CALI, LAMA et GREGORIO pour la 3e journée des Francos de Spa

La journée de ce vendredi 19 juillet 2013 a été marquée par les concerts remarquables de Cali dans le parc Francofou et de Michaël Gregorio qui était la bonne surprise de la Scène Pierre Rapsat. Quant à Serge Lama qui, pour la première fois, se trouvait à l’affiche des Francofolies de Spa, il a ébloui un très nombreux public venu pour lui sur la Place de l’Hôtel de Ville.

L’après-midi de ce vendredi, dans le parc Francofou, la Québécoise Marie-Pierre Arthur a livré un set plus que convaincant et prouvant, une fois de plus, que le rock pouvait sans honte se décliner en français. Plus tard, c’est un habitué des Francofolies de Spa qui est revenu dans le Parc pour s’y donner corps et âme sur scène avec le talent, la fougue et la fièvre qu’on lui connaît : Cali.

Daniel Hélin sur la scène du Dôme ce 19 juillet 2013 (c) Passion Chanson

Sous le dôme du Jardin des Francos, le rappeur belge Veence Hanao a donné tout ce qu’il pouvait pour plaire malgré une sonorisation beaucoup trop puissante pour l’endroit. Et, plus tard, son compatriote Daniel Hélin a prouvé, s’il en était encore besoin, qu’il est un artiste plein de ressources. Accompagné sur scène par une multi-instrumentiste aussi habile à la harpe qu’au violon et au glockenspiel, il a délivré un concert plein d’humour, d’intelligence et de sensibilité.

Keith Kouna sur la scène du Globe ce 19 juillet (c) Passion Chanson

Entretemps, sur la scène du Globe, l’artiste canadien Keith Kouna s’est montré à la hauteur de la réputation qui précédait sa venue pour la première fois à Spa. Avec une voix très particulière qui fait un détour du côté de chez Richard Desjardins, il a interprété des mélodies à la fois entraînantes et douces. Avec la poésie en prime. A revoir dès que possible.

Enfin, sur la scène Pierre Rapsat, après un amuse-bouche correct offert par Renato, le second du télécrochet « The Voice Belgique 1 », Julien Clerc a, lui, beaucoup souffert de son horaire de passage. A 19 heures en effet, il y avait quelque 3 000 personnes sur l’esplanade de l’Hôtel de Ville, ce qui fait vide. De plus, son récital « pianistic » n’est vraiment pas conçu pour un tel espace en plein air. Ainsi, malgré toute la bonne volonté de ses deux pianistes, le fringant sexagénaire n’a jamais vraiment réussi à créer un lien avec le public. Même si de nombreux succès se trouvaient dans la playliste de l’artiste. A 21 heures, les spectateurs étaient déjà plus nombreux pour accueillir Serge Lama dont c’était le premier passage aux Francofolies de Spa. Le chanteur français n’a assurément pas déçu l’assistance en ayant programmé un tour de ses plus grands « tubes » de « D’aventures en aventures » à « Marie la Polonaise » pour terminer par le célébrissime « Je suis malade ».
Enfin, Michaël Grégorio a prouvé que les organisateurs des Francos ont eu raison de croire en lui pour clôturer la soirée de ce 19 juillet. Ce fou génial de l’imitation a été simplement grandiose. Il a su prendre le public par la main pour l’emmener dans son univers où il égratigne Dave et Sardou avant de mixer Edith Piaf à la façon David Guetta, où il rend hommage aux grands du jazz américain comme Armstrong, Ray Charles ou Ella Fitzgérald, et où il fait un tour à l’opéra avant de terminer en revisitant les grands groupes de rock anglo-saxons comme U2, Depeche Mode ou ACDC. Un super-show de Michaël Grégorio que l’on aurait toutefois apprécié un peu plus francophone dans ce cadre-ci.