Véronique SANSON ne reprendra pas ses concerts avant février 2019

Véronique Sanson en 2013

Déjà obligée d’annuler toute une série de concerts depuis la rentrée 2018, la chanteuse Véronique Sanson s’est vue contrainte d’annuler onze nouveaux spectacles prévus à partir de fin novembre. C’est le traitement de sa tumeur qui l’oblige ainsi à un repos supplémentaire d’au minimum trois mois selon son producteur Gilbert Coullier. Et ce sont, plus particulièrement, les effets secondaires dus à la radiothérapie qui la forcent à cette période de  repos supplémentaire.
.

De ce fait, bien entendu, la chanteuse de 69 ans ne pourra pas assurer la seconde partie de sa tournée. Sont ainsi annulés les onze concerts prévus à partir du 30 novembre dont les quatre spectacles parisiens à la Salle Pleyel en décembre. Les billets sont remboursables dans les points de vente où ils ont été achetés.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , ,

Compositeur de chansons avant le cinéma, Francis LAI est décédé à 86 ans

Francis Lai en 1974

Francis Lai est décédé ce 7 novembre 2018 à Nice, dans cette ville de la Côte d’Azur où il résidait. Il avait 86 ans puisqu’il était né à Nice le 26 avril 1932 de parents horticulteurs.
.
C’est en autodidacte qu’il apprend à jouer de l’accordéon avant de « monter » à Paris où son art musical le fait rencontrer le poète et chanteur Bernard Dimey qui l’engage pour l’accompagner sur scène. Mais, au fil du temps, Dimey lui demande de composer des musiques sur ses textes puis de « livrer » des mélodies à certains artistes très en vue à l’époque : Yves Montand, Juliette Gréco ou Edith Piaf qui interprétera sa première composition : « L’homme de Berlin » en 1960. Il se complait dans l’exercice et, du coup, compose de plus en plus. Les interprètes ont pour nom Isabelle Aubret, Petula Clark, Dalida, Jacqueline Dulac ou Ginette Reno. Ses relations musicales, dont l’auteur Pierre Barouh, lui permettent, en 1965, de rencontrer Claude Lelouch qui réalise alors principalement des scopitones (ancêtres des clips video en format cinéma) avec des chanteurs français et qui vient de tourner quelques premiers films intéressants. Le réalisateur lui parle de son projet de film dont le titre serait « Un homme et une femme » et, avec Pierre Barouh, il le convainc de composer la musique du long métrage. Primé au festival de Cannes, le film est fortement marqué par la musique de Francis Lai et par la chanson interprétée par Nicole Croisille : « Chabada-bada ». C’est un énorme succès cinématographique et musical.

Lelouch fera encore appel de nombreuses fois par la suite à Francis Lai pour d’autres musiques de films : « Vivre pour vivre », « L’aventure c’est l’aventure » (avec une version chantée par Johnny Hallyday), « Le bon et les méchants » (avec « La ballade du bon et des méchants » chantée par Jacques Dutronc sur un texte de Philippe Labro), « Edith et Marcel », « Les uns et les autres » ou encore « Itinéraire d’un enfant gâté ». En 1968, lors de son retour sur scène à l’Olympia après six ans d’absence, Yves Montand décide d’enregistrer une chanson de Francis Lai qui devient un tube : « La bicyclette ». Un an plus tard, le musicien français est contacté par le réalisateur américain Arhur Hiller pour lui écrire les thèmes musicaux de son nouveau film « Love story ». Le succès est mondial et Francis Lai reçoit un Oscar pour cette musique en 1970. Le titre principal, « Where Do I Begin », est interprété par Andy Williams et Shirley Bassey et une version française est enregistrée par Mireille Mathieu : « Une histoire d’amour ». Il composera ensuite de nombreuses chansons pour Mireille Mathieu mais il sera aussi au répertoire de Serge Reggiani, Dalida, Ella Fitzgerald, Nicoletta ou Fabienne Thibeault. Ses mélodies seront accompagnées de textes signés entre autres par Pierre-André Dousset, Boris Bergman, Luc Plamondon, Pierre Barouh et Didier Barbelivien. Pour Nicole Martin, il compose, à l’automne 1977, la musique de la chanson « Bonsoir tristesse » sur des paroles de Magali Déa. La chanson devient un immense succès tant au Japon qu’au Québec et remporte pour le Canada le Prix de la meilleure chanson étrangère au Yamaha Music Festival qui se déroule en novembre 1977. Cette année-là, Francis Lai place un instrumental dans les hit-parade français : la musique du film « Bilitis » réalisé par David Hamilton. C’est aussi l’époque où l’habillage musical de la chaîne télévisée publique française FR3 est réalisée par le musicien niçois avec, notamment, « Les étoiles du cinéma ». Ces derniers thèmes musicaux on témoigné de l’évolution de Francis Lai vers des instruments électroniques modernes tels que les synthétiseurs. A l’heure de son décès, Francis Lai travaillait encore sur la composition de morceaux pour la suite de « Un homme et une femme » que Claude Lelouch est occupé à réaliser.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , ,

