The Médiathèque is so french !

Selon un communiqué émanant de la Médiathèque de la Communauté française de Belgique : « depuis l’arrêt de « Chorus » et d’ »Une Autre chanson », les magazines traitant de la chanson francophone dans toute sa diversité se font rares. En tout et pour tout, il ne reste plus que les publications françaises « Francofans » et « Longueur d’ondes » qui ne sont pas distribués en Belgique ».
C’est un peu vite oublier le magazine « Platine » que l’on peut trouver en Belgique en cherchant toutefois un peu. Quoi qu’il en soit, et malgré cet oubli, il est vrai que les Belges passionnés de chanson francophone doivent sans doute se tourner vers les webzines et les blogs français ou québécois. Mais il est faux de prétendre, comme c’est aussi écrit dans ce communiqué, que la Belgique francophone reste muette sur le web aussi… il faut juste un peu fouiller le monde de Google !
Sans aucune modestie, les responsables de la Médiathèque « entendent donc atténuer ce déficit en lançant un nouveau webzine (« Le Fond de l’air est french« ) consacré à toutes les manières de s’exprimer en chantant français. Sans se plier à l’impératif du dernier phénomène (buzz) mais en accordant à la chanson le recul et la réflexion qu’elle mérite pour appréhender au mieux ce qui s’y passe, maintenant, hier et demain ». « Le Fond de l’air est french » témoigne qu’il existe en chanson beaucoup plus d’artistes créatifs qu’on ne le croit, qui cherchent à (se) surprendre, tant sur la forme que sur le fond, avec de réelles ambitions artistiques (au pluriel). Ce serait bien dommage de passer à côté ! ».
Voilà qui est dit ! Mais, à « Passion Chanson », on n’a rien appris. Et on n’est plus étonné qu’on utilise le terme « french » pour parler du francophone ! Les premiers artistes à être « épinglés » par ce nouveau site internet sont Thomas Fersen, Thiéfaine et Bertrand Belin. Il est vrai que vous avez écrit « diversité » et non « variétés »… dommage ! Mais on ne va pas (trop) faire la fine bouche : on est déjà tellement peu nombreux à apprécier la chanson francophone qu’on ne va pas bouder son plaisir.