T’en vas pas comme ça : Nancy Holloway est décédée à 86 ans

Nancy Holloway en 1963 – Photo (c) Roland Carré

Icone américaine de l’époque française des « yé-yés », la chanteuse Nancy Holloway est décédée ce mercredi 28 août 2019 à Paris. Elle avait 86 ans et avait quitté la scène en 2008 en raison de problèmes de santé.
.
Née le 11 décembre 1932 à Cleveland aux Etats-unis sous le nom de Nancy Brown, elle se destine à devenir danseuse et elle a près de 30 ans lorsqu’une tournée européenne l’amène à découvrir Paris où elle décide de s’installer. Le jazz est très en vogue dans la capitale française et elle est sûre que ses capacités vocales vont lui permettre de devenir l’une des vedettes du genre dans des cabarets comme le Mars Club et le Blue Note. Elle modifie son nom et s’appellera désormais Nancy Holloway. Dès 1961, elle enregistre une demi-douzaine de disques 45-tours où elle interprète des adaptations françaises de « tubes » anglo-saxons : « Hey Pony », « Elle a des yeux d’ange », « Le boogie du bébé », « Venez les copains », « The twist », « Be bop a lula », « Les barbouses » ou « Viens danser le twist ». Son accent américain n’est pas étranger à sa popularité qui, à cette époque, peut s’apparenter, pour des raisons similaires, à celle de Petula Clark. Grâce à ce succès plutôt rapide, elle chante en vedette au théâtre de l’ABC à Paris en 1961. Et elle est l’une des invitées du présentateur Albert Reisner au cours de la première émission télévisée française « Age tendre et tête de bois ». Durant les mois qui suivent, Nancy continue à enregistrer des chansons à un rythme soutenu et elle finit par décrocher le grand succès attendu en 1963 avec « T’en vas pas comme ça », adaptation française de « Don’t make me over » interprété initialement par Dionne Warwick.

En 1964, la chanteuse tente l’aventure du cinéma en jouant son propre rôle dans « Cherchez l’idole », réalisé par Michel Boisrond, aux côtés de Sylvie Vartan, Johnny Hallyday, Charles Aznavour et Eddy Mitchell. Elle prend goût au cinéma et, aidée par le comédien André Pousse, elle tourne, plus tard, dans les films « Le Gentleman de Cocody » de Christian-Jaque, « Jeux de massacre » d’Alain Jessua et « Le Cri du cormoran le soir au-dessus des jonques » de Michel Audiard. Nancy Holloway va ensuite poursuivre l’enregistrement de 45-tours de manière régulière jusqu’en 1968. En 1969, sa vie privée est marquée à tout jamais par la mort de sa fille de six mois qui se noie accidentellement dans son bain. Elle interrompt alors sa carrière avant d’essayer de revenir, malgré tout, au premier plan avec divers disques enregistrés en 1974 (« Laisse-moi vivre »), 1981 (« Give girl a chance ») ou 1988 (« You are my yesterday » produit par le Belge Eddy Luyckx). Il faut alors attendre 2006 pour revoir la chanteuse sur scène lors de la tournée vintage « Age tendre et tête de bois » qu’elle partage alors avec d’autres artistes comme Richard Anthony, Frank Alamo ou Michel Orso.
.
.
.

Tags: , , , , , , , , , , , ,