800.000 exemplaires de l’album posthume de Johnny Hallyday en vente dès ce vendredi 19 octobre 2018

Le 51e album studio de la rockstar française, « Mon pays c’est l’amour », qui sort donc dix mois après son décès, sera promu par des interviews et des émissions accordées à la veuve de l’artiste Laeticia Hallyday.
.
C’est Maxim Nucci qui a composé et réalisé le disque et Bertrand Lamblot en est le directeur artistique.
.
Dix titres composent l’album: « J’en parlerai au diable », « Mon pays, c’est l’amour », « Made in rock’n’ roll », « Pardonne-moi », « 4m2 », « Back in LA », « L’Amérique de William », « Un enfant du siècle », « Tomber encore » et « Je ne suis qu’un homme ».
.
.
.

Tags: , , , , , , , ,

Deux concerts majeurs de Brel ce 9 octobre 2018 dans les cinémas francophones

Décédé le 9 octobre 1978 à Paris, Jacques Brel n’était plus monté sur scène depuis ses adieux à l’Olympia de Paris en 1966. Pour célébrer les 40 ans de la disparition du chanteur belge, les versions restaurées de deux concerts de ses concerts, celui de Knokke-Le-Zoute en 1963 et celui de ses adieux à l’Olympia, seront projetées dans 170 salles de cinéma en France, Belgique et Suisse ce mardi 9 octobre 2018.

Pour la première fois, le public pourra découvrir ces deux films « avec son et image restaurés ».

Baptisée « Brel, Ne nous quitte pas », la projection des deux films, d’une durée totale de 100 minutes, est organisée à 19h30 dans les cinémas Pathé, Gaumont, Kinépolis, Cinéville, Megarama, dans de nombreuses salles indépendantes et à la fondation Brel à Bruxelles.

Les informations sur les lieux de projection sont disponibles en CLIQUANT ICI.

Tags: , , , , , , , , , , ,

40 ans après le décès de Jacques Brel, Fred Hidalgo raconte les derniers moments de l’artiste

C’est en 2011 que le journaliste français, spécialiste de la chanson, Fred Hidalgo décida de partir sur les traces de l’une de ses idoles : Jacques Brel. Sur celles que le chanteur belge laissa en tous cas aux îles Marquises à la fin de sa vie. Là bas, Fred Hidalgo a patiemment recueilli les confidences et témoignages des anciens amis de Jacques Brel en Polynésie. Et, aujourd’hui, cinq ans après le livre intitulé “L’aventure commence à l’aurore”, l’ouvrage nommé “Le Voyage au bout de la vie” pourrait bien être le livre définitif sur Jacques Brel. Un artiste hors du commun redevenu anonyme et incarnant, pour de bon en Polynésie, ce Don Quichotte qu’il avait admirablement joué à la scène. Une manière très originale, franche et directe de découvrir comment, en se faisant Marquisien, Brel le “Belgien” est devenu, vraiment, le Grand Jacques. Le livre est paru aux éditions « L’Archipel ». En savoir plus: visitez le blog de Fred Hidalgo (en cliquant ici).
.
.
.

