Dans la foulée de ce succès scénique, il enregistre un nouvel album, « Le Cœur des femmes », où figure un duo avec Laurent Voulzy. En janvier 2014, Pascal Danel réalise un vieux rêve en présentant, au Casino de Paris, un spectacle qu’il a conçu autour des chansons de son idole de toujours: Gilbert Bécaud. Il est à nouveau de l’aventure « Age tendre », pour la troisième fois, fin 2016. Depuis, Pascal Danel semble investi de la mission de se prétendre le seul à pouvoir perpétuer le souvenir de Gilbert Bécaud en donnant son avis sur d’autres initiatives comme l’album d’hommage enregistré en 2014 par Salvatore Adamo.
.

.

.
**********
.

Pierre Destailles

31 mars 1990 : Décès, aux Clayes-sous-Bois dans les Yvelines (France), de l’acteur français Pierre DESTAILLES. Né le 16 mai 1909 à Paris sous le nom de Pierre André Jules Desfoux, il se fait remarquer dans le domaine de la chanson française en popularisant, en 1950, le célèbre refrain « Tout ça parce qu’au bois de Chaville ». Cette chanson raconte l’histoire plutôt coquine de la cueillette du muguet du 1er mai.
.

.
Pierre Destailles est également l’auteur et interprète de la chanson « La Mouche » qui relate les aventures agitées d’un couple qui tente d’occire une mouche dans sa chambre conjugale.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,