MARS 2020

GERARD LENORMAN
MONS (B – 7000), Théâtre Royal, à 17 heures le dimanche 1er.
**
ALEXIS HK
ETAMPES (F – 91 150), Théâtre Intercommunal, à 17 heures le dimanche 1er.
**
ALEXIS HK
DIJON (F – 21 000), Théâtre des Feuillants, à 20 heures le mardi 3.
**
SALVATORE ADAMO
MADRID (E – 28 012), Teatro Nuevo Apolo, à 20 h. 30 le mardi 3.
**

THERAPIE TAXI
TOULOUSE (F – 31 300), Le Zénith, à 20 heures le jeudi 5.
**
SALVATORE ADAMO
BARCELONA (E – 08 003), Palau de la Musica Catalana, à 21 heures le jeudi 5.
**
ALEXIS HK
GRANVILLE (F – 50 403), L’Archipel, à 20 h. 30 le vendredi 6.
**

BOULEVARD DES AIRS
TOULOUSE (F – 31 300), Le Zénith, à 20 heures le samedi 7.
**
ALEXIS HK
SAINT-ARNOULT-EN-YVELINES (F – 78 730), Le Cratère, à 20 heures le samedi 7.
**
ALICE ON THE ROOF
MONS (B – 7000), Théâtre Royal, à 18 heures le dimanche 8.
**
ALEXIS HK
NIORT (F – 79 025), Le Moulin du roc, à 20 h. 30 le mercredi 11.
**
JEAN-BAPTISTE GUEGAN (LA VOIE DE JOHNNY)
MONS (B – 7000), Théâtre Royal, à 20 heures le jeudi 12.
**

ALAIN SOUCHON
TOULOUSE (F – 31 300), Le Zénith, à 20 heures le jeudi 12.
**
MATTHIEU THONON + ALEX DEVANT LES CIMES
BRUXELLES (B – 1060), Cellule 133, à 20 heures le jeudi 12.
**

BOULEVARD DES AIRS
LILLE (F – 59 000), Zénith Arena, à 20 heures le vendredi 13.
**
ALAIN SOUCHON
PAU (F – 64 000), Zénith, à 20 heures le vendredi 13.
**
LES OGRES DE BARBACK
SOIGNIES (B – 7060), Espace Victor Jara, à 20 heures le vendredi 13.
**
JOFROI
NATOYE (B – 5360), La Spirale, à 20 heures le vendredi 13.
**
ALEXIS HK
CHASSIEU (F – 69 680), Karavan Théâtre, à 20 heures le vendredi 13.
**
ABD-AL-MALIK
FOUGERES (F – 35 301), Centre Culturel Juliette Drouet, à 20 h. 30 le vendredi 13.
**
JOFROI
NAMUR (B – 5000), Maison de la poésie, à 20 heures le samedi 14.
**
ALEXIS HK
ANNEMASSE (F – 74 100), Chateau Rouge, à 20 heures le samedi 14.
**
ALAIN SOUCHON
AGEN (F – 47 000), Centre des Congrès, à 20 heures le samedi 14.
**
I MUVRINI
ROESELAERE (B – 8800), De Spil, à 20 heures le samedi 14.
**
ALAIN SOUCHON
FLOIRAC (F – 33 270), Arkea Arena, à 17 heures le dimanche 15.
**
ERZA MUQOLI
STRASBOURG (F – 67 082), Palais des Congrès, à 17 heures le dimanche 15.
**
ALEXIS HK
BEAUCOURT (F – 90 500), Maison pour Tous, à 17 heures le dimanche 15.
**
VINCENT TALOCHE chante BOURVIL
BRUXELLES (B – 1000), Théâtre du Vaudeville, à 20 heures le dimanche 15.
**
ALAIN SOUCHON
STRASBOURG (F – 67 000), Zénith, à 20 heures le mercredi 18.
**

LARA FABIAN
LYON (F – 69 006), L’Amphithéâtre, à 20 heures le mercredi 18.
**
CLAUDIO CAPEO
TOULOUSE (F – 31 300), Le Zénith, à 20 heures le jeudi 19.
**
THERAPIE TAXI
GRENOBLE (F – 38 100), Summum, à 20 heures le jeudi 19.
**
ALAIN SOUCHON
MONTBELIARD (F – 25 200), L’Axone, à 20 heures le jeudi 19.
**
ALEXIS HK
FOUGERES (F – 35 301), Centre Culturel Juliette Drouet, à 20 h. 30 le jeudi 19.
**
ALAIN SOUCHON
NANCY (F – 54 320), Le Zénith, à 20 heures le vendredi 20.
**
MARIEFRED
MOUSCRON (B – 7700), Centre Culturel, à 20 h. 30 le vendredi 20.
**
CLAUDE LEMESLE
BEAUCOURT (F – 90 500), Maison pour Tous, à 20 h. 30 le vendredi 20.
**
ALEXIS HK
ROSPORDEN (F – 29 140), Centre culturel, à 21 heures le vendredi 20.
**
ALAIN SOUCHON
AMNEVILLE (F – 57 360), Le Galaxie, à 20 heures le samedi 21.
**
CHRISTOPHE MAE
TOULOUSE (F – 31 300), Le Zénith, à 20 heures le samedi 21.
**
GIMS DECENNIE TOUR avec GIMS, KENDJI GIRAC, SOPRANO, VITAA, SLIMANE, ORELSAN, etc
LIEGE (B – 4031), Country Hall, à 20 heures le samedi 21.
**
ALEXIS HK
MORDELLES (F – 35 310), L’antichambre, à 20 h. 30 le samedi 21.
**