Tags: , , , , , , , ,

JACQUES NUOVO et LEVURE de retour sur scène ce 22 septembre 2018

A 60 ans, Jacques Nuovo se sent comme un jeune artiste à l’idée de fouler les planches du théâtre royal de Mons le 22 septembre pour un spectacle varié, coloré et très éclectique musicalement. Et, même si le chanteur se défend de parler d’un bilan, il est certain que cette soirée retracera les grandes lignes d’une carrière sans doute discrète mais aussi très fournie en expériences diverses.
*
Né à Jemappes (Mons), dans le Borinage, Jacques est issu d’une famille originaire de San Cataldo en Sicile et son père est boulanger. Déjà passionné par la musique, le jeune homme s’oriente pourtant vers l’électricité mais finit par reprendre la boulangerie de son père. C’est sans doute cette activité qui le pousse à donner le nom de « Levure » au groupe musical qu’il fonde au début des années 1980 avec Franco Seminara et Salvatore Miraglia entre autres. La formation a pour particularité de composer, d’écrire et d’interpréter des chansons en patois picard wallon comme on le parle dans la région boraine. Après s’être retrouvé en finale du Grand-Prix de la Chanson Wallonne en 1980, Levure connaît le succès avec le titre « Ed tourpine » (que l’on peut traduire par « Je végète ») co-signé par Nuovo et Miraglia en 1981 et « El djambot du cié qu’a émigré » (« Le fils de celui qui a émigré ») en 1983. Cette année-là, le groupe est à nouveau finaliste du GP de la Chanson Wallonne où il se distingue en interprétant une fois de plus des textes sociaux sur des mélodies légères. En 1984, alors que Levure se dissout après un ultime disque en français (« Va travailler »), Jacques Nuovo est aidé par son célèbre concitoyen Salvatore Adamo pour enregistrer un premier 45-tours francophone en solo. C’est le guitariste d’Adamo, Jérôme Munafo, qui signe d’ailleurs les arrangements de « Dans mon verre » et « Lettre à une amie ». Le succès de ce premier essai est encourageant car les radios de la Belgique francophone diffusent bien le disque. Jacques Nuovo enregistre alors « Un enfant de toi » en 1985 puis, en duo avec Franco Seminara, une chanson sur le handicap: « Vivre comme toi » en 1986. Jacques participe ensuite au Festival 88, un concours organisé à Bruxelles par la société des auteurs belges SABAM où il présente la chanson « J’aurais voulu ». En 1990, il chante « Cannibale si tu veux » et représente, en 1993, la Belgique et la RTBF (Radio Télévision Belge Francophone) au concours de chansons de la Truffe de Périgueux en France. Puis, au milieu de la décennie, Jacques Nuovo sort son premier et seul album à ce jour. L’opus s’appelle à juste titre « L’album » et, sur ce disque réalisé avec l’aide du musicien Aril Laury, on retrouve des réenregistrements de « Dans mon verre », de « Un enfant de toi » ou encore de « Ed tourpine » en souvenir du groupe Levure. Les titres restants sont nouveaux: « Je survivrai », « Van Gogh », « Après minuit » ou « Si ton amour tremble » par exemple. Face au succès très mitigé du CD, Jacques Nuovo va petit à petit délaisser la chanson sans pour autant quitter le monde artistique et musical. C’est ainsi qu’en 2007, il met sur pied et lance, dans la province belge de Hainaut, un concours musical pour jeunes talents appelé « Envol des Cités » dont le succès est grandissant. Comme un clin d’oeil, en décembre 2011, Jacques Nuovo dédie une chanson au bourgmestre de sa ville natale de Mons qui est alors aussi le premier ministre belge Elio Di Rupo : le « Doudou tango d’Elio ». En 2014, Jacques Nuovo parvient, avec Salvatore Miraglia et quelques autres musiciens, à réenregistrer dix chansons parmi celles qui ont fait connaître le groupe Levure au début des années 1980. Et, contre toute attente, malgré les voix et la technique qui ont changé, la magie se produit et les chansons ne semblent pas avoir pris une ride.
*
Sur la scène du théâtre royal de Mons, grâce à la proposition du directeur de la salle, Salvatore Anzalone, et grâce à la collaboration artistique du guitariste Roberto Di Ferdinando, Jacques Nuovo espère conquérir à nouveau le public qui l’attend depuis longtemps. Mais il convoite aussi, secrètement, de recueillir l’attention des plus jeunes qui, bien souvent, ne le connaissent que comme l’organisateur de « L’Envol des Cités ».
*
L’artiste n’a en tous cas pas lésiné sur les moyens pour proposer une soirée variée avec, notamment, la participation du groupe Levure, de quelques amis artistes et aussi avec quelques surprises.
*
Rendez-vous ce samedi 22 septembre au théâtre royal de Mons dès 20 heures pour ce beau moment d’authenticité artistique.

