Les quatre saisons de MICHEL FUGAIN

Il y a plus d’un an, le désormais septuagénaire Michel Fugain nous annonçait « Le Printemps ». Ce coup-là, il nous l’avait déjà fait en 1976  en sortant un 45 tours avec ce titre.
35 ans plus tard, « le printemps » de Fugain préfigurait l’été, l’automne et l’hiver. Les quatre saisons quoi ! De quoi faire pâlir Vivaldi !

Mademoiselle Lynn – Touche pas à ça

Sous le nom de Mademoiselle Lynn se cache en fait un duo constitué de Charlyne et Manu, alias Brett, qui travailla beaucoup avec Christophe Mae il y a quelques années. Mais comme le chant est uniquement le fait de Charlyne, c’est sous le nom de Mademoiselle Lynn que cet album est commercialisé grâce aux internautes producteurs d’Aka Music.

Tristan Nihouarn : Sauf erreur de ma part

Le groupe français Matmatah a connu un succès aussi fulgurant qu’éphémère avec des chansons comme Emma à la fin des années 1990. Chanteur de la formation, le Breton Tristan Nihouarn a décidé de se livrer, seul, dans ce premier album qui est un coup de maître.

Le nouvel album de Vocal Cordes mise sur la diversité

Au départ, il y a une chanteuse : Aurèle Salmon. Et puis, un peu à l’image de Loïc Lantoine, il y a un musicien fêlé de sa contrebasse : Ludovic Hellet. De leur rencontre naît un projet très original : Vocal Cordes.
(suite…)

Sandrine SZYMANSKI : Opaline

Sandrine Szymanski (c) Jean-Jacques Bathias

Voici 11 chansons réunies sur un CD pour découvrir cette voix cristalline très originale qui, toujours sur le fil, nous révèle une fragilité et une sensibilité à fleur de peau.
Avec Sandrine Szymanski, on entre dans un univers où les textes, très bien écrits, ont une importance capitale. Et, pour ne rien gâcher, les mélodies qui soutiennent ces paroles sont parfaitement accessibles à tout un chacun.

Ouvrez vos oreilles aux Grandes Bouches

On connaissait déjà Les Mauvaises Langues, groupe du nord de la France, voici qu’arrivent maintenant de Toulouse Les Grandes Bouches. Des musicos qui vous invitent d’emblée au Bal Républicain dont ils ont fait le titre de leur album. Ils sont quatre (trois gars et une fille) et, sur disque, ils semblent être au moins douze ! Ca déménage, ça bouge, ça titille et, en plus, ça fait réfléchir !
(suite…)

Jours après jours au Fil de l’Eau

Au début de l’histoire, il y avait trois musiciens. Trois potes de Seine-et-Marne (F) qui avaient envie de faire de la musique et qui tentèrent l’expérience dans la rue. Leur initiative, couronnée de succès, leur permit de conquérir un public très large et de penser à l’enregistrement de leurs chansons. En suivant, tranquilles, le Fil de l’Eau. En 2010, un quatrième musicien est venu renforcer de sa contrebasse le trio initial qui, jusque là, manipulait déjà la guitare, les percussions, l’accordéon ou le banjo.
Depuis 2007 et l’enregistrement d’une première maquette, le groupe Le Fil de l’Eau n’a cessé de se produire en France mais aussi en Belgique et en Suisse. Ce sont plus de 350 concerts qui ont ainsi été prestés. Avec, à la clé, le peaufinement des chansons qui constituent aujourd’hui le contenu de leur premier véritable album : « Aux jours après jours ».

Pour nous, l’écoute de ce premier CD se distingue avant tout par sa diversité musicale ainsi que par son harmonie globale. L’ambiance y est superbe et la succession des mélodies est fort agréable à écouter d’un bout à l’autre. Et plusieurs fois de suite.
Le style général est plutôt country-folk mais certains titres sont inspirés de la guitare gitane aussi (Le fil par exemple).

Quant aux textes, ils sont intéressants mais ne m’ont pas vraiment accroché malgré de nombreuses écoutes sans posséder le livret. Quelques chansons sortent toutefois du lot : Les écorchés, Trop, Le palier, L’épouvantail, Le chat noir et Les vieilles choses, un très bon titre qui se trouve bizarrement caché en fin de disque.
Je décernerai quand même une mention spéciale pour Le palier dont l’histoire est originale. Et je saluerai la belle
symbolique du Chat noir qui, bien au-delà d’être une simple chanson « animalière », aborde le problème de la différence.

Le Fil de l’Eau est un groupe festif qui doit sans doute surtout s’apprécier sur scène. Qui a le mérite de chanter en français. Et ça c’est déjà très important. Alors, s’ils passent près de chez vous, allez passer un bon moment en leur compagnie.

Pour en savoir plus sur le groupe Le Fil de l’Eau CLIQUEZ ICI.

NOGA : Miel et poivre

La pochette de l'album de Noga

NOGA est originaire de la Suisse. C’est une nouvelle artiste bourrée de talent. Elle est une chanteuse qui se place bien dans la lignée de ces créateurs et créatrices qui ont décidé de franchir les frontières helvétiques pour le plus grand plaisir de nos oreilles. On savait que le renouveau de la Suisse chantante existait mais, jusqu’ici, il était surtout question de chanteurs : Pascal Rinaldi, Thierry Romanens, Zedrus, Simon Gerber, K ou Marc Aymon par exemple. Et puis voilà que les filles s’y mettent aussi. Avec, entre autres, Loraine Félix et, ici, NOGA.

Christophe RAMBOUR et ses états d’âme très variés

Le moins que l’on puisse dire c’est que cet album intitulé Etats d’âme est étonnant.
Pour qui ne connaît pas Christophe Rambour, et c’était mon cas, la découverte est plutôt déroutante.

Les enfantastiques de Belgique

Un écrin de fraîcheur dans un monde devenu fou. Voilà la réflexion que m’a inspiré l’écoute d’un album OVNI interprété par des enfants de Belgique.
(suite…)

JOFROI nous emmène à Cabiac sur terre

L’artiste nous revient avec un nouvel album qui est un hymne à la nature et à l’être humain. Mais ne croyez pas pour autant que toutes les chansons soient consensuelles. Ce serait mal connaître Jofroi. Au final, l’opus est superbe et varié tant musicalement que textuellement. Il est le fruit d’un auteur, compositeur et interprète qui jette un regard mature sur la vie qui passe.

Dick RIVERS est « Mister D »

Avec un nouvel album intitulé « Mister D », le plus jeune des 3 grands rockers français fête ses 50 ans de chanson.
(suite…)
 Page 2 of 3 « 1  2  3 »