FRANCOFOLIES DE SPA : BRUEL SUPERSTAR

Patrick Bruel à Spa ce 19 juillet (c) Passion Chanson

La journée de ce samedi 19 a été marquée par le retour à Spa de Patrick Bruel, star plus que jamais d’un public qui ne semble pas prêt à le lâcher. Et il n’y a pas de raison puisque l’artiste aime ça et fait tout pour entretenir cette relation qui dure, dans certains cas, depuis 25 ans. C’est d’ailleurs 25 ans d’une carrière de chanteur bien remplie que Patrick Bruel a permis aux spectateurs de survoler en un peu moins de deux heures de concert ce vendredi soir sur la Scène Rapsat. Les titres connus sont enchaînés avec conviction : « Alors regarde », « J’te l’dis quand même », « Place des grands hommes », « She’s gone », « Qui a le droit », « Lequel de nous », « J’te mentirais », « Décalé », « Maux d’enfants », « Casser la voix », etc. L’assistance a aussi eu droit à une version particulière du « Café des délices », chanson mixée avec « Alexandrie Alexandra » de Claude François ! Il y a même eu, en primeur, une nouvelle chanson interprétée en piano-voix : « J’ai croisé ton fils ». Le spectacle, qui tourne depuis mai 2014, est très bien rodé et les qualités de comédien de Bruel parviennent parfaitement à donner un côté spontané à des actes qui sont pourtant accomplis chaque soir avec la même maîtrise. Après cela, on peut quand même déceler que l’artiste est réellement touché par l’accueil spadois. Car il y a des signes qui ne trompent pas : une heure après le concert, Patrick s’est retrouvé à « boire un dernier verre » à l’espace VIP du casino.
QUELQUES AUTRES ARTISTES DU JOUR
A l’occasion d’une réception organisée par l’organisation du concours « Ca balance » et la Province de Liège, les professionnels ont eu l’occasion d’apprécier des prestations réduites du groupe belge AIRCO qui parvient à très bien jouer du rock en français (on vous en reparlera par ailleurs), le duo féminin belge CELENA et SOPHIA et la harpiste-chanteuse québécoise M’MICHELE, une véritable révélation qui mêle chanson et musique électro avec une dextérité à vous couper le souffle.
Dans le cadre du festival « Franc’off », qui est destiné à révéler des découvertes, la prestation du groupe belgo-péruvien CHICOS Y MENDEZ n’est pas passée inaperçue. Sous un soleil harassant, à 14 heures, ces musiciens talentueux ont réussi à captiver un bon public visiblement amateur de musique latino.

Phillipe Deyrieu, chanteur du groupe Montparnasse, à Spa (c) Passion Chanson

Sur la même scène, gratuite, du village acadien, le groupe français MONTPARNASSE a succédé aux jeunes candidats francophones du concours « Du haut des airs » dont on vous reparlera par ailleurs. Crée autour de Philippe Deyrieu à l’initiative de Jean-Patrick Capdevielle en 2007, MONTPARNASSE a déjà deux albums à son actif et, surtout, cinq passages de suite aux Francofolies de Spa. Les chouchous des organisateurs semblent s’être présentés sur toutes les scènes de Spa sauf sur celle de l’Espace Rapsat qu’ils espèrent audacieusement fouler un jour ou l’autre. Le pop-rock francophone de MONTPARNASSE est plaisant et taquine de temps en temps le genre des variétés de bonne qualité. Un des titres phares du groupe reste « Quand j’étais Jean-Paul Belmondo » qui s’est fait connaître du grand public lors d’un passage télé en France pour un « Vivement Dimanche » de Michel Drucker consacré à Belmondo.
Et puis, au rayon des surprises amusantes, on a pu apprécier la prestation de l’artiste liégeois SABINO ORSINI qui a profité de ses origines pour enregistrer, avec l’aide du célèbre parolier Jacques Duvall, un album de « Chroniques calabraises » avec des chansons qui, rédigées en italien, relatent des aventures mafieuses parfois très drôles.
.
.
.