.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Nouvel album « Le mot dit » de Guillaume Ledent : musique, qualité, musicalité

En onze chansons, Guillaume Ledent, accompagné du groupe « Dérange ta chambre », nous emmène dans la vie d’un enfant qui nous raconte son quotidien mais aussi tout son univers de rêves. Et chaque texte porte sa particularité avec des mots propres, simples et musicaux. Ce qui est formidable, c’est que Guillaume semble avoir gardé cette fraîcheur et cette candeur qui permet à certains adultes de bien cerner les préoccupations des enfants qui les entourent pour mieux en rendre compte dans des textes qui s’adressent aussi bien aux grandes personnes qu’aux plus jeunes.
.
Et ici, clairement, de par la musique et le vocabulaire utilisés, il est question de toucher plutôt les enfants que les tout-petits ou les ados.
.
Au rayon des chansons que l’on peut qualifier de « sérieuses », on relèvera « Emilie Parfaite », la première chanson du disque, qui, avec un texte d’emblée basé sur la sonorité des mots, nous parle d’une copine comme nous en avons tous (eue) : perfectionniste voire maniaque. Et puis il y a les questions que notre monde contemporain impose aux enfants et qui se retrouvent dans quelques titres de l’album. De manière légère avec « Maman s’affole » qui évoque la peur de vieillir et la crainte de la nouvelle ride face au miroir des années qui passent. Ou de façon plus grave dans la chanson « Si c’était nous? » et qui tire un bilan de tout ce qui pourrait nous arriver et qui tracasse les mômes d’aujourd’hui (« Je veux un JT de bonnes nouvelles »). Sans oublier la plus concernante et actuelle des chansons: celle qui évoque Malaïka, une petite fille réfugiée malienne sans papiers qui a été renvoyée chez elle et qui suscite l’incompréhension dans la classe d’école.
.
Enfin, il y a les mélodies douces, intimistes, aux textes oniriques spécifiques à l’enfance. « Obago » et « Dimanche flanche » sont de celles-là et nous rappellent le doux cocoonisme de nos jeunes années d’insouciance où de simples objets de notre quotidien étaient bien souvent sources d’évasion.
.
Côté musique, Guillaume Ledent est proche de la pop de Calogero et des mélodies douces de Souchon. Et, pour parler jeune public, on n’est pas dans le rock d’André Borbé ou dans la comptine d’Henri Dès. Et cela nous conforte dans l’idée d’un répertoire qui touche plutôt les grands enfants voire les pré-adolescents.
.
Une chose est en tous cas certaine: l’écriture, la composition mais aussi la réalisation de cet album sont de grande classe et donnent vraiment envie d’en découvrir la déclinaison sur scène. Bientôt sans doute puisque, déjà, un concert a été proposé à Bruxelles récemment.
.
A PROPOS DE GUILLAUME LEDENT
.

Guillaume Ledent à Maurage le 22 avril 2017 (c) Passion Chanson

Originaire de Tournai en Belgique, Guillaume Ledent n’est pas un nouveau venu dans le domaine de la chanson. Ses débuts remontent au début des années 2000 et prennent l’allure d’une aventure musicale collective au sein d’un groupe nommé « Dîne à quatre ». Il s’adresse alors aux adultes et propose des chansons au concours « Musique à la Française » de Bruxelles où il se fait remarquer en 2003. Un premier album est commercialisé en 2005 qui connaît un beau succès d’estime. Trois ans plus tard, l’album « Ton océan » reçoit un accueil plus marqué et des chansons en sont radiodiffusées. Parmi elles, il y a un duo avec un autre artiste belge talentueux : Saule (« L’amour au four »). En 2010, un troisième opus (« La récréation ») permet à Guillaume Ledent d’élargir son public à la France, la Suisse et, aussi, le Maroc, où il chante dans des festivals. La vie de famille de l’artiste lui inspire alors des chansons qu’il ne va pas destiner au jeune public mais plutôt et plus largement à un public familial. L’album « Dérange ta chambre » qui sort en 2012 est congratulé par la presse belge et permet à l’artiste de proposer près de 100 concerts en Belgique et en France. Après une nouvelle expérience d’un album partagé avec le chanteur belge Guillaume Duthoit en 2014 (« Histoires d’écailles et de plumes »), il se produit en première partie de Nicolas Peyrac en acoustique le 22 avril 2017 à Maurage (B) et travaille à l’élaboration d’un nouvel album « familial » dont on vous parle ci-dessus: « Le mot dit ».
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , ,