LENNY-KIM
STRASBOURG (F – 67 082), Palais des Congrès, à 17 heures le mercredi 25.
**
GIMS
TOULOUSE (F – 31 300), Le Zénith, à 20 h. 30 le mercredi 25.
**
LES INNOCENTS
MOUSCRON (B – 7700), Centre Culturel, à 20 h. 30 le mercredi 25.
**
GERALD GENTY
MOUSCRON (B – 7700), Centre Culturel, à 20 h. 30 le jeudi 26.
**
AGE TENDRE LA TOURNEE DES IDOLES
STRASBOURG (F – 67 082), Palais des Congrès, à 15 heures et à 20 heures le vendredi 27.
**
ALAIN SOUCHON
MARSEILLE (F – 13 004), Le Dôme, à 20 heures le vendredi 27.
**
CALI
MORDELLES (F – 35 310), L’antichambre, à 20 h. 30 le vendredi 27.
**
ALEXIS HK
CANEJAN (F – 33 611), Centre Simone Signoret, à 20 h. 30 le vendredi 27.
**
ALEXIS HK
MONTIGNY-LE-BRETONNEUX (F – 78 180), Salle Jacques Brel, à 20 h. 30 le mardi 31.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

19 SEPTEMBRE

Une des rares photos de Bernard Estardy dans son studio d'enregistrement parisien

Une des rares photos de Bernard Estardy dans son studio d’enregistrement parisien

19 septembre 1939 : Naissance à Charenton-le-Pont (Val-de-Marne) du musicien, producteur, ingénieur du son et arrangeur français Bernard ESTARDY. Après un cursus scolaire normal, le jeune homme se présente à l’ESTP, l’Ecole Supérieure des Travaux Publics de Paris, où il se destine à être ingénieur civil. Mais sa passion pour la musique et sa maîtrise des claviers le pousse à devenir l’organiste d’un jeune chanteur français de blues-jazz au début des années 1960: Nino Ferrer. Il est aussi le bassiste du groupe qui accompagne Nancy Holloway sur scène aux côtés du guitariste Georges Chatelain. En 1966, avec Georges Chatelain et sa soeur Janine Bisson, Bernard Estardy crée le studio d’enregistrement CBE, les initiales de Chatelain, Bisson et Estardy. Un jeune interprète au talent prometteur va bien vite profiter de cette nouvelle infrastructure technique: Joe Dassin. Ses premiers succès confortent Bernard Estardy dans ses projets et le studio prend de l’ampleur. Gérard Manset y réalise ses deux premiers albums en 1968 et 1970. Alors que Joe Dassin prend l’habitude d’enregistrer ses disques chez CBE comme Nino Ferrer, d’autres artistes y viennent également comme Carlos par exemple mais aussi Sheila, Dalida ou encore Johnny Hallyday. Au début des années 1970, Claude François se tourne vers celui que l’on surnomme désormais « Le Baron » pour réaliser ses chansons comme « Le lundi au soleil », « Chanson populaire » ou « Le téléphone pleure ». C’est aussi Estardy qui est aux commandes lorsque Clo-Clo enregistre les fameux « Magnolias for ever » et « Alexandrie Alexandra » en 1977.

