Sandrine SZYMANSKI : Opaline

Sandrine Szymanski (c) Jean-Jacques Bathias

Voici 11 chansons réunies sur un CD pour découvrir cette voix cristalline très originale qui, toujours sur le fil, nous révèle une fragilité et une sensibilité à fleur de peau.
Avec Sandrine Szymanski, on entre dans un univers où les textes, très bien écrits, ont une importance capitale. Et, pour ne rien gâcher, les mélodies qui soutiennent ces paroles sont parfaitement accessibles à tout un chacun.

Interprété sur un mode musical qui dodeline de la valse à la bossa nova en passant par le style oriental, le contenu de l’album Opaline vous happe dès le premier titre et vous lâche difficilement au terme du menu qui se termine par une tentative de définition du bonheur.
Thèmes divers et jamais gratuits
Même les trois titres consacrés à l’amour à la première personne du singulier ne sentent pas la naphtaline. Mon rouquin se décline en deux versions musicales : valse musette et manouche. Dans chacune des interprétations, Sandrine s’y révèle presque féline. Quant au duo « Je t’aime tant mon amour », il varie l’ambiance de l’opus grâce à la présence masculine de Sébastien Peltey.
Préférences
Quatre chansons ont particulièrement retenu mon attention sur cet album.
Pour sa qualité d’écriture, je citerai Wilhem et le procédé utilisé qui est le jeu des kyrielles où la première syllabe d’un vers reprend la dernière du précédent. Un exercice imposé qui, pour l’auteur Sandrine, a dû contenir sa dose d’adrénaline.
Pour son humour, j’ai aussi apprécié Y en a qui sont où les associations d’idées font sourire. Elles sont pourtant le reflet exact de la société dans laquelle on vit et d’où il est bon de s’échapper la mandoline à la main.
Même si le thème de l’immigration pour un monde meilleur a déjà été relaté maintes fois dans diverses chansons, le voyage de Luisa, de la colline du Mozambique au trottoir de Paris, ne peut que nous interpeller.
Enfin, la praline de l’album toute empreinte de tendresse câline, c’est J’veux voir mon papa. Toute en émotion retenue, l’histoire de cette fillette un peu orpheline est un vrai bijou de sensibilité qui vous touchera certainement.
Opaline
Le titre de l’opus, Opaline, est totalement adéquat. Opaline comme la voix de l’interprète qui est aussi auteur et compositeur. Opaline comme la couleur globale des thèmes délicats abordés dans cet album. Opaline comme la chanson qui porte ce titre et qui est une douce comptine où tous les vers se terminent en « ine ». Vous pouvez d’ailleurs retrouver, disséminés dans le texte ci-dessus, tous les mots qui terminent les phrases de cette chanson : opaline, cristalline, praline, adrénaline, féline, dodeline, masculine, orpheline, naphtaline, mandoline, colline, câline.
Sandrine Szymanski est aussi comédienne. Cela ne peut que vous inciter à la découvrir aussi sur scène. Là où ces chansons devraient, encore, prendre une dimension supplémentaire. Comme ce fut le cas en 2011 lors de sa prestation dans le cadre du festival off à Avignon.

Pour en savoir plus sur l’artiste, n’hésitez pas à vous rendre sur le site internet de Sandrine SZYMANSKI en cliquant ICI.