Frank ALAMO : chronique d’une mort, hélas, annoncée

Frank Alamo en 1964

Frank Alamo nous a quitté le 11 octobre 2012 alors qu’il luttait depuis des mois contre un mal dont il connaissait l’issue qu’il souhaitait la plus tardive possible. Il est parti la veille de ses 71 ans.

Fils du fabricant de télévisions Grandin, il est très tôt intéressé par la musique et le chant. Il fera partie dans son enfance des Petits Chanteurs à la Croix de Bois. Mais, en pleine époque « yé-yé » et un peu par hasard, c’est la chanson qui va le séduire. Et, comme plein d’autres jeunes, il se lance dans une carrière où il connaît le succès avec des adaptations françaises de tubes anglo-saxons. « Ma biche » (Sweets for my sweet), « Da dou ron ron », « Le chef de la bande », « File file file » ou encore « Allo Maillot 38-37 ».
La fin des années 1960 sonne le glas pour bon nombre de ces idoles sixties que furent Lucky Blondo, Monty, Long Chris ou… Frank Alamo qui tirait son pseudonyme du célèbre western.
Frank Alamo se trouve une nouvelle passion et devient photographe. Mais il reste dans le milieu puisqu’il prend des clichés d’artistes. Il réalise ainsi notamment de superbes photographies pour la pochette du 33 tours de Dalida (« Gigi l’Amoroso ») en 1974.
Amateur également de belles voitures luxueuses, Jean-françois Grandin s’est aussi, un moment, lancé dans la conception, la fabrication et la production d’une automobile de grand standing.
A la faveur de la nostalgie des idoles des années 1960, les années 2000 ont été celles du retour de Frank Alamo sur scène. Il fut ainsi l’un des premiers à faire confiance à Michel Algay pour participer à l’aventure « Age tendre et tête de bois ». Devant des milliers de spectateurs, Frank redevenait le jeune chanteur qu’il avait toujours été dans un coin de sa tête.
Malheureusement, ce fut son corps qui décida il y a peu de le lâcher petit à petit. Une maladie dégénérescente fut décelée et, jusqu’au bout, conscient de son problème de santé, le chanteur espérait « survivre » le plus longtemps possible. Malgré une mobilité réduite, il eut cependant encore la force d’enregistrer des nouvelles chansons pour un album qu’il espérait sortir en octobre 2012. Frank Alamo est parti avant de réaliser ce dernier souhait. Il nous reste à espérer que ce disque sera commercialisé malgré tout à titre posthume.