Du neuf « Sous la lune » avec les chansons d’Antoine ARMEDAN

Il y a presque cinq ans sortait le premier album du chanteur belge Antoine Armedan. Nous avions alors eu l’occasion d’en faire l’écho dans les colonnes de « Passion Chanson » (cliquer ICI). Nous parlions alors « d’un disque totalement à contre-courant de ce qui se fait de plus tendance où tel un Brassens, un Béart ou un Duteil du 21e siècle, cet artiste se présente à nous muni d’une seule guitare pour nous emmener dans son « jardin des nouveaux jours » en douze chansons. Et ce qui étonne dans cet univers très personnel, c’est forcément le dépouillement des orchestrations. »
.

Fin 2017, le chanteur a sorti un second opus totalement différent, dans la forme, du premier. En évolution constante, le garçon propose cette fois des chansons au format plus restreint, plus condensé, plus direct, plus rythmé et, aussi, un rien plus « festif ». Et il s’agit véritablement de bonne chanson francophone d’aujourd’hui, moderne, qui se place désormais plus dans la lignée des Cabrel et autres Le Forestier. Car, cette fois, il n’est plus question de mélodies où la voix est uniquement soutenue par une guitare mais bien par des orchestrations élaborées qui vont de la ballade au rock et à la country en passant par le reggae.
.

En treize titres, Antoine nous rappelle que, chez lui, aucun texte est insignifiant. Et que chaque écrit mérite d’être bien mis en valeur par des musiques qui accrocheront l’oreille pour y rester un bout de temps. Alors, bien sûr, l’amour occupe une belle place dans cet album avec des chansons comme « Sous la lune », « Tant que je passe » ou « La fille qui dort là-haut ». Mais d’autres thèmes sont abordés de manière originale, intéressante et, parfois, onirique. « Dimanche après-midi » est une belle histoire intergénérationnelle et, sur un rythme ensoleillé, « A la sauvette » aborde finement la thématique des vendeurs clandestins.
.

Au final, voilà un album qui ne galvaude pas le titre de « varié ». Car il est à la fois multiple musicalement mais aussi très diversifié au niveau des textes. Et le tout est enveloppé d’une qualité qui ne peut que permettre à Antoine Armedan de poursuivre un chemin ascendant dans le domaine de la chanson francophone contemporaine.
.

Les chansons sont en écoute ainsi que « téléchargeables » sur le site web de l’artiste (cliquer ICI). Tous les renseignements sur l’artiste ainsi que sur ses concerts s’y trouvent aussi. Et la chanson qui a annoncé l’album, « Si je te disais », est audible ci-dessous.
.

Tags: , , , , , ,

Appel aux artistes québécois désirant se faire connaître en Europe

Le concept des Québecofolies est simple mais efficace. Il choisit un grand festival européen renommé, organisé, bien rodé et fort fréquenté afin d’y insérer un véritable «showcase» valorisant une sélection d’artistes francophones issu(e)s du Québec et des terres canadiennes. Ensuite, les professionnels et les médias présents au festival sont invités à découvrir sur scène le talent des artistes sélectionnés. Cela facilite aussi les contacts entre artistes et professionnels du secteur musical et les retombées sont réelles pour la carrière des artistes présentés.

Ajoutons que les artistes participant aux vitrines des Québecofolies sont également invité(e)s à présenter leur spectacle sur une ou plusieurs scènes des festivals partenaires, cela leur permettant d’élargir leur public au-delà des professionnels de l’industrie musicale.
.

Les Québecofolies sont intégrées depuis dix ans dans la programmation de trois festivals européens:
+ Le Festival Pause Guitare à Albi (Midi-Pyrénées France) qui aura lieu du 3 au 8 juillet 2018
+ Les Francofolies de Spa (Belgique) qui se tiendront du 19 au 22 juillet 2018
+ Les Transes Cévenoles à Sumène (Gard France) organisées du 19 au 22 juillet 2018.
.

Si, en tant qu’artiste, vous désirez participer à l’une ou l’autre, voire à plusieurs vitrines des Québecofolies, vous trouverez l’information nécessaire pour déposer votre candidature sur le site web des Québécofolies en cliquant ICI.

La clôture des inscriptions a été fixée au vendredi 15 décembre 2017 et seuls les artistes francophones canadiens peuvent s’inscrire aux Québecofolies.