Fin des années 1970, l’homme achète un chalet dans les Alpes où il installe un nouveau studio. Les artistes qui ont la chance d’y travailler trouvent l’endroit idyllique. Puis c’est Michel Sardou qui va connaître des années fastes grâce aux mixages de Bernard Estardy avec, entre 1981 et 1990, de nombreux albums et « tubes » dont « Les Lacs du Connemara » et « Vladimir Illitch ». Au début des années 1980, il est à l’origine du grand retour gagnant d’Herbert Léonard dont il réalise l’album « Pour le plaisir ». Quelques mois plus tard, il est derrière les premiers succès de Pierre Bachelet : « Elle est d’ailleurs » et « Les corons » ainsi que « Louise » pour Gérard Berliner. En 1982, c’est aussi grâce à Bernard Estardy qu’un jeune chanteur italo-belge fait une percée fulgurante dans les hit-parade francophones: Claude Barzotti connaît son premier grand succès international avec la chanson « Madame » ré-arrangée par l’ingénieur du son français. En 1985, le tube de l’été, « Tout doucement » de Bibie, est aussi réalisé par notre homme. En 1987, c’est pour Jean Guidoni qu’il arrange la majorité des nouvelles chansons de son album « Tigre de porcelaine ». A la même époque, à la demande de Didier Barbelivien et de François Bernheim mais aussi de Gérard Depardieu qui produit son premier album, Bernard Estardy est à la base de la carrière de Patricia Kaas en enregistrant « Mademoiselle chante le blues ». Les années 1990 ne seront pas inactives pour Bernard Estardy malgré le fait que les enregistrements n’ont plus autant recours aux synthétiseurs et aux sonorités électroniques bien marquées de notre réalisateur. Parmi les titres sur lesquels il travaille, il y a notamment « Le Jerk » de Thierry Hazard ainsi que les tubes de Didier Barbelivien et Félix Gray comme « A toutes les filles ». Et, au début des années 2000, il se consacre encore et toujours à essayer de promouvoir de jeunes artistes comme Isabelle de Castro pour qui il n’aura finalement pas le temps de concrétiser ses espoirs puisque, le 16 septembre 2006, celui que l’on appelait aussi « Le Géant » pour sa stature imposante s’éteint à Paris. Sa fille Julie reprend la direction du studio à ce moment-là et elle publie, en 2018, une biographie de 400 pages sur son père sous le titre « Le Géant » (chez Gonzaï Media).
.
**********
.

PATUREL Sabine en 1987 - Photo (c) Stéphane de Bourgies

Sabine Paturel en 1987

19 septembre 1965 : Naissance, à Toulon, de la chanteuse et actrice française Sabine PATUREL. C’est comme chanteuse qu’elle se fait connaître en 1986 avec un morceau intitulé « Les bêtises ».

Suite à ce ras-de-marée des ventes, elle enregistre un second 45 tours qui sort l’année suivante avec un succès plus mitigé: « P’tit bouchon ». Les autres disques qu’elle va enregistrer jusqu’en 1991 vont connaître une popularité décroissante. Simultanémént à cette carrière de chanteuse, l’artiste suit des cours de comédie et elle va de plus en plus se consacrer à cette activité artistique. Elle triomphe notamment au Théâtre Marigny à Paris dans « La menteuse » avant de tourner dans quelques séries télévisées comme « Les Cordier » ou « L’instit' ». Par la suite, elle crée aussi sa propre école de théâtre jusqu’en 2002. Surfant sur la nostalgie des années 1980, elle participe, dans les années 2000-2010, à la tournée « RFM party 80 ». En 2014, elle fait un retour à la chanson en enregistrant l’album « Atmosphères » où l’on trouve de nouvelles mélodies mais aussi un remix des fameuses « Bêtises » et une reprise de « J’étais venue pour dire bonjour », un titre interprété initialement par Amélie Morin en 1981.
.
**********
.

L'album de Sophie Tith en 2014

L’album de Sophie Tith en 2014

19 septembre 1996 : Naissance, à Ambilly, de la chanteuse française Sophie TITH. Cadette de trois soeurs, elle grandit dans la région d’Annemasse en Haute-Savoie. Dès son plus jeune âge, Sophie se passionne pour la musique et, à sept ans, elle prend des cours de solfège et de saxophone. Au fil des années, elle s’oriente vers le rock au point de créer le groupe Asmoday avec quatre amies. En 2010, Sophie arrête le solfège et le saxophone. Deux ans plus tard, quelques semaines après avoir quitté Asmoday, elle crée un nouveau groupe avec quatre copains: Nova. A seize ans, elle s’inscrit à l’émission télévisée française « Nouvelle Star » dont elle gagne la finale le 26 février 2013. Elle remporte le droit d’enregistrer un album chez Polydor et ce dernier est commercialisé le 1er juillet 2013 sous le titre « Premières rencontres ». Il s’agit d’un opus produit par Sinclair et composé de reprises personnelles comme « La nuit je mens » de Bashung par exemple. Le succès est correct et intéressant. En avril 2014, Sophie Tith sort son deuxième album, « J’aime ça », mais c’est le premier qui propose des morceaux originaux composés ou écrits entre autres par les BB Brunes ou Skip the Use. Il n’obtient pas une très grande popularité auprès des médias et du public. N’ayant pas encore la possibilité d’enregistrer un troisième album, Sophie Tith poste assez régulièrement des clips de nouvelles chansons sur le web.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,