Georges Bellec, un des Frères Jacques, est décédé

Chanteur membre des Frères Jacques mais aussi peintre et musicien, Georges Bellec est décédé le jeudi 13 décembre 2012 à Senlis (France). Il avait 94 ans.
Né le 18 mars 1918 à Saint-Nazaire (F), Georges Bellec avait rejoint dès 1944 le très populaire groupe de quatre chanteurs créé par son frère André. Véritables phénomènes de scène, ils se rendirent célèbres avec leurs justaucorps multicolores, leurs gants blancs et leurs chapeaux haut de forme.
Il ne reste désormais plus qu’un seul des Frères Jacques en vie. Il s’agit de Paul Tourenne qui vit au Québec. Les deux autres membres du groupe, François Soubeyran et André Bellec, sont respectivement décédés en 2002 et 2008.
Les « Frères Jacques », dont aucun ne portait ce prénom, ont marqué l’histoire de la chanson française avec leurs chorégraphies proches du mime. Le nom du groupe venait, en fait, de l’expression « faire le Jacques » qui signifiait faire l’idiot. Entre 1944 et 1982, ils ont interprété, à leur manière vocalement très originale, un grand nombre de classiques de la chanson francophone signés Boris Vian, Georges Brassens, Serge Gainsbourg, Léo Ferré ou Jacques Prévert entre autres. Ils connurent aussi des succès plus personnels avec « La Marie-Joseph », « C’que c’est beau la photographie », « La ceinture », « Le peloton » ou encore « La confiture ».

Frank ALAMO : chronique d’une mort, hélas, annoncée

Frank Alamo en 1964

Frank Alamo nous a quitté le 11 octobre 2012 alors qu’il luttait depuis des mois contre un mal dont il connaissait l’issue qu’il souhaitait la plus tardive possible. Il est parti la veille de ses 71 ans.

Le monde est Stone : Charden est mort

Eric Charden lors du spectacle "Age tendre et tête de bois" à Charleroi (B) le 30 janvier 2009 (c) Passion Chanson

Les vaches rousses blanches et noires ont perdu un ami. Et « L’Avventura » ne se chantera plus qu’à une seule voix. Eric Charden est décédé ce dimanche 29 avril 2012 des suites d’un lymphome qui le rongeait depuis des mois.
(suite…)

Décès de Gérard RINALDI : les Charlots sont en deuil

Gérard RINALDI plutôt bien entouré par les choristes du spectacle "Age tendre et tête de bois" à Charleroi (B) le 21 janvier 2011 (c) Passion Chanson

Le chanteur du mythique groupe français Les Charlots, Gérard Rinaldi, est décédé le vendredi 2 mars 2012. Agé de 69 ans, il s’est éteint des suites d’un lymphome à l’hôpital de Bris-sous-Forge (Essonne, France).

Musique et chansons
Avec quatre autres musiciens, Gérard Rinaldi a créé, au milieu des années 1960, le groupe Les Problèmes. Ainsi entouré de Gérard Filipelli, Jean Sarrus, Luis Rego et Jean-Guy Fechner, Gerard Rinaldi accompagne Antoine dans ses premiers concerts en 1966.
C’est la même année que les 5 copains décident de faire cavaliers seuls en prenant le nom de Charlots. Leur répertoire sera à la hauteur de leur patronyme : caractérisé par une certaine gaudriole, il sera composé de chansons humoristiques ou paillardes et de reprises de vieux succès de la chanson française. Et c’est avec une parodie d’une chanson de leur ami Antoine qu’ils vont se faire remarquer dès 1966 : Je dis n’importe quoi je fais tout ce qu’on me dit. En 1967, c’est l’explosion de leur carrière avec une série impressionnante de tubes : Paulette la reine des paupiettes, Albert (le contractuel), Cet été c’était toi ou encore Elle a gagné le yoyo en bois du Japon avec la ficelle du même métal.
Par la suite, les parodies vont habilement se mélanger aux chansons originales et aux reprises.
Côté parodie, on retiendra Le pauvre mec (d’après Le métèque de Moustaki) en 1969, Sois érotique (d’après Gainsbourg) en 1970, Chagrin d’labour (d’après Chagrin d’amour) en 1982 ou encore Vamos a trabajar (d’après Vamos a la playa) en 1985.
Un certain nombre de vieilles chansons seront remises au goût du jour par les Charlots : La route de Pen-Zac, Le trou de mon quai, Ha les fraises et les framboises, Si tu n’veux pas payer d’impôts ou J’irai revoir la Normandie.
Enfin, au rayon « original », on doit aussi aux Charlots Merci patron (1971), La biguine au biniou (1976) et L’apérobic (1983).
Après plus de 25 ans d’absence sur scène, Gérard Rinaldi était revenu chanter quelques succès du groupe avec Jean Sarrus dans le spectacle Age tendre et tête de bois (saison 2010-2011).
Cinéma
Parallèlement à leur carrière musicale, les Charlots ont aussi tourné une quinzaine films dans les années 1970 : La grande java, Les Bidasses en folie, Les fous du stade ou Les Charlots font l’Espagne notamment.
Télévision
Puis, lorsque les activités des Charlots se sont un peu ralenties dans les années 1980, Gérard Rinaldi s’est tourné vers la
télévision avec un rôle phare dans la série Marc et Sophie dès 1987. Il joue aussi dans quelques films dont La Vie dissolue de Gérard Floque de Georges Lautner ou Funny Boy de Christian le Hémonet.
Depuis plusieurs années aussi, il doublait plusieurs personnages de séries américaines dont Les Simpson (Krusty le Clown à partir de 2008) et NCIS.
En tant que comédien, Gérard Rinaldi a aussi participé à Cluedo, Les Cordier juge et flic, Blandine l’insoumise,
Commissaire Valence, Fabien Cosma, Père et maire et à La Nouvelle Maud ou à Chez Maupassant en 2011 encore.
Théâtre
Sur les planches enfin, le comédien s’est illustré dans l’univers de Feydeau avec un double rôle dans La puce à l’oreille mise en scène par Jean-Claude Brialy.
Engagement
Humainement engagé, Gérard Rinaldi était impliqué dans l’association Vaincre l’autisme.

Disparition de Bruno Fecteau

Décidément, les nouvelles ne sont guère réjouissantes d’où qu’elles viennent en ce début 2011. Cette fois, c’est le monde de la chanson québécoise qui est touché de plein fouet par le décès de Bruno Fecteau le 8 janvier.
(suite…)

 Page 5 of 5 « 1  2  3  4  5