Tags: , , , , , , , , , , ,

Comme Chorus et d’autres avant lui, le magazine Platine interrompt sa publication

Depuis 1992, le magazine Platine se défend d’être le seul magazine traitant de la chanson de variétés majoritairement francophone. Un titre qu’il n’usurpe pas tant Jean-Pierre Pasqualini et son équipe, des vrais passionnés de chanson, n’ont jamais craint les obstacles et les problèmes de toutes sortes.
Depuis quelque temps toutefois, des soucis sont venus contrarier la publication de « Platine » qui du format mensuel est passé à la fréquence bimestrielle. Mais, apparemment, cela n’a pas suffi à remettre en selle le magazine qui a vu ses chiffres de vente diminuer au fil du temps.

Le dernier numéro de Platine paru en mars 2017

Alors, ce 1er juin 2017, sur la page Facebook de Platine Mag, Jean-Pierre Pasqualini s’est fendu d’une lettre qui en dit long sur l’état de notre société où la défense de la culture francophone et de la langue française est pourtant plus que jamais nécessaire face aux dérives politiques et économiques de plus en plus autoritaires. Par respect pour le rédac’chef de Platine, que j’ai eu l’occasion de rencontrer à plusieurs reprises lors de festivals et autres activités artistiques, j’ai choisi de vous livrer intégralement le contenu de cette lettre que vous trouverez ci-dessous.
Petite précision en ce qui concerne le site web « Passion Chanson »: étant le fruit d’une petite activité de passionné non rémunéré, il n’y a jamais été question de reproduire quelque article que ce soit du magazine Platine. Nous étions en effet trop fiers de pouvoir, au contraire, promouvoir autant que faire se peut, un magazine qui incarne à nos yeux ce qu’il y a de mieux dans le domaine avec le regretté « Chorus » disparu il y a maintenant quelques années déjà.

 

La lettre de Jean-Pierre Pasqualini en intégralité

Boulogne, le 1er juin 2017

Chers copains, chers amis, chers lecteurs, chers abonnés de Platine,

On ne peut rien contre le progrès…

En général, le premier jour du mois de sortie d’un numéro de Platine est celui où je communique sur les réseaux sociaux son sommaire et la photo de la couverture. Aujourd’hui, j’ai le regret de vous annoncer qu’il n’y aura pas de Platine le 8 juin prochain.
Et je voudrais tout d’abord dire à tous nos fidèles lecteurs et surtout abonnés que nous en sommes vraiment désolé.

Les temps sont difficiles.
Pour tous et aussi pour le monde de la chanson.
En effet, après 15 ans de piratage de la musique et l’effondrement du marché physique, ce sont maintenant les spectacles qui souffrent avec les nombreux attentats dont ils sont victimes. On ne compte plus les faillites : de celle de la Tournée  » Âge tendre  » (première version) à celle, toute récente, de  » Hit-parade « .

Avec moins de spectacles qui sont montés, moins de disques qui sortent, toujours moins de nouveautés en radio des artistes qui ont plus de 10 ans de carrière, et aussi de moins en moins de Best Of de ces derniers (tout ce qui a été important a été réédité en CD depuis plus de 30 ans, et plusieurs fois, et comme il y a peu de nouveaux fans, ces compiles ne se vendent plus)…, Platine a de moins en moins de raisons d’exister.

Sans compter que, depuis des années, notre revue a subi une triple crise:

1. La crise de la presse face à internet.
Comme vos vendeurs de journaux, les éditeurs indépendants de presse magazine spécialisée souffrent beaucoup. Il faut dire que non seulement internet annonce les nouvelles beaucoup plus vite que n’importe quel journal, mais pirate la presse (et Platine) depuis des années en reproduisant les articles et interviews sans autorisation. En plus, de nombreux internautes s’improvisent journalistes. Sans parler des artistes qui choisissent de parler à leurs fans en direct via les réseaux sociaux…

2. La crise de la musique, piratée et devenue gratuite, qui, de ce fait, ne stimule pas les ventes de presse musicale. D’autant plus que la presse adolescente ne parle plus de chanson et ne prépare donc pas les nouvelles générations à vouloir un jour lire un magazine spécialisé comme Platine. Quant à ceux qui ont été biberonnés à Salut les Copains, Podium…, voire Star Club, ils ne sont pas éternels…

3. La crise économique globale qui a pour conséquence que les Français souffrent d’une diminution de leur pouvoir d’achat…

Aujourd’hui, nous travaillons donc à une nouvelle formule (en version papier ou sur le net) afin d’essayer de relancer votre revue.
Pour cela, nous sommes en discussions avec de nouveaux éventuels partenaires, fournisseurs, distributeurs…
Nous espérons pouvoir la concrétiser d’ici la rentrée de septembre.

Avec l’arrivée des vacances et l’enchainement des périodes électorales, ce début d’été nous semblait, de toute façon, peu propice au lancement de cette nouvelle formule.

Sachez, pour finir, que nous ferons TOUT ce qui est possible pour ne pas disparaître comme l’ont fait tant de magazines (notamment musicaux) avant nous. Ceci dit, pas à n’importe quel prix: l’augmentation du tarif d’un magazine, et la diminution de la quantité de pages ou de la qualité des articles ne sont pas, pour nous, des solutions à long terme.

Merci encore de votre fidélité.

L’équipe de Platine.

Tags: , , , , , ,

Albert DELCHAMBRE fait l’inventaire pour ses 70 ans ce 28 mai à Chimay (B)

 

Né le 30 mai 1947, le chanteur belge Albert Delchambre a décidé de fêter ses 70 ans sur scène ce dimanche 28 mai. Il présentera à l’occasion un tout nouveau spectacle-concept intitulé « L’inventaire ». Et cela se fera à Chimay, sa ville natale, et plus précisément en la salle Sudhaina de Baileux à 16h00.

70 ans de vie et, aussi, 50 ans de carrière pour celui dont le dernier album s’appelait « Hors Format« . Une expression qui colle parfaitement à cet artiste qui perdit sa maman, ukrainienne, très tôt et qui s’est d’abord lancé dans la chanson sous le nom d’Eli Tchenko à la fin des années 1960.

D’expérience malheureuse en espoir déçu, c’est finalement au début des années 1980 qu’Albert Delchambre va connaître des premiers succès éloquents en Belgique francophone grâce d’abord aux récentes radios libres dont la programmation musicale est surveillée puis relayée par la radio publique nationale. Les succès ont alors pour titre « On peut s’imaginer », « Elle était de celles », « Mais que vienne l’automne », « Où est mon vélo » ou encore « Traîner en ville ». Des mélodies et textes qui lui valent notamment de recevoir le prix du Public ainsi que celui de la Presse internationale au Festival de la Chanson Française de Spa (B) en 1981.

Les années 1990 seront marquées par une compilation de ses titres connus sur un CD qui reprendra aussi quelques nouvelles versions et inédits: « Sens dessus dessous » avec notamment la chanson « Comme une envie de chanter ».

La décennie suivante sera celle de l’album « Acte III » et les années 2010 celles de l’opus « Hors Format » présenté au public et à la presse le 28 novembre 2014 à La Chapelle de Mons (B).

Voilà un parcours dont une trentaine de chansons sont donc extraites pour le nouveau spectacle « Inventaire ». Un concert d’Albert Delchambre c’est un rendez-vous avec une musique élégante, des textes peaufinés, un répertoire sans facilité et, surtout, un artiste authentique et vrai.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , ,

Un album hommage pour les 50 ans de chanson de MICHEL FUGAIN

Pour fêter les 50 ans de carrière de Michel Fugain, quelques artistes français de la nouvelle génération ont décidé d’enregistrer ses grandes chansons. Ils célèbrent ainsi, à leur manière, un artiste qui a passionnément chanté la jeunesse et même incarné son élan, sa folie, sa vitalité et sa candeur.

Cette initiative permet de (re)découvrir des titres comme «Forteresse», «Attention mesdames et messieurs», «Fais comme l’oiseau» ou «Jusqu’à demain peut-être» et de se rendre compte comment elles ont passé sans difficultés le cap des années. Des chansons tellement bien ancrées dans leur époque qu’elles parlent à la nôtre.

Pour cet album intitulé « Chante la vie chante » qui a été commercialisé le 12 mai, on retrouve les voix de KIDS UNITED, Patrick FIORI, SLIMANE, Olivier DION, Damien SARGUE, VICTORIA, Claudio CAPEO, BEN L’ONCLE SOUL, Anaïs DELVA, Sophie TAPIE, ARCADIAN, CORNEILLE, Florent MOTHE, Chimène BADI et Mickaël DOS SANTOS.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

 Page 1 of 20  1  2  3  4  5 » ...